Titans Of Creation

Testament

03/04/2020

Nuclear Blast

Chroniquer le treizième album d’un groupe qui m’a tant fait vibrer lors de ses débuts devrait être un plaisir en soi. Je me souviens très bien de l’impression que j’ai ressentie lorsque j’ai posé The Legacy sur ma platine, il y a quelques années de ça…Oh, une paille, 1987, j’avais seize ans à l’époque, des goûts musicaux pas encore assez affûtés, mais je savais déjà que ce groupe allait beaucoup compter pour moi. Sauf que cette sorte de précognition s’est vite avérée faussée tant le groupe n’a eu de cesse de me décevoir par la suite. Certes, j’en conviens, The New Order, malgré un ralentissement global méritait encore des louanges, tout comme Practice What You Preach, qui lorgnait déjà méchamment vers un Heavy Metal plus standard, mais joué par des esthètes de la basse qui claque et du riff qui marque. Mais ce que j’ignorais en 1987, c’est qu’il me faudrait attendre plus de vingt ans pour retrouver cette sensation unique, en glissant l’impeccable et monstrueux The Gathering dans ma platine CD. Et encore presque vingt ans pour en approcher les effets grâce au miraculeux et inattendu Brotherhood of the Snake, le dernier effort de la troupe, il y a quatre ans. TESTAMENT et moi, c’est donc l’archétype d’une histoire de non-amour née d’une passion déclenchée inopinément par des musiciens qui auraient pu écraser la concurrence, mais qui ont préféré se standardiser avec les années, sans jamais vraiment décevoir, mais sans enthousiasmer réellement non plus. D’ailleurs, c’est à reculons que j’ai fini par m’attaquer au cas de leur treizième album, ce Titans Of Creation à la pochette si belle que le contenu ne pouvait qu’être en adéquation. Et puis, quelques déclarations mettaient l’eau à la bouche, celle de Peterson notamment, l’année dernière à la conf’ de presse du Hellfest, qui affirmait que ce nouvel album serait plus Thrash, tout en mentionnant le nom magique de MERCYFUL FATE pour localiser l’inspiration. Mais il faut se méfier des déclarations promotionnelles qui souvent, abusent de métaphores et d’images trompeuses pour mieux vendre la soupe. Et sans être de la soupe - loin de là - Titans Of Creation n’a pas la majesté de sa pochette, malgré une envie qu’on sent grouillante, et une technique d’enregistrement et de composition qui a quelque peu bravé les méthodes modernes.

Sur le papier, une fois encore, ce nouvel album avait tout du massacre annoncé. D’abord, ce putain de line-up résistant depuis 2014, avec un quintet de légende aux commandes. Le trio d’origine Eric Peterson, Chuck Billy et Alex Skolnick, complété de deux monstres de technique à la rythmique, avec l’alpha Gene Hoglan au kit et l’oméga Steve DiGiorgio à la basse, de quoi donner des suées depuis longtemps aux fans de DEATH, SADUS, STRAPPING YOUNG LAD, DARK ANGEL et tant d’autres combos qui ont marqué l’histoire. Ensuite, cette fameuse pochette que Chuck n’hésite pas à taxer de « renaissance », signée par l’artiste Eliran Kantor, ayant déjà honoré de son trait les œuvres de SODOM, ICED EARTH, HATEBREED, SOULFLY ou encore THY ART OF MURDER. Et puis cette production in extenso peaufinée par Juan Urteaga et ce mixage confié au nouveau guitariste de JUDAS PRIEST en tournée mais gourou des consoles et ex-SABBAT Andy Sneap. Avec tant d’éléments probants en tête, aucun doute n’était permis, TESTAMENT allait nous refaire le coup de Brotherhood of the Snake et The Gathering, se souvenir de la légende qu’il fut à une époque, et mettre tout le monde d’accord. Les musiciens eux-mêmes en étaient persuadés, mais il y avait quand même quelque chose qui clochait…Car en lâchant « Children Of The Next Level » sur la toile, le groupe avait provoqué un entre-deux assez gênant dans les faits, scindant les fans en deux factions, ceux adoubant sans hésiter et les autres, plus mesurés et pondérés, ne voyant rien de particulièrement révolutionnaire dans ce morceau. J’étais moi-même resté sur mes gardes, trouvant la production trop standard (le reproche que je formule à l’encontre des réalisations modernes qui cherchent toutes la perfection mais laissent de côté la personnalité), l’inspiration pas forcément galvanisante, et le propos si commun et middle of the road qu’il en devenait irritant. Et après avoir écouté plusieurs fois in extenso ce Titans Of Creation, mon avis n’a pas changé, pis, il s’en est trouvé renforcé. Et il permet de pointer du doigt une problématique universelle et typique de notre époque, la normalisation excessive. Car en dépit de l’identité plus qu’affirmée de ce groupe et d’une poignée d’autres, on a souvent le sentiment qu’ils ne font plus qu’un, en tant qu’arrière-garde qui refuse de mourir mais qui va finir par se rendre.

