More Chingon Than Before. Ok, mais désolé, je ne parle pas l’argot mexicain, alors, quoi ? Plus cool qu’avant ? Encore plus cool ? Plus cool que tout ce qui existe déjà ? Pas faux, et pas seulement parce que tout ça se veut branché ou légèrement provocateur. Non, parfois, les mecs, même dans les gangs, avancent les arguments de leurs arguments. Et généralement, ça cogne, grave, sous le soleil ou pas, mais ça laisse des traces. Et même si tout ça n’est qu’un rite d’initiation pour vous permettre de rejoindre le crew. Il y a toujours un rite d’initiation. Et généralement, s’il est bon enfant, il peut aussi être violent. Souvent. Tout le temps. C’est en tout cas la leçon qu’on peut tirer du second EP des LONESCAR, des lascars de Weslaco, Texas, à qui on ne la fait plus depuis…longtemps.

Ils nous le disent et l’affirment même, ils font le pont entre l’avant, et l’après, en passant par le pendant. Ils admettent (Michael Perez: Guitare, Mike Gonzalez: Basse, Jc Hernandez: Batterie, Brian Valdibia: Chant), alignent quelques noms pour que vous ne soyez pas en reste (PANTERA, SLAYER, LAMB OF GOD, METALLICA, GOJIRA, MORBID ANGEL), et assument complètement l’héritage des grands anciens qu’ils évoquent avec révérence et respect. Mais ils sont un peu plus que ça quand même, plus que de grosses brutes qui mâtinent leur Thrash old-school d’un groove totalement chaloupé. Ils sont une machine de guerre aux compositions bien huilées et aux rouages parfaitement imbriqués.

Et faites-moi confiance, leur second EP est l’équivalent d’une bonne grosse bourrade de camarades de rues qui se sentent comme chez eux partout, et nulle part aussi.

LONESCAR, c’est d’abord un premier EP, qui a laissé des traces, et puis ce petit nouveau, qui va les approfondir et jeter de l’alcool sur la plaie. Une façon de traiter la violence par la violence tout en y injectant ce qu’il faut de technique et d’investissement pour la rendre encore plus compacte. Et puis pas mal de mélodies aussi, mais pas trop, juste ce qu’il faut pour enjoliver des breaks et dynamiser des refrains sans les rendre niais dès le matin. En gros, la synthèse de MACHINE HEAD, LAMB OF GOD, PANTERA, GOJIRA, mais aussi un poil de BIOHAZARD en moins poseur, et de SLAYER en moins véloce. Quoique…

Quoique l’ouverture « 5053 » puisse damer le pion à Tom et Kerry en termes de rapidité et de riffs bien graissés. Oui, je l’affirme, ce second EP des texans décolle sec, après une intro dispensable mais bien troussée, et s’affirme d’entrée comme un outsider sur lequel il faudra compter. Son qui décorne les bœufs qui ne se sont pas encore barrés, guitares affamées, et rythmique endiablée, pour une bonne danse qui tourne vite et rond et vous laisse sur le fion.

Bourrin, brutal mais pas bas du front. Les mecs sont de redoutables instrumentistes, mais aussi des compositeurs inspirés. Leurs titres contiennent suffisamment d’idées pour vous en refiler, sans pour autant se perdre dans une démonstration clinique usurpée. Ça cartonne, ça tonne, ça lâche même des blasts sur fond de riff virevoltant à la SLIPKNOT, mais c’est pertinent, convaincant, et surtout, dense et entraînant.

Six pistes, pour un tour qui justement fait vrombir les pistons. Avec un vocaliste hurlant de la trempe de Brian, les débats ne traînent pas, et la discussion tourne court. Le mec utilise toute la palette du vociférateur moderne, et tente de nous séduire, avant de nous réduire, d’une impulsion de gorge qui se met à la hauteur de la compression d’un duo basse/batterie salement volubile. Et comme en sus la production rend le truc encore plus énorme qu’il n’est, le bilan est lourd, et les bleus bien visibles sur le corps. « Starving To Survive » enfonce encore plus le clou, et tape dans le gros Heavy Thrash qui ne tâche pas, mais agresse, dégraisse, et balance un énorme chorus suivi de modulations futées qui pansent les plaies.

Pas facile à résumer bien que Brian himself nous aide d’une définition aussi péremptoire que pleine de raison :

« METAL !!! On se fout des sous-genres. On veut que les mecs ne sachent pas à quoi s’attendre. Aussi dynamique que l’enfer, et Heavy à mort, toujours !! »

Dont acte, puisque c’est exactement ce qui vous attend sur cet EP qui n’a pas vraiment le mors aux dents. Le single d’ailleurs, « Lambhead », disponible depuis quelque temps, le démontre avec force et vaillance, et surtout avec des plans coulés, frappés, martelés, qui s’incrustent dans votre tête comme des cris de guerriers. Certes, on pense à beaucoup de choses à l’écoute, mais qui peut se targuer en 2017 de ne pas suggérer des accointances évidentes ? Personne, alors je ne prendrai même pas le temps de les nommer puisque ce morceau mérite d’être traité comme la nouveauté frappée qu’il est. Pas étonnant dès lors de découvrir que les LONESCAR ont ouvert pour des pointures comme SEPULTURA, WHITECHAPEL ou HAVOK, puisqu’ils sont taillés dans le même Rock, ou le même Metal, sans concessions. « A Nose In Corruption » maintient d’ailleurs la pression avec son explosion à la SLAYER qui se stabilise d’un mid tempo glouton, qu’on imagine filer le frisson lors d’un festival de saison.

« Chingon », slang qui définit à merveille les contours des texans, termine le nouveau chapitre avec conviction, et incarne l’hymne qu’il se devait d’être, à mi-chemin entre un MACHINE HEAD vraiment pas content et un KILLSWITCH ENGAGE salement véhément. Et oui, la réponse à la question est que ça fait mal, mais qu’on est quand même content. 

     

Plus cool qu’avant ? Je crois que les LONESCAR n’ont jamais été cools, plutôt brutaux et brillants. Et More Chingon Than Before va faire du bruit dans le voisinage, avertissant les gangs concurrents que la rouste risque d’être sanglante. Rejoignez leur club si le cœur vous en dit, mais vous êtes maintenant avertis. Ici, rien n’est simulé, encore moins interdit. METAL on vous a dit. Et on ne vous a pas menti.


Titres de l'album:

  1. Affirmation
  2. 5053
  3. Starving To Survive
  4. Lambhead
  5. A Nose In Corruption
  6. Chingon

Site officiel


par mortne2001 le 23/08/2017 à 17:52
80 %    337

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.