The Coward's Path Ends Here

Living In Fear

18/12/2020

Best Wishes Records

Du Hardcore pour les fêtes de fin d’année ? Pour pouvoir mosher comme un damné autour du chapon et se balancer des marrons ? Slammer sur grand-mère Lucie et lui démonter ses prothèses de hanche ? Voici qui nous promet un repas moins consensuel que la moyenne, et si d’aventure, vous vous inquiétiez de l’organisation d’une telle baston, pas de soucis, les LIVING IN FEAR prennent tout en charge. En tant qu’organisateurs célébrés dans la ville d’Atlanta, ces marsouins sont habitués aux festivités moins timorées que la moyenne, et vous fournissent les moyens et la raison, et surtout, la bande-son d’une telle explosion. Avec leur nouvel album, ces forcenés du Core des nineties nous prouvent s’il en était besoin qu’ils font partie des plus enragés des nostalgiques, et ce nouveau coup de poing au titre génial nous rentre dans la face comme un couteau dans le beurre demi-sel au moment de tartiner son pain pour les huîtres. Et trois ans après leur initiale démo parue en 2017, les musiciens n’ont pas perdu une once de leur rage pour propager la scène parole Crossover au-delà de leur état natal, ce que démontrent avec force et véhémence ces onze morceaux tous taillés pour la scène.

Alors oyez, fans de Hardcore à tendance Thrash, de celui que les LEEWAY proposaient, et que les MINDFORCE, DEAD HEAT, EKULU, TAKE OFFENSE, ou DRAIN continuent de jouer avec le même entrain diabolique. Fondé sur le principe simple qui convainc le Hardcore de sonner pus agressif et lourd en acceptant les enseignements du Thrash, The Coward's Path Ends Here ne se pose pas trop de question, et rentre dans le lard comme un poing ganté uppercute la face sur un ring de banlieue. Pas de place pour les lâches ou les traitres donc, et seuls les justes et fidèles se tiennent debout pour encaisser ce choc frontal, rembourré de riffs métalliques et d’accélérations fatales à la mode NYHC. On pourrait presque, et en faisant preuve d’un peu d’imagination, concevoir les LIVING IN FEAR comme les héritiers les plus directs des CRO MAGS, même si le nom d’EXILE vient aussi en tête au moment de juger des influences étalées. Mais faisons-fi des comparaisons, et traitons cette nouvelle sortie avec l’originalité de ton qu’elle mérite. Et un an après le coup de fouet claqué par Wrong Side of Another Day, The Coward's Path Ends Here maintient la pression, et la pousse au maximum sur un morceau comme « Haterz Be Damned » que l’on avait déjà pu découvrir quelques mois auparavant. Toujours aussi teigneux et pugnaces, les américains (Curt - chant, Wanyé - basse, Andre - guitare, Josh - guitare et Sam - batterie), piquent parfois quelques astuces au Beatdown, mais assurent dans les grandes largeurs en laissant au Thrash la plus grande latitude possible, sans oublier ce son de basse énorme et caractéristique.

D’où une chronique qui pourrait ne pas en être une, et une simple invitation à savourer cet album paru tardivement en 2020, mais qui mérite pourtant les honneurs. Comment en effet retranscrire en mots l’effet produit par cette musique immédiate et explosive, qui finalement sur papier perd de son impact ? C’est impossible, et je ne saurais que trop vous encourager à tester de vous-même, si cette sale année 2020 n’a pas bouffé toute votre motivation et trop altéré cotre audition. Mais les LIVING IN FEAR vous redonneront justement de l’allant tout en continuant de bousiller vos tympans, et si comme tout effort Core classique, l’album propose les mêmes recettes tout du long, il reste impossible de résister à une charge aussi viorulente que « Cost of Living », qui retrouve la recette des riffs méchants et suintants des CRO-MAGS.

D’un autre côté, comment ne pas fondre devant le culot d’un groupe qui ose intituler l’un de ses morceaux « Highway to Hell » ? Et sans aller provoquer les australiens sur leur propre terrain, loin de là, les américains nous livrent l’un des condensés les plus lourds et oppressants de l’année, mené par un beat lent et résigné et des guitares sombres comme un avenir de prison. Basse qui gronde et roule des yeux, menace ambiante, promiscuité, guitares Heavy et mal intentionnées, le climat est planté, et on se croirait vraiment dans la cour en train de marcher en rond tout en surveillant nos arrières pour ne pas se prendre un coup de surin dans le lardon. L’impression est tenace, d’autant que le quintet n’hésite pas à accélérer la cadence, et on retrouve ce désir de violence palpable sur le terrifiant « Fall to the Flames », qui combine l’épaisseur d’un ENFORCED à la vitesse d’un AGNOSTIC FRONT. Le mélange est parfait, et finalement, The Coward's Path Ends Here fait bien plus efficacement le tri entre les combattants valeureux et les pleutres malheureux qu’une sélection naturelle dans les rues d’Atlanta. Un album hautement recommandé par la CDC, qui vous permettra de vérifier si vous êtes bien infecté par le virus Hardcore/Crossover.

Mon cas étant réglé depuis longtemps, je me suis injecté le truc plusieurs fois d’affilée, en appréciant le pied de nez final Dub de « Brainstormin' ». Alors, s’il vous plaît, et une bonne fois pour toutes. Separate the men from the boys please.                             

   

Titres de l’album:

01. Head of Destruction

02. Burn

03. Game, Set, Match

04. Haterz Be Damned

05. Hardcore Unity Interlude

06. Cost of Living

07. Highway to Hell

08. Fall to the Flames

09. Dragging You Under

10. Void of Peace

11. Brainstormin' (Dub)


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/05/2021 à 14:30
80 %    612

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22