BOYCOTT ?? Non, merci ça va aller, et pourquoi pas un embargo aussi non ?? Plus sérieusement, je me retrouve une fois encore confronté à une situation en impasse, puisqu’après avoir passé des heures sur la toile à débusquer des infos, je m’en reviens encore quasiment bredouille, ce qui devient une habitude. Alors, je vais la faire aussi courte que ce groupe est discret…Aucune bio sur sa page Facebook, le net demeurant inexplicablement discret à leur sujet, ce sont donc les quelques lignes glanées sur la bible Discogs qui vont m’aiguiller…Groupe finlandais formé en 1987, BOYCOTT a donc eu le temps de publier quatre albums, deux sur un label modeste (Boycott en 1987 et No ! en 1988, tous deux sur Amulet, petite maison de disque nationale succursale de Polarvow Oy, qui se spécialisait dans le délicat Schlager…), et deux sur une major (Lightning Strikes Back ! en 1990 et Red en 1992, publiés par Epic), avant de sombrer corps et âme, permettant ainsi à leur chanteur Tommi Läntinen de se concentrer sur sa carrière solo. Je ne sais pas si beaucoup d’entre vous ont entendu parler d’eux avant que je ne me saisisse de mon clavier, mais pour être honnête, leur nom ne figurait même pas dans les archives poussiéreuses de ma mémoire avant aujourd’hui…Mais je suis ravi d’avoir fait leur connaissance, puisque leur Hard-Rock somme toute classique et formel fait preuve d’une belle énergie et d’un allant incontestable, à défaut d’une originalité flagrante et palpable…

Vingt-cinq ans de silence discographique, c’est long, même si les finlandais nous ont offert une compilation en 2007, Hits Back, qui leur permit de remettre le couvert pour quelques tournées de plus, et surtout, un LP en bonne et due forme, le premier depuis 1992. Musicalement, situer les nordiques n’est pas chose difficile, tant leur Rock est générique et généreusement mélodique, même si les influences locales et voisines (Suède, Norvège) sont aussi criantes qu’un tatouage sur le bras d’un des frangins Binzer. On tangue entre le mordant aux dents longues et l’harmonique aux joues soyeuses, et autant l’avouer, c’est dans ces instants-là que le groupe se montre le plus persuasif, comme en témoigne le tube « Spirit Of Liberty », auquel participe Ilmari Läntinen, le fils du vocaliste susmentionné. Refrain irrésistible, ambiance fédératrice d’empathie et d’ouverture d’esprit, pour un AOR de grande classe, qui a su garder une rugosité toute européenne qui l’empêche de sombrer dans la mélasse calibrée. Mais l’émotion n’en est pas pour autant sacrifiée, et le délicat « Bittersweet », entonné de concert avec la belle et flamboyante rousse Ina Forsman (musicienne Blues et Soul de grand talent), démontre que le combo sait aussi puiser dans les racines bluesy de quoi nous faire vibrer. L’unisson des voix des deux genres et assez fabuleuse dans le sien, et nous permet de savourer une tranche d’intimisme purement eighties…Guitare en mute, basse qui roule, batterie qui n’amasse pas mousse, l’alchimie est totale, pour un des sommets de l’album, pourtant long de presque cinquante minutes…

Tout ça évoque à merveille un crossover grandeur nature entre un Hard Rock rugueux, une Pop méticuleuse et un Art Rock nuancé, spécialement lorsque les BOYCOTT se rapprochent d’un DEF LEPPARD en union locale avec FM ou MAGNUM (« Fire In The Heart », avec ces intonations vocales sur le refrain proches d’un Fish plein d’entrain), pour un répertoire en clair-obscur qui cite BENATAR de loin pour mieux se rapprocher d’un MIKE AND THE MECHANICS ou d’un DARE pudique (« Love Is A Minefield »), avant de balancer la sauce par-dessus le rôti, d’un « Hour Of The Wolf » surpuissant de son up tempo galopant, qui fait enfin monter la température d’un cran. Chœurs en amitié musicale, refrain taillé pour les charts nationaux, guitares qui saignent et trempent les cordes dans la sueur, et délié Rock N’Roll assumé…On retrouve plus ou moins ce schéma sur « Partners In Crime », qui bien que plus mid n’est pas plus timide, et tente quelques lâchés de médiator bien aiguisés, histoire de se rapprocher d’un Hard à tendance FM purement eighties dans les veines…Mais sur The Mighty la pression ne fait jamais monter la vôtre, et l’empathie et la sympathie mélodique font vite refroidir les débats, pour toujours placer LA mélodie là où on l’attend le plus, et nous entraîner dans une jolie balade radiophonique, qui n’implique pas pour autant une quelconque compromission artistique. Ainsi, le très accrocheur « American Song » nous fait bondir de notre fauteuil pour remettre les pendules des hits à l’heure, celle de l’approche ricaine du style, qui mise tout sur un refrain malin, aux voix entremêlées et aux guitares affamées, pour quelques minutes hautement recommandables qui ne jouent aucun tour pendable.

Pas vraiment de grosse surprise à attendre d’un LP qui joue franc jeu, et qui expose ses arguments juste sous nos yeux. Même si la vapeur bout sur le long et presque progressif « Sirocco », c’est pour nous prendre à rebours d’une inspiration très LED ZEP, avec arabesques de guitare et tension évolutive, claviers pompiers qui s’amusent beaucoup de leur petit effet, et solo tout en touché qui nous laisse assez subjugués. Une bien belle réussite qui vient encore agrandir le champ d’action de ces finlandais qui connaissent leur métier, suffisamment pour ne pas trop traîner sur une ligne bien tracée. Evidemment, tout ceci est classique, mais la variété des morceaux proposés est telle que l’ennui ne vient jamais pointer le bout de ses bâillements, même lorsque le groupe craque au final pour tomber sur un tapis de feuilles AOR bien tassé. « No One, Babe », final en demi-teinte vient définitivement entériner le rattachement possible entre BOYCOTT et JOURNEY, et tous les héros d’un Rock costaud mais pas lourdaud, qui placent sur le même piédestal sueur et douceur, sans perdre l’équilibre. Une production très propre mais pas aseptisée permet de rendre une copie immaculée, qui va ravir tous les amateurs de Rock pluriforme, qui sans se disperser s’autorise des écarts constatés, d’un Hard musclé à un FM pas trop sucré, en passant par une Pop intelligente et racée. Facile de comprendre dès lors pourquoi le combo a décidé de remettre le couvert, tant il était confiant dans ses capacités retrouvées et sa créativité régénérée. Des chansons, juste des chansons, simples juste ce qu’il faut, mais un poil plus aventureuses que la moyenne (notamment, comme je l’ai déjà dit sur ce magnifique duo « Bittersweet », le genre de truc qui va faire un malheur au pays…), et finalement une réussite sereine qui permet de se souvenir des rêves de jeunesse, quand tout était encore possible.

Sympathique découverte qui mérite mieux que ce semi anonymat dans lequel ces musiciens semblent plongés sur la toile. Je vous ai transmis le message, à vous de faire le reste. A moins que vous n’optiez pour un boycott absolument pas justifié !


Titres de l'album:

  1. Thunder
  2. Partners In Crime
  3. Still I Rise
  4. Spirit of Liberty (feat. Ilmari Läntinen)
  5. Bittersweet (feat. Ina Forsman)
  6. Fire in the Heart
  7. Love is a Minefield
  8. Hour of the Wolf
  9. Perfect Night
  10. Perfect Night
  11. Sirocco
  12. No One, Babe

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/11/2017 à 18:02
79 %    266

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.