Switch To Reset

Crossfire

15/12/2023

Wormholedeath

Dieu donne ses plus durs combats à ses plus forts soldats.  

  

On connaît tous cet adage, mais il convient aujourd’hui de le nuancer pour l’adapter à une autre réalité. Car si Dieu n’aime rien tant que tester ses ouailles pour éprouver leur foi, son ancien ange désormais déchu Lucifer lui, préfère envoyer ses troupes les plus brutales mener les combats les plus difficiles. Les deux divinités ont donc plus ou moins la même approche, et se ressemblent beaucoup plus qu’il n’y parait. D’autant que de nos jours, la frontière entre le bien et le mal devient de plus en plus floue.

J’aurais pu m’abstenir d’une telle entrée en matière, tant la production Thrash 2023 a encore été florissante et abondante. Mais entre les mordus old-school, les traditionalistes indécrottables, et les habiles faiseurs s’appropriant un savoir-faire ancien, les raretés n’ont jamais autant mérité leur appellation, et les épiphanies n’ont pas été légion. Alors, tomber sur un disque de la trempe de Switch To Reset est un petit miracle qu’il convient de chérir comme il le mérite, puisque ce premier album est d’une perfection troublante.

CROSSFIRE n’a rien à voir avec ce groupe Heavy belge que les amateurs de poussière eighties affectionnent. Non, celui-là vient d’Irlande, le pays vert, à l’histoire troublée et violente, parfaitement retranscrite en musique ici. Et ce CROSSFIRE dublinois a choisi la voie Ô combien dangereuse d’un Thrash élaboré, subtilement technique, mais dense, débordant de violence, mais aussi de nuances. Et c’est justement cet équilibre qui en fait la richesse.

Conor Jordan (basse), Kevin O’Connor (chant/guitare), Dan O’Connor (batterie) et Matt O’Brien (guitare) se fréquentent depuis une bonne grosse décennie, mais n’ont pour le moment gravé qu’un simple EP, lâché il y a déjà cinq ans. Bound in Skin permettait déjà d’apprécier l’art des irlandais pour tisser des ambiances prenantes, mais autant dire qu’il n’arrivait pas à la cheville de ce fantastique Switch To Reset, qui comme son titre l’indique, nous force à un redémarrage de la machine en fin d’année pour pouvoir continuer à travailler au corps une actualité musicale brûlante.

Brûlant, le mot est juste. Le Thrash du quatuor sait évidemment se montrer abordable, avec ses nombreuses harmonies empruntées au répertoire de METALLICA ou MEGADETH, syncopé proprement comme seul Jeff Waters sait découper ses licks, mais aussi puissant qu’une charge virulente de VIKING ou DARK ANGEL. Le meilleur des deux mondes, d’autant que les ambitions sont clairement affichées dès le départ. Avec une heure de musique pour huit morceaux, Switch To Reset n’a pas emprunté le chemin le plus facile, et louvoie avec beaucoup d’intelligence entre ses influences. En résultent des morceaux qui frappent comme cette tonitruante ouverture « Switch To Reset », découpée comme une dinde de Thanksgiving, ou qui caresse dans le sens du poil comme cet instant de tendresse amère qu’est « Lost All Control ».

Mais alors, qu’est-ce qui distingue le quatuor de Dublin de ses confrères old-school ? Une envie d’aller plus loin, de combiner les écoles pour réunir les fans dans un même élan, entre technique affutée, puissance ouverte, et velléités progressives manifestes. Et avec une première moitié de métrage atteignant presque la demi-heure, il n’est guère difficile de comprendre que CROSSFIRE a beaucoup plus de choses à dire et à jouer que nombre de ses frères d’arme.

Un Master of Puppets contemporain ? Un Never, Neverland extrême ? Un So Far, So Good….So What ? plus propre et calibré ? Un peu tout ça à la fois, même si les irlandais savent se détacher des tutelles encombrantes pour développer son propre savoir-faire. Et entre les soli irrésistibles de Kevin O’Connor et la solidité de la rythmique Conor Jordan/Dan O’Connor, Switch To Reset bénéficie d’un traitement de première classe.

Certes, le fond de l’air est connu et sifflé, mais l’intelligence dans l’agencement des morceaux permet au quatuor de sublimer son traditionalisme. Difficile en effet de résister à la charge rude « Coercion » qui braille à la limite du Death/Thrash, ou du précis et précieux « Turned To Stone » qui rappellera à quel point METALLICA et MEGADETH ont été importants pour la culture US brutale mais raisonnable.

On se dit de temps à autres qu’un HEATHEN très inspiré aurait pu signer pareilles chansons durant sa période la plus ambitieuse (celle de Victims of Deception s’entend), et la bonne impression dégagée par la première partie de l’album se transforme en révélation à l’occasion d’un triptyque final faisant la part belle aux évolutions et autres circonvolutions harmoniques.

« Guns For Hire » prépare habilement le terrain, et se repose sur son riff redondant et ses accélérations impromptues, pour que « Prometheus », le premier des hommes ne revienne nous conter fleurette…en prenant méchamment son temps.

Quintessence absolue de ce que le Thrash a toujours pu incarner de plus musical, cet épilogue de plus de dix minutes fait encore une fois honneur à METALLICA et cette vague californienne inévitable, et met l’emphase sur l’oppression rythmique, avant de décoller d’un up tempo rageur et fédérateur. Avec une grande place laissée à un solo d’anthologie qui flirte avec le talent des plus grands instrumentistes, « Prometheus » est une dernière étape d’une valeur énorme, fait d’autant plus remarquable que le titre est un…instrumental. On se souvient donc des « Orion », et autres « The Ultra-Violence », nostalgie d’une époque ou cet exercice de style était incontournable.

CROSSFIRE est donc ma révélation tardive d’une année 2023 tout aussi riche que ses aînées. Une révélation qui risque de se transformer en passion, pour peu que les chapitres suivants de cette saga soient aussi bien écrits.            

 

  

Titres de l’album:

01. Switch To Reset

02. Book Of The Dead

03. Lost All Control

04. Who Goes There?

05. Coercion

06. Turned To Stone

07. Guns For Hire

08. Prometheus


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/02/2024 à 17:38
88 %    258

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faudrait descendre un peu et faire la prochaine édition au stade rochelais   

16/04/2024, 08:30

Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52