God Is a Witness

Anims

23/07/2021

Autoproduction

Si Dieu est témoin, comme ce groupe l’affirme, alors il constate l’étendue des dégâts de ce qu’il a lui-même créé. Quant à savoir s’il en rit ou si le spectacle le désole, lui-même seul peut répondre, et je ne suis pas sûr de vouloir connaître sa réaction. Mais Dieu, aussi roublard et cruel soit-il, aime la musique, la musique jouée par les hommes et les femmes qu’il a mis sur terre, et qui depuis des siècles s’amusent de ces combinaisons de notes répétées à l’envie et mélangées avec plus ou moins de bonheur. Ainsi, du côté de l’Italie, un jeune groupe nous propose sa vision des choses, via un Hard-Rock de facture classique, peu à même de provoquer la surprise de notre créateur qui je le rappelle à un dossard DEF LEPPARD cousu sur l’arrière de sa toge blanche.

Les ANIMS et leur pseudo bizarre nous viennent donc du pays de Florence et de la pizza, de la religion et du football en opium du peuple. Peu d’informations à se mettre entre les feuilles par rapport à ce quatuor, très discret sur la toile. Sorti en totale autoproduction, God Is a Witness est une affaire simple de Hard-Rock moderne ou qui aimerait l’être, un poil alternatif sur les bords, à l’aise avec son créneau, et qui fait la part belle aux riffs francs et refrains accrocheurs.

Mené de voix puissante par Elle Noir ANIMS est donc un combo de Proto-Alternatif, dont la musique formelle est constellée de syncopes, de cassures, de parties de guitare franches, et de simplicité dans l’exécution. Propre, bien produit, agréable en oreilles, God Is a Witness ne glisse pas le pied dans l’embrasure de votre porte d’entrée façon témoins de Jéhovah, mais essaie de s’imposer sur la longueur, et mise sur sa fraîcheur pour vous convertir à son culte, assez inoffensif. Pour avoir un rapide aperçu des capacités de la bande, commencez l’écoute par le très efficace « Around Me », bondissant sur un mid tempo allégeant l’agressivité des riffs. La mise en place est parfaite, la précision instrumentale incontestable, et si le tout a un parfum de déjà-entendu des centaines de fois, le plaisir n’en est pas pour autant moindre. On sent que les italiens ont une culture Hard et Rock assez conséquente, et il est parfois possible de voir en eux une version light de nos chers GUANO APES, la rage en moins, mais la naïveté en plus.

Mais les limites sont très rapidement atteintes. D’une par la voix assez prévisible et faussement lyrique d’Elle Noir, de deux, par le classicisme des thèmes qui rappellent le virage Grunge des groupes Hair Metal dans les nineties (« Live for Somebody »). On a le sentiment de découvrir des inédits de SKIDROW période Subhuman Race, joués par un groupe de bal rodé à l’exercice, et si les morceaux les plus directs sont convaincants, ceux reposant sur la nuance le sont beaucoup moins, et plus hésitants.

Efficacité, concision, pragmatisme musical, telles sont les trois mamelles des italiens. Inutile de jouer les fioritures ou de chercher la rupture avec la scène actuelle, leur démarche est pleine de bon sens à défaut d’éveiller tous les nôtres. Entre Hard mélodique et Heavy mené tambour battant (« Boring Lovers »), le tracklisting s’essaie quand même à la diversité modérée, et nous permet de tenir le choc sur quarante minutes. Si « God Is a Witness » est l’entame classique en mid que l’on est en droit d’attendre d’un tel album, si « Freedom » confirme de ses chœurs angéliques que les ANIMS animent les fêtes paroissiales depuis de nombreuses années, si « Look Who's Back » reste un filler assez savoureux pour être pardonné, l’ensemble de l’œuvre du quatuor (renforcé de Francesco Di Nicola à la guitare, de Elio Caia à la basse et de Diego Emiliani à la batterie) est d’un conformisme assez consensuel, de ceux que personne ne pourra nier, ses créateurs en premier lieu.

Sorte d’archétype de petit groupe underground au following fidèle, ANIMS ne se démarque pas vraiment de la masse des nostalgique nineties, et surfe sur sa propre vague, tout en ayant besoin de ramer pour rester à la surface de la mer de sorties. Trop d’uniformité, trop de facilités de compositions, des guitares tranchantes mais un peu trop sages, et un chant rauque et monocorde qui gâche le plaisir des plans les moins convenus. Un album anecdotique, qui pourra meubler les silences dans les soirées guindées, et qui plaira à la fanbase des italiens. Un accomplissement modeste pour un groupe ne l’étant pas moins, qui gagnera à murir un peu pour faire le tri dans ses idées un peu trop uniformes.

    


                                   

Titres de l’album:

01. God Is a Witness

02. Freedom

03. Around Me

04. Live for Somebody

05. Boring Lovers

06. Bright Eyes

07. Look Who's Back

08. The Dancers

09. He Says

10. Like Colours of Flowers


Facebook officiel


par mortne2001 le 26/03/2022 à 15:08
70 %    529

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49