Nerve Butcherer

Concrete Winds

26/11/2021

Sepulchral Voice Records

Allez, soyons fou et admettons que les fêtes de fin d’année sont un carnage pour le porte-monnaie, le foie, et les quelques illusions d’empathie qui nous restent. Admettons que le champagne bon marché, les cadeaux moisis mais chers, les écrans plats, le foie-gras, les huitres, les bûches, les cris et autres déclamations post-alcool nous laissent dans un état hagard, peu certain de nous rappeler le pourquoi du comment, et surtout, le parce que quoi ? Alors, histoire de bien préparer le massacre, autant se faire une playlist à la hauteur de la catastrophe, d’éviter la radio, les tubes du moment, les traditionnels chants de Noël et autres performances au karaoké de tonton Jean-Michel, pour opter pour quelque chose de plus radical et idoine : le deuxième album des flingués finlandais de CONCRETE WINDS.     

Après tout, qu’est ce qui nous empêche de modifier légèrement la tradition pour la rendre plus supportable ? En ce sens, le barouf intenable produit par Mikko (batterie) et P.J (guitare/basse/chant) est tout à fait adapté à ces festivités insupportables, et gageons que l’écoute répétée et à un volume déraisonnable de Nerve Butcherer rendra Mamie plus preste et agreste, et surtout, convaincue qu’elle fait encore partie de ce monde et pas d’un étal de démonstration Ikea pour faire joli et avoir la conscience tranquille.

CONCRETE WINDS n’est pas une affaire tout à fait finlandaise, et pourrait s’inscrire dans le traditionalisme de violence américain le plus fondamental. Mais cette folie qui émerge de leur démence elle, est décidément très nordique, et se rapproche même parfois des crises lunatiques d’IMPALED NAZARENE, le barnum occulte de pacotille en moins. Mais si d’aventure, celles de THE KILL, DISGUST ou INSECT WARFARE vous passionnaient au point de créer vous-même votre univers de blasts et de riffs teigneux, alors sachez que les dix bulles de cette nouvelle bande-dessinée vont vous inspirer plus efficacement qu’un Guronzan.

Deux ans à peine après leur dernier méfait Primitive Force, les deux allumés d’Helsinki remettent le couvert à l’envers pour augmenter la pression, et nous offrent en cadeau anticipé la déflagration Death/Grind de cette fin d’année, mêlant classicisme et hystérie collective du froid. Il faut dire qu’entre les crises de St Guy de Mikko, batteur lunaire aux bras tentaculaires et les riffs surnaturels et supersoniques de P.J, la fête est bien plus folle qu’avec de l’alcool, d’autant que les deux marsouins ne se gênent pas parfois pour imposer un beat dansant entre deux pluies de blasts tenaces (« Dissolvent Baptism »).

Aussi accrocheurs qu’ils ne sont frondeurs, les deux hommes s’en donnent à cœur joie dans la destruction de la musique moderne, tout en gardant cette approche Hardcore qui fait les plus grands albums du genre. Rigolard mais joué sérieusement, ce Death/Grind savoureux renvoie à l’école bondée des NASUM, mais aussi à cette nouvelle scène nordique de la violence la plus crue, et si la guitare prend parfois des accents circulaires hérités du BM local le plus historique, n’y voyez qu’un clin d’œil au patrimoine local : cette saillie est du pur génie Grind du début à la fin.

« Nerve Butcherer » donne d’ailleurs le ton avec son cri/dégueulis de réveillon trop arrosé, avant que la bestialité la plus exubérante ne nous heurte de plein fouet. On prend immédiatement acte de cette magnifique production (enregistrement et mixage de Stefan Brändström au Dustward Studio, mastering de Phil Kusabs), et on savoure cette tranche de vie répulsive qui nous englue dans un constat sans appel : les fêtes approchent, et tout ça nous gonfle au plus haut point. Ruptures impromptues, accélérations de folie, soli torchés comme le cul d’un nouveau-né atteint de diarrhée, soudaines embardées aigues d’une guitare qui semble apprécier sa schizophrénie, dualité de voix en possession par Pazuzu, doublette guitare/batterie sans basse pour chatouiller les médiums et les faire marrer, tout est en place, et le rendu est effectif : l’envie de tout détruire pour ne rien reconstruire est palpable, et la démence contagieuse.

On commence d’ailleurs à reconsidérer les invitations privées lancées pour les festivités, et les élargir au centre psychiatrique communal voisin, histoire d’égayer un peu cette routine annuelle. Entre dissonances aggravées par un chant vraiment granuleux, et ces décélérations qui brisent les reins, les CONCRETE WINDS jouent sur l’exubérance d’un style presque expérimental qui ne tolère aucune restriction, et use de toutes les astuces créatives à sa disposition.

Le résultat est sans appel, le chat hirsute, et le chien prêt à lâcher un colombin sur les pieds de tante Marthe. Nerve Butcherer est clairement l’album de Death/Grind de cette fin d’année, et le seul capable d’altérer suffisamment vos capacités cognitives pour supporter ce déballage indécent de bouffe et de déclarations d’amour faussées par les circonstances.

Merci Constance pour ce panier garni. C’est encore une fois de la merde.            

 

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Nerve Butcherer

02. Chromium Jaws

03. Demonic Truculence

04. Industrial Mutilation

05. Noise Trepanation

06. Intravenous Doctrine

07. Flaying Internecine

08. Paroxystic Flagellator

09. Dissolvent Baptism

10. Astomatous Vomiting


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/12/2021 à 15:15
85 %    250

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gautier

Bien réalisé mais je supporte pas sa voix...   

06/12/2022, 07:16

Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12