L’underground se réveille, très tôt, frappe très fort, et s’en va. Et le lendemain, ça recommence. C’est comme ça que ça marche, et ça n’est pas prêt de changer. Tant mieux.

Comme souvent, j’arpente les couloirs sombres du net à la recherche de nouvelles sensations fortes, et comme souvent, je les trouve. Cette fois-ci, c’est sur le Bandcamp d’un jeune groupe originaire de Philadelphie, Pennsylvanie, que j’ai trouvé matière à digresser pour quelque signets, grâce au premier 7’’ éponyme d’un quintette d’enragés, qui brouillent les frontières entre Hardcore traditionnel, Fastcore additionnel et Powerviolence circonstanciel, dans un brouhaha de fureur et une explosion de protestations.

La rage au ventre, Ashley (chant), Spencer & Brandon (guitares), Devin (basse) et Chris (batterie) foncent à cent à l’heure dans une décharge d’adrénaline qui vous défibrille plus efficacement qu’une décharge de gégène en plein cœur. En à peine neuf pistes et un peu plus de dix minutes, les cinq américains nous donnent une leçon de violence majeure, qui rappelle à point nommé toute l’importance des USA sur l’histoire mondiale Core présente, à venir et passée.

Après un premier jet en quatre titres salement bien troussé, sorti en janvier de cette même année, les BLEEDSIDE nous font saigner les oreilles à grands coups de riffs tronçonnés et de rythmiques enlevées, sans discontinuer, comme une gigantesque séance de beignes pour nous faire avouer que la brutalité nous avait manquée.

Dans un registre qui pourra paraître mesuré aux fans de CLOSET WITCH et autres OAF, les cinq pennsylvaniens lâchent la vapeur mais tiennent la bride, pour ne jamais dépasser les limites d’un Powerviolence qui refuse la facilité du chaos désorganisé, et qui concentre son effort sur un Hardcore à corps qui vous plaque au sol de la puissance de ses BPM presque Crust dans l’esprit, mais moins sombre qu’un D-beat scandinave. On nage ici en pleine convergence de courants, qui vous malmènent avant, après et pendant, et qui résument la plupart du temps en une poignée de secondes tout ce qu’il y a à savoir sur la question.

Alors, on va à l’essentiel, et on cogne, mais intelligemment. Etant moi-même fan ardent de la chose Core hurlée d’une voix féminine pleine d’allant, j’ai été fort séduit par les neuf saillies de ce single qui ne dépassent la minute qu’à l’occasion d’une outro béton, et qui le reste du temps se balancent entre la minute à peine entamée et les deux approchées.

Et après une courte intro, les BLEEDSIDE nous cartonnent un « Negative Loop » que les DISCHARGE ou EXTREME NOISE TERROR pourraient leur envier, animé d’un riff sombre très anglais, redondant et noir comme le jais, que des vocaux possédés transcendent avec poigne.

Pas le temps de ralentir, la machine fait fumer les moteurs qui tournent à plein régime, et on aura toujours le temps de les refroidir plus tard. Dans une cadence infernale d’abattage Fastcore, le quintette tape vite et fort, et peut compter sur un batteur de la mort, qui ne halète jamais et ne décélère pas plus. Avec une paire de guitaristes qui riffent dru et serré, et une basse qui s’invite souvent au banquet (« Midnight Blue »), BLEEDSIDE ne se pose aucune question inutile et aligne les calottes, se permettant quand même une légère pause sur les premières mesures de « Baltimore Strut », qui pilonne un up tempo vraiment costaud qui nous garde au chaud.

Feedback mais pas trop, roulements de toms bien finauds, pour une cascade de beats qui laissent la concurrence sur le carreau (« Hum »), chant qui éructe au-delà de ses capacités physiques sur fond de blasts qui ruminent (« L12 »), affrontement des peurs pour rester à l’heure (« Old Phobia », mid tempo pataud mais soutenu par une quatre cordes aux accents crossover), et final intense et légèrement malsain, qui pourrait régaler les historiens Crust mais aussi les archéologues Powerviolence (« Deny The Shame », quelle honte à jouer aussi vite et fort ??).

Ce 7’’ éponyme est une petite bombe qui vous explose à la gueule sans prévenir. Dispo gratis sur le Bandcamp du groupe, c’est un petit pavé qu’on se jette à la face pour rester socialement éveillé, et qui manipule sans précautions les ingrédients les plus dangereux du Powerviolence et du Hardcore maison. A recommander aux fans de la violence de saison.

Chaude, mais lucide.


Titres de l'album:

  1. Negative Loop
  2. Fistful of Verbs
  3. Midnight Blue
  4. Baltimore Strut
  5. Hum
  6. L12
  7. Old Phobia
  8. Stone In Pocket
  9. Deny The Shame

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/08/2017 à 18:08
72 %    257

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...