Brouillard, froid et humidité, clairement en ce samedi soir, ce n'est pas un temps à faire un bon barbecue entre potes. Alors avec les copains on prend la direction de la capitale bretonne pour une soirée qui s'annonce... brutale !

C'est l'association Rennaise Neuronoise qui organise cette date axée 100% Death Metal ce soir. Une asso qui se bouge bien en ce moment puisqu'elle organise un concert Sludge/Doom dès le lendemain à Rennes aussi ! Chapeau...

Le concert a lieu au Marquis de Sade, un petit bar chaleureux situé dans le centre-ville de Rennes. Première fois pour moi dans ce rade... Et quand on rentre on se dit qu'il va faire chaud ce soir. On accède à la petite salle de concert par un étroit couloir qui se trouve derrière le bar. Même pas de porte, 2 simples rideaux pour étouffer un peu le son des concerts et basta. La scène, tout comme la salle, n'est bien évidemment pas bien grande mais ça suffira pour ce soir ! L'ambiance n'en sera que plus conviviale !

On commence avec le groupe Rennais INSEMINATE DEGENERACY. Je connais le groupe de nom car nous avions taillé le bout de gras avec le batteur. Félix fait en effet parti de l'asso Metal Corporation qui avait organisé la venue à Rennes de la tournée Brutal Death Metal : Gutting Europe V, le mois dernier (mon live-report dispo ici). Ce grand passionné de Brutal Death pratique donc avec son groupe... du Brutal Death bien sûr ! Et le groupe le fait très bien. Tous les ingrédients sont de la partie. Grosses mosh-parts Slam bien lentes et lourdes, blasts en mode mitraillette, et vocaux pig squeals ultra-gutturaux. Pas de surprise, pas d'originalité non plus par rapport aux maitres du style. Mais un vrai savoir-faire. Le groupe est en plus à domicile, donc les copains sont dans le public et l'ambiance est très bonne dès le début de la soirée ! Un de leur pote viendra même leur prêter main forte, ou plutôt gorge forte, au micro le temps d'un morceau. Un petit "mais" cependant : le groupe n'a qu'un guitariste. Je trouve qu'il manque clairement de quelque chose de mon point de vue. Une basse donnerait par exemple plus de coffre et de profondeur à la musique des bretons. Surtout pour ce style, groovy à souhait. Mais soyons honnête c'était une très bonne entame de soirée !

Rennes c'est aussi la ville d'origine du groupe suivant : GENITEUR. Les Rennais jouent un Death Metal plutôt old-school parsemés de quelques passages Thrash. Je trouve que les influences du groupe sont pas mal digérées, nous ne sommes pas dans une copie bête et méchante. Je trouve même leur Death Metal assez original, des leads de guitares très mélodiques suivis de moments bien bas du front et relativement sauvages, et un chant en français renforce ce sentiment. Malgré tout je n’accroche pas plus que ça ce soir. Peut-être est-ce dû au petit côté "amateur" du groupe. Les gars ne semblent pas bien âgés et la dizaine de concerts donnés depuis leur création en 2013 n'est peut-être pas encore suffisante pour dégager une grande confiance en soi. Mais ça viendra certainement. A noter une très bonne reprise, bien exécutée d'AT THE GATES, Blinded By Fear.  Un bon choix, car nous ne sommes pas habitués à entendre des covers du groupe culte Suédois.

GENITEUR

La volée de la soirée s'appelle NEPHREN-KA. Et c'est leur tour ensuite. Là, niveau confiance en soi, pas de doute, c'est level 100. Les auvergnats savent ce qu'ils font et ce qu'ils font, ils le font très bien... Vous me suivez là ? Plus sérieusement, ça ne rigole pas du tout, mais alors pas du tout musicalement sur scène. On a à faire à un Brutal Death Metal racé, très violent et rapide. La virulence du propos est telle que tout cela me fait penser à des groupes de War Metal bien furibards en provenance d'Australie ou d'Amérique du Sud. On pense aussi aux Américains de NILE et de HATE ETERNAL pour le coté massif et dominateur ! La batteur est impressionnant derrière son kit, le chanteur est quant à lui habité par sa musique, et nous tire des têtes pas possibles sans jamais (ou presque) s'arrêter de chanter. Un vocaliste renversant de maitrise, qui ne tient pas en place ! Le pit ne tarde pas à s'agiter devant la scène et tout le monde passe un très bon moment. Le groupe aussi d'ailleurs, Laurent (le chanteur) ne se prive pas pour nous le dire. Ils sont heureux de l'ambiance qui règne dans la salle et heureux d'être ici en Bretagne pour la première fois. NEPHREN-KA défend son dernier album en date tout juste sorti, La Grande Guerre de l’Épice (inspiré par le roman culte, Dune), durant cette mini tournée et une chose est sure, avec de tels shows, ils vont se faire de nouveaux fans ! Le seul petit "hic" de ce concert c'est le son un peu brouillon, surtout au niveau de la guitare. Mais bon, toute cette violence sonore ne doit pas être bien simple à mettre en forme sur scène. Surtout dans une salle pas forcément très bien équipée. Un groupe incroyable sur scène en tout cas, une très bonne découverte et une fois de plus, cette réflexion : la scène Death Metal française regorge de petits bijoux !

NEPHREN-KA

La tête d'affiche SAVAGE ANNIHILATION a la difficile tâche de passer après cette tornade ! Le groupe de Montargis, qui fête ses 15 ans d'existence cette année, a lui aussi sorti son dernier album cette année, Quand s'abaisse la Croix du Blasphème. Et niveau savoir-faire, là aussi pas de soucis. Le propos est certes moins véhément que le groupe précédent, mais le tout baigne tout de même dans une grande violence. Leur Death Metal se fait brutal mais toujours avec une approche old-school. Pas de chant porcin ici, on navigue dans le traditionnel. MALEVOLENT CREATION, KRISIUN, MORBID ANGEL sont les noms auxquels on pense en voyant le trio se donner à fond sur scène. Les riffs sont massifs, la prestation carrée et très solide. Seul le manque de puissance pour le chant (un micro mal réglé sans doute) gêne un peu durant ce concert. Le groupe du Loiret est lui aussi très content d'être en terre bretonne ce soir, même si ce n'est pas la première fois pour eux, et l'ambiance est une fois de plus au rendez-vous dans le pit. Nous aurons le droit à un rappel non prévu vu l'insistance du public à la fin du show. 

SAVAGE ANNIHILATION

Cette soirée s'achève donc sur ces notes biens brutales. On quitte heureux la petite salle surchauffée du Marquis de Sade pour retrouver le froid humide de nos campagnes. Merci à l'asso Neuronoise, pour l'organisation de cette date, qui aura fait 70 entrées payantes ce soir, ce qui n'est pas mal pour une affiche aussi pointue. On ne pouvait de tout façon pas tenir à beaucoup plus dans ce bar Rennais !

par Jus de cadavre le 21/11/2017 à 07:59
   686

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.