NEW YORK DOLLS ou RATCHET DOLLS ? New-York ou Brownsville, Texas ?

A vrai dire, le choix est rapide, d’autant plus que du côté de New-York, la hype n’est plus vraiment là. Alors autant battre le fer pendant qu’il est chaud, d’autant plus que dans ce cas précis, l’enclume est bouillante et dégouline de Metal en fusion.

Enfin, de Metal. Plutôt de Rock, de Hard-Rock, de Sleaze et de Glam, du genre qui coulait le long des fanfreluches il y a trente ans mais qui ne semble pas encore avoir suffisamment séché pour que l’on ne puisse plus en remarquer les traînées.

Bizarre quand même un groupe pareil qui s’échappe du Texas. On les aurait volontiers cru émancipés d’une Californie qui se rebigarrise pastel et chamarré, mais non, et sans qu’ils ne brandissent le putain de drapeau confédéré, on sent que les mecs sont fiers de leurs origines décalées.

Alors, d’où viennent-ils ces nostalgiques des riffs coulés ? On le sait déjà, mais quand, et pourquoi ?

Parce que, semble la meilleure réponse, mais je peux quand même légèrement vous éclairer.

Les RATCHET DOLLS sont quatre (Kevin Sauceda – chant, Sam Longoria – guitare, Izzy Ramirez – basse et J.J Gomez – batterie), se sont formés aux alentours de septembre 2010, et depuis, arpentent les scènes locales et d’autres états pour vous mettre justement dans un drôle…d’état.

Les mecs ont joué avec à peu près tout le monde, commençant leur carrière en ouverture de Death Metal acts, et ravissant quand même le public bourrin sans aucun tact, avant de partir en vrille on stage aux côtés de LINKIN PARK, SLAYER, TESLA, GODSMACK, VOLBEAT, BREAKING BENJAMIN, PAPA ROACH, HALESTORM, QUEENSRŸCHE, LIVE, ANTHRAX, MINISTRY, THE PRETTY RECKLESS, SCOTT WEILAND AND THE WILDABOUTS, OF MICE & MEN, IN THIS MOMENT, APOCALYPTICA, THE WINERY DOGS, MOTIONLESS IN WHITE, IN FLAMES, ARANDA, NONPOINT, WE ARE HARLOT, YOUNG GUNS, YOU ME AT SIX, PERIPHERY, RED DRAGON CARTEL, STARSET, SHAMAN’S HARVEST, UPON A BURNING BODY, SABATON AND LIKE A STORM ou CROBOT (je les cite tous, puisque ces gamins terminent la liste d’un très assuré, « entre autres ». Branleurs va.)

Visiblement donc, ils savent ce qu’ils valent et ce qu’ils veulent.

Quoi ?

Jouer un Hard-Rock délicieusement nostalgique des 80’s, et qui puise son inspiration au gré du souvenir des MÖTLEY, de DANGER DANGER, KIX, HANOÏ ROCKS, mais aussi des AIRBOURNE, et ce, sans tomber dans le pastiche facile et lubrique à la STEEL PANTHER, malgré un look qui n’a rien à leur envier côté décalé fluoré.

Mais le look est une chose, et la musique en est une autre. Celle des RATCHET DOLLS sur Damaged n’est pas vraiment du genre lustrée, et reste raw et salée, dans un savoureux mélange CATS IN BOOTS/DANGEROUS TOYS, avec une sale touche Punky des nineties un peu honnies, pour cet art si étrange de refrains qui démangent, électrifiés par des riffs qui se mangent comme de petits pains au sésame. On remarque dès le départ cette voix gouailleuse et un peu voilée, tongue in cheek et sucrée, mais on note aussi des soli salement bien troussés aux sextolets agités, et une rythmique emballée qui ne réduit jamais les BPM pour se reposer sur ses lauriers.

Up tempo, la plupart du temps, avec toutefois quelques calmants en mid comme ce diabolique « Caught In The Light », très SLAUGHTER avec une énorme basse à la Gene Simmons qui caresse pendant que la voix t’agresse.

