« Il fut un temps où les albums étaient pensés, où les chansons étaient agencées pour respecter un ordre d’écoute précis. »

Je ne sais plus à qui attribuer cette citation, ni à quelle époque elle fut énoncée, mais j’avoue avoir toujours du mal à comprendre son sens profond. Certes, le principe du concept-album est né à la fin des sixties, et l’avènement du CD a rompu avec l’exercice difficile mais religieux du changement de face, mais les histoires en musique et les déroulés existent toujours, même à notre époque glorifiant la dématérialisation de la musique. Et ce ne sont pas les ERLEN MEYER qui vont me contredire, eux qui depuis leurs débuts s’attachent à créer un lien ténu entre littérature et musique, et ainsi à unir deux arts complémentaires. Forts d’une carrière de plusieurs années et d’un premier album éponyme publié en 2013, les originaires de Limoges mettent un point d’honneur depuis leurs débuts à mettre en exergue l’art complexe de la pluralité, qu’elle soit artistique ou plus simplement thématique. Et c’est avec un plaisir non feint que nous les avons retrouvés en 2019 avec la suite de leurs aventures musico-littéraires, via ce second long, qui a fait plus qu’entériner les bonnes opinions émises à leur égard. En effet, Sang et Or, malgré son leitmotiv un peu abscons s’est avéré être l’un des meilleurs albums d’un début d’année pourtant chargé, sans foncièrement changer les recettes déjà utilisées, mais portées ici à une perfection de maturation assez hallucinante. Et vous me pardonnerez un petit retour en arrière histoire de permettre aux étourdis de se raccrocher aux wagons, puisque le concept même d’ERLEN MEYER mérite quelques éclaircissements.

La volonté de ce quintet a toujours été de transposer les univers d’Agatha Christie et d’Alfred Hitchcock en musique. De construire un univers, de peaufiner chaque détail, et surtout, de conférer à leur œuvre une aura presque mystique, et désespérément sombre. Erlen Meyer en son temps avait posé les jalons, tamisé les lumières et évoqué quelques noms, mais Sang et Or fait beaucoup plus que ça. Il écrit de petites saynètes glauques à base de crimes odieux, d’ombres qui planent dans les couloirs, de personnages aux intentions biaisées, et de décors en pleine déliquescence. Construit sur le même modèle que son illustre aîné, ce second LP pousse les choses encore plus loin, et brise le tabou des carcans en ne choisissant pas vraiment son camp. Est-ce là encore du Sludge, du Post Hardcore, ou toute autre chose ? Puisqu’après tout les cinq musiciens (Jérémie Noel & Pierre Berger - guitares, Karol Diers - batterie, Olivier Lacroix - chant et Jérémy Abella - basse) osent citer sans gêne dans leurs influences communes des groupes aussi essentiels et multiples que CULT OF LUNA, WILL HAVEN, BREACH, CONVERGE ou ISIS, autant dire qu’ils se situent à la croisée des chemins, et que leur musique est beaucoup plus que la somme de références. Si évidemment, les poussées fiévreuses de NEUROSIS marquent le tempo lourd, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’entendre Scott Kelly hurler Enemy of the Sun du fond d’une cellule capitonnée, le Post-Hardcore n’est pas l’unique roi en son domaine, et le Sludge lourd et poisseux se fait encore une belle place au soleil de la colère, patente au long de ces huit longs morceaux.

Toujours chanté en français, pour l’amour des mots, Sang et Or prouve que la langue de Molière s’accommode fort bien d’une musique puissante et agressive, sans sonner trop poétique ou trop emprunté. Mais maniée avec la dextérité et la schizophrénie d’Olivier, celle langue fait des merveilles et raconte des histoires, toutes bien évidemment très sombres, aux issues incertaines, et aux acteurs menaçants. Le chanteur prouve encore sa versatilité, se montrant à l’aise dans tous les rôles qu’il interprète, vociférant, hurlant, gémissant, grondant, invectivant l’auditeur de ses tonalités plurielles, et jouant le rôle de la focalisation la plus importante de cette pièce en huit actes pour les oreilles. Mais si le frontman est si confiant, c’est qu’il sait que le rideau ne se baisse pas que sur lui seul, et que la poursuite qui l’illumine ne plonge pas ses acolytes dans la pénombre. Secondé par une paire de guitaristes toujours aussi inventifs, Olivier sait qu’il peut se laisser aller à cette théâtralité, puisque l’instrumental d’arrière-plan lui tisse un schéma dissonant, strident, grave et tremblant, par l’entremise de riffs vraiment désespérés ou d’arpèges acides comme une pluie chimique. Saluons donc comme il se doit le scénario écrit par Jérémie Noel & Pierre Berger, qui évoquent parfois les merveilles accomplies par HYPNO5E, et qui savent manier les codes du Sludge et du Post Hardcore pour rester suffisamment personnels. Et plus prosaïquement, qu’attendre de ce second album que vous n’ayez pas déjà découvert sur le premier ? Des tendances à l’emphase, sur des morceaux qui n’hésitent pas à jouer la montre, à l’instar des prémices de « Coton Cardé », capé d’une vidéo qui illustre le propos, et qui instaure la lancinance et la pression comme vertus cardinales du récit. Pas de temps à perdre, il faut immédiatement immerger le lecteur/auditeur dans le monde trouble du crime et de la nuit, et entre des guitares assassines de notes tourbillonnantes, une basse martelante, une batterie sous pression et un chant qui passe par toutes les émotions, le fan lambda est piqué au vif, et conscient du fait que cet album va l’entraîner ailleurs, un ailleurs pas forcément rassurant d’ailleurs…

