Born to Thrash - Live in Germany

Destruction

08/05/2020

Nuclear Blast

Je ne vais pas vous mentir, il y a longtemps que la musique de DESTRUCTION m’ennuie au plus haut point, à peu près autant que celle d’OVERKILL, de SLAYER ou de tous mes héros des années 80, y compris TESTAMENT (dont le dernier album est d’un générique à faire pleurer les aînés de la Bay-Area). Leur façon de sonner si anonyme alors même qu’ils ont inventé le Thrash me fait pitié, et j’avoue ne chroniquer leurs albums qu’à cause d’une nostalgie tendre et d’un amour profond passé. Mais s’il y a un domaine où tous ces groupes redeviennent les mécaniques implacables qu’ils ont été, c’est bien le live. De retour sur scène, les musiciens oublient alors les techniques modernes de production, et lâchent les watts pour retrouver l’allant de leur jeunesse. Je n’ai que très rarement été déçu d’eux sur scène, après les avoir vu un nombre incalculable de fois. Certes, parfois la forme n’est pas là, mais ça arrive à tout le monde. Et traversant actuellement une crise sans précédent interdisant toute performance en public, la disette nous permet de comprendre à quel point la musique vivante nous manque. C’est dans cet esprit que les chevaliers cloutés allemands nous offrent la primeur d’un nouvel album live, le nouveau line-up de DESTRUCTION n’ayant pu encore faire toutes ses preuves en Europe. Le groupe nous lâche donc via Nuclear Blast son quatrième album live, trente-et-un an après le séminal Live Without Sense dont je ne me suis toujours pas remis. Certes, un quatrième album en concert n’est pas un évènement en soi, mais la situation actuelle nous pousse à revoir notre point de vue et apprécier le cadeau dans toute sa préciosité. D’autant plus que l’objet en question est vraiment digne d’intérêt, beaucoup plus en tout cas que les derniers albums studio du combo.

Dans un accès de franchise, je ne cacherai pas que Born to Perish, le dernier LP studio de la bande à Schmier m’avait passablement irrité. Un live en faisant la promotion avait donc tout pour provoquer mon indifférence, et pourtant, face à l’assaut sonore de ces dix morceaux, mes derniers préjugés ont volé en éclat. Enregistré dans le fief même de DESTRUCTION, dans cette Allemagne qui les a vu naître, lors du festival Partysan, Born to Thrash - Live in Germany est un pur concentré de folie musicale, de communion avec un public trop heureux de célébrer ses héros nationaux. Concentré sur moins d’une heure, ce live est une cure de jouvence qui fait un bien fou aux oreilles, et qui efface des années de mauvais souvenirs studio. Le groupe est dans une forme olympique, et alors qu’il fut capté presque par accident, cet album sonne presque comme le postulat live définitif du groupe. Il parvient à ramener à la surface les souvenirs euphoriques de Live Without Sense, en adoptant presque le déroulé (intro et conclusion sont les mêmes, mais les setlists de festivals sont toujours assez classiques), et dégageant le même bonheur de jouer une musique violente et exubérante. Doté d’un son à décorner les bœufs, avec un Schmier en grande forme vocale, hurlant ses hymnes comme un beau diable et haranguant la foule sans discontinuer, Born to Thrash - Live in Germany est plus qu’un album live, c’est un hymne au partage, une réminiscence d’un temps pas si ancien où nous pouvions tous nous retrouver pour communier face à la scène, headbanguant comme des dingues le temps d’une prestation exceptionnelle. Celle de DESTRUCTION l’est immanquablement, puisque même les titres les plus récents se trouvent transcendés par une énergie incroyable. Certes, la setlist fait la part belle aux classiques, avec un « Mad Butcher » toujours aussi atomique, qu’on reprend en chœur le casque vissé sur les oreilles en s’y croyant.

