Nous abordons souvent le cas du revival Thrash dans ces colonnes, mais il serait temps d’aborder avec la même concision le cas de la troisième vague de groupes AOR, genre qui semble lui aussi connaître un perpétuel recommencement, au travers des œuvres de groupes aussi passionnés que ceux qui les ont influencés il y a plus de trente ans.

Si vous êtes amateurs de Rock mélodique foncièrement enraciné dans la culture West Coast des 80’s, vous savez déjà de quoi je parle, et vous accumulez comme moi les nouvelles sorties qui inondent le marché depuis une bonne dizaine d’années.

Généralement, ces productions nous en viennent des pays Scandinaves, mais aussi des Etats-Unis bien sûr, d’Angleterre parfois, et souvent d’Italie, la patrie de l’incontournable label phare Frontiers, qui se fait un plaisir de toujours dénicher les perles rares du créneau.

Tiens, prenons leur dernière signature en compte, celle des Italiens de LIONVILLE. Une fois de plus, la maison de disques romantique ne s’y est pas trompé, et nous offre sur un plateau une nouvelle démonstration mélodique de haut-vol. Alors certes, le groupe en question n’est pas né de la dernière pluie de pétales de roses, mais admettons quand même que leur troisième album se rapproche de plus en plus des tables de loi du style au point de brouiller les radars temporels pour nous replonger sans en avoir l’air dans l’eau agréablement tiède des légendaires 80’s.

LIONVILLE est à la base un projet initié par le guitariste/chanteur/compositeur Stefano Lionetti qui souhaitait retrouver le souffle épique des harmonies Rock Fm inondant les ondes US d’il y a quelques décennies, en rassemblant autour de lui des acolytes tout aussi passionnés.

Deux albums plus tard dans la musette (Lionville en 2011 et II en 2012), quelques ajustements de personnel (accueil du formidable chanteur Lars Säfsund des WORK OF ART, autre pierre de rosette suédoise du genre), et cinq années de travail auront été nécessaires pour accoucher sans douleur ni péridurale de ce troisième effort, A World of Fools, qui après quelques écoutes attentives, pourrait bien se révéler comme le magnum opus de ce quintette qui décidemment à tout compris aux essences originelles du Rock West Coast/AOR des TOTO, BAD ENGLISH, JOURNEY, SURVIVOR et autres BOULEVARD.

Alors certes, il s’adresse plus volontiers aux oreilles sensibles et aux cœurs romantiques des nostalgiques de la bande aux frères Porcaro et autres apôtres mélodiques d’un Rock très doucereux et hautement digeste, mais le professionnalisme dont fait preuve ce troisième album et le soin apporté à ses mélodies laisse admiratif, et pour peu que vous soyez ouverts à une musique délicatement ciselée et hautement harmonique, A World of Fools saura vous séduire en quelques mesures et une poignée de morceaux vraiment attachants.

Niveau infos, le line-up actuel du groupe se compose évidemment de Stefano Lionetti (guitare, chant et claviers), Lars Säfsund (chant et chœurs), Michele Cusato (guitares), Giulio Dagnino (basse) et Martino Malacrida (batterie), et l’album a été composé et produit par Stefano lui-même.

L’intégration de Lars s’est faite sans encombre, et il a endossé le costume de lead singer qui de fait lui va comme un gant, s’incarnant dans les nouvelles compositions de son guitariste avec toute la passion et la sensibilité requises par ce style de morceaux.

Ces titres ont d’ailleurs bénéficié de la participation créative de pointures comme Robert Sall, Alessandro Del Vecchio, Bruce Gaitsch, Soren Kronkvist, Gianluca Firmo, Thomas Vikstrom, ou Ida West, et rappellent parfois des artistes comme Marc COHN, Richard MARX ou Henry Lee SUMMER (« One More Night », qu’on aurait très bien pu trouver aussi sur un album solo de Joseph WILLIAMS ou sur son projet commun avec Peter FRIESTEDT), mais sonnent quand même à la base comme un gigantesque crossover de toutes les références citées en amont, avec une emphase particulière sur le TOTO de transition, celui qui évolua de The Seventh One à Tambu, avec moins de déviations Jazz-Rock évidemment.

