MMXXIII

Wendess

13/05/2016

Depressive Illusions Records

Il est de notoriété publique que nos cousins canadiens sont assez prolixes en matière de BM froid et rude, et les exemples de groupes faisant partie de ce courant sont maintenant trop nombreux pour être recensés sur une seule chronique.

Mais un « nouvel exemple » m’en est donné ce matin, et si j’utilise des guillemets « de nuance », c’est uniquement parce que le dit exemple trouve son origine en 2008, ce qui n’en fait pas vraiment une découverte, mais plutôt une confirmation.

Le BM Nord-Américain est froid, dense, rugueux, abrasif, sans concession, et représente à lui-seul une nouvelle école de la brutalité sombre, et il faut préciser en préambule que les WENDESS ne font aucunement exception à la règle.

On peut par contre ajouter que leur musique est sans doute plus ambitieuse et moins primaire que celle dispensée par bon nombre de leurs homologues, tout en gardant ce côté frigorifiant qui est une des caractéristiques principales du mouvement Canadien. Mais plongeons nous un peu dans le passé pour mieux appréhender le présent.

WENDESS est donc un quatuor (Alex – basse, GIa Hoi (Prince des douze Royaumes) - guitare, Keven – chant/guitare, et Огњен – batterie, percussions, chœurs), existant depuis presque une dizaine d’années, et ayant déjà sorti deux longue durée (Wendess en 2009 et Nuée Noire en 2011, tous deux très bien accueillis), ainsi qu’un split avec DEAFEST en 2012.

Il leur aura donc fallu quatre années de silence et de concertation pour enfin accoucher de ce trop fameux troisième album, souvent révélateur d’une nature, et susceptible de vous briser les reins comme de vous donner un indéniable élan.

C’est sans conteste cette alternative qui convient le mieux à MMXXIII, qui s’avère être une œuvre très ambitieuse, dont les desseins funestes trouvent un écho manifeste dans le BM le plus sombre et épique, qui puise autant son inspiration dans le Raw Black Canadien que dans le BM symphonique Européen, sans toutefois s’encombrer de claviers inutiles, d’arrangements futiles, et surtout, sans perdre de sa force oppressante.

Huit morceaux pour quarante-cinq minutes de musique, les pièces sont longues et développées, les enchaînements sont travaillés et inspirés, et finalement, sans changer son fusil d’épaule, WENDESS parvient à passer un nouveau cap dans la créativité et la crédibilité grâce à une interprétation habitée et à une emphase dramatique crue, mais assez théâtrale dans le fond, mais aussi la forme.    

Difficile de les comparer à d’autres entités, tant leur désir d’émancipation des coutumes est manifeste. Sur une trame de BM très abrasif, les Canadiens brodent des thèmes empruntant au Folk, au Dark Metal, au BM symphonique, mais aussi au Heavy Metal le plus mélodique, sans perdre en cohérence ni tomber dans l’excès.  

Ils débutent d’ailleurs leur album avec un morceau à la longue intro apaisante (« Dystopie »), qui semble indiquer un réel désir d’ouverture sur un au-delà possible, avant de déchirer la quiétude d’un BM extrêmement abrasif et agressif, qui sur un mid tempo écrasant développe de belles mélodies déchirées par un chant hurlé à plein poumons.

Nous nageons là en pleines eaux Raw Black, mais pas ce lo-fi qui a fait la gloire du Canada, non, un Black très emphatique, à la frontière d’un Post qui refuse encore de couper toute attache avec ses racines, et qui ne rechigne pas à dispenser quelques accélérations foudroyantes au passage.

Son ample, profondeur sans écho, l’emprise est immédiate, et on s’immerge volontairement dans cette débauche de violence sourde qui pourtant sait se montrer séduisante.

« Identite Disscociative » ose le jeu délicat de cordes acoustiques sobrement soutenues par une basse serpentine, et impose la mélodie au premier plan, tout en laissant une fois encore cette voix atroce et raclée mutiler les harmonies pour en faire gicler le sang rouge vif. Le crescendo proposé est de toute beauté, et lorsque les riffs de guitare se déchaînent enfin, l’enfer sur terre devient concret, et la dualité lumière/ténèbres est presque palpable.

« Sommeil Profond » change encore le visage d’un groupe décidément imprévisible, en martelant un tempo assuré, sur fond de Heavy Black presque emphatique, qui pourtant voit tous ses thèmes se développer avec assurance et pertinence.      

Mais c’est sans conteste « le Marchand d’Âmes » qui se veut épitomé de cette première partie, avec sa longue entame de piano ondulant sous des arrangements grouillants, qui soudain se fond dans des nappes de cordes classiques de toute beauté. C’est à ce moment-là qu’on réalise à quel point les WENDESS sont capables de juxtaposer la pureté la plus délicate et la violence la plus immédiate, en se permettant des assises de sobriété incrustées dans un schéma de fausse complexité brute. La distorsion rouillée cohabite avec la fluidité harmonique, pour finalement s’échouer sur des récifs de barbarie symbolisant à merveille la dualité de la vie condamnée à mourir d’un manque d’espoir patent. Blasts qui déboulent comme des vagues charriant la houle, et guitares qui répètent à l’envi des motifs mélodiques acides, et toujours ces montées progressives qui vous oppressent tout autant qu’elles ne vous transcendent.

