Si je vous dis quatre morceaux pour plus de quarante minutes de musique, je vous aiguille sur plusieurs pistes. Alors, le choix est presque vaste.

Doom ? Sludge ? Post Metal ? Ambient ?

J’ajoute de multiples changements d’ambiance, un travail d’atmosphères et de climats, des couleurs passées, du noir et blanc, du sépia, et là, l’interrogation demeure…D’aucuns parleront d’avant-garde, ou se réfugieront dans le giron d’un Doom aux multiples facettes, et n’auront que partiellement tort ou raison.

Et si je vous disais que c’est un peu le mélange de tout ça, avec quelque chose en plus et deux ou trois trucs en moins. Mais de toutes façons, ceux qui savent sauront, puisque le nom du groupe n’aura pas échappé à leur compréhension.

Qui plus est, la Pologne étant une terre fertile en Black limpide, ou pas, l’équation se résout d’elle-même. Les MORD'A'STIGMATA, sans être une institution sont suffisamment réputés pour s’être fait un nom, et ce depuis longtemps, puisque ce Hope est déjà leur quatrième distribution en longue durée. 

Fondé en 2004 du côté de Bochnia, ce quatuor somme toute assez impénétrable (Ion – basse/chant, Static – guitare/synthés, DQ – batterie et Golem XIV – guitare) se complaît dans la pratique de ce qu’il appelle mystérieusement de la musique rituelle, étiquette suffisamment vaste pour ratisser large, et qui permet d’englober un bon paquet d’influences, mais aussi d’excuser quelques déviances, qui leur permettent d’échapper à toute catégorisation un peu trop resserrée.

Un parcours stable, ce qui est assez rare dans le créneau pour être souligné, et après trois démos entre 2005 et 2006, les Polonais se sont enfin jetés dans le grand bain avec Überrealistic en 2008, avant d’enchaîner sans trop attendre sur Antimatter en 2011, et le très remarqué Ansia en 2013, déjà publié par leur label national Pagan Records.

Hope, bien que marche en avant ne fait donc qu’entériner les préceptes établis plus en amont, en les perfectionnant, et en gardant cette approche non formelle permettant à ces musiciens d’explorer comme bon leur semble tous les recoins de la musique extrême, tout en faisant des arrêts réguliers sur la case Post Metal, Post BM, quel que soit le nom que vous souhaitiez lui accoler.

Quatre titres donc pour ce Hope, qui en effet représente une sorte d’espoir pour le Post en général, mais qui tout en ouvrant de nouvelles portes, en referme aussi pas mal derrière lui. Si la plupart des groupes du cru profitent pratiquement toujours d’un timing étiré pour se laisser aller à des divagations répétitives et appuyées, les Polonais au contraire en profitent pour expérimenter, et associer des courants contre nature pour mieux les déstructurer, pas encore au même niveau de qualité et d’audace qu’un DØDHEIMSGARD, mais largement au-dessus de la masse grouillante de combos qui se contentent de copier sans réfléchir. Alors, quel est donc le problème de cette quatrième réalisation longue durée pour que les sous-entendus jonchent cette chronique comme les bouts de pain dans la foret du Petit Poucet ?

La réponse est assez simple, et lapidaire. En fait, Hope dévoile toutes ses surprises et expose tous ses arguments dans le premier de ses segments, tandis que les suivants ne font que répéter la recette avec moins de bonheur, moins d’inspiration, de respirations, et donc se condamnent à tourner en rond.

Si la production de l’objet en question reste au-dessus de tout soupçon, avec ses graves tonitruants et ses médiums brillants, les compositions en elles-mêmes ne sont pas sans points communs, et manquent la révolution, qui aurait pu porter ce Post Black d’avant-garde sur les premiers bastions, de ceux qui défendent le fort contre les envahisseurs monotones et pas forcément folichons.

Il suffit en effet d’écouter les douze minutes et deux secondes du title-track « Hope » pour savoir vers quel univers les MORD'A'STIGMATA comptent nous faire dériver.

Dès lors, avec cette entame, tous les éléments de leur puzzle se mettent en place assez logiquement, ce qui n’est pas un handicap en soi, puisque la plupart des groupes fonctionnent plus ou moins de la même façon. Sauf que dans ce cas précis, non seulement les indices deviennent rapidement des preuves, mais ces mêmes preuves sont les plus probantes, et celles étalées sur les interventions suivantes se contentent d’en répéter les instances à l’envi, avec beaucoup moins de pertinence et beaucoup plus de redondance.

Dommage…

Pourtant, l’affaire commençait très bien avec ce mélange tonitruant et pénétrant de Post Black, de Doom light, et d’Ambient un peu concentré. Rythmique évolutive, chant grave monocorde impérial et caverneux, basse omniprésente, guitare volubiles et mouvantes, pour douze minutes d’introspection et de remise en question d’un espoir finalement pas si noir que ça.

Inspirations diverses, avec quelques accents à la SWANS des dernières années, une notification MY DYING BRIDE assez prononcée, quelques allusions à SAMAEL, OPETH, breaks bien amenés et pauses bien gérées, le soufflé semblant gonfler, mais après avoir atteint une sorte d’apogée, il s’est justement mis à expulser son air pour dégonfler comme une baudruche mal refermée.

Non que les morceaux suivants ne soient pas dignes d’intérêt, mais ils se contentent de répéter les tics de ce premier essai sans chercher à les déformer ou les transformer.

Alors évidemment, si le style vous sied et que « Hope » en représente une quintessence absorbante, il vous sera plus facile d’assimiler et digérer les homothéties de « The Tomb From Fear And Doubt », calqué sur le même procédé, de « To Keep The Blood », plus court et plus enlevé (et meilleur segment des trois restants), et de « In Less Than No Time », plus processionnel et pas foncièrement barbant, mais il faut admettre qu’une fois l’épiphanie précoce passée, le temps lui prend le sien et à tendance à rester bloqué.

Dommage, ce qui n’enlève rien aux mérites d’un disque qui cherche quand même une porte de sortie Post Metal un peu moins évidente qu’à l’habitude.

Il faudra peut-être à l’avenir inverser et placer en clôture le morceau racine, ou partir sur d’autres voies pour éviter une redite Post BM parfois guère plus enthousiasmante d’un Doom édulcoré.


Titres de l'album:

  1. Hope
  2. The Tomb From Fear And Doubt
  3. To Keep The Blood
  4. In Less Than No Time

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/03/2017 à 14:40
68 %    353

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)