We Are Always Alone

Portrayal Of Guilt

29/01/2021

Closed Casket Activities

Alors que nous sommes en attente de la sauce à laquelle nous allons être bouffés dans les semaines qui viennent, le monde s’interroge. Quid de cette pandémie que les gouvernements gèrent à la va-comme-je-te-pousse ?

Le peuple commence à gronder, insatisfait de cette fausse apocalypse qu’on nous vend comme une fin du monde annoncée. Mais comme toute apocalypse, elle a besoin d’une bande-son à la hauteur du désespoir qu’elle engendre, et à ce petit jeu de l’illustration de l’arrivée des quatre cavaliers historiques, les texans de PORTRAYAL OF GUILT tirent leur épingle du jeu, propulsant leur second album au rang de possible illustration musicale de ce chaos totalement désorganisé. D’Austin, Texas nous remontent des effluves nauséabonds du Maine de Stephen King, avec ce sale clown caché dans les égouts qui n’attend qu’un faux pas des enfants pour les emmener vers son Neverland glauque. Avec un premier album passé à la postérité chez Kerrang et autres références musicales, le trio roule sur de la merde, et n’attend qu’un moment d’inattention pour nous jeter dans le vide. Et croyez-moi, une chute au son morbide de ce We Are Always Alone n’est pas des plus agréables, la réception tenant de la cascade ultime refusée par Remy Julienne (RIP).  

Dans les faits, ces trois musiciens bizarres nous opposent une fin de non-recevoir. Alors que le monde réclame l’unité et la réouverture des lieux conviviaux, les trois texans nous affirment qu’au contraire, quelle que soit la situation, nous serons toujours seuls. Ils n’ont pas tort quelque part, mais l’expriment avec une telle assurance dans la véhémence que même les opposants les plus farouches à cette théorie sont bien obligés de s’y rallier. Depuis leur premier hurlement, James Beveridge (batterie), Blake Given (basse) et Matt King (guitare/basse) proposent une digression intéressante à base de Post Black, de Post Hardcore, et de Noisy Core, mélange le plus malsain qui soit. Et si d’aventure, vous pensiez avoir touché le fond du désespoir en vous injectant dans les veines DEAFHEAVEN, NAILS, PRIMITIVE MAN, FULL OF HELL, DODECAHEDRON ou GNAW THEIR TONGUES, détrompez-vous : cette drogue-là est infiniment plus dangereuse, et l’accoutumance est très rapide. Et pour cause, puisque cette musique maladive retranscrit avec une fidélité diabolique l’état de l’humanité qui préfère végéter dans son consumérisme que trouver des soins palliatifs naturels.

Produit, enregistré et mixé par Phillip Odom, masterisé par Will Yip, et flanqué d’un sublime artwork de Chris Taylor (venu aussi pousser la chansonnette sur « The Second Coming », tant qu’à faire), We Are Always Alone est une traduction bruitiste des instincts les moins avouables de l’homme. Des instincts qui le poussent à faire fuir ceux qu’il aime, à détruire ce qu’il admire, et à s’imposer comme la créature la plus évoluée d’un monde qui pourtant n’a de cesse de le repousser tout en bas de la chaîne alimentaire. Factuellement, et quelques années après la première déflagration Let Pain Be Your Guide qui avait mis tout le monde d’accord quant au caractère dangereux du trio, We Are Always Alone se pose en blender géant mixant les éléments les plus néfastes du Black Metal, du Hardcore, de l’Industriel, pour proposer un milk-shake absolument dégueulasse et amer qui reste en bouche comme des regrets fielleux. En acceptant la brièveté de leur action, indispensable pour frapper fort et vite, les texans s’amusent avec les codes du Mathcore pour les confronter aux impératifs grandiloquents du BM le moins formel (« The Second Coming »), avant d’oser des inserts Punk rappelant BREACH et les RUFUSED. Un joli patchwork donc, qu’on affiche au mur comme un Bruegel en canevas, et qui file la chiasse à tous ceux passant la limite de votre paillasson. Fait de riffs de guitare à rendre froids come la mort les TERRA TENEBROSA, de plans de basse à transformer MASTODON et EYEHATEGOD en conteurs pour médiathèques, ce second crachat est d’une puissance assourdissante, mais aussi d’une malice malfaisante.

Les sites spécialisés s’en donnent déjà à cœur joie dans les comparaisons, citant des noms à la volée, dont ceux de DEAFHEAVEN, TOUCHE AMORE, OATHBREAKER ou STREET SECTS. Mais aucuns de ces parallèles n’est viable au moment de juger de la cruauté de l’approche des PORTRAYAL OF GUILT. Car ils sont eux-mêmes le reflet dans le miroir d’une déshumanisation générique que l’homme accepte comme inéluctable, et la fin d’une histoire même pas drôle commencée il y a des milliers d’années. Plus prosaïquement, les neuf pistes de ce second album sont autant d’atteintes à la dignité d’un auditeur, et une façon de lui faire voir la réalité des faits en face. Un peu Ambient sur les bords, mais terriblement puissant, presque décomposé en deux parties distinctes, We Are Always Alone oppose d’abord la rage sourde des désespérés, avant d’envisager un épilogue encore plus nauséeux qu’une collaboration entre Mick Harris et Mories.

« A Tempting Pain » permet au formidable batteur qu’est James Beveridge d’en mettre plein la vue, dans un domaine de Grind-Jazz que d’autres ont expérimenté avant lui. « It’s Already Over » se rapproche plus d’un Post-Hardcore encore plus résigné, avec toujours en exergue cette voix diabolique et purement BM de Matt King qui hurle à s’en invoquer les démons intérieurs. Mais les cassures, les silences, les transitions tendues, les accès de lourdeur infâmes (« Masochistic Oath ») démontrent que les intentions du trio sont clairement néfastes et cruelles. Cette façon de jongler avec les tempi, de laisser les riffs en arrière-plan pour imposer de froides sonorités industrielles est unique en son genre, et PORTRAYAL OF GUILT embrasse de toute son âme une époque qui ne tolère plus les guerres de clans dans l’extrême.

Tenant autant des SWANS que de la scène Grind, We Are Always Alone transforme les pires hululements de FULL OF HELL en crises acnéiques d’adolescence insupportable. Entre un NEUROSIS psychotique et un DEAFHEAVEN en stade terminal (« Garden of Despair »), PORTRAYAL OF GUILT trouve sa place dans les enfers sur terre et signe le manifeste le plus terrifiant de l’underground actuel. En vingt-six minutes seulement, et pas plus. Le temps qu’il nous faudra sans doute pour réaliser que si la terre s’écroule sous nos pieds, nous en sommes en grande partie responsables.

Quel cauchemar.  

   

                                                

Titres de l’album:

01. The Second Coming

02. Anesthetized

03. A Tempting Pain

04. It’s Already Over

05. Masochistic Oath

06. They Want Us All to Suffer

07. Garden of Despair

08. My Immolation

09. We Are Always Alone


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/09/2021 à 14:49
88 %    860

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49