NEW YORK DOLLS ou RATCHET DOLLS ? New-York ou Brownsville, Texas ?

A vrai dire, le choix est rapide, d’autant plus que du côté de New-York, la hype n’est plus vraiment là. Alors autant battre le fer pendant qu’il est chaud, d’autant plus que dans ce cas précis, l’enclume est bouillante et dégouline de Metal en fusion.

Enfin, de Metal. Plutôt de Rock, de Hard-Rock, de Sleaze et de Glam, du genre qui coulait le long des fanfreluches il y a trente ans mais qui ne semble pas encore avoir suffisamment séché pour que l’on ne puisse plus en remarquer les traînées.

Bizarre quand même un groupe pareil qui s’échappe du Texas. On les aurait volontiers cru émancipés d’une Californie qui se rebigarrise pastel et chamarré, mais non, et sans qu’ils ne brandissent le putain de drapeau confédéré, on sent que les mecs sont fiers de leurs origines décalées.

Alors, d’où viennent-ils ces nostalgiques des riffs coulés ? On le sait déjà, mais quand, et pourquoi ?

Parce que, semble la meilleure réponse, mais je peux quand même légèrement vous éclairer.

Les RATCHET DOLLS sont quatre (Kevin Sauceda – chant, Sam Longoria – guitare, Izzy Ramirez – basse et J.J Gomez – batterie), se sont formés aux alentours de septembre 2010, et depuis, arpentent les scènes locales et d’autres états pour vous mettre justement dans un drôle…d’état.

Les mecs ont joué avec à peu près tout le monde, commençant leur carrière en ouverture de Death Metal acts, et ravissant quand même le public bourrin sans aucun tact, avant de partir en vrille on stage aux côtés de LINKIN PARK, SLAYER, TESLA, GODSMACK, VOLBEAT, BREAKING BENJAMIN, PAPA ROACH, HALESTORM, QUEENSRŸCHE, LIVE, ANTHRAX, MINISTRY, THE PRETTY RECKLESS, SCOTT WEILAND AND THE WILDABOUTS, OF MICE & MEN, IN THIS MOMENT, APOCALYPTICA, THE WINERY DOGS, MOTIONLESS IN WHITE, IN FLAMES, ARANDA, NONPOINT, WE ARE HARLOT, YOUNG GUNS, YOU ME AT SIX, PERIPHERY, RED DRAGON CARTEL, STARSET, SHAMAN’S HARVEST, UPON A BURNING BODY, SABATON AND LIKE A STORM ou CROBOT (je les cite tous, puisque ces gamins terminent la liste d’un très assuré, « entre autres ». Branleurs va.)

Visiblement donc, ils savent ce qu’ils valent et ce qu’ils veulent.

Quoi ?

Jouer un Hard-Rock délicieusement nostalgique des 80’s, et qui puise son inspiration au gré du souvenir des MÖTLEY, de DANGER DANGER, KIX, HANOÏ ROCKS, mais aussi des AIRBOURNE, et ce, sans tomber dans le pastiche facile et lubrique à la STEEL PANTHER, malgré un look qui n’a rien à leur envier côté décalé fluoré.

Mais le look est une chose, et la musique en est une autre. Celle des RATCHET DOLLS sur Damaged n’est pas vraiment du genre lustrée, et reste raw et salée, dans un savoureux mélange CATS IN BOOTS/DANGEROUS TOYS, avec une sale touche Punky des nineties un peu honnies, pour cet art si étrange de refrains qui démangent, électrifiés par des riffs qui se mangent comme de petits pains au sésame. On remarque dès le départ cette voix gouailleuse et un peu voilée, tongue in cheek et sucrée, mais on note aussi des soli salement bien troussés aux sextolets agités, et une rythmique emballée qui ne réduit jamais les BPM pour se reposer sur ses lauriers.

Up tempo, la plupart du temps, avec toutefois quelques calmants en mid comme ce diabolique « Caught In The Light », très SLAUGHTER avec une énorme basse à la Gene Simmons qui caresse pendant que la voix t’agresse.

Mais le quatuor l’avoue de lui-même, il est « Insane », et même si il le concède sur une allure smooth et un peu BLACKRAIN sur les bords, tâtant même de l’AOR sur un chorus plus onctueux qu’une crème aux œufs, on accepte l’aveu sans le croire tiré par les cheveux. Des tierces à la LIZZY ? Mais pourquoi pas les amis…

D’ailleurs, ils n’avaient pas forcément besoin d’aller à confesse, puisque les trois ou quatre morceaux d’ouverture avaient déjà de quoi nous faire remuer les fesses. Ils commencent direct leur discours par un gros burner pas du tout balourd, mais Sleaze à tous les carrefours, et « Highway Hypnosis » de nous traîner sur les routes pour cramer un peu de gomme sur le bitume Hard-Rock enflammé.

« Queen Foxxy (Sacrifice) » n’écrase pas la pédale de frein et commence à tanguer près du ravin, tandis que « Blackout (Bad Situation) », risque de vous en provoquer un, et de vous laisser K.O au bord du chemin en vous demandant par quelle mandale ZODIAC MINDWARP vous avez été frappé. Plus efficace qu’une téquila à même la bouteille, plus chargé qu’un maquillage à la truelle, mais ça fonctionne parce que les mecs y croient et qu’ils ne font pas les choses à moitié.

Alors, des couplets embrasés, des refrains plein d’entrain, et le tour est joué, vous êtes embringués dans la virée sans possibilité de descendre pour pisser. Soli qui frisent l’indécence de rapidité, riffs qui trouvent toujours une accroche futée, et surtout, une énergie de tous les diables toujours prête à exploser comme le démontre le très agité « Bring You Down » qui en effet, risque de vous mettre à genou pour une durée indéterminée.

Du lubrique suintant le stupre radiophonique 80’s à plein nez (« Sex Game », pour un peu on s’y croirait), des bonbons sucrés offerts à des demoiselles à peine habillées (« Sugar Sweet », GREAT WHITE affolé et des KIX affalés), des accointances géographiques qu’on aurait pu deviner (« Sunset Stripper », de quoi remplir le Roxy sans effort un jour même pas férié), pour un final romantique à souhait avec arpèges, couches de piano et volutes vocales sensibles qui donnent envie de se laisser aller (« Reality », rêve harmonique surprenant, mais annonçant une nuit baignée de songes apaisants).

En gros, un éventail ouvert large qui ne masque en rien les influences, mais qui finit par devenir une référence.

On parle déjà beaucoup d’eux, mais gageons qu’avec ce Damaged sous la ceinture, les RATCHET DOLLS ne sont pas prêts de jouer les doublures. La leur est en cuir d’ailleurs, comme leur musique en sueur, qui ranime l’esprit festif de 80’s ragaillardis, qui n’en finissent plus d’influencer les rockers, qu’ils viennent du Texas ou de Californie.

Go on with the show ?

Certes, et fichtre, ces quatre-là sont en passe de devenir les public enemies number 1.


Titres de l'album:

  1. Highway Hypnosis
  2. Queen Foxxy (Sacrifice)
  3. Blackout (Bad Situation)
  4. Bring You Down
  5. In My Mind
  6. Caught In The Light
  7. Insane
  8. Sex Game
  9. Sugar Sweet
  10. Sunset Stripper
  11. Reality

Site officiel



par mortne2001 le 11/05/2017 à 14:15
78 %    435

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Archie
@68.206.72.84
14/07/2017 à 21:26:15
RATCHET DOLLS

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)