Généralement, un truc qui finit en « or » est assez facile à situer sans avoir à écouter. Il y a en fait quatre-vingt-dix-neuf pour cent de chances que vous tombiez sur un énième Thrash-act bien déchaîné, puisqu’entre KREATOR, DESTRUCTOR, ANNIHILATOR, AGRESSOR, DECIMATOR, DESECRATOR, HOLY TERROR et autres INVOCATOR et INHALATOR, la règle de trois est toujours respectée, à peu de choses près.

Alors en découvrant le second album des bataves de DISTILLATOR, la piste était déjà plus ou moins balisée, et le chemin emprunté connu et apprécié. Car oui, ce trio enchaîné et cartouché (Laurens H. – guitare/chant, Frank R. – basse et Marco P. – batterie) pratique un Thrash empreint de nostalgie acérée, mais le fait avec une belle conviction et des arguments riffés assez affûtés.

Existant depuis 2013, le trio n’a pas vraiment traîné ses baskets en chemin, puisque un premier EP a suivi de quelques mois sa genèse, avant d’entamer des tournées en Finlande, au Portugal, de signer avec le label Belge Empire Records pour sortir un premier album en février 2015 (Revolutionary Cells), et de continuer sa route en Espagne, puis de partager la scène avec VEKTOR, de voguer sur la croisière 70.000 Tons of Metal, et de se balader Heavy main dans le poing avec les METAL CHURCH dans une Europe dévastée de tant de hargne concentrée.

Un parcours remarquable pour un combo qui ne l’est pas moins, et qui n’a eu cure d’une quelconque fête du travail pour lâcher sur le marché son second pamphlet, Summoning The Malicious, à peu près aussi méchant et affamé que le premier. Ou presque…

Le modus operandi n’a pourtant rien d’exotique ou de novateur. Une rythmique pilonnée, une guitare aux saccades policées, une basse gironde et osée, et un chant hargneux et scandé. Mais en dépit de ce flagrant manque d’originalité sur le papier, les DISTILLATOR n’en sont pas pour autant des brutes sans cœur, et savent composer un peu plus nuancé, comme le démontre un titre comme « Summoning The Malicious » aux circonvolutions mélodiques hypnotiques, rappelant tout autant DESTRUCTION qu’un KREATOR vraiment grognon. Ambiance délétère, harmonies amères, progression sévère, ce morceau est un modèle de construction évolutive qui prouve que les trois complices en ont dans le sac à malice, et peuvent se montrer plus fins qu’une simple assemblée de bourrins.

Niveau influences, ils jouent d’ailleurs la sécurité, en citant les immanquables DESTRUCTION, SLAYER, SEPULTURA, histoire de rester vagues, mais de leur nom à leur pochette, et de leurs licks à leurs pirouettes, tout sonne authentique et exhumé d’un vortex temporel directement branché sur les 80’s incendiées. Du Thrash, old-school évidemment, qui ne cherche pas à innover, mais bien à vous faire headbanger à la nuit tombée.

Seulement, pour susciter la folie chez le Thrasheur endormi, il faut alterner, et surtout jouer inspiré. Si Revolutionary Cells  frappait fort, dense et excité, Summoning The Malicious joue parfois la redite et le prémâché en toute tranquillité.

Certains morceaux se hissent sans problème à la hauteur de leur glorieux aîné, tandis que d’autres restent un peu à la traîne et ont du mal à décoller. La faute à quoi ? Ce petit supplément d’âme damnée qui les empêche de nous consumer, et qui se contente de réciter son Heavy Thrash un peu réchauffé. Ainsi, si « Algorithmic Citizenship » représente une acmé d’intensité par l’entremise d’une basse enroulée qui dicte les débats aux deux autres soldats, dans un style OVERKILL/DESTRUCTION assez débridé, « Enter the Void » se contente de dérouler un riff redondant assez agaçant et pas vraiment performant. Il est évident que le tempo échevelé convient bien mieux aux Hollandais que le statique qui tique, ce que prouvent sans conteste les belles flambées que sont l’ouverture « Blinded by Chauvinism » au feeling EXUMER/SLAYER très prononcé, ou le très moshé « Stature Of Liberty », qui piétine les terres d’HALLOW’S EVE sans vergogne, mais avec une classe folle.

Le chant à la Schmier, et ses petits tics suraigus se montre parfois un peu trop systématique, mais sait se faire plus posé quand les interventions prennent leur temps pour s’imposer (« Mechanized Existence »). Les gaillards n’hésitent d’ailleurs pas à le prendre lorsque la foudre se fait attendre, et l’épique et sombre « The King of Kings » de nous ramener sur les récifs d’un METAL CHURCH inondés de vagues à la VEKTOR, moins houleuses mais tout aussi chargées.

Les mélodies à la METALLICA prennent alors le relais pour soutenir une structure envoutante et dissonante, qui casse un peu le moule prévisible et rappelle même un panaché très malin entre un MEGADETH levé trop tôt le matin et un WARBRINGER plus posé que ne le suggèrent ses instincts.

Mais il est évident – et les spécialistes et autres fans l’auront noté assez facilement – que Summoning The Malicious, à trop vouloir jouer dans la cour des grands, a perdu la spontanéité et la fraicheur qui rendaient Revolutionary Cells si prenant et excitant. On note de ci et là des riffs légèrement empruntés (parfois au répertoire même du groupe, ce qui est toujours gênant), des rythmiques un peu trop relâchées, et des breaks franchement trop téléphonés, symptomatiques d’un second album un peu trop pensé et pas assez spontané.

Une production un peu trop normalisée vient aussi empêcher l’ensemble de vraiment décoller, avec ses médiums un peu aigrelets et sa grosse caisse trop polie pour être rebelle, tandis que la guitare se débat parfois pour imposer son tranchant en lâchant quelques riffs dans le vent.

Seule la basse bénéficie d’un traitement plus clément, et soutient parfois à elle seule le chant, qui se perd dans des conjectures un peu floues lorsque le volume tourne fou.

En dépit de ces quelques critiques sévères, mais objectives je l’espère, ce second LP des Hollandais volants n’est pas dénué de mordant. Il est juste parfois trop laissé en pilotage automatique, ce qui sur une courte durée s’avère un peu handicapant. Il contient quand même ses moments de bravoure thrashisant, mais décevra certainement les fans les plus hardants.

Attendons de voir l’effet produit sur scène par ces nouvelles tranches de vie slayeriennes, qui prendront une ampleur nouvelle une fois reprises en chœur par une foule rebelle. Souhaitons juste que les DISTILLATOR retrouvent l’équilibre qui faisait leur fort, et réapprennent à distiller Heavy sans perdre leur Thrash dans les conduits.


Titres de l'album:

  1. Blinded by Chauvinism
  2. Mechanized Existence
  3. Estates of the Realm
  4. Summoning the Malicious
  5. Enter the Void
  6. Algorithmic Citizenship
  7. Stature of Liberty
  8. The King of Kings
  9. Megalomania

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/05/2017 à 17:13
68 %    211

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !