Doit-on attendre d’un groupe presque majeur, tête de B-list des années 80 qu’il revienne avec un chef d’œuvre après plus de vingt-trois ans de silence ? La question peut avoir son importance, mais doit être abordée avec objectivité, et avec un certain nombre de facteurs en tête. D’abord, le groupe en question a-t-il déjà publié un magnum opus durant son âge d’or ? Si la réponse est non, la question en elle-même n’a plus lieu d’être. Si oui, l’époque était-elle différente ? La réponse à cette question étant obligatoirement positive, l’autre question devient tendancieuse et son issue biaisée. Une fois toutes les données assimilées, une fois tous les paramètres pris en compte, il devient alors assez simple de savoir si Awakening de SACRED REICH mérite la volée de bois vert qu’il a reçu ces derniers temps sur la toile, les chroniqueurs revanchards les ayant connus à l’époque se soulageant la vessie verbale sur ce nouvel LP, qui en effet, joue le retour en mode mineur. Pour tenter de jouer les avocats du diable, je peux comprendre cette ire littéraire et musicale qui guide le clavier des dits chroniqueurs, le disque en question accumulant les handicaps dès le départ. De sa pochette franchement minimaliste au trait forcé et forcément estampillé vintage, à sa production étonnamment déficiente, en passant par sa brièveté surprenante (quel cador se permet en 2019 de sortir un disque dépassant à peine la demi-heure ?), le groupe de Phoenix n’a pas vraiment mis les plats dans les grands et semble même jouer la carte de l’humilité, cherchant presque refuge dans l’underground qu’il a quitté en 1987 avec la sortie d’Ignorance. Alors, l’Arizona a-t-il changé au point de devenir méconnaissable aujourd’hui ? Et à quelle sauce les SACRED REICH nous ont-ils vraiment accommodé leur comeback ? Pour le savoir, il suffit d’écouter ces huit morceaux, qui avec leur modestie presque embarrassante font pourtant partie de ce que le quatuor nous a proposé de mieux depuis…très longtemps.

Prenez d’abord note que je n’ai jamais considéré le REICH comme un groupe majeur, mais plutôt comme un solide acteur de série B connaissant son boulot. Aussi fougueux fut-il back in time, Ignorance n’était tout au plus qu’une habile copie émoussée des coups de fouet du SLAYER impitoyable des années d’or et de sang, démarcage qui n’avait d’ailleurs pas échappé aux journalistes de Hard-Rock Magazine qui avaient souligné le caractère cavalier de l’hommage. The American Way heureusement montrait le visage plus mature d’un groupe peut-être plus à l’aise artistiquement avec les nineties annoncées, et reste pour moi l’achèvement majeur des arizoniens, le plus solide de bout en bout, et plus puissant que tout ce que le groupe sortira par la suite. Le reste de leur production n’éveilla chez moi qu’un intérêt poli, mon dernier acte de passion consistant à écouter Independant de bout en bout, sans bailler, et Dieu sait pourtant si ce LP était truffé de fillers et de riffs à faire mourir d’ennui un fan de Kerry King. Mais pour rester franc, je me dois de préciser un élément qui vous permettra de comprendre pourquoi ma passion pour le groupe est née et morte assez rapidement. Et la réponse se résume à deux mots, un homme, un jeu. Dave McClain. Aussi honoré et capé soit le batteur, je n’ai jamais pu supporter son jeu, beaucoup trop propre et carré pour appuyer des riffs, une sorte de clone Thrash de Nicko McBrain, le batteur le plus insipide du Metal, dont la technique ne souffrirait pourtant pas d’être remise en cause. Je m’excuse par avance pour ce blasphème que ses fans ne manqueront pas de conspuer, mais j’ai ressenti la même frustration lorsque Dave remplaça l’énorme Chris Kontos dans MACHINE HEAD, privant le groupe du groove énorme de son premier LP, et admettons-le, son seul avantage sur la concurrence. Alors l’annonce du retour du batteur après des années de souffrance dans MACHINE HEAD ne m’a pas vraiment donné envie de me jeter sur cet Awakening qui s’annonçait comme la non-surprise absolue qu’il avait l’air d’être, et pourtant…

