Généralement, un truc qui finit en « or » est assez facile à situer sans avoir à écouter. Il y a en fait quatre-vingt-dix-neuf pour cent de chances que vous tombiez sur un énième Thrash-act bien déchaîné, puisqu’entre KREATOR, DESTRUCTOR, ANNIHILATOR, AGRESSOR, DECIMATOR, DESECRATOR, HOLY TERROR et autres INVOCATOR et INHALATOR, la règle de trois est toujours respectée, à peu de choses près.

Alors en découvrant le second album des bataves de DISTILLATOR, la piste était déjà plus ou moins balisée, et le chemin emprunté connu et apprécié. Car oui, ce trio enchaîné et cartouché (Laurens H. – guitare/chant, Frank R. – basse et Marco P. – batterie) pratique un Thrash empreint de nostalgie acérée, mais le fait avec une belle conviction et des arguments riffés assez affûtés.

Existant depuis 2013, le trio n’a pas vraiment traîné ses baskets en chemin, puisque un premier EP a suivi de quelques mois sa genèse, avant d’entamer des tournées en Finlande, au Portugal, de signer avec le label Belge Empire Records pour sortir un premier album en février 2015 (Revolutionary Cells), et de continuer sa route en Espagne, puis de partager la scène avec VEKTOR, de voguer sur la croisière 70.000 Tons of Metal, et de se balader Heavy main dans le poing avec les METAL CHURCH dans une Europe dévastée de tant de hargne concentrée.

Un parcours remarquable pour un combo qui ne l’est pas moins, et qui n’a eu cure d’une quelconque fête du travail pour lâcher sur le marché son second pamphlet, Summoning The Malicious, à peu près aussi méchant et affamé que le premier. Ou presque…

Le modus operandi n’a pourtant rien d’exotique ou de novateur. Une rythmique pilonnée, une guitare aux saccades policées, une basse gironde et osée, et un chant hargneux et scandé. Mais en dépit de ce flagrant manque d’originalité sur le papier, les DISTILLATOR n’en sont pas pour autant des brutes sans cœur, et savent composer un peu plus nuancé, comme le démontre un titre comme « Summoning The Malicious » aux circonvolutions mélodiques hypnotiques, rappelant tout autant DESTRUCTION qu’un KREATOR vraiment grognon. Ambiance délétère, harmonies amères, progression sévère, ce morceau est un modèle de construction évolutive qui prouve que les trois complices en ont dans le sac à malice, et peuvent se montrer plus fins qu’une simple assemblée de bourrins.

Niveau influences, ils jouent d’ailleurs la sécurité, en citant les immanquables DESTRUCTION, SLAYER, SEPULTURA, histoire de rester vagues, mais de leur nom à leur pochette, et de leurs licks à leurs pirouettes, tout sonne authentique et exhumé d’un vortex temporel directement branché sur les 80’s incendiées. Du Thrash, old-school évidemment, qui ne cherche pas à innover, mais bien à vous faire headbanger à la nuit tombée.

Seulement, pour susciter la folie chez le Thrasheur endormi, il faut alterner, et surtout jouer inspiré. Si Revolutionary Cells  frappait fort, dense et excité, Summoning The Malicious joue parfois la redite et le prémâché en toute tranquillité.

Certains morceaux se hissent sans problème à la hauteur de leur glorieux aîné, tandis que d’autres restent un peu à la traîne et ont du mal à décoller. La faute à quoi ? Ce petit supplément d’âme damnée qui les empêche de nous consumer, et qui se contente de réciter son Heavy Thrash un peu réchauffé. Ainsi, si « Algorithmic Citizenship » représente une acmé d’intensité par l’entremise d’une basse enroulée qui dicte les débats aux deux autres soldats, dans un style OVERKILL/DESTRUCTION assez débridé, « Enter the Void » se contente de dérouler un riff redondant assez agaçant et pas vraiment performant. Il est évident que le tempo échevelé convient bien mieux aux Hollandais que le statique qui tique, ce que prouvent sans conteste les belles flambées que sont l’ouverture « Blinded by Chauvinism » au feeling EXUMER/SLAYER très prononcé, ou le très moshé « Stature Of Liberty », qui piétine les terres d’HALLOW’S EVE sans vergogne, mais avec une classe folle.

Le chant à la Schmier, et ses petits tics suraigus se montre parfois un peu trop systématique, mais sait se faire plus posé quand les interventions prennent leur temps pour s’imposer (« Mechanized Existence »). Les gaillards n’hésitent d’ailleurs pas à le prendre lorsque la foudre se fait attendre, et l’épique et sombre « The King of Kings » de nous ramener sur les récifs d’un METAL CHURCH inondés de vagues à la VEKTOR, moins houleuses mais tout aussi chargées.

Les mélodies à la METALLICA prennent alors le relais pour soutenir une structure envoutante et dissonante, qui casse un peu le moule prévisible et rappelle même un panaché très malin entre un MEGADETH levé trop tôt le matin et un WARBRINGER plus posé que ne le suggèrent ses instincts.

Mais il est évident – et les spécialistes et autres fans l’auront noté assez facilement – que Summoning The Malicious, à trop vouloir jouer dans la cour des grands, a perdu la spontanéité et la fraicheur qui rendaient Revolutionary Cells si prenant et excitant. On note de ci et là des riffs légèrement empruntés (parfois au répertoire même du groupe, ce qui est toujours gênant), des rythmiques un peu trop relâchées, et des breaks franchement trop téléphonés, symptomatiques d’un second album un peu trop pensé et pas assez spontané.

Une production un peu trop normalisée vient aussi empêcher l’ensemble de vraiment décoller, avec ses médiums un peu aigrelets et sa grosse caisse trop polie pour être rebelle, tandis que la guitare se débat parfois pour imposer son tranchant en lâchant quelques riffs dans le vent.

Seule la basse bénéficie d’un traitement plus clément, et soutient parfois à elle seule le chant, qui se perd dans des conjectures un peu floues lorsque le volume tourne fou.

En dépit de ces quelques critiques sévères, mais objectives je l’espère, ce second LP des Hollandais volants n’est pas dénué de mordant. Il est juste parfois trop laissé en pilotage automatique, ce qui sur une courte durée s’avère un peu handicapant. Il contient quand même ses moments de bravoure thrashisant, mais décevra certainement les fans les plus hardants.

Attendons de voir l’effet produit sur scène par ces nouvelles tranches de vie slayeriennes, qui prendront une ampleur nouvelle une fois reprises en chœur par une foule rebelle. Souhaitons juste que les DISTILLATOR retrouvent l’équilibre qui faisait leur fort, et réapprennent à distiller Heavy sans perdre leur Thrash dans les conduits.


Titres de l'album:

  1. Blinded by Chauvinism
  2. Mechanized Existence
  3. Estates of the Realm
  4. Summoning the Malicious
  5. Enter the Void
  6. Algorithmic Citizenship
  7. Stature of Liberty
  8. The King of Kings
  9. Megalomania

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/05/2017 à 17:13
68 %    286

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)