Si je vous dis quatre morceaux pour plus de quarante minutes de musique, je vous aiguille sur plusieurs pistes. Alors, le choix est presque vaste.

Doom ? Sludge ? Post Metal ? Ambient ?

J’ajoute de multiples changements d’ambiance, un travail d’atmosphères et de climats, des couleurs passées, du noir et blanc, du sépia, et là, l’interrogation demeure…D’aucuns parleront d’avant-garde, ou se réfugieront dans le giron d’un Doom aux multiples facettes, et n’auront que partiellement tort ou raison.

Et si je vous disais que c’est un peu le mélange de tout ça, avec quelque chose en plus et deux ou trois trucs en moins. Mais de toutes façons, ceux qui savent sauront, puisque le nom du groupe n’aura pas échappé à leur compréhension.

Qui plus est, la Pologne étant une terre fertile en Black limpide, ou pas, l’équation se résout d’elle-même. Les MORD'A'STIGMATA, sans être une institution sont suffisamment réputés pour s’être fait un nom, et ce depuis longtemps, puisque ce Hope est déjà leur quatrième distribution en longue durée. 

Fondé en 2004 du côté de Bochnia, ce quatuor somme toute assez impénétrable (Ion – basse/chant, Static – guitare/synthés, DQ – batterie et Golem XIV – guitare) se complaît dans la pratique de ce qu’il appelle mystérieusement de la musique rituelle, étiquette suffisamment vaste pour ratisser large, et qui permet d’englober un bon paquet d’influences, mais aussi d’excuser quelques déviances, qui leur permettent d’échapper à toute catégorisation un peu trop resserrée.

Un parcours stable, ce qui est assez rare dans le créneau pour être souligné, et après trois démos entre 2005 et 2006, les Polonais se sont enfin jetés dans le grand bain avec Überrealistic en 2008, avant d’enchaîner sans trop attendre sur Antimatter en 2011, et le très remarqué Ansia en 2013, déjà publié par leur label national Pagan Records.

Hope, bien que marche en avant ne fait donc qu’entériner les préceptes établis plus en amont, en les perfectionnant, et en gardant cette approche non formelle permettant à ces musiciens d’explorer comme bon leur semble tous les recoins de la musique extrême, tout en faisant des arrêts réguliers sur la case Post Metal, Post BM, quel que soit le nom que vous souhaitiez lui accoler.

Quatre titres donc pour ce Hope, qui en effet représente une sorte d’espoir pour le Post en général, mais qui tout en ouvrant de nouvelles portes, en referme aussi pas mal derrière lui. Si la plupart des groupes du cru profitent pratiquement toujours d’un timing étiré pour se laisser aller à des divagations répétitives et appuyées, les Polonais au contraire en profitent pour expérimenter, et associer des courants contre nature pour mieux les déstructurer, pas encore au même niveau de qualité et d’audace qu’un DØDHEIMSGARD, mais largement au-dessus de la masse grouillante de combos qui se contentent de copier sans réfléchir. Alors, quel est donc le problème de cette quatrième réalisation longue durée pour que les sous-entendus jonchent cette chronique comme les bouts de pain dans la foret du Petit Poucet ?

La réponse est assez simple, et lapidaire. En fait, Hope dévoile toutes ses surprises et expose tous ses arguments dans le premier de ses segments, tandis que les suivants ne font que répéter la recette avec moins de bonheur, moins d’inspiration, de respirations, et donc se condamnent à tourner en rond.

Si la production de l’objet en question reste au-dessus de tout soupçon, avec ses graves tonitruants et ses médiums brillants, les compositions en elles-mêmes ne sont pas sans points communs, et manquent la révolution, qui aurait pu porter ce Post Black d’avant-garde sur les premiers bastions, de ceux qui défendent le fort contre les envahisseurs monotones et pas forcément folichons.

Il suffit en effet d’écouter les douze minutes et deux secondes du title-track « Hope » pour savoir vers quel univers les MORD'A'STIGMATA comptent nous faire dériver.

Dès lors, avec cette entame, tous les éléments de leur puzzle se mettent en place assez logiquement, ce qui n’est pas un handicap en soi, puisque la plupart des groupes fonctionnent plus ou moins de la même façon. Sauf que dans ce cas précis, non seulement les indices deviennent rapidement des preuves, mais ces mêmes preuves sont les plus probantes, et celles étalées sur les interventions suivantes se contentent d’en répéter les instances à l’envi, avec beaucoup moins de pertinence et beaucoup plus de redondance.

Dommage…

Pourtant, l’affaire commençait très bien avec ce mélange tonitruant et pénétrant de Post Black, de Doom light, et d’Ambient un peu concentré. Rythmique évolutive, chant grave monocorde impérial et caverneux, basse omniprésente, guitare volubiles et mouvantes, pour douze minutes d’introspection et de remise en question d’un espoir finalement pas si noir que ça.

Inspirations diverses, avec quelques accents à la SWANS des dernières années, une notification MY DYING BRIDE assez prononcée, quelques allusions à SAMAEL, OPETH, breaks bien amenés et pauses bien gérées, le soufflé semblant gonfler, mais après avoir atteint une sorte d’apogée, il s’est justement mis à expulser son air pour dégonfler comme une baudruche mal refermée.

Non que les morceaux suivants ne soient pas dignes d’intérêt, mais ils se contentent de répéter les tics de ce premier essai sans chercher à les déformer ou les transformer.

Alors évidemment, si le style vous sied et que « Hope » en représente une quintessence absorbante, il vous sera plus facile d’assimiler et digérer les homothéties de « The Tomb From Fear And Doubt », calqué sur le même procédé, de « To Keep The Blood », plus court et plus enlevé (et meilleur segment des trois restants), et de « In Less Than No Time », plus processionnel et pas foncièrement barbant, mais il faut admettre qu’une fois l’épiphanie précoce passée, le temps lui prend le sien et à tendance à rester bloqué.

Dommage, ce qui n’enlève rien aux mérites d’un disque qui cherche quand même une porte de sortie Post Metal un peu moins évidente qu’à l’habitude.

Il faudra peut-être à l’avenir inverser et placer en clôture le morceau racine, ou partir sur d’autres voies pour éviter une redite Post BM parfois guère plus enthousiasmante d’un Doom édulcoré.


Titres de l'album:

  1. Hope
  2. The Tomb From Fear And Doubt
  3. To Keep The Blood
  4. In Less Than No Time

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/03/2017 à 14:40
68 %    330

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)