Rogga Johansson, c’est un peu le Paul Speckmann du Death suédois des années 90/2000. Toujours dans les bons coups les plus caverneux, le chanteur/guitariste est ce qu’on pourrait appeler un surboulimique de travail qui ne supporte pas de rester inactif plus de dix secondes, le temps d’ouvrir une bière. Jugez du peu en constatant son parcours sur le site Encyclopaedia Metallum, et souriez à la lecture de tous les projets qu’il a mis sur pied/contribué à. La liste est longue et recense sans ordre particulier DEAD SUN, DOWN AMONG THE DEAD MEN, ECHELON, EYE OF PURGATORY, GRISLY, HUMANITY DELETE, JOHANSSON & SPECKMANN, LOBOTOMY DEPT, MEGASCAVENGER, NECROGOD, PERMADEATH, PILE OF SKULLS, PUTREVORE, REVOLTING, RIBSPREADER, ROGGA JOHANSSON, SEVERED LIMBS, STASS, SVITJOD, THE CLEANER AND MR. FILTH'S VAN MURDERS, THE GROTESQUERY, THOSE WHO BRING THE TORTURE, TO DESCEND, pour ceux étant toujours actifs, et je vous ferai grâce des autres qu’il a abandonnés en cours de route ou qui ont mis un terme à leur existence. On reste admiratif face à tant d’implication à la cause extrême, ce qui achève de faire du personnage un pilier de la scène scandinave, et peut-être l’un de ses acteurs les plus fondamentaux. Mais on le sait, le concept le plus cher au cœur du grogneur/gratteur reste sa créature PAGANIZER, fondée en 1998, qui est en quelque sorte l’incarnation de son appétit de violence. Avec onze albums studio à son actif, le monstre est une légende de la scène suédoise Death Metal pur jus, qui n’a jamais vraiment dévié de sa trajectoire nostalgique, et qui continue aujourd’hui de propager le bon vomi d’un Metal de tradition qui reste collé entre les dents après la mort.

Toujours supporté par les indiens maso de Transcending Obscurity Records, PAGANIZER célèbre avec The Tower of the Morbid son deuxième album avec la même formation, ce qui n’est pas une simple anecdote. Car en effet, les musiciens ont défilé tout au long de ces années, faisant du groupe une sorte d’auberge suédoise dans laquelle tous les tarés étaient les bienvenus, pourvu qu’ils partagent le point de vue et qu’ils sachent jouer le style comme si rien n’avait fait suite au Left Hand Path d’ENTOMBED. Après PAGANIZER le déluge donc, et ce The Tower of the Morbid ne fait que pérenniser le travail de sape entrepris à l’agonie des nineties. Dans les faits, cette nouvelle étape n’est qu’un chapitre de plus s’insérant parfaitement à la suite de Land of Weeping Souls publié il y a deux ans, et qui n’était lui-même que la poupée gigogne cachée à l’intérieur de World Lobotomy. Car chaque LP du groupe n’est qu’une pierre de plus à ajouter à la sépulture du Metal de compromission, ce Metal que Rogga conchie de tous ses poils et qu’il pourfend à grands coups de riffs cruels et glaciaux. Epitomé de la Hm-2, parangon d’un Death Metal suédois aussi froid qu’un cadavre de chat sur une nationale en hiver, The Tower of the Morbid est morbide en effet, et s’ingénie à retrouver l’absence d’humanité de groupes aussi référentiels que GRAVE, DISMEMBER, ENTOMBED, UNLEASHED, ASPHYX, BOLT THROWER, sans chercher à modifier quoi que ce soir à la recette de la salsa post-mortem. Ce qu’on aime chez le quatuor (Rogga Johansson - chant/guitare, Matthias Flebig - batterie, Martin Klasén - basse et Kjetil Lynghaug - guitare), c’est cette volonté de rester traditionnel sans prendre les fans pour des cons et leur balancer des resucées à peine retravaillées. Car en matière de puissance, personne n’a rien à apprendre au grognon Johansson, toujours aussi capable lorsqu’il s’agit de trousser des ambiances fétides en mid tempo qui font dégueuler les oreilles. Qui d’autre que lui est encore capable de composer un hymne aussi catchy que fielleux de la trempe de « Redemptionless », qui file une crise de priapisme auditif tout en laissant le cerveau en purée de pois pour zombie en goguette ? Personne, et certainement pas une reformation opportuniste de CARCASS…  

