Il suffit parfois de presque rien, peut-être dix années de moins pour que l’on puisse dire « je t’aime ». Ou parfois, le conseil éclairé d’un ami Facebook, estomaqué par la qualité d’une réalisation pour que l’on daigne y prêter attention, connaissant les goûts de ladite personne en matière de chefs d’œuvres insoupçonnés. Et ce qui au départ semblait n’être qu’une indication de plus sur un groupe méritant la lumière de la connaissance publique se transforme en épiphanie musicale eut égard aux qualités intrinsèques de l’ensemble en question. Et d’une première écoute en attention modulée d’esprit critique, à une énième relecture vaine en tracement d’éventuels points faibles, la vérité surgit, et la confiance se renforce. Car oui, ce premier album est de cette caste très fermée des défricheurs d’idées, utilisant des codes antimoniques pour parvenir à ses fins et nous entrainer dans un voyage aux confins de la création, là où la mélodie la plus pure peut cohabiter avec le bruit le plus dur, et où la technique la plus éprouvée peut servir les intérêts d’accroches qui restent gravées dans l’inconscient, jusqu’à l’admission finale. Et cette admission en forme d’assertion me pousse aujourd’hui à accepter la valeur incroyable d’un groupe bien de chez nous, qui de son premier coup d’épée assène une blessure mortelle à la monotonie et la linéarité, sans pourtant s’éloigner de certains plans de route déjà bien connus de références mondiales à la réputation immaculée. Dans les faits, COR SERPENTII ne sort pas exactement de nulle part, mais est né sur les cendres d’autres assemblages, puisque ses membres proviennent de l’underground extrême national. INSAIN notamment, mais aussi ORAKLE grâce à la présence de Frédéric Gervais au chant, secondé par ces figures reconnaissables dont celle du guitariste Nicolas Becuwe, créatif versatile exprimant ses vues et concepts au travers d’œuvres Death évidemment, mais aussi Ambient, classiques et progressives. Benoit Jean (SENTENCE, SAVAGE ANNIHILATION, mais aussi INSAIN ou INQUINATUS) se chargeant quant à lui de la basse, le trio pouvait enfin poser les bases d’un style unique, empruntant tout autant au Death qu’au Thrash le plus technique, enrobant le tout dans une atmosphère aussi cosmique que brûlante, avec de fréquents dérapages BM rapprochant le tout d’une version plus qu’intelligente d’une symphonie de l’extrême…

On connaît déjà ce genre d’attitude, et l’avant-gardisme excessif dans ce genre d’aventure est aussi à craindre qu’une énième relecture de canons Thrash Death aux ficelles usées jusqu’à la corde. Pourtant, celle utilisée par les COR SERPENTII pour y pendre toute forme de prévisibilité est solide, et ce Phenomankind n’est rien de moins que l’union sacrée et consacrée des univers antagonistes d’EMPEROR, de VOÏVOD, de la vague Néo-Death suédoise des nineties, mais aussi des miraculeux SUP, et beaucoup d’autres explorateurs de l’interdit qui se sont dit un jour qu’à cœur vaillant, rien n’était impossible. Partant de ce postulat, tout devenait possible pour les parisiens, dès le mot « incongru » biffé de leur dictionnaire personnel. Et autant dire que les trois musiciens ne se sont nullement bridés pour en arriver à un résultat pareil, qui de fait échappe à toute autre classification que celle d’un Metal extrême de classe internationale. En adoptant le radicalisme d’un Black progressif transposé dans un langage Death mélodique, Nicolas, Benoît et Frédéric repoussent les limites des éventualités, et évoquent diverses sensations épidermiques, de celles que les pilotes de chasse éprouvent une fois enfermés dans un simulateur, et qui les oblige à ressentir les pressions les plus extrêmes. Plus qu’un trip en 5G, Phenomankind  est une sorte d’attraction de parc de l’ultime, qui vous propulse de tous les côtés sans vous laisser le temps de respirer, et qui parvient toujours à enchaîner une chicane mortelle avec une descente vertigineuse, sans exagérer les côtés éprouvants pour ne pas vous donner la nausée. Ou plutôt, une exploration du cosmos créatif de l’esprit humain, nous électrisant de synapse en synapse pour nous apporter des connaissances non nouvelles, mais soumises à un éclairage différent, plus adulte, mais pas moins violent pour autant. Et dès l’entame en coup de poing de « Retrieval », la messe en culot majeur est dite. COR SERPENTII s’impose de son talent et de sa grâce naturelle, sans recourir à des subterfuges fumeux ou autres astuces pernicieuses. Ici, c’est la dextérité instrumentale qui prime, et le brio artistique qui s’impose, dans un monde ou la barbarie rythmique le dispute à l’âpreté mélodique, dans un ballet enivrant de vitesse et de précision. Semblant à chaque instant vouloir synthétiser les idées les plus absolues de MORBID ANGEL, SUFFOCATION ou de GOROD, et les velléités les plus organiques de VOÏVOD ou DEATHSPELL OMEGA, les trois musiciens s’embarquent dans une recherche perpétuelle du plan qui déstabilise, sans remettre en cause l’osmose générale, cimentée par les plans hallucinants de virtuosité de Nicolas, guitariste au jeu aussi bluffant que ses capacités de composition.