Outre une envie de proposer quelque chose de plus qu’une énième litanie de douleur, les limougeauds ont bien compris que leur atout majeur reste cette faculté à créer une atmosphère prenante, et à ne jamais l’abandonner en route. C’est encore plus frappant ici, puisque les aspects les plus abrupts de leur musique trouvent un écho qui renvoie même parfois au Post Black sans en adopter les tics les plus prévisibles (« Rouge Cardinal » et ses quelques blasts en étant le plus parfait exemple), tout en gardant cette posture figée de chanson de geste héritée du statisme Sludge qui semble enfin accepter la mouvance comme évolution possible. De l’oppression donc, pendant quarante minutes, mais une multiplicité des tempi, et une batterie qui ose casser le rythme pour mieux le reconstruire, au gré de la narration, qui profite de l’incarnation de chaque instrument pour prendre vie. Oui, si l’ambiance générale est plutôt mortifère et déprimante, il y a de la vie dans Sang et Or, dans ce sang répandu qu’on remarque sur des tapis presque cramoisis, mais aussi dans cet écoulement d’arrangements qui tiennent parfois du film d’horreur aux crimes inavouables. En conférant à chaque morceau une empreinte caractéristique, le quintet ne contredit pas sa cohérence globale, et même les segments les plus longs profitent d’un surplus d’idées (« Re Ar Fi La », hypnotique comme une coda infernale qui n’en finit pas). Naviguant à vue entre Hardcore prêt à exploser, Post Hardcore en dosage létal, Sludge concentré et plus généralement en titillant tous les extrêmes à sa portée (comme le résume si bien le métissé et torturé « Enfer Forgé », parfois côte à côte avec le MAYHEM des grandes années), ERLEN MEYER signe un manifeste en grimoire poussiéreux, qu’on découvre au détour des rayons d’une bibliothèque depuis longtemps abandonnée. Un grimoire aux pages usées, tâchées de mémoire trouble, dévoilant son intrigue petit à petit, pour finalement exposer au monde son abomination narrative.              


Titres de l'album :

                        1.Coton Cardé

                        2.Rouge Cardinal

                        3.Vipères

                        4.Grand Duc

                        5. Re Ar Fi La

                        6.Le Chant de l’Hydre

                        7.Enfer Forgé

                        8.Trompe L’Oeil

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/04/2019 à 17:31
98 %    418

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.


Ah pour moi, si ! The Gathering et Demonic même !


Ce n'est pas en Suède mais en Norvège! ^^


Et The Gathering, non?


Même si nous attendons tous impatiemment de reprendre une vie de concerts normale le plus vite possible, la sortie du confinement risque d'être progressive, plus lente que la manière par où nous y sommes arrivés, et avec peut-être même des retours ponctuels en arrière de quelques jours.


Il reste une faible possibilité pour que ce ne soit pas lui et on va attendre les conclusions de l'enquête... Si le déroulement des faits est conforme aux apparences, c'est une épouvantable histoire qui va effectivement retomber sur l'image du Metal, au moins en France. J'ai quand même une pens(...)


TESTAMENT, c'est 'The legacy' et 'The new order'. Point final.


Matt Pokora et plein de machin on reporté leur concert en juin.

Nîmes avec Deep purple et Nightwish maintenu en juin.

Pourquoi le hellfest peut pas ? Dommage.

Je pense que c'est a cause des groupes étrangé et qu'il y a beaucoup d'étranger soit.


"Mortel désolé pour la faute


Cette album est mortelle je l écoute tout le temps en ce moment et très bonne chronique sur l'album


Purée les dernières phrases de l'article : adieu professionnalisme, bonjour sensationnalisme... °_°


@Jus de Cadavre : complètement d'accord avec toi (même si me fait putain de chier) et la lecture de l'article en question ne fait que confirmer cela. RIP Hellfest 2020...


Ce n'est pas encore l'annulation officielle mais c'est tout comme...
https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/crise-du-coronavirus/info-ouest-france-coronavirus-pourquoi-le-hellfest-2020-se-prepare-un-report-d-un-6799786


Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.


La voix me fait penser à Runhild Gammelsæter dans le projet Thorr's Hammer avec les mecs SunnO)))


J'avoue belle découverte, c'est lourd et massif.


Putain c'est chaud quand même là, je sens déjà certains venir vomir leur haine du métal, en criant au loup.


@Simo, jettes une oreille là-dessus si c'est pas déjà fait !


Wow ! c'est massif, j'adore. Merci pour cette découverte !
Achat indispensable.


Sordide...
Bon je pense qu'on peut affirmer sans trop prendre de risque que sa carrière d'illustrateur vient de prendre une belle bastos dans les orteils. :-D

En tout cas, RIP papa Fournier
(et pas celui d'Hibernatus, hein !)