Unyielding/Unseeing

Silver Knife

19/08/2020

Amor Fati Productions

Premier LP d’un projet cosmopolite, qui trouve ses racines en France, en Belgique, et aux Pays-Bas, Unyielding/Unseeing est une solide affaire de Black Metal pluriel, et aussi sauvage que mélodique. Formé par des habitués de la scène extrême, et déjà parties-prenantes dans des ensembles tels que CULT OF ERINYES, HYPOTHERMIA, LASTER et NUSQUAMA, SILVER KNIFE est en quelque sorte le nouveau supergroupe de l’extrême, mais qui sait ne pas uniquement se reposer sur des acquis. Promu par le label allemand Amor Fati, ce premier album est donc un petit évènement à lui seul, qui annonce un gros remous dans l’underground bestial européen. Factuellement bruyant et véloce, mais implicitement harmonique et délicieusement mélancolique, Unyielding/Unseeing n’est donc pas qu’une simple affaire de méchanceté gratuite et de violence de complaisance, et se pose comme œuvre complexe, de celles qu’on retrouve chez les Acteurs de l’Ombre en France, et qui mélangent avec flair BM traditionnel, Post Metal opportuniste, et sauvagerie maîtrisée, pour un résultat qui comble les attentes les plus folles quant à cette réunion. Pas ou très peu d’informations à se mettre sous la dent, la bio proposée par le label étant aussi fournie que celle du groupe sur sa page Facebook, de simples initiales pour baptiser les musiciens, et une aura de mystère qui nimbe ce projet dans les limbes de l’inconnu, ne faisant qu’accentuer la curiosité des auditeurs éventuels avides de projets obscurs refusant la facilité de la dénomination ou d’un concept putassier et commercial à outrance. Et la seule chose pouvant vous en dire plus et vous mettre sur une voie quelconque est cette musique terrifiante, froide comme la nuit, et pourtant d’une richesse mélodique incroyable renvoyant quelque part au meilleur du BM norvégien, et aux grandes heures simplifiées d’EMPEROR.

Six morceaux seulement pour quarante minutes de musique, les musiciens n’ont pas lésiné sur l’ambition, et l’œuvre revêt alors un caractère progressif qui envoutera les plus exigeants. Doté d’une production gigantesque transformant les instruments en interventions diaboliques dans une cathédrale abandonnée, Unyielding/Unseeing est un manifeste de brutalité précise et tout sauf clinique. Il y a beaucoup de feeling là-dedans, de l’humanité au travers de ces mélodies héritées d’un Heavy Metal classique et d’un Classique joué avec bestialité, et un morceau aussi véhément que « This Numinous Loom » valide la démarche en un peu moins de huit minutes. Avec un chant écorché au maximum et légèrement enterré dans le mix, des cassures harmoniques soudaines qui apportent un peu d’air dans la claustrophobie ambiante, et des progressions redoutablement bien construites, ce premier LP fait montre d’une maîtrise incroyable, et ressemble à un haut-fait d’un groupe déjà longuement rodé à l’exercice. Bien évidemment, rien de vraiment neuf dans ce déferlement de violence instrumentale, qui valse entre BM et Post BM, sans vraiment choisir son camp ni s’embarrasser de principes de catégorisation. On reste cependant admiratif face à cette débauche de moyens instrumentaux, et cette guitare aux motifs versatiles se pose en conteuse de l’extrême, refusant le jeu du riff unique et trop facile que les accros au Black le plus formel louent encore trente ans après son intronisation en règle suprême. Si l’ensemble à des airs de cohésion totale, les titres possèdent quand même une griffe très personnelle, qui s’incarne dans des breaks tout sauf convenus, des accélérations étouffantes, et surtout, une atmosphère mortifère parfaitement délicieuse au parfum d’apocalypse musicale programmée de longue date. Ainsi, « Silver/Red » instaure une tension évolutive débouchant sur une transition presque dissonante rappelant les grandes heures du BM symphonique, sans tomber dans les travers de grandiloquence. Pourtant, cet album EST grandiloquent, mais avec une certaine humilité, qui s’incarne dans des harmonies simples distillées comme des pauses salvatrices au milieu de ce magma sonore.

L’album s’apparente d’ailleurs à une coulée de lave qui avance impitoyablement. Sorte de blockbuster extrême qui échappe aux poncifs les plus éculés, Unyielding/Unseeing propose d’autres pistes que celles suivies sans relâche par les musiciens les plus rompus à l’exercice de la noblesse, et ose même des inserts totalement Rock comme ce surprenant « Unseeing » qui sonne comme une évasion Post-Rock dans un monde de véhémence bestiale ingérable. Et en bons bâtisseurs d’églises en tours de Babel, les membres de SILVER KNIFE attendent la fin du métrage pour lâcher leurs deux compositions les plus amples et cruelles, offrant une conclusion de plus de seize minutes proportionnelle aux arguments déjà avancés. Les moins habitués à l’écoute d’albums de ce genre déploreront sans doute une linéarité de surface, mais les esthètes de l’ouverture reconnaitront le talent d’instrumentistes et de compositeurs de cette association internationale, en tombant sur ces fameux glissements plus apaisées qui permettent aux morceaux de respirer au-dessus de la surface et ainsi éviter la noyade d’informations. « Sundown » en clôture est d’ailleurs un modèle du genre, et le moule parfait pour comprendre la fabrication de ces hymnes de transition entre le BM norvégien le plus implacable et le Post BM européen le moins facile. Je reconnais que toute l’affaire intrigue, et j’espère que le projet ne sera pas qu’un one-shot en forme d’accident heureux, et que l’aventure connaîtra d’autres lendemains. Il serait dommage de s’arrêter-là, même si ce premier LP n’est pas exempt d’automatismes encore un peu flagrants. Car on sent que SILVER KNIFE a de quoi bousculer les certitudes BM les plus contemporaines et ancrées dans le formalisme, et peut se poser en lien entre le passé et l’avenir d’une musique qui n’a certainement pas dit son dernier mot, loin de là.          

                             

Titres de l’album:

                      01. Unyielding

                      02. This Numinous Loom

                      03. Silver/Red

                      04. Unseeing

                      05. Conjuring Traces

                      06. Sundown

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/05/2022 à 15:41
70 %    54

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32