Le leitmotiv est simple, le rester. Inutile de se compliquer la vie même si chacun des instrumentistes a le pedigree pour donner une leçon de technique à ses congénères. Ici, c’est l’efficacité qui prime, qu’elle soit lourde et emphatique, médium et transcendantale, ou à la vitesse excessive et primale. Après tout, on ne balance pas la purée sans avoir été présenté avec « Flesh Tornado », quand on s’embarrasse de manières, et de toute façon, PAGANIZER n’a plus besoin d’être introduit depuis longtemps. Il se glisse free dans le moindre orifice, et nous pénètre les neurones encore actifs avec ses rythmiques atomiques et ses blasts démoniaques, nous laissant les pavillons encore maculés de gravité, sans s’excuser ou fournir un peu de Sopalin. On n’est pas là pour jouer aux devinettes ni pour apprendre l’étiquette en haute société, mais bien pour se manger du bourrin à satiété, dont acte. A peu près aussi fin et novateur qu’un nouvel album de MASTER, aussi gai et enjoué qu’une vilaine démo de GRAVE, The Tower of the Morbid n’est qu’une succession de branlées en mode majeur, mais une branlée organisée, agencée, et prévue dans le moindre détail. Et entre une basse qui profite du moindre interstice pour nous éclabousser la tronche de sa distorsion, une paire de guitares qui tronçonnent toute forêt à l’horizon, et un chant qui se veut hommage aux remugles et autres éructations, on prend son pied à l’unisson, au son glauque et ENTOMBED de « Apocalypse Writings », ou à l’évocation de la mort en tant que fin en soi sur « Cannibal Remains », bande-son idéale des films de Ruggero Deodato. Et les morceaux passent, la joie de vivre trépasse, sans que l’on ne sente l’inspiration faiblir, ce qui laisse admiratif au vu de la productivité du groupe. Jamais à court d’un riff mémorisable, Rogga enfonce le clou encore un peu plus profondément dans le cercueil de la compromission, et nous éclate le crâne d’hymnes à la débauche de la trempe de « They Came to Die », à la mélodie sournoise, toujours aussi amateur d’un autre côté d’attaques éclair ne laissant aucune chance aux cervicales (« Rot Spreads »).

Et nous aurons toujours besoin de mecs comme lui pour ne pas oublier que le Death se doit d’être simple, efficace, mais pas putassier. Certes, ce nouveau tome des histoires du boucher nécrophile n’apporte pas grand-chose à la légende globale, mais la qualité des titres, la profondeur de la production, les détails de l’artwork sont autant d’indices quant au caractère indispensable de PAGANIZER. En moins de quarante minutes, l’infatigable psychotique donne une leçon de non savoir-vivre à l’usage des suiveurs nostalgiques, et signe avec The Tower of the Morbid un manifeste d’allégeance que vous auriez plutôt intérêt à prendre au pied de la lettre. Sous peine de vous en prendre un bon dans le cul.     


Titres de l’album :

                           01. Flesh Tornado

                           02. Apocalypse Writings

                           03. Cannibal Remains

                           04. Drowning in Sand

                           05. Redemptionless

                           06. They Came to Die

                           07. Rot Spreads

                           08. Beneath the Gauze

                           09. The Tower of the Morbid

                           10. Purge the World

                           11. Demented Machines

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/03/2020 à 17:46
80 %    150

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


grinder92
membre enregistré
25/03/2020 à 11:33:54
"Personne, et certainement pas une reformation opportuniste de CARCASS" : #emojioutré
pas le choix... octogone !

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.