Généralement, un truc qui finit en « or » est assez facile à situer sans avoir à écouter. Il y a en fait quatre-vingt-dix-neuf pour cent de chances que vous tombiez sur un énième Thrash-act bien déchaîné, puisqu’entre KREATOR, DESTRUCTOR, ANNIHILATOR, AGRESSOR, DECIMATOR, DESECRATOR, HOLY TERROR et autres INVOCATOR et INHALATOR, la règle de trois est toujours respectée, à peu de choses près.

Alors en découvrant le second album des bataves de DISTILLATOR, la piste était déjà plus ou moins balisée, et le chemin emprunté connu et apprécié. Car oui, ce trio enchaîné et cartouché (Laurens H. – guitare/chant, Frank R. – basse et Marco P. – batterie) pratique un Thrash empreint de nostalgie acérée, mais le fait avec une belle conviction et des arguments riffés assez affûtés.

Existant depuis 2013, le trio n’a pas vraiment traîné ses baskets en chemin, puisque un premier EP a suivi de quelques mois sa genèse, avant d’entamer des tournées en Finlande, au Portugal, de signer avec le label Belge Empire Records pour sortir un premier album en février 2015 (Revolutionary Cells), et de continuer sa route en Espagne, puis de partager la scène avec VEKTOR, de voguer sur la croisière 70.000 Tons of Metal, et de se balader Heavy main dans le poing avec les METAL CHURCH dans une Europe dévastée de tant de hargne concentrée.

Un parcours remarquable pour un combo qui ne l’est pas moins, et qui n’a eu cure d’une quelconque fête du travail pour lâcher sur le marché son second pamphlet, Summoning The Malicious, à peu près aussi méchant et affamé que le premier. Ou presque…

Le modus operandi n’a pourtant rien d’exotique ou de novateur. Une rythmique pilonnée, une guitare aux saccades policées, une basse gironde et osée, et un chant hargneux et scandé. Mais en dépit de ce flagrant manque d’originalité sur le papier, les DISTILLATOR n’en sont pas pour autant des brutes sans cœur, et savent composer un peu plus nuancé, comme le démontre un titre comme « Summoning The Malicious » aux circonvolutions mélodiques hypnotiques, rappelant tout autant DESTRUCTION qu’un KREATOR vraiment grognon. Ambiance délétère, harmonies amères, progression sévère, ce morceau est un modèle de construction évolutive qui prouve que les trois complices en ont dans le sac à malice, et peuvent se montrer plus fins qu’une simple assemblée de bourrins.

Niveau influences, ils jouent d’ailleurs la sécurité, en citant les immanquables DESTRUCTION, SLAYER, SEPULTURA, histoire de rester vagues, mais de leur nom à leur pochette, et de leurs licks à leurs pirouettes, tout sonne authentique et exhumé d’un vortex temporel directement branché sur les 80’s incendiées. Du Thrash, old-school évidemment, qui ne cherche pas à innover, mais bien à vous faire headbanger à la nuit tombée.

Seulement, pour susciter la folie chez le Thrasheur endormi, il faut alterner, et surtout jouer inspiré. Si Revolutionary Cells  frappait fort, dense et excité, Summoning The Malicious joue parfois la redite et le prémâché en toute tranquillité.

Certains morceaux se hissent sans problème à la hauteur de leur glorieux aîné, tandis que d’autres restent un peu à la traîne et ont du mal à décoller. La faute à quoi ? Ce petit supplément d’âme damnée qui les empêche de nous consumer, et qui se contente de réciter son Heavy Thrash un peu réchauffé. Ainsi, si « Algorithmic Citizenship » représente une acmé d’intensité par l’entremise d’une basse enroulée qui dicte les débats aux deux autres soldats, dans un style OVERKILL/DESTRUCTION assez débridé, « Enter the Void » se contente de dérouler un riff redondant assez agaçant et pas vraiment performant. Il est évident que le tempo échevelé convient bien mieux aux Hollandais que le statique qui tique, ce que prouvent sans conteste les belles flambées que sont l’ouverture « Blinded by Chauvinism » au feeling EXUMER/SLAYER très prononcé, ou le très moshé « Stature Of Liberty », qui piétine les terres d’HALLOW’S EVE sans vergogne, mais avec une classe folle.

Le chant à la Schmier, et ses petits tics suraigus se montre parfois un peu trop systématique, mais sait se faire plus posé quand les interventions prennent leur temps pour s’imposer (« Mechanized Existence »). Les gaillards n’hésitent d’ailleurs pas à le prendre lorsque la foudre se fait attendre, et l’épique et sombre « The King of Kings » de nous ramener sur les récifs d’un METAL CHURCH inondés de vagues à la VEKTOR, moins houleuses mais tout aussi chargées.

Les mélodies à la METALLICA prennent alors le relais pour soutenir une structure envoutante et dissonante, qui casse un peu le moule prévisible et rappelle même un panaché très malin entre un MEGADETH levé trop tôt le matin et un WARBRINGER plus posé que ne le suggèrent ses instincts.

Mais il est évident – et les spécialistes et autres fans l’auront noté assez facilement – que Summoning The Malicious, à trop vouloir jouer dans la cour des grands, a perdu la spontanéité et la fraicheur qui rendaient Revolutionary Cells si prenant et excitant. On note de ci et là des riffs légèrement empruntés (parfois au répertoire même du groupe, ce qui est toujours gênant), des rythmiques un peu trop relâchées, et des breaks franchement trop téléphonés, symptomatiques d’un second album un peu trop pensé et pas assez spontané.

Une production un peu trop normalisée vient aussi empêcher l’ensemble de vraiment décoller, avec ses médiums un peu aigrelets et sa grosse caisse trop polie pour être rebelle, tandis que la guitare se débat parfois pour imposer son tranchant en lâchant quelques riffs dans le vent.

Seule la basse bénéficie d’un traitement plus clément, et soutient parfois à elle seule le chant, qui se perd dans des conjectures un peu floues lorsque le volume tourne fou.

En dépit de ces quelques critiques sévères, mais objectives je l’espère, ce second LP des Hollandais volants n’est pas dénué de mordant. Il est juste parfois trop laissé en pilotage automatique, ce qui sur une courte durée s’avère un peu handicapant. Il contient quand même ses moments de bravoure thrashisant, mais décevra certainement les fans les plus hardants.

Attendons de voir l’effet produit sur scène par ces nouvelles tranches de vie slayeriennes, qui prendront une ampleur nouvelle une fois reprises en chœur par une foule rebelle. Souhaitons juste que les DISTILLATOR retrouvent l’équilibre qui faisait leur fort, et réapprennent à distiller Heavy sans perdre leur Thrash dans les conduits.


Titres de l'album:

  1. Blinded by Chauvinism
  2. Mechanized Existence
  3. Estates of the Realm
  4. Summoning the Malicious
  5. Enter the Void
  6. Algorithmic Citizenship
  7. Stature of Liberty
  8. The King of Kings
  9. Megalomania

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/05/2017 à 17:13
68 %    242

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/