La question qui reste peut-être en suspens pour les plus suspicieux d’entre vous, est bien de savoir si ce troisième LP à encore un quelconque rapport avec le Hard-Rock, même le plus accessible ?

La réponse est difficile à prodiguer, puisque ce disque prend un malin plaisir à souffler le lilas comme le jasmin, et à nous prendre à contre-pied en permanence.

Alors qu’un morceau comme l’ouverture « I Will Wait » aurait pu sans honte être composé par NIGHT RANGER ou un SURVIVOR en pleine crise de virilité, d’autres semblent plus à même d’évoquer le Soft Rock le plus comestible pour les réfractaires à la distorsion, à l’image sonore de ce « Show Me The Love » que TOTO aurait pu lâcher en second ou troisième single de son Farenheit.

 

Ne fuyez pas tout de suite, puisque quelques segments de ce A World of Fools pourrait très bien vous concerner, pourvu que vous ayez l’esprit éclairé. Ainsi, le Rock en up tempo de « All I Want » vous rappellera  la légèreté mordante des DANGER DANGER mais aussi de Ted Poley en solo, alors que « Paradise » ramènera à votre mémoire la science harmonique des DEF LEPPARD et les constructions polies de Mutt Lange en studio, au service de FOREIGNER par exemple.

Certes, le tout est très soigné, brille de mille feux de bougies romantiquement disposées autour d’une baignoire de mousse, mais les chansons sont interprétées avec une telle conviction et un tel talent d’instrumentiste, qu’il n’est nul besoin de faire un quelconque effort pour se prendre au jeu.

Je le concède, « Our Good Goodbye » et ses tendances New-Wave 80’s pourra rebuter les plus violents d’entre vous, mais la sensibilité affichée est tellement séduisante et symptomatique des glorieuses eighties qu’il est impossible de ne pas craquer, surtout lorsque les chœurs en arrière-plan singent les tics de David Paich avec un mimétisme bluffant.

Des hits comme s’il en pleuvait (« Bring me Back Our Love », « A World Of Fools »), des singles potentiels en veux-tu en voilà (« Livin’ On The Edge »), des ballades qui pansent vos plaies d’amoureux éconduit (« One More Night », mid tempo sucré, « Image Of Your Soul », encore une fois bien traumatisé par les accès de tendresse de Steve Lukather et Joseph Williams), pour un album de première classe, qui certes joue la carte du consensuel, mais avec classe et élégance.

Rien qui puisse heurter votre sensibilité, un calibrage harmonique au millimètre, mais n’est-ce pas ce qu’on vient chercher chez des groupes de la trempe de LIONVILLE ?

Exactement, alors comment leur reprocher de rester fidèles à leurs convictions et de faire leur boulot avec dévotion ?

Et à ce jour, A World of Fools pourrait bien être leur meilleure production.


Titres de l'album:

  1. I Will Wait
  2. Show me the Love
  3. Bring Me Back Our Love
  4. Heaven Is Right Here
  5. A World of Fools
  6. One More Night
  7. All I Want
  8. Livin' On the Edge
  9. Our Good Goodbye
  10. Paradise
  11. Image of Your Soul

Site officiel


par mortne2001 le 07/04/2017 à 13:55
75 %    371

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


1349

The Infernal Pathway

The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ça tient carrément la route même ! D'habitude dans le genre en France c'est assez... bancal en effet. Trop franchouillard quoi (avec l'accent qui va bien...), mais là ça le fait ! Excellent !


En tout cas, ça a dû être une sacré galère à booker comme tournée...


Stoner Rock ???
Southern Rock ouais !
Et c'est foutrement de haute qualité en plus ce bazar !!!
Improbable même…
J'en reviens pas pour un groupe de chez nous…


Encore un que je ne verrai malheureusement jamais en concert...


Perso, je trouve cette idée de double concerts géniale.
Après, c'est sûr qu'il faut avoir la finance et le temps pour se coltiner le doublon...


RIP


Bizarre, ce format, j'espère qu'il veillera à ce que les places ne soient pas trop chères.


J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?