Mais le quatuor l’avoue de lui-même, il est « Insane », et même si il le concède sur une allure smooth et un peu BLACKRAIN sur les bords, tâtant même de l’AOR sur un chorus plus onctueux qu’une crème aux œufs, on accepte l’aveu sans le croire tiré par les cheveux. Des tierces à la LIZZY ? Mais pourquoi pas les amis…

D’ailleurs, ils n’avaient pas forcément besoin d’aller à confesse, puisque les trois ou quatre morceaux d’ouverture avaient déjà de quoi nous faire remuer les fesses. Ils commencent direct leur discours par un gros burner pas du tout balourd, mais Sleaze à tous les carrefours, et « Highway Hypnosis » de nous traîner sur les routes pour cramer un peu de gomme sur le bitume Hard-Rock enflammé.

« Queen Foxxy (Sacrifice) » n’écrase pas la pédale de frein et commence à tanguer près du ravin, tandis que « Blackout (Bad Situation) », risque de vous en provoquer un, et de vous laisser K.O au bord du chemin en vous demandant par quelle mandale ZODIAC MINDWARP vous avez été frappé. Plus efficace qu’une téquila à même la bouteille, plus chargé qu’un maquillage à la truelle, mais ça fonctionne parce que les mecs y croient et qu’ils ne font pas les choses à moitié.

Alors, des couplets embrasés, des refrains plein d’entrain, et le tour est joué, vous êtes embringués dans la virée sans possibilité de descendre pour pisser. Soli qui frisent l’indécence de rapidité, riffs qui trouvent toujours une accroche futée, et surtout, une énergie de tous les diables toujours prête à exploser comme le démontre le très agité « Bring You Down » qui en effet, risque de vous mettre à genou pour une durée indéterminée.

Du lubrique suintant le stupre radiophonique 80’s à plein nez (« Sex Game », pour un peu on s’y croirait), des bonbons sucrés offerts à des demoiselles à peine habillées (« Sugar Sweet », GREAT WHITE affolé et des KIX affalés), des accointances géographiques qu’on aurait pu deviner (« Sunset Stripper », de quoi remplir le Roxy sans effort un jour même pas férié), pour un final romantique à souhait avec arpèges, couches de piano et volutes vocales sensibles qui donnent envie de se laisser aller (« Reality », rêve harmonique surprenant, mais annonçant une nuit baignée de songes apaisants).

En gros, un éventail ouvert large qui ne masque en rien les influences, mais qui finit par devenir une référence.

On parle déjà beaucoup d’eux, mais gageons qu’avec ce Damaged sous la ceinture, les RATCHET DOLLS ne sont pas prêts de jouer les doublures. La leur est en cuir d’ailleurs, comme leur musique en sueur, qui ranime l’esprit festif de 80’s ragaillardis, qui n’en finissent plus d’influencer les rockers, qu’ils viennent du Texas ou de Californie.

Go on with the show ?

Certes, et fichtre, ces quatre-là sont en passe de devenir les public enemies number 1.


Titres de l'album:

  1. Highway Hypnosis
  2. Queen Foxxy (Sacrifice)
  3. Blackout (Bad Situation)
  4. Bring You Down
  5. In My Mind
  6. Caught In The Light
  7. Insane
  8. Sex Game
  9. Sugar Sweet
  10. Sunset Stripper
  11. Reality

Site officiel



par mortne2001 le 11/05/2017 à 14:15
78 %    377

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Archie
@68.206.72.84
14/07/2017 à 21:26:15
RATCHET DOLLS

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !


sympa l'interview ! hate de lire les suivantes car c'est un sujet super interressant rarement exposé


Super démarche de votre part que cette nouvelle série d'interviews, et super cool entretien, très enrichissant ! Merci à vous !


Je précise que le "tu" utilisé plus haut ne se voulait pas personnel mais bien général. Le "on" aurait été de ce fait, plus approprié. ;-)