Et pourtant quoi en fait ? Et pourtant, cette libération semble avoir boosté le jeu du batteur qui a enfin abandonné ses fills trop clean et sa frappe trop polie au placard, pour se la jouer limite Hardcore et enfin cogner comme on le savait capable. C’est franchement pour moi la véritable révélation de cet album, de voir enfin ce percussionniste sortir du placard pour se laisser aller, et planter des contretemps furieux, des parties de double qui sentent l’envie d’en découdre, et surtout, de varier un peu les roulements et les descentes de toms pour donner de l’énergie à des morceaux qui en avaient vraiment besoin. Car le SACRED REICH de 2019 a beaucoup de retard à rattraper, même si sa légende lui permet de rester confortablement installé sur un trône peut-être un peu usurpé. Le formidable atout de ce premier LP depuis Heal est décidément la guérison dont le groupe avait besoin pour revenir au premier plan, et l’intelligence des compositeurs a été de ne pas chercher à reproduire une formule magique (celle de The American Way modulé d’une impulsion Ignorance eut été la plus simple à utiliser), mais bien de laisser leur instinct naturel parler pour accoucher d’une œuvre certes humble, mais diablement efficace. Et si les morceaux lâchés en hors-d’œuvre n’ont pas convaincu les foules, ils font pourtant partie des plus directs et percutants que le groupe a signé depuis « Independant » ou « The American Way », ce que ces trente minutes prouvent à chaque seconde. Oh, rien de miraculeux, rien que l’on n’a déjà entendu de leur part, mais une vraie joie, une vraie simplicité, et une complicité qui jaillit de « Divide & Conquer » qui ressemble au regard qu’un musicien peut jeter sur son illustre passé, mélange de fierté et de nostalgie, et de bonheur d’avoir connu ça en temps et en heure.

Alors non, la production n’est pas terrible, et certainement pas digne d’une trademark Metal Blade. Le son est trop nivelé, la basse trop calmée, et la batterie assez roots. Mais elle convient parfaitement aux chansons, ce que l’on sent dès l’ouverture. Alors oui, l’album est court, trop même au regard d’une absence de plus de deux décennies, mais là où bien des institutions auraient commis le faux-pas de blinder pour blinder, SACRED REICH a préféré se contenter de quelques chansons fortes, et d’arrêter sa course pile au bon moment. Non, tout n’est pas parfait, la mélodie de « Salvation » ressemble à un ersatz de Thrash des années 90 servi réchauffé au micro-ondes, mais sincèrement, vous auriez cru les mecs capables de nous saucer du riff redondant de « Killing Machine » comme s’ils toisaient le PRIEST de la tête et des épaules ? Moi non plus, et toujours aussi efficaces, Phil Rind et Wiley Arnett se permettent de combiner la franchise de PANTERA et le classicisme de Rob et les autres pour accoucher d’un monstre de groove, qui n’aurait pas démérité il y a trente ans. D’ailleurs, Wiley ne se prive pas pour nous torcher quelques interventions qui prouvent que son doigté est toujours aussi précis (je me demande d’ailleurs quand son boulot sera réévalué à bonne échelle ?), et les gars sont si heureux de se retrouver qu’ils s’autorisent des incartades presque délirantes, validant le parallèle avec PANTERA lorsque le binaire groovy de « Death Valley » se joue de la NOLA, et du Desert Rock de façon plus générale. De la cowbell sur du SACRED REICH ? Oui monsieur, et le pire, c’est que ça fonctionne…

Alors non, une fois encore, je ne rejoindrai pas la masse bêlante, et j’affirmerai mes positions. Parce que « Revolution » me ramène à Surf Nicaragua, avec son rythme Punk et son feeling Hardcore, entre les DESCENDANTS et DISCHARGE, et parce que « Something to Believe » sonne comme s’il avait été enregistré en 1996. D’autres raisons ? La naïveté de penser qu’un album parle à chacun de façon différente, et qu’un groupe ne dégage jamais de consensus. Mais à partir du moment où il vous donne du plaisir, il convient que vous le remerciez. Ce que je fais au travers de cette chronique, sans doute trop longue, mais d’une sincérité indéniable.     

               

Titres de l'album :

                          01.Awakening

                          02.Divide & Conquer

                          03.Salvation

                          04.Manifest Reality

                          05.Killing Machine

                          06.Death Valley

                          07.Revolution

                          08.Something to Believe

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/08/2019 à 17:40
80 %    325

Commentaires (10) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@79.87.138.218
27/08/2019 à 23:43:10
Petit abum simple, direct et sans prétention, au refrain facilement mémorable, sympa à écouter le temps d'un été... A voir si il passe l'épreuve dans du temps.

