NEW YORK DOLLS ou RATCHET DOLLS ? New-York ou Brownsville, Texas ?

A vrai dire, le choix est rapide, d’autant plus que du côté de New-York, la hype n’est plus vraiment là. Alors autant battre le fer pendant qu’il est chaud, d’autant plus que dans ce cas précis, l’enclume est bouillante et dégouline de Metal en fusion.

Enfin, de Metal. Plutôt de Rock, de Hard-Rock, de Sleaze et de Glam, du genre qui coulait le long des fanfreluches il y a trente ans mais qui ne semble pas encore avoir suffisamment séché pour que l’on ne puisse plus en remarquer les traînées.

Bizarre quand même un groupe pareil qui s’échappe du Texas. On les aurait volontiers cru émancipés d’une Californie qui se rebigarrise pastel et chamarré, mais non, et sans qu’ils ne brandissent le putain de drapeau confédéré, on sent que les mecs sont fiers de leurs origines décalées.

Alors, d’où viennent-ils ces nostalgiques des riffs coulés ? On le sait déjà, mais quand, et pourquoi ?

Parce que, semble la meilleure réponse, mais je peux quand même légèrement vous éclairer.

Les RATCHET DOLLS sont quatre (Kevin Sauceda – chant, Sam Longoria – guitare, Izzy Ramirez – basse et J.J Gomez – batterie), se sont formés aux alentours de septembre 2010, et depuis, arpentent les scènes locales et d’autres états pour vous mettre justement dans un drôle…d’état.

Les mecs ont joué avec à peu près tout le monde, commençant leur carrière en ouverture de Death Metal acts, et ravissant quand même le public bourrin sans aucun tact, avant de partir en vrille on stage aux côtés de LINKIN PARK, SLAYER, TESLA, GODSMACK, VOLBEAT, BREAKING BENJAMIN, PAPA ROACH, HALESTORM, QUEENSRŸCHE, LIVE, ANTHRAX, MINISTRY, THE PRETTY RECKLESS, SCOTT WEILAND AND THE WILDABOUTS, OF MICE & MEN, IN THIS MOMENT, APOCALYPTICA, THE WINERY DOGS, MOTIONLESS IN WHITE, IN FLAMES, ARANDA, NONPOINT, WE ARE HARLOT, YOUNG GUNS, YOU ME AT SIX, PERIPHERY, RED DRAGON CARTEL, STARSET, SHAMAN’S HARVEST, UPON A BURNING BODY, SABATON AND LIKE A STORM ou CROBOT (je les cite tous, puisque ces gamins terminent la liste d’un très assuré, « entre autres ». Branleurs va.)

Visiblement donc, ils savent ce qu’ils valent et ce qu’ils veulent.

Quoi ?

Jouer un Hard-Rock délicieusement nostalgique des 80’s, et qui puise son inspiration au gré du souvenir des MÖTLEY, de DANGER DANGER, KIX, HANOÏ ROCKS, mais aussi des AIRBOURNE, et ce, sans tomber dans le pastiche facile et lubrique à la STEEL PANTHER, malgré un look qui n’a rien à leur envier côté décalé fluoré.

Mais le look est une chose, et la musique en est une autre. Celle des RATCHET DOLLS sur Damaged n’est pas vraiment du genre lustrée, et reste raw et salée, dans un savoureux mélange CATS IN BOOTS/DANGEROUS TOYS, avec une sale touche Punky des nineties un peu honnies, pour cet art si étrange de refrains qui démangent, électrifiés par des riffs qui se mangent comme de petits pains au sésame. On remarque dès le départ cette voix gouailleuse et un peu voilée, tongue in cheek et sucrée, mais on note aussi des soli salement bien troussés aux sextolets agités, et une rythmique emballée qui ne réduit jamais les BPM pour se reposer sur ses lauriers.

Up tempo, la plupart du temps, avec toutefois quelques calmants en mid comme ce diabolique « Caught In The Light », très SLAUGHTER avec une énorme basse à la Gene Simmons qui caresse pendant que la voix t’agresse.

Mais le quatuor l’avoue de lui-même, il est « Insane », et même si il le concède sur une allure smooth et un peu BLACKRAIN sur les bords, tâtant même de l’AOR sur un chorus plus onctueux qu’une crème aux œufs, on accepte l’aveu sans le croire tiré par les cheveux. Des tierces à la LIZZY ? Mais pourquoi pas les amis…

D’ailleurs, ils n’avaient pas forcément besoin d’aller à confesse, puisque les trois ou quatre morceaux d’ouverture avaient déjà de quoi nous faire remuer les fesses. Ils commencent direct leur discours par un gros burner pas du tout balourd, mais Sleaze à tous les carrefours, et « Highway Hypnosis » de nous traîner sur les routes pour cramer un peu de gomme sur le bitume Hard-Rock enflammé.