Un exemple simple pour étayer cette thèse, le titre « Symptoms ». Modèle de technique précise et de brutalité maîtrisée, ce morceau est pourtant l’épicentre de la problématique. En l’écoutant, et malgré le merveilleux solo d’Alex et cette superbe partie en tierce, j’ai eu le sentiment d’écouter un nouveau titre d’EXODUS, de DESTRUCTION, d’OVERKILL, ou de tout autre ancien de la cause Thrash, tant les riffs utilisés par toutes ces références sont classiques, éprouvés, et similaires dans le fond et la forme. Cette sensation de gêne ressentie dès les premières notes de l’album a perduré, alors même que le jeu des protagonistes impliqués m’a toujours fait trembler de plaisir et rendu vert de jalousie et de désir. Alors oui, la basse de Steve claque toujours autant, mais même le jeu d’ordinaire si extraordinaire de Gene sonne ici convenu, spécialement lorsque le tempo croit. A ce moment-là, on pense clairement à EXODUS, et « False Prophet », malgré son enthousiasme et son énergie de tomber à plat, un peu comme « Into the Pit » dégonflait comme une baudruche sur The New Order. C’est évidemment et sans conteste possible excellemment bien fait, méchamment bien produit, mais la voix de Chuck, les parties rythmiques, et les guitares sonnent comme programmées par un logiciel ayant compilé les meilleurs plans du Thrash des années 80 pour les restituer genre machine midi qui recrache du thème au kilomètre, sans âme…Vous me pensez perdu pour la cause, trop vieux pour admettre que les temps changent et qu’il convient de s’y adapter ? Alors pensez que je chronique en moyenne trois ou quatre albums de Thrash par quinzaine et que j’ai suivi l’extrême depuis son émergence dans les eighties. Mes mots sont mesurés, et non pas guidés par une nostalgie du « c’était mieux avant », même si dans le cas de TESTAMENT

Il y a de bonnes choses sur cet album, de très bonne mêmes. La tonitruante mise en bouche de « Dream Deceiver » et son groove digne du meilleur MEGADETH, le parfum passéiste et subtilement occulte de « Night Of The Witch », assombri et composé par Eric. La basse traitée de Steve et l’allant général et générique de « Code Of Hammurabi », mais le tout est si calibré, millimétré, qu’on en vient à se dire que tout ça est un peu vain. Impossible évidemment de ranger Titans Of Creation dans la catégorie des plantades achevées sous peine de passer pour un crétin, mais je le concède et l’écris sans honte ni remords. Titans Of Creation m’a laissé de marbre, la première fois, la seconde fois, la dixième fois. Trop gonflé aux stéroïdes, trop long, trop prévisible, trop dans son époque. Trop, mais pas assez à la fois. Un bien drôle d’héritage…

                                   

Titres de l’album :

                        01. Children Of The Next Level

                        02. WWII

                        03. Dream Deceiver

                        04. Night Of The Witch

                        05. City Of Angels

                        06. Ishtars Gate

                        07. Symptoms

                        08. False Prophet

                        09. The Healers

                        10. Code Of Hammurabi

                        11. Curse Of Osiris

                        12. Catacombs

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/04/2020 à 17:58
75 %    455

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Arioch91
membre enregistré
03/04/2020, 19:26:22
Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.

NecroKosmos
@90.32.158.13
04/04/2020, 07:44:04
TESTAMENT, c'est 'The legacy' et 'The new order'. Point final.

Wildben
@91.160.49.225
04/04/2020, 12:43:53
Et The Gathering, non?

Simony
membre enregistré
04/04/2020, 13:49:51
Ah pour moi, si ! The Gathering et Demonic même !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

soniamarcel783

Bonjour j’ai un témoignage à vous apportez .Voici son adresse email : aristide.dominique@yahoo.com Suite à de nombreux rejets de dossier par les banques j’ai eu mon 

prêt de 35.000 € chez un homme intègre du nom Dominique Aristide en 72h. Au départ je n’y croyais pas mais(...)

05/06/2020, 02:16

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17

Simony

Par contre l'entrée sur scène toutes lumières allumées, un petit jam et une reprise c'est assez original. Malgré tout, ça reste un groupe qui a souvent tenté des choses pour proposer un truc en plus à son public.
Après perso, j'adore Load, peut-être aussi parce que c'est le 1° METAL(...)

03/06/2020, 14:48

Jus de cadavre

D'autant plus que c'est pas mal du tout je trouve ! Et je plussoi totalement pour Global Metal, c'est un très bon docu. Bien mieux que son premier et plus connu Voyage au coeur de la bête pour moi.

03/06/2020, 14:21

Wildben

Excellent!
Super découverte, d'autant que le reste de la discographie a l'air au niveau. Le traitement des voix me rappelle parfois également Anacrusis.

03/06/2020, 14:03

Hair-dressing Curiosity

La triste époque des nuques rases, avec cette impression de reniement complet de leur ADN dans le look et le son. Je trouve ça pénible à regarder, comme de vieilles photos qu'on ressort de la boite pour mieux vouloir les replanquer sous la pile.

C'est très curieux que James ait ens(...)

03/06/2020, 13:30

Grinding Velocity

Ca me fait toujours délirer ce genre de groupe totalement exotique venu du trou du cul du monde. :-)
Et là je repense au très bon docu de Sam Dunn, "Global Metal".
Cette musique s'est VRAIMENT mondialisée.

03/06/2020, 12:34

Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30