Nous abordons souvent le cas du revival Thrash dans ces colonnes, mais il serait temps d’aborder avec la même concision le cas de la troisième vague de groupes AOR, genre qui semble lui aussi connaître un perpétuel recommencement, au travers des œuvres de groupes aussi passionnés que ceux qui les ont influencés il y a plus de trente ans.

Si vous êtes amateurs de Rock mélodique foncièrement enraciné dans la culture West Coast des 80’s, vous savez déjà de quoi je parle, et vous accumulez comme moi les nouvelles sorties qui inondent le marché depuis une bonne dizaine d’années.

Généralement, ces productions nous en viennent des pays Scandinaves, mais aussi des Etats-Unis bien sûr, d’Angleterre parfois, et souvent d’Italie, la patrie de l’incontournable label phare Frontiers, qui se fait un plaisir de toujours dénicher les perles rares du créneau.

Tiens, prenons leur dernière signature en compte, celle des Italiens de LIONVILLE. Une fois de plus, la maison de disques romantique ne s’y est pas trompé, et nous offre sur un plateau une nouvelle démonstration mélodique de haut-vol. Alors certes, le groupe en question n’est pas né de la dernière pluie de pétales de roses, mais admettons quand même que leur troisième album se rapproche de plus en plus des tables de loi du style au point de brouiller les radars temporels pour nous replonger sans en avoir l’air dans l’eau agréablement tiède des légendaires 80’s.

LIONVILLE est à la base un projet initié par le guitariste/chanteur/compositeur Stefano Lionetti qui souhaitait retrouver le souffle épique des harmonies Rock Fm inondant les ondes US d’il y a quelques décennies, en rassemblant autour de lui des acolytes tout aussi passionnés.

Deux albums plus tard dans la musette (Lionville en 2011 et II en 2012), quelques ajustements de personnel (accueil du formidable chanteur Lars Säfsund des WORK OF ART, autre pierre de rosette suédoise du genre), et cinq années de travail auront été nécessaires pour accoucher sans douleur ni péridurale de ce troisième effort, A World of Fools, qui après quelques écoutes attentives, pourrait bien se révéler comme le magnum opus de ce quintette qui décidemment à tout compris aux essences originelles du Rock West Coast/AOR des TOTO, BAD ENGLISH, JOURNEY, SURVIVOR et autres BOULEVARD.

Alors certes, il s’adresse plus volontiers aux oreilles sensibles et aux cœurs romantiques des nostalgiques de la bande aux frères Porcaro et autres apôtres mélodiques d’un Rock très doucereux et hautement digeste, mais le professionnalisme dont fait preuve ce troisième album et le soin apporté à ses mélodies laisse admiratif, et pour peu que vous soyez ouverts à une musique délicatement ciselée et hautement harmonique, A World of Fools saura vous séduire en quelques mesures et une poignée de morceaux vraiment attachants.

Niveau infos, le line-up actuel du groupe se compose évidemment de Stefano Lionetti (guitare, chant et claviers), Lars Säfsund (chant et chœurs), Michele Cusato (guitares), Giulio Dagnino (basse) et Martino Malacrida (batterie), et l’album a été composé et produit par Stefano lui-même.

L’intégration de Lars s’est faite sans encombre, et il a endossé le costume de lead singer qui de fait lui va comme un gant, s’incarnant dans les nouvelles compositions de son guitariste avec toute la passion et la sensibilité requises par ce style de morceaux.

Ces titres ont d’ailleurs bénéficié de la participation créative de pointures comme Robert Sall, Alessandro Del Vecchio, Bruce Gaitsch, Soren Kronkvist, Gianluca Firmo, Thomas Vikstrom, ou Ida West, et rappellent parfois des artistes comme Marc COHN, Richard MARX ou Henry Lee SUMMER (« One More Night », qu’on aurait très bien pu trouver aussi sur un album solo de Joseph WILLIAMS ou sur son projet commun avec Peter FRIESTEDT), mais sonnent quand même à la base comme un gigantesque crossover de toutes les références citées en amont, avec une emphase particulière sur le TOTO de transition, celui qui évolua de The Seventh One à Tambu, avec moins de déviations Jazz-Rock évidemment.

La question qui reste peut-être en suspens pour les plus suspicieux d’entre vous, est bien de savoir si ce troisième LP à encore un quelconque rapport avec le Hard-Rock, même le plus accessible ?

La réponse est difficile à prodiguer, puisque ce disque prend un malin plaisir à souffler le lilas comme le jasmin, et à nous prendre à contre-pied en permanence.

Alors qu’un morceau comme l’ouverture « I Will Wait » aurait pu sans honte être composé par NIGHT RANGER ou un SURVIVOR en pleine crise de virilité, d’autres semblent plus à même d’évoquer le Soft Rock le plus comestible pour les réfractaires à la distorsion, à l’image sonore de ce « Show Me The Love » que TOTO aurait pu lâcher en second ou troisième single de son Farenheit.

 

Ne fuyez pas tout de suite, puisque quelques segments de ce A World of Fools pourrait très bien vous concerner, pourvu que vous ayez l’esprit éclairé. Ainsi, le Rock en up tempo de « All I Want » vous rappellera  la légèreté mordante des DANGER DANGER mais aussi de Ted Poley en solo, alors que « Paradise » ramènera à votre mémoire la science harmonique des DEF LEPPARD et les constructions polies de Mutt Lange en studio, au service de FOREIGNER par exemple.

Certes, le tout est très soigné, brille de mille feux de bougies romantiquement disposées autour d’une baignoire de mousse, mais les chansons sont interprétées avec une telle conviction et un tel talent d’instrumentiste, qu’il n’est nul besoin de faire un quelconque effort pour se prendre au jeu.

Je le concède, « Our Good Goodbye » et ses tendances New-Wave 80’s pourra rebuter les plus violents d’entre vous, mais la sensibilité affichée est tellement séduisante et symptomatique des glorieuses eighties qu’il est impossible de ne pas craquer, surtout lorsque les chœurs en arrière-plan singent les tics de David Paich avec un mimétisme bluffant.

Des hits comme s’il en pleuvait (« Bring me Back Our Love », « A World Of Fools »), des singles potentiels en veux-tu en voilà (« Livin’ On The Edge »), des ballades qui pansent vos plaies d’amoureux éconduit (« One More Night », mid tempo sucré, « Image Of Your Soul », encore une fois bien traumatisé par les accès de tendresse de Steve Lukather et Joseph Williams), pour un album de première classe, qui certes joue la carte du consensuel, mais avec classe et élégance.

Rien qui puisse heurter votre sensibilité, un calibrage harmonique au millimètre, mais n’est-ce pas ce qu’on vient chercher chez des groupes de la trempe de LIONVILLE ?

Exactement, alors comment leur reprocher de rester fidèles à leurs convictions et de faire leur boulot avec dévotion ?

Et à ce jour, A World of Fools pourrait bien être leur meilleure production.


Titres de l'album:

  1. I Will Wait
  2. Show me the Love
  3. Bring Me Back Our Love
  4. Heaven Is Right Here
  5. A World of Fools
  6. One More Night
  7. All I Want
  8. Livin' On the Edge
  9. Our Good Goodbye
  10. Paradise
  11. Image of Your Soul

Site officiel


par mortne2001 le 07/04/2017 à 13:55
75 %    431

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)