Retransmission

W.e.t.

22/01/2021

Frontiers Records

W.E.T.

W (WORK OF ART), E (ECLIPSE), T (TALISMAN), soit l’association des trois plus grands talents du Hard Rock mélodique de ces vingt dernières années (et plus dans le cas de certains musiciens), Robert Säll, Erik Mårtensson et Jeff Scott Soto. Et comme une comète passant dans le ciel à quelques années d’intervalles, le groupe passe dans notre horizon de temps en temps pour nous rappeler que la perfection existe bel et bien, celle que les chrétiens réservent à leur Dieu sacré. De fait, et par syllogisme, Dieu a créé W.E.T, Dieu est perfection, donc W.E.T est perfection aussi, pardonnez-moi cette facilité rhétorique, mais au moment d’écouter le quatrième album de la bande, je n‘ai d’autre argument en tête pour en décrire les contours ronds et la profondeur de ton. Et douze ans après W.E.T, huit ans après Rise Up, et trois ans après Earthrage, le trio revient plus inspiré que jamais avec son quatrième survol Retransmission, qui a de faux-airs de best-of déguisé reprenant le meilleur des trois albums précédents, tout en poussant les choses encore plus loin. Certes, depuis la fin des années 2000, personne ne conteste le leadership de cette association internationale sur le monde du Hard n’Heavy mélodique, mais autant reconnaitre que ce retour est d’une flamboyance impressionnante, même au regard du parcours passé de ses intervenants.

Aujourd’hui secondés par Magnus Henriksson d’Eclipse à la guitare, Andreas Passmark à la basse et Robban Bäck, (ex-SABATON) aux baguettes, et une fois encore soutenus par les italiens de Frontiers, les trois fondateurs font plus que livrer un simple quatrième album pour relever les compteurs. Ils visent une fois de plus le haut des cimes, histoire de nous offrir un voyage bourré d’oxygène sur les hauteurs les plus inaccessibles de la musique. Héritiers légitimes des légendes de l’ascension BOSTON, JOURNEY, BRIGHTON ROCK, les W.E.T, sans avoir quoi que ce soit de neuf à dire parviennent une fois encore à recycler des méthodes d’usage pour ridiculiser la concurrence, que ce soit en termes de composition, d’arrangements ou de production. Celle-ci est évidemment énorme, moderne, tape-à-l’œil juste ce qu’il faut, histoire de bien mettre en relief les refrains surnaturels concoctés par le groupe. L’approche est formaliste, le résultat attendu, mais une fois encore, on ne peut que s’incliner face au professionnalisme des trois musiciens qui n’ont pas oublié le sens du mot « enthousiasme » avant d’entrer en studio. Car les onze morceaux de cette quatrième livraison sont autant d’hymnes potentiels qui ne supportent ni l’approximation, ni la complaisance.

Et plus les années avancent, plus le groupe gomme quelques petites erreurs, pour enfin totalement assumer son statut de leader de la scène mélodique hargneuse. Et un morceau comme « Beautiful Game » nous prouve avec panache que les trois compères ne sont pas uniquement obsédés par l’équilibre entre poivre et sucre, et qu’ils sont encore assez malins pour se laisser aller à l’agressivité d’un Hard Rock pur et dur. Certes, en découvrant les arcanes de ce Retransmission, vous découvrirez des stands proposant des barbes à papa, des sucreries alléchantes, et tout un achalandage de plaisirs coupables, mais comment résister à cette attraction pour grands enfants en manque de délices adolescents, surtout quand le groove est traité de façon aussi ludique et contagieuse (« How Far To Babylon ») ? C’est impossible je vous l’accorde, et dès l’entrée « Big Boys Don't Cry », le sourire est là, et les souvenirs remontent à la surface. Intro puissante, riff hautement redondant, agressivité de la guitare, chant velouté mais mordant, les ingrédients sont mieux dosés que jamais, et on pense évidemment à la quintessence de la génération mélodique du nouveau siècle ou de l’ancien, en citant les SUNSTORM, SHINING LINE, ECLIPSE, WORK OF ART, WIGELIUS, JEFF SCOTT SOTO, H.E.A.T., TALISMAN, TREAT pour rester dans le ton de la journée.

Sans sombrer dans l’excès de diabète des ballades à la saccharose, les trois malins osent quand même des moments d’émotion tangible, via la sublime ballade « What Are You Waiting For », moment de tendresse sur lequel la voix magnifique de Jeff fait admirablement bien le job. Comme un rêve éveillé, ce disque fonctionne à plusieurs niveaux d’onirisme tout en restant concret dans les faits. La qualité de l’instrumentation, évidemment au-dessus de tout soupçon n’empêche pas les musiciens de constamment chercher à se dépasser dans l’hommage au classicisme, et les hits s’enchaînent comme à la parade, avec de faux airs de climax Disney dans un parc bondé l’été.

Dosant admirablement bien leur effort, les musiciens tiennent donc la route du départ à l’arrivée, se répandant en puissance Heavy héritée des années 80, avec basse ronde en contrepoids et chœurs angéliques (« The Moment Of Truth »), et refrain taillé pour les stades (« The Call Of The Wild »). Impossible de résister à cette déferlante infernale de bonne humeur et de sourires radieux, et l’album nous bloque sur la fréquence d’une radio divine refusant les fillers faciles pour allécher le chaland conduisant nonchalamment. Ici, tout est calibré, mais sonne spontané sous la couche de vernis élaborée, et les hits s’accumulent, laissant parfois filtrer une guitare acoustique pour tamiser la lumière du soleil (« Got To Be About Love », le plus BON JOVI du lot).

Quoiqu’il en soit, des années après l’émergence du groupe, et après le hat trick de trois albums conséquents, les mots deviennent dérisoires, et les superlatifs répétitifs. Mais le groupe l’affirme lui-même avec plus de lucidité que d’orgueil, « You Better Believe It », et c’est tout ce qu’il nous reste à faire. Croire que ces mecs sont encore capables de nous transcender en nous servant plus ou moins les mêmes mets qu’autrefois, mais en les arrangeant de manière différente. Alors, on se laisse aller, les défenses tombent, et comme je le disais en intro de cette chronique, la perfection devient une donnée tangible, et non plus un concept flou réservé aux élites divines. Mais après tout, peut-être que les W.E.T descendent du paradis. Si tel est le cas, et que mon fantasme personnel est en fait une réalité, je signe tout de suite pour headbanger sur un nuage pour l’éternité.   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Big Boys Don't Cry

02. The Moment Of Truth

03. The Call Of The Wild

04. Got To Be About Love

05. Beautiful Game

06. How Far To Babylon

07. Coming Home

08. What Are You Waiting For

09. You Better Believe It

10. How Do I Know

11. One Final Kiss


Facebook officiel


par mortne2001 le 20/02/2021 à 18:04
88 %    42

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49