Si je vous dis quatre morceaux pour plus de quarante minutes de musique, je vous aiguille sur plusieurs pistes. Alors, le choix est presque vaste.

Doom ? Sludge ? Post Metal ? Ambient ?

J’ajoute de multiples changements d’ambiance, un travail d’atmosphères et de climats, des couleurs passées, du noir et blanc, du sépia, et là, l’interrogation demeure…D’aucuns parleront d’avant-garde, ou se réfugieront dans le giron d’un Doom aux multiples facettes, et n’auront que partiellement tort ou raison.

Et si je vous disais que c’est un peu le mélange de tout ça, avec quelque chose en plus et deux ou trois trucs en moins. Mais de toutes façons, ceux qui savent sauront, puisque le nom du groupe n’aura pas échappé à leur compréhension.

Qui plus est, la Pologne étant une terre fertile en Black limpide, ou pas, l’équation se résout d’elle-même. Les MORD'A'STIGMATA, sans être une institution sont suffisamment réputés pour s’être fait un nom, et ce depuis longtemps, puisque ce Hope est déjà leur quatrième distribution en longue durée. 

Fondé en 2004 du côté de Bochnia, ce quatuor somme toute assez impénétrable (Ion – basse/chant, Static – guitare/synthés, DQ – batterie et Golem XIV – guitare) se complaît dans la pratique de ce qu’il appelle mystérieusement de la musique rituelle, étiquette suffisamment vaste pour ratisser large, et qui permet d’englober un bon paquet d’influences, mais aussi d’excuser quelques déviances, qui leur permettent d’échapper à toute catégorisation un peu trop resserrée.

Un parcours stable, ce qui est assez rare dans le créneau pour être souligné, et après trois démos entre 2005 et 2006, les Polonais se sont enfin jetés dans le grand bain avec Überrealistic en 2008, avant d’enchaîner sans trop attendre sur Antimatter en 2011, et le très remarqué Ansia en 2013, déjà publié par leur label national Pagan Records.

Hope, bien que marche en avant ne fait donc qu’entériner les préceptes établis plus en amont, en les perfectionnant, et en gardant cette approche non formelle permettant à ces musiciens d’explorer comme bon leur semble tous les recoins de la musique extrême, tout en faisant des arrêts réguliers sur la case Post Metal, Post BM, quel que soit le nom que vous souhaitiez lui accoler.

Quatre titres donc pour ce Hope, qui en effet représente une sorte d’espoir pour le Post en général, mais qui tout en ouvrant de nouvelles portes, en referme aussi pas mal derrière lui. Si la plupart des groupes du cru profitent pratiquement toujours d’un timing étiré pour se laisser aller à des divagations répétitives et appuyées, les Polonais au contraire en profitent pour expérimenter, et associer des courants contre nature pour mieux les déstructurer, pas encore au même niveau de qualité et d’audace qu’un DØDHEIMSGARD, mais largement au-dessus de la masse grouillante de combos qui se contentent de copier sans réfléchir. Alors, quel est donc le problème de cette quatrième réalisation longue durée pour que les sous-entendus jonchent cette chronique comme les bouts de pain dans la foret du Petit Poucet ?

La réponse est assez simple, et lapidaire. En fait, Hope dévoile toutes ses surprises et expose tous ses arguments dans le premier de ses segments, tandis que les suivants ne font que répéter la recette avec moins de bonheur, moins d’inspiration, de respirations, et donc se condamnent à tourner en rond.

Si la production de l’objet en question reste au-dessus de tout soupçon, avec ses graves tonitruants et ses médiums brillants, les compositions en elles-mêmes ne sont pas sans points communs, et manquent la révolution, qui aurait pu porter ce Post Black d’avant-garde sur les premiers bastions, de ceux qui défendent le fort contre les envahisseurs monotones et pas forcément folichons.

Il suffit en effet d’écouter les douze minutes et deux secondes du title-track « Hope » pour savoir vers quel univers les MORD'A'STIGMATA comptent nous faire dériver.

Dès lors, avec cette entame, tous les éléments de leur puzzle se mettent en place assez logiquement, ce qui n’est pas un handicap en soi, puisque la plupart des groupes fonctionnent plus ou moins de la même façon. Sauf que dans ce cas précis, non seulement les indices deviennent rapidement des preuves, mais ces mêmes preuves sont les plus probantes, et celles étalées sur les interventions suivantes se contentent d’en répéter les instances à l’envi, avec beaucoup moins de pertinence et beaucoup plus de redondance.

Dommage…

Pourtant, l’affaire commençait très bien avec ce mélange tonitruant et pénétrant de Post Black, de Doom light, et d’Ambient un peu concentré. Rythmique évolutive, chant grave monocorde impérial et caverneux, basse omniprésente, guitare volubiles et mouvantes, pour douze minutes d’introspection et de remise en question d’un espoir finalement pas si noir que ça.

Inspirations diverses, avec quelques accents à la SWANS des dernières années, une notification MY DYING BRIDE assez prononcée, quelques allusions à SAMAEL, OPETH, breaks bien amenés et pauses bien gérées, le soufflé semblant gonfler, mais après avoir atteint une sorte d’apogée, il s’est justement mis à expulser son air pour dégonfler comme une baudruche mal refermée.

Non que les morceaux suivants ne soient pas dignes d’intérêt, mais ils se contentent de répéter les tics de ce premier essai sans chercher à les déformer ou les transformer.

Alors évidemment, si le style vous sied et que « Hope » en représente une quintessence absorbante, il vous sera plus facile d’assimiler et digérer les homothéties de « The Tomb From Fear And Doubt », calqué sur le même procédé, de « To Keep The Blood », plus court et plus enlevé (et meilleur segment des trois restants), et de « In Less Than No Time », plus processionnel et pas foncièrement barbant, mais il faut admettre qu’une fois l’épiphanie précoce passée, le temps lui prend le sien et à tendance à rester bloqué.

Dommage, ce qui n’enlève rien aux mérites d’un disque qui cherche quand même une porte de sortie Post Metal un peu moins évidente qu’à l’habitude.

Il faudra peut-être à l’avenir inverser et placer en clôture le morceau racine, ou partir sur d’autres voies pour éviter une redite Post BM parfois guère plus enthousiasmante d’un Doom édulcoré.


Titres de l'album:

  1. Hope
  2. The Tomb From Fear And Doubt
  3. To Keep The Blood
  4. In Less Than No Time

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/03/2017 à 14:40
68 %    467

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

Michael Bormann's Jaded Hard

Feels Like Yesterday

Khymera

Master of Illusions

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !


La personne qui gère Iron Bonehead est un passionné absolument incroyable. Il réussi à garder une ligne directrice très cohérente entre toutes ces sorties. Du vrai bon boulot de sa part !


"IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites"

Alors là, je plussoi à fond ! En ce moment j'ai l'impression de n'écouter que des trucs venant de chez eux ! Et de chez Profound Lore records aussi...


Pour le Graspop, c'est pour l'instant maintenu : https://www.graspop.be/fr/actualite/gmm-2020-aura-bien-lieu-comme-prevu/238/

Je cite : "Graspop Metal Meeting 2020 aura bien lieu comme prévu. Nous sommes d’ores et déjà impatient de vous accueillir cet été! Nous surveillons l’é(...)


Et pour ce qui est du GRASPOP, quelqu'un a des news ?


Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pensé directe à nos bons frenchies de Solekhan avec un son plus Raw, putain de rouleau compresseur ce titre.

IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites.