Je n’ai pas pour habitude de chroniquer des singles, mais ne m’en veuillez pas pour cette crise d’apathie un peu sévère. D’autant plus qu’elle n’est pas la seule explication à mon laïus somme toute plus bref que d’ordinaire (et certains ne s’en plaindront pas), puisque le 7’’ en question est d’un intérêt tout à fait honorable, et pas seulement parce qu’il vient du Japon. On le sait, le pays du soleil levant n’a pas son pareil pour jouer le Rock et le Metal tels qu’ils ont été définis par l’Europe et les Etats-Unis en leur temps et heure, et nos amis japonais ont depuis très longtemps rattrapé leur retard en termes de crédibilité. Il est bien loin le temps des BEATLES se voyant gratifiés en première partie d’un de leurs deux concerts au Budokan Hall de Tokyo en 1966 d’un très exotique « Hello Beatles! Welcome Beatles ! », interprété par un obscur groupe national dont presque tout le monde a oublié le nom. Le nom que vous risquez de retenir dans un peu moins de huit minutes par contre est celui des SIGNIFICANT POINT, qui en deux morceaux seulement vous auront sans aucun doute convaincu de leur potentiel Heavy, s’inspirant des grandes légendes du genre. Et comme une fois n’est pas coutume (locale), une bio fournie me l’a été par le label, et je vais pouvoir vous en parler un peu plus précisément… SIGNIFICANT POINT a donc été formé en mars 2011 par les deux guitaristes Kazuki Kuwagaki et Gou Takeuchi, qui ont eu beaucoup de mal à stabiliser leur formation avant de pouvoir enregistrer leur première démo en 2014 (qui s’est vue honorée d’une distribution française via Legion of Death Records). Aujourd’hui, le line-up compte outre les deux tricoteurs, Fumiya Abe au chant et le mystérieux Itormentor à la batterie, et peut s’enorgueillir d’un EP live, et très bientôt de ce premier single officiel, qu’Inferno Records aura le plaisir de distribuer dès le mois de mars. 

Mais venir du Japon, disposer d’une promotion satisfaisante n’est pas suffisant pour capter l’attention d’auditeurs potentiels. De quels atouts dispose dont cette formation pour mériter aujourd’hui une place dans nos colonnes ? D’une, d’un niveau technique tout à fait crédible. D’autre part, d’un flair indéniable pour recréer la magie du Heavy Metal à tendance légèrement Speed de nos sacro-saintes années 80, qui trouvent en cette nouvelle incarnation un écho sincère. S’inspirant des modèles incunables laissées dans les médiathèques et les salles de concert par les héros nationaux de LOUDNESS, mais aussi par les internationaux de JUDAS PRIEST (l’influence la plus palpable), d’IRON MAIDEN, ou de MSG (mais là, ce sont eux qui l’affirment, pas moi), les quatre musiciens nous font donc le coup de la nostalgie revdendiquée, en distillant deux titres qui explosent de tous les côtés, nous laissant les oreilles aveuglées par une fumée d’ampli épaisse. D’ailleurs, en écoutant et savourant l’hymne incontestable qu’est l’ouverture « Attacker », on se plaît à rêver aux débuts d’HELLOWEEN, sur leur premier EP éponyme, auquel nos héros du jour ont même emprunté le son de grosse caisse si caractéristique. Un débordement de vitalité Heavy/Speed, qui nous ramène aussi à la glorieuse époque des GRIFFIN, de la clique belge des CROSSFIRE, l’avancée technologique en plus, mais la même veste à patchs sur les épaules, ce qui n’a rien de péjoratif au contraire. Il faut dire que les SIGNIFICANT POINT appliquent avec une foi sans pareille les préceptes les plus établis de notre musique chérie, tels qu’ils ont été édictés dans la première moitié des années 80, avec ce petit plus vintage qui rend leur deux titres parfaitement transcendants.

Transcendants, car énergiques, mais évidemment, dénués de toute once d’originalité. Si l’ombre de LOUDNESS est la plus présente sur ce 7’’, celle du PRIEST vole aussi bas, spécialement dans le tranchant de riffs vraiment saignants, et dans les envolées lyriques de Fumiya Abe qui n’hésite jamais à partir jouer les Castafiore à chaque fin de couplet. Mais c’est bien le tutorat d’Akira Takasaki qui chaperonne chaque intervention en solo, et si le cachet de l’immanquable guitar-hero nippon est inimitable, nos deux six-cordistes du jour font tout pour lui rendre hommage, entre deux salves de chœurs dits « à l’allemande », qui confèrent à leurs morceaux une puissance tout à fait délicieuse. En dehors de ces considérations, « Danger Zone », le second segment, a tout d’un classique Metal oublié par le temps, et sonne, détonne, cartonne comme un tir de barrage Heavy que rien n’affaiblit. Doté en sus d’un son tout à fait typique des références utilisées, Attacker! se presente donc comme un simple parfaitement indispensable en ces temps de disette d’enthousiasme, et nous introduit à un quatuor sûr de son fait et certain de faire notre fête. Une bonne dose de Heavy trempé dans le Speed en furie, qui me permet donc une dernière analogie, m’évoquant l’image des SIGNIFICANT POINT en première partie de nos FURIES adorés, pour un festival de Metal gorgé d’acier. Plus qu’un single, cette entrée dans la cour des grands du quatuor est une véritable profession de foi, qui fait loi, et du meilleur aloi. Alors, vous voyez bien qu’être un peu léthargique après une journée de boulot n’empêche pas d’avoir l’esprit pratique…Bande de mauvaises langues.


Titres de l'album:

  1. Attacker
  2. Danger Zone

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/03/2018 à 18:36
78 %    476

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !