Hell Unleashed

Evile

30/04/2021

Napalm Records

Huit ans d’absence c’est beaucoup, surtout quand on n’évolue pas en première division. Huit ans d’absence lorsque vous jouez du Thrash old-school c’est énorme, et vous risquez de vous faire dépasser, voire enterrer par deux ou trois nouveaux venus, aussi doués, sinon plus que vous. C’est pourtant le pari tenté par les anglais d’EVILE, qui depuis 2004 incarnent le renouveau du Thrash des eighties avec panache. Seulement, depuis 2013 et la sortie de Skull, les originaires de Huddersfield dans le West Yorkshire ont laissé la porte ouverte à la rébellion, et doivent aujourd’hui en payer le prix. Certes, cette absence n’est pas que conséquence de la fainéantise et du dilettantisme. Le groupe a dû faire face à un remaniement interne avec le départ du leader Matt Drake, qui a laissé le micro à son petit frère Ol Drake et sa guitare à Adrian Smith. Un remplacement aussi important entraîne donc des conséquences, et le EVILE estampillé 2021 montre donc quelques différences avec celui qui nous avait quitté il y a huit ans, et autant dire que ce laps de temps, sans laisser de stigmates importants, montre quand même des cicatrices de raccommodage évidentes.

       

La fluidité dans la mélodie a donc laissé place à une course à la vitesse et à la violence, ce que les BPM et la voix grave d’Ol Drake soulignent dès les premières secondes. En huit ans, EVILE s’est transformé en fils illégitime de WARFECT et du MESHUGGAH le plus ancien, a perdu quelque part sa singularité, est rentré un peu dans le rang, mais n’a pas laissé son flair et sa technique au placard. Produit pour la première fois par Chris Clancy aux Backstage Studios en Angleterre, Hell Unleashed est un bloc de béton qui tombe d’un chantier au coin de la rue, et qui a la gentillesse de le faire en plein dans votre mouille. Inutile d’attendre trop de nuances de la part de ce cinquième longue-durée, qui joue clairement la brutalité. Mais on ne parle pas de déchaîner les enfers au son d’un Thrash modéré, et « Paralysed » de montrer immédiatement les crocs et de vous bouffer le mollet avec plus de pression dans la mâchoire qu’un pitbull. Le son prend à la gorge, se montre clair, laisse la batterie et la basse respirer, place les soli en avant, et donne dans la précision chirurgicale. Dès lors, on comprend que la puissance a été privilégiée sur l’originalité, ce qui est souvent le cas chez les références old-school, même si quelques finesses techniques à la MESHUGGAH de Contradictions Collapse ne vous échapperont pas. Mais l’analogie avec le WARFECT le plus efficace est tout de même la plus probante, et parfois, confondre les deux groupes relève d’un processus naturel.

Quelques changements donc dans la continuité, un changement de personnel qui se sent à l’écoute, et quelques surprises dans le tracklisting constituent donc les quelques nouveautés proposées par Hell Unleashed. Outre cette science exacte du riff saccadé que nous retrouvons avec un plaisir non feint, les anglais nous ont réservé quelques moments de détente, à l’image de ce « Gore » auquel a participé Brian Posehn (The WB's Mission Hill, The Sarah Silverman Program et bien sûr The Big Bang Theory), et qui charcle dans les grandes largeurs en évoquant le versant le plus germanique du Thrash des années 80. Au menu, sans taxe ni sus, une belle reprise des bouchers sadiques de MORTICIAN, qui voient leur plat de tripailles « Zombie Apocalypse » transcendé de lourdeur et de méchanceté light. Autre petit cadeau pour les papilles auditives, l’analogie cinématographique « The Thing » qui nous replonge dans le froid glacial du John Carpenter de 1982. Soit, au milieu d’une bonne bordée de morceaux classiques, quelques petits amuse-bouche qui fondent et font plaisir, à défaut de vraiment nous faire exulter. Si les critiques sur le Net sont déjà partagées malgré la sortie récente de l’album, c’est parce que certains journalistes ont jugé cet effort trop clinique et générique pour vraiment se démarquer, alors que d’autres, moins à cheval sur les principes, ont jugé ce cinquième effort à sa juste valeur, à savoir un pur album de violence débridée, dont le seul objectif est de nous bousculer de ses saccades et de ses BPM. Il faut dire que les anglais n’ont pas été avares en accélérations, et que le rythme général de l’album est relativement chaud. Et comme je n’aime vexer personne, je dirais que mon opinion se range entre les deux camps, louant d’un côté l’efficacité d’un disque qui s’écoute sans aucun effort, mais déplorant aussi le manque de prise de risque de la part d’un groupe qui s’est déjà largement affirmé sur la scène.

Loin de moi l’idée de jouer les moralisateurs créatifs, d’autant plus que certains morceaux sont plus que valables. Ainsi, le progressif et évolutif « Incarcerated » instaure une belle ambiance de claustrophobie, alors qu’à l’opposé du spectre, le final « Hell Unleashed » défouraille velu sans aucun remord. Entre les deux, du classicisme, de belles intros (« Disorder », qui varie enfin légèrement dans l’attaque), et un traditionalisme de fond qui nous renvoie au plus efficace de la sidérurgie germaine des années 88/92, tout comme au plus virulent de la vague old-school de ces dix dernières années. Il y a du CRIMSON SLAUGHTER là-dessous, dans cette volonté d’exploser toutes les limites, mais les limites sont justement assez rapidement atteintes, le handicap de la linéarité du chant d’Ol plombant un instrumental salement décapant.

Ol hurle bien, pas de soucis, mais gomme le peu de sophistication qui émane des parties les plus techniques, et souvent, le spectre du timbre de Jens Kidman plane au-dessus des compositions. Mais ce qui convient à MESHUGGAH, groupe très froid et mécanique ne convient pas forcément à un combo de Thrash plus viscéral, et seule la courte durée de l’album nous sauve de l’ennui parfois.

Nonobstant ces quelques griefs, Hell Unleashed n’en reste pas moins un monstre de puissance et de véhémence, et mérite largement de figurer en bonne place des sorties de ce mois d’avril. On en attendait certainement plus d’un groupe de la trempe d’EVILE, spécialement après ce hiatus de huit ans. Mais prenons quand même, et headbanguons jusqu’à ce que notre cou se dévisse. Tel est le but de toute cette opération.

      

                                                                                                                                                                                                  

Titres de l’album:

01. Paralysed

02. Gore

03. Incarcerated

04. War Of Attrition

05. Disorder

06. The Thing (1982)

07. Zombie Apocalypse

08. Control From Above

09. Hell Unleashed


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/05/2021 à 18:25
80 %    150

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
28/05/2021, 22:36:10

Je n'ai jamais accroché plus que ça à la musique de cette formation malgré qu'elle soit clairement de très bonne facture.

PAR CONTRE !!!

Cette reprise de MORTICIAN !!!

Mon dieu qu'elle m'a fait plaisir !

Bon, en même temps je suis über fanatik de ce putain de groupe depuis le lycée donc forcément hein...

Mais vous avouerez tout même qu'ils ont tapé dans un truc auquel on n'aurait pas naturellement pensé de prime abord vis à vis de leur style habituel.

Bravo pour la "prise de risque" donc.


Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02