Et si le concept global présente une cohésion en forme de monolithe Kubrickien, chaque chapitre renforce la majesté de l’édifice en apportant sa propre pierre à la grandiloquence de l’ensemble. Dans un style se rapprochant d’un opéra cosmique pour espèces plus évoluées ayant déjà entrevu des possibilités échappant à la compréhension humaine, ce premier album se pose en jalon, et définit les critères d’exigences à venir qui vont obliger les groupes contemporains à se sortir les doigts des poches pour tenter de proposer quelque chose de plus fondamental. Se basant sur des fantasmagories héritées de l’univers cybernetico-poétique de Phillip K. Dick, Frédéric Gervais s’impose en interprète, et module sa voix, passant d’une aisance incroyable du chant clair aux growls d’enfer, et offrant au tout le cadeau d’une production millimétrée peaufinée au Studio Henosis (ORAKLE, GLORIOR BELLI, ACYL, MOONREICH, ELYOSE...), permettant à des compositions aussi ambivalentes que complexes de la trempe du terrifiant « A Closer Signal » de s’imposer à mi-chemin des dérives de STRAPPING YOUNG LAD et des obsessions d’OPETH. Mais en faisant preuve d’une subjectivité assumée, c’est véritablement « Theomachia » qui s’extrait de cette première partie d’album, poussant la complexité et la férocité dans leurs derniers retranchements, transposant la puissance intelligente d’un ATHEIST dans le Canada des VOÏVOD pour nous faire perdre pied avec la réalité et nous obliger à nous immerger dans un univers parallèle, ou la technique instrumentale a remplacé le langage oral et ou le culot est désormais une qualité indispensable à toute forme d’expression.

Mais quelle difficulté pour retranscrire l’effet produit par un tel album sur la psyché et l’organisme, tant chacune de ses idées semble propulser les COR SERPENTII à des années-lumière de toute concurrence directe. Ainsi, l’onirique « Waves Of Wrath » de fondre dans une même envie les accélérations mystiques du CYNIC le plus méditatif, et les accès de violence théâtrale des CHTHONIC, pour provoquer un nouveau big-bang révolutionnant l’ordre mondial. En faisant preuve d’une infinie finesse dans l’exécution, sans le sacrifier à la brutalité globale permanente (les moments d’apaisement sont si rares qu’on ne les remarque pas), COR SERPENTII prouve que le labyrinthe mélodique des UZEB à tout à fait sa place dans un scénario élaboré par les IMPERIAL TRIUMPHANT, et signe le premier space-opera pour fans d’extrême n’ayant que très peu envie de s’accrocher à la routine d’une violence prévisible. Phenomankind, ou le manifeste sans ambages de surhommes au service d’une musique surhumaine, fustigeant la normalité sans sombrer dans l’élitisme nietzschéen de l’arrogance crasse.                   


Titres de l'album :

                           1.Retrieval

                           2.A Closer Signal

                           3.The Serpent's Stratagem

                           4.Sand Storm

                           5.Theomachia

                           6.Rise Of The Blind

                           7.Waves Of Wrath

                           8.Reversed Evolution

                           9.Phenomankind

                           10.Ubik

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/10/2018 à 16:07
95 %    300

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


L'Apache
@93.10.78.170
02/11/2018 à 21:28:44
Terrible cet album !!!

Ajouter un commentaire


Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Necrodeath

Defragments Of Insanity

October Tide

In Splendor Below

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Live-report HELLFEST 2019 / Samedi

Jus de cadavre / 06/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)


@Humungus et Simony : ils ont été remplacé par SABATON, qui étaient restés sur site après leur show au Knotfest pour voir MANOWAR justement. Ils se sont spontanément proposés pour les remplacer. A noter que Leur chanteur s'est pété la voix la veille, du coup c'est l'un des gratteux qui l'a(...)


"Je n'ai pas vu passer le set même sans être fan, tellement le quintet illustre parfaitement ce qu'est le Thrash Metal, pour l'éternité, et non pas un simple phénomène de génération il y a une grosse trentaine d'années."
Je plussoie totalement. Municipal Waste sur scène c'est juste e(...)


"Soigner sa mort (…) JOY DIVISION"...
Putain Simony, si tu souhaites cette fin à tous les groupes cultes en pleine gloire, v'là l'hécatombe !
(sic)


Remplacés par personne, en tout cas à ma connaissance, on est d'accord... mais ce n'est pas grave, personne ne sera en mesure de remplacer IRON MAIDEN et beaucoup d'autres grands noms mais c'est ce qui les rendra intemporels et indémodables, on continuera à parler des albums aux nouveaux Metalhe(...)


Et pas vraiment besoin de le rappeler mais le tribunal ne prendra pas en compte un "manowar c'est des cons irrespectueux ! ". Ce qui rentrera en compte c'est les contrats signés entre les 2 parties.
Je rajouterai pour finir que ce serait tout de même très étonnant qu'un groupe (même eux,(...)


Ce n'est pas une question de boulette de l'orga (enfin selon mes infos qui je le rappelle ne sont "qu'une" des vérités), mais plutôt de chamboulement du programme "à cause" du Knotfest en fait. Qui a été annoncé bien après la présence de Manowar. Or il était convenu depuis le départ que M(...)


Que l'on dise MANOWAR dépassé, je peux le concevoir... Mais franchement, même si leurs derniers albums sont moins bons que par le passé, ils sont tout de même très loin d'être totalement pourris.
Par contre, dites moi je vous prie Sieur Simony, par qui ont-ils été remplacé ???