NecroKosmos
@90.32.188.53
28/08/2019 à 07:47:26
Ouais, ni bon, ni mauvais. La magie d'un 'Ignorance' est bien loin. Un groupe de seconde zone avec ses avantages et ses inconvénients....

Humungus
membre enregistré
28/08/2019 à 17:17:40
"D’abord, le groupe en question a-t-il déjà publié un magnum opus durant son âge d’or ?"
La réponse est oui : "The american way".
Album de Crossover par excellence à mon sens.
Maintenant revenons à cet album :
- Pochette old school et donc bien culte.
- Musique sans saveur et monotone au possible. Mixage plat comme une limande.
Aussi vite écouté qu'oublié donc. Dommage, j'en attendais beaucoup.

PS : Dans la série revival, hâte de voir ce qu'EXHORDER a bien pu pondre de leur côté du coup...

LeMoustre
@93.4.16.166
28/08/2019 à 18:25:48
MMmm, concernant Exhorder, tout dépendra de leur orientation actuelle, sur les morceaux en ligne, y'a du Exodus, mais aussi des passages plus groovy. A voir, mais à mon humble avis, on sera loin des cartons des retours de Possessed ou Nocturnus AD, voire Opprobrium

Eliminator
@2.6.134.52
28/08/2019 à 20:51:17
Pour ma part, je trouve au contraire qu on reconnait bien le jeu de McClain. Sur "Manifest Réality" c'est typiquement les fills qu il utilise et utilisait dans Machine Head. La prod est juste a l opposé de ce qui se fait chez MH, sans artifices. Bon album sinon. Et le deuxieme album de MH est excellent !

L'anonyme
@157.164.187.208
29/08/2019 à 07:59:56
Personnellement, je ne comprend pas cet acharnement sur le groupe. Je trouve leur album très bon, assez varié, sans remplissage, concis.
Cet album, je le trouve plutôt dans la lignée d'un Ignorance ou Heal, albums ayant moins marqué à l'époque mais que je trouve franchement bons.
Par ailleurs, Sacred Reich n'a jamais pratiqué un thrash aussi incisif qu'un Overkill par exemple mais se rapproche plus de Flotsam And Jetsam sur ses albums les plus thrash.
Après, les goûts et les couleurs...

L'anonyme
@157.164.187.208
29/08/2019 à 08:09:22
* je voulais dire Independant ou Heal

Arioch91
@195.115.26.249
30/08/2019 à 13:35:04
Sur Ignorance, Sacred Reich se rapprochait nettement plus d'un Slayer que d'un Flotsam & Jetsam donc en matière de Thrash qui déboite, ils étaient dans le mille quelque part.

Du coup, comparer leur nouvel album à Ignorance, c'est comme comparer Kill'Em All à Load...

JTDP
membre enregistré
05/09/2019 à 14:26:19
Eh bien moi qui loin d'être un féru de Thrash, je le trouve éminemment sympathique cet album. Il est efficace, mélodique et sans chichis, ce qui fait le plus grand bien au style je trouve.

JTDP
membre enregistré
05/09/2019 à 14:34:51
*moi qui SUIS loin... fallait-il lire bien sûr...

Ajouter un commentaire


Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !


J'veux les voir a Avignon.


RIP il rejoint son fils perdu trop tôt.


+1 j'aurai bien fait les deux... du coup ce sera Testament et compagnie pour moi


YOTH IRIA : avec des anciens de ROTTING CHRIST et NECROMANTIA.


Sympa, cette brochette. Bon, un peu déçu par le SDI. Assassin, à ne pas confondre avec l'Allemand. Sympa, vu l'exotisme de la chose.


Le même jour qu'Exodus/Testament/Death Angel à Toulouse. Quel dommage !


Vivement leur prochain album !


Je les avais vus en 2012 sur une affiche anthologique, c'était bien Heavy et mélodique sur les bords.


Pareil, un grand album, comme tous les Heathen ! L'inédit vaut-il l'achat, pour ceux qui ont déjà l'album d'origine ?


'Victims of deception' est excellent !! Un groupe sous-estimé. J'en veux pour preuve la faible affluence devant la scène lors de leur passage au Hellfest. Mais, ayant déjà ce nouvel album (tout de même initialement paru en 2010), j'aimerais savoir ce que vaut l'inédit. Cela dit, ce disque, c'e(...)