Il est toujours difficile de parler d’un live une fois les considérations techniques abordées. A l’image d’un best-of, l’exercice de chronique est assez compliqué, les fans connaissant les morceaux par cœur, et n’ayant pas besoin d’un long laïus pour comprendre si oui ou non l’objet est digne d’intérêt. Mais avec une version longue et écrasante de « Life Without Sense », qui montre le visage d’un groupe transfiguré par le fait de jouer devant son public, Born to Thrash - Live in Germany ne relâche jamais la pression, et la fait même monter d’un cran à chaque intervention. Les morceaux les plus récents datant du nouveau siècle trouvent un éclairage nouveau, tout comme ceux de Release from Agony se voyaient épaissis et densifiés par rapport à leur pendant studio, que beaucoup jugeaient un peu trop fades. On se prend même à regretter un gros double live tant la bonne santé du groupe éclate aux oreilles, et on savoure ce que ces cinquante minutes trop courtes veulent bien nous offrir, dodelinant du chef au son de « Total Desaster », sardonique et surpuissant. La nouvelle configuration du groupe prouve donc toute sa pertinence en concert, et laisse augurer d’un avenir radieux pour le groupe qui retrouvera peut-être bientôt le chemin des salles. « Thrash Till Death », en profession de foi écrase tout sur son passage, et le final orgiaque de « Bestial Invasion » de son mythique riff circulaire transforme la fournaise en incendie infernal, achevant de cramer le public de sa légende insurpassable.

Beaucoup me diront que DESTRUCTION n’a fait que sortir un nouvel album live, et que cette chronique dithyrambique est certainement très exagérée. Pourtant, en écoutant ces dix morceaux, j’ai oublié pendant une heure la situation catastrophique actuelle, et les répercussions terribles de ce maudit virus sur le futur du spectacle vivant. Alors que nous ignorons encore dans quelles conditions et surtout quand les concerts pourront reprendre, et alors que les festivals ont tous annulé leur édition 2020, Born to Thrash - Live in Germany est une bouffée d’oxygène dans cet air vicié et anxiogène actuel, et surtout, l’assertion que DESTRUCTION n’a en rien perdu son talent fédérateur en live. L’album sort en mai en version dématérialisée, et un peu plus tard en version physique. L’album sera d’ailleurs édité avec une carte pointant les premières fois des fans avec le groupe en live, dessinant un monde Thrash de vie et de passion. Une raison de plus d’acquérir l’objet si vous avez un jour ou l’autre vu le groupe sur scène, et si vous continuez de penser qu’il reste une machine de guerre implacable in situ. Beau cadeau que ce live des allemands, le premier à atteindre la qualité qu’on pensait insurpassable de Live Without Sense.     

             

Titres de l’album :

01. Curse The Gods

02. Nailed To The Cross

03. Born To Perish

04. Mad Butcher

05. Life Without Sense

06. Betrayal

07. Total Desaster

08. The Butcher Strikes Back

09. Thrash Till Death

 10. Bestial Invasion


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/05/2020 à 17:40
88 %    227

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
14/05/2020, 00:13:19
Une bien belle chronique (pleine de vérité dans le premier paragraphe).
J'écouterais ce live avec attention car, comme dit dans la kro, même si beaucoup des vieux thrashers peine sur album aujourd'hui, en live la plupart défendent encore chèrement leur peau !

JérémBVL
membre enregistré
14/05/2020, 09:35:17
Comment ne pas être d'accord avec ton état de fait sur les albums interchangeables des groupes que tu cites et ce qui, pour moi, est le plus rédhibitoire c'est ce son, cette prod générique que tous les groupes adoptent désormais...on a tous l'impression qu'ils ont mixé (ce qui est sûrement le cas) leur album chez Andy Sneap. Il y'a eu une période Frederik Nördstrom, Mikko Karmila, Daniel Bergstrand et maintenant c'est la doublette Andy Sneap/Jens Bögren.

Arioch
@86.247.3.199
15/05/2020, 14:33:52
Andy Sneap, voilà c'est exactement ça !

Prod' puissante, propre sur elle et prête à servir telle quelle pour Testament et tout groupe qui se pointe dans son studio.

Autant j'aimais ce qu'il faisait au sein de Sabbat et Hell, autant ce qu'il fait en tant que prod', vraiment non !

JérémBVL
membre enregistré
15/05/2020, 15:14:37
Au début j'appréciais le son de ses prod, notamment le son qu'il avait concocté pour Megadeth, leur redonnant pour le coup un bon coup de jeune mais après tout le monde est allé se faire reluire la cymbale chez lui et beaucoup de groupes ont sonné de la même façon à commencer par les groupes de Thrash comme Overkill, Testament ou Exodus. D'ailleurs le dernier Testament semble tout droit sorti de chez lui et c'est pourtant pas le cas.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07