Les chroniques express, chapitre 529. Ah non, pas là en fait, je me suis rendu compte entre temps que l’analyse allait être plus compliquée que prévu.

Beaucoup plus même.

Alors allons-y. Les GENOSHA nous viennent donc de Virginie, où ils se sont formés sous une structure de quintette en 2014 (Joel – chant, Daniel & Travis – guitares, JP – batterie et Matty – basse), ils nous ont déjà présenté leurs condoléances pour je ne sais quelle mise en terre (EP Our Condolences, dispo gratos, 2015), et semblent jouer un Hardcore à multiples facettes et influences diverses qui s’avère assez difficile à catégoriser.

Tant mieux ? Mais absolument, un peu de nouveauté ne faisant jamais de mal dans le créneau.

Leur page Facebook présente quelques références notables, de CONVERGE (évidemment) à EVERY TIME I DIE (absolument), en passant par MISERY SIGNALS, COALESCE, THE CHARIOT ou NORMA JEAN, ce qui vous donne un panel intéressant d’influences, couvrant un spectre Chaotic Core/Metalcore/Hardcore assez large.

D’ailleurs, pour une fois, cette variété réclamée n’est pas illusoire ou usurpée, puisque la musique des Américains est assez touffue et complexe, non dans sa forme, mais dans son fond. Il semblerait que le quintette ait du mal à se fixer sur une direction en particulier, et il n’est pas rare qu’un morceau vous entraîne dans une direction complètement différente du précédent.

A la base, des guitares très lourdes et grasses, une rythmique mouvante et coulante qui s’adapte à tous les terrains, un chant un peu goguenard mais grave qui fait le lien, et quelques mélodies disséminées sur une toile d’araignée de riffs acides et criminels.

Alors au final (déjà ?), qu’attendre de Our Contempt, premier longue durée des GENOSHA ? Un peu de tout à vrai dire, mais surtout pas n’importe quoi, puisque les larrons en foire s’y entendent comme personne pour brouiller les cartes et se montrer à l’aise dans la diversité violente.

Vous pourrez donc naviguer les oreilles bien ouvertes du Downcore/Metalcore de « It I Slap a Bear », qui vous donne quelques conseils pour corriger les plantigrades effrontés en singeant leurs cris et leur pas lourd, au Hardcore subtilement chaotique mais gras de l’ouverture « Island Nation », qui propose un riff et des lignes de basse presque Sludgecore dans l’esprit, mais résolument Hardcore dans l’envie. Le quintette a en outre l’intelligence chafouine d’agrémenter chacun de ses morceaux de chœurs collégiaux dans la plus grande tradition NYHC, ce qui confère à leur atmosphère somme toute assez lourde une empreinte street assez prononcée.

Ils ont d’ailleurs conviés quelques potes à participer à cette première aventure de longue haleine, et vous retrouverez au gré des pistes des participations plus ou moins fameuses, comme celle d’Adam Alig de SUNDRAINER sur « Cell Phone Diaries » (exercice de style Darkcore animé de très mauvaises intentions), une intervention de Garrison Case des CASE OF THE DONALDS sur le surprenant et harmonieux (dans une certaine mesure) « Irregardless », hybride Downcore/Néocore qui n’hésite pas à piquer au Post Metal ses arpèges les plus flottants, ou un coup de main donné par Palmer Gross de 3:33 sur le terrassant « Mutant Renegades », qui se permet quand même de sérieux clins d’œil Rapcore avant de sombrer dans un Sludgecore poisseux et downtuné

Mais pas d’inquiétude à avoir, les mecs savent aussi se débrouiller seuls, et avec brio et panache. Leurs lyrics gorgés d’ironie se calquent très bien sur la ligne du parti musical qui ne tolère aucune frontière, et l’ensemble dégage une ambivalence de ton assez surprenante. Si l’instrumental est résolument sombre et épais, les arrangements vocaux savent aménager des espaces de légèreté (relatifs, soyons honnête), et les cinq coreux savent de temps à autres oublier la rigueur pour se lancer dans des harangues dignes du meilleur Hardcore teigneux des années 80 (« The Sunny Side Of Corruption », genre d’AGNOSTIC FRONT passé au filtre vocoder EVERY TIME I DIE).

L’humour est donc omniprésent, comme le démontre le final « Based On A Tom Petty Song » qui dégueule d’un Hardcore pas vraiment poli ni urbain, et qui ne décrit pas vraiment les charmes de cette fameuse « American Girl » si chère au blondinet aux dents allongées. Une fois de plus, les riffs massifs changent de vision toutes les vingt secondes pour transformer le panorama et l’assombrir encore plus, comme un puzzle cinq mille pièces dont on aurait sciemment dissimulé quelques fragments.

Impossible de savoir sur quel pied on danse pendant cette gigue outrancière qui se situe d’elle-même à la croisée des chemins Core.

C’est touffu, parfois confus, multidirectionnel, mais entêté comme un âne métallique monté par un cavalier Metalcore, et je me vois bien ennuyé au moment de lâcher une conclusion fédératrice qui de toute façon ne mettra personne d’accord.

Alors admettons que les GENOSHA avec Our Contempt ont prouvé qu’on pouvait bouffer à tous les râteliers sans passer pour de gentils indécis, mais qu’il leur reste des efforts à faire pour se montrer plus concis dans l’ouverture.

En reste un album intéressant et ludique, violent mais coulant, qui utilise autant la puissance massive du Metalcore que la brutalité passive du Hardcore. Un peu down régulièrement, Fast sans le vouloir vraiment, en gros, rien de clair pour le moment.

 A vous de faire votre marché pour vous y retrouver. Ce qui n’est peut-être pas le but souhaité d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Island Nation
  2. Mutant Renegades (featuring Palmer Gross of 3-33)
  3. With Thunderous Applause
  4. If I Slap A Bear
  5. Irregardless (featuring Garrison Case of The Donalds)
  6. PHD In Prostitution
  7. Cell Phone Diaries (featuring Adam Alig of Sundrainer)
  8. The Sunny Side Of Corruption
  9. Based On A Tom Petty Song

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/11/2016 à 10:15
70 %    368

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes