C’est sûr qu’avec de pareilles références, on ne risque pas de ne pas les remarquer ces deux-là. Deux ? Oui, Anders Manga (chant, guitare et basse) et Devallia (synthés, orgue), qui depuis 2012 nous fascinent de leur obsession pour les bandes horrifiques des années 70, qu’ils accompagnent d’une musique très personnelle, en convergence de toutes les influences qu’ils veulent bien partager avec nous.

Lesquelles ?

En dehors des allusions à Dario Argento, Lucio Fulci, ou Jess Franco, côté pellicules espagnoles et italiennes versées dans le meurtre à l’arme blanche, les dimensions infernales et l’érotisme un peu paillard sur les bords, on trouve dans leur bagage musical de quoi enrichir une discographie vierge de toute référence. Ils parlent de Nick Cave, de BAUHAUS, des CRAMPS évidemment, de SABBATH, de METALLICA, mais aussi de Tom Waits ou des SISTERS OF MERCY, en gros, un marché global qui n’a cure des différences de genre et qui s’accommode très bien d’une ouverture d’esprit respectable et respectée.

Ces deux musiciens de l’ombre des cryptes nous offrent aussi depuis 2012 et avec une belle régularité des œuvres assez personnelles, dont pas moins de quatre LP en cinq ans, Bloody Hammers, Spiritual Relics, Under Satan’s Bed et Lovely Sort Of Death, ainsi qu’une grosse poignée de singles et quelques participations externes à des hommages divers.

Prolifiques donc, mais créatifs ?

Il est évident que les deux associés ont un univers très personnel, qui aime à s’isoler dans l’ombre de la B culture quelle qu’elle soit, et on les imagine très bien engoncés dans un vieux canapé défoncé à réfléchir à leur prochaine intervention en gobant un vieux Pulp Horror un peu défraîchi.

Pour autant, il est inutile d’attendre d’eux qu’ils nous refassent le coup du bon vieil Horror Punk, puisque leur musique en est aussi éloignée que Dario Argento des bluettes pour adolescents ou des couteaux à dents. Non, le groove des BLOODY HAMMERS est palpable et tangible, et se rapprocherait plus du dancefloor des boites batcave à la mode dans les années 90. Faire peur Ok, mais sans oublier d’inciter à se déhancher au son d’une incantation ténébreuse qui juxtapose un beat très appuyé à une ambiance étudiée, genre vieux cimetière aux allées arpentées la nuit, avec un casque sur les oreilles qui diffuserait quelques vieux tubes des SISTERS OF MERCY remixées par Rob Zombie, sans tomber dans le grotesque ou trop forcé pour séduire les midinettes en manque de frissons cheap.

Alors, ça danse, ça bouge, mais ça riffe aussi dans le rouge, et ce premier EP de la carrière du groupe est à l‘image de sa pochette, séduisant mais vénéneux, plaisant mais dangereux, mais étudié pour ne pas faire pisser dans son froc ceux qui s’approcheraient de trop près. Non que la musique soit trop calibrée, mais elle est quand même policée pour ne pas trop effrayer le chaland envouté. Six morceaux qui se posent dans une continuité du travail entrepris depuis quelques années, et qui se permet de jeter en pâture quelques tubes potentiels, qu’une collaboration entre Peter Murphy et ORGY aurait pu produire un soir de pleine lune.

Avec vingt-six minutes au compteur, cet EP vous en donne pour votre argent, et fournit presque le pop-corn. Six morceaux qu’on sent sous influence de Fulci bien sûr (« The Beyond »), mais aussi de Sergio Martino («All the Colors of the Dark »), et qui naviguent au gré de l’inspiration de leurs deux mentors, qui prennent soin de nous gâter d’une variété d’ambiances savoureuses. Entre le déhanché d’un WHITE ZOMBIE traité façon SPINESHANK de l’horreur dès l’ouverture « Gates Of Hell », et le final plus intimiste et ombragé de « All The Colors of The Dark », qui se la joue giallo musical à la MANSON suintant de stupre et de tension érotique, le spectre (le terme est bien choisi) est vaste, et nous balade de maisons abandonnées et hantées en vieux sanatoriums aux échos spectraux assez rédhibitoires pour les victimes potentielles encore vierges.

Pas d’énorme surprise à attendre au regard de la production passée des BLOODY HAMMERS, qui restent dans une continuité de nuances sombres et glauques, parfois perturbées par un orgue malsain à la Anton LaVey (« The Bloodsucker Leads the Dance »).

Le chant d’Anders est toujours aussi suave et grave, rappelant même les intonations d’un Ville Valo en version plus juste et sensuelle, et le contrepoint des touches manipulées avec vice par Devallia apporte le petit plus que nous sommes en droit d’attendre d’une telle collaboration. Les deux s’entendent toujours aussi bien pour distiller de petites pièces fantastiques, qui n’oublient pas de nous faire danser et trembler en même temps.

Métrage court, mais inspiration qui court, pour de petits hymnes à la débauche nocturne, qui frottent des guitares abrasives à une rythmique synthétique (« Vultures Circle Overland »), et qui nous replongent parfois dans une ambiance de série B 80’s savoureuse et juteuse (« Blood », ça suce sans doute des canines, et ça vise l’immortalité d’un beat plombé).

 

Intros travaillées pour nous immerger dans la brume d’un hôtel mal famé (« The Beyond »), dissimulant dans sa cave un passage vers des enfers de luxure et d’excès pervers, arrangements sobres qui n’empiètent pas sur le scénario gentiment glauque, et production top qualité pour ne pas tomber dans le vintage de bandes VHS déjà trop usées.

Certains trouveront ça un poil trop gentillet, et assez loin d’un Shock Rock des seventies abusé de gimmicks sanglants, mais l’effet voulu est obtenu, alors, aucune raison de se plaindre du film pour les oreilles qui se délecte d’une affiche sublime qui décore une version vinyle de toute beauté.

En substance, The Horrific Case of Bloody Hammers est une continuité logique dans l’œuvre des américains, qui sont à l’aise dans leur univers. Un mélange de Rock sombre, d’EBM sobre, d’Electro-Metal soft et de Dark Pop de loft, pour une fête qui s’annonce plus sympathique qu’horrifique. Un truc à danser un soir de pleine lune, avant d’affronter les démons de la nuit. Mais des démons gentils, pas des zombis à la Fulci.


Titres de l'album:

  1. Gates Of Hell
  2. Blood
  3. The Beyond
  4. Vultures Circle Overland
  5. The Bloodsucker Leads the Dance
  6. All the Colors of the Dark

Site officiel


par mortne2001 le 09/08/2017 à 14:05
70 %    323

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)