« Queen Foxxy (Sacrifice) » n’écrase pas la pédale de frein et commence à tanguer près du ravin, tandis que « Blackout (Bad Situation) », risque de vous en provoquer un, et de vous laisser K.O au bord du chemin en vous demandant par quelle mandale ZODIAC MINDWARP vous avez été frappé. Plus efficace qu’une téquila à même la bouteille, plus chargé qu’un maquillage à la truelle, mais ça fonctionne parce que les mecs y croient et qu’ils ne font pas les choses à moitié.

Alors, des couplets embrasés, des refrains plein d’entrain, et le tour est joué, vous êtes embringués dans la virée sans possibilité de descendre pour pisser. Soli qui frisent l’indécence de rapidité, riffs qui trouvent toujours une accroche futée, et surtout, une énergie de tous les diables toujours prête à exploser comme le démontre le très agité « Bring You Down » qui en effet, risque de vous mettre à genou pour une durée indéterminée.

Du lubrique suintant le stupre radiophonique 80’s à plein nez (« Sex Game », pour un peu on s’y croirait), des bonbons sucrés offerts à des demoiselles à peine habillées (« Sugar Sweet », GREAT WHITE affolé et des KIX affalés), des accointances géographiques qu’on aurait pu deviner (« Sunset Stripper », de quoi remplir le Roxy sans effort un jour même pas férié), pour un final romantique à souhait avec arpèges, couches de piano et volutes vocales sensibles qui donnent envie de se laisser aller (« Reality », rêve harmonique surprenant, mais annonçant une nuit baignée de songes apaisants).

En gros, un éventail ouvert large qui ne masque en rien les influences, mais qui finit par devenir une référence.

On parle déjà beaucoup d’eux, mais gageons qu’avec ce Damaged sous la ceinture, les RATCHET DOLLS ne sont pas prêts de jouer les doublures. La leur est en cuir d’ailleurs, comme leur musique en sueur, qui ranime l’esprit festif de 80’s ragaillardis, qui n’en finissent plus d’influencer les rockers, qu’ils viennent du Texas ou de Californie.

Go on with the show ?

Certes, et fichtre, ces quatre-là sont en passe de devenir les public enemies number 1.


Titres de l'album:

  1. Highway Hypnosis
  2. Queen Foxxy (Sacrifice)
  3. Blackout (Bad Situation)
  4. Bring You Down
  5. In My Mind
  6. Caught In The Light
  7. Insane
  8. Sex Game
  9. Sugar Sweet
  10. Sunset Stripper
  11. Reality

Site officiel



par mortne2001 le 11/05/2017 à 14:15
78 %    295

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Archie
@68.206.72.84
14/07/2017 à 21:26:15
RATCHET DOLLS

Ajouter un commentaire


Temple Desecration

Whirlwinds of Fathomless Chaos

Graviton

Per Erebus Ad Astra

Cxfxcx

Assuma a Culpa

Atavisma

The Chthonic Rituals

Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Nick Oliveri

25/07 : Le Galion, Lorient (56)

Photo Stream

Derniers coms

Ah ah jeune impatient... mold_putrefaction est encore sur place en ce moment même.


C'est vrai qu'il donne envie ce report... ... ...
(SIC !!! !!! !!!)


Exact RBD...
Je préfère d'ailleurs de très loin SOILENT GREEN à EYEHATEGOD.
"Sewn mouth secrets" m'avait foutu une sacrée claquasse à sa sortie...


Ce n'est pas très bon non plus pour Soilent Green, après dix ans de silence.


Il donne envie ce fest en vrai... C'est bien simple tout les metalleux qui y ont été un jour, te disent que c'est le meilleur fest Metal qu'ils ont fait...


OUCH !!! !!! !!!
Quelle belle découverte bordel !!!
Merci mortne2001...
Du pur S.T. dans le texte ce truc putain !
Un million de fois mieux que NEGATIVE SELF en ce qui me concerne.

PS : "Un cas d’école du Crossover des années 80 transposé dans une époque q(...)


CxFxCx!


Il y a des nouvelles comme ça qui vous mettent de bonne humeur... Hâte d'entendre le résultat !


Pas un grand drame de ne pas connaître ce groupe...


connais pas...


Il parait qu'il n'y a pas que sur la musique qu'il est précoce mais chuuut... ;-)


"Nicolas, 20 ans, passionné de musique extrême au sens très large depuis 2006"...
Le mec a commencé le Metal à 8 ans ?!?!?!
Bah putain...
J'avais même pas acheté ma première K7 de Michaël Jackson moi à cette âge là... ... ...


Bienvenu mec ;) Et bon fest !!!


"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)