Dernier morceau « progressif », « Nostalgie Nocturne » tente la lenteur la plus appuyée, sans se départir de cette nostalgie omniprésente, et révèle une production parfaitement équilibrée, chose assez rare dans le style pour être soulignée.

La fin de l’album, composée de titres plus courts et directs, propose trois dernières interventions, aussi riches mais plus condensées, et qui continuent d’explorer un spectre musical plus large que la moyenne. Le quatuor se lâche à l’occasion d’un interlude Ambient (« Foret Maudite »), qui multiplie les sons inquiétants, créant une ambiance de malaise avec sa boite à musique funeste, tandis que « 8916 », morceau le plus court de l’ensemble, propose un épilogue dramatique incroyablement lourd et puissant, avec cette petite touche gothique nous ramenant aux premières heures d’un PARADISE LOST encore plus résigné qu’à l’époque.

MMXXIII symbolise-t-il les années à venir ? Est-il une projection dans un futur proche, décrit musicalement avec une assurance doublée de prévenance pour une humanité vouée à sa propre extinction ?

Je ne saurais le dire, mais plus prosaïquement, il n’est rien de moins qu’un album de BM/Post/BM parfait de bout en bout, d’une richesse incroyable, et d’une maturité musicale indéniable.

 Un disque qui fait honneur au patrimoine de son pays tout en proposant des ouvertures fascinantes. Une autre façon de regarder l’hiver en se réchauffant au souvenir d’un été perdu, et de voir la lumière du jour au travers du prisme opaque de la nuit.


Titres de l'album:

  1. Dystopie
  2. Identité Dissociative
  3. Sommeil Profond
  4. Le Marchand D'Âmes
  5. Nostalgie Nocturne
  6. Sans Raison
  7. Foret Maudite
  8. 8916

Bandcamp^officiel


par mortne2001 le 28/01/2017 à 13:40
80 %    597

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

Premier album de MA qui m'ait un peu déçu, non pas qu'il soit mauvais mais il manque un peu de personnalité. À la limite je préfère presque H qui malgré tous ses défauts n'aurait clairement pu être pondu par aucun autre groupe en ce monde.
(il faudrait faire un peu attention à l'orth(...)

30/05/2020, 06:28

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39

Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46

Smashing Jewelry

YES ! Bourdal dou mardch, ça c'est de la niouze !!

Ca va distribuer des baffes, cette histoire !!
(quoi, j'ai dit une connerie ?)

29/05/2020, 18:38

LeMoustre

Excellente nouvelle !

29/05/2020, 18:34

Arioch91

C'est une excellente nouvelle. Après, sur la page Facebook, que le leader ait quelque chose à se reprocher vis-à-vis de sa compagne relève du privé, voire ici du pénal.

La musique prime !

29/05/2020, 18:27

Jus de cadavre

Je confirme pour avoir entre aperçu le groupe sur scène à 1 ou 2 reprises il y a quelques années : c’était une bouillie sonore imbuvable en live (et c'était systématique selon beaucoup). Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches...

29/05/2020, 17:23

Buck Dancer

J'attends cet album avec impatience. "Terminal redux" était, pour moi, l'abum de l'année 2016.

29/05/2020, 16:22

Buck Dancer

L'album le plus inquiétant de Morbid avec "Blessed are the sick" et un chef d'œuvre de plus dans leur discographie. Album magistral de puissance, de lourdeur et à l'ambiance unique, qui donne envie de croire que les Grands Anciens ont vraiment existés.

29/05/2020, 16:19

JérémBVL

@grinder, le groupe avait très mauvaise réputation à l'époque en live, sûrement pour ça.

29/05/2020, 14:43

Buck Dancer

C'est la fête des retours chez Obscura.

29/05/2020, 14:39

grinder92

"Et puis un jour, la connerie. MAIS LA CONNERIE : j'ai vu Cradle en concert...
Le mois suivant, mes CD étaient sur ebay," : pourquoi ?

29/05/2020, 13:34

Lifting Catastrophy

Ca sonnait nouveau à l'époque, en plus de l'album de Dimmu (enthroned darkness triumphant), et ça a apporté une certaine fraîcheur. J'ai quand même préféré l'album suivant, Cruelty and the beast, avec un son un peu plus rond. Tout ce qui sonnait un peu radical n'était pas déplaisant dans (...)

29/05/2020, 12:33

JérémBVL

Merci pour vos retours et anecdotes ! Ca fait plaisir de se savoir lu! ;)

29/05/2020, 10:15

Humungus

A mon sens le dernier bon album du groupe.
Et c'est vrai que ce putain de sampler Hard N' Heavy (quel zine bordel !) m'avait effectivement mis la salive aux babines. En même temps, le titre choisi était juste parfait pour ça : Ce cri du début… Mama !

PS : Je n'avais jamais f(...)

29/05/2020, 08:46