Les chroniques express, chapitre 529. Ah non, pas là en fait, je me suis rendu compte entre temps que l’analyse allait être plus compliquée que prévu.

Beaucoup plus même.

Alors allons-y. Les GENOSHA nous viennent donc de Virginie, où ils se sont formés sous une structure de quintette en 2014 (Joel – chant, Daniel & Travis – guitares, JP – batterie et Matty – basse), ils nous ont déjà présenté leurs condoléances pour je ne sais quelle mise en terre (EP Our Condolences, dispo gratos, 2015), et semblent jouer un Hardcore à multiples facettes et influences diverses qui s’avère assez difficile à catégoriser.

Tant mieux ? Mais absolument, un peu de nouveauté ne faisant jamais de mal dans le créneau.

Leur page Facebook présente quelques références notables, de CONVERGE (évidemment) à EVERY TIME I DIE (absolument), en passant par MISERY SIGNALS, COALESCE, THE CHARIOT ou NORMA JEAN, ce qui vous donne un panel intéressant d’influences, couvrant un spectre Chaotic Core/Metalcore/Hardcore assez large.

D’ailleurs, pour une fois, cette variété réclamée n’est pas illusoire ou usurpée, puisque la musique des Américains est assez touffue et complexe, non dans sa forme, mais dans son fond. Il semblerait que le quintette ait du mal à se fixer sur une direction en particulier, et il n’est pas rare qu’un morceau vous entraîne dans une direction complètement différente du précédent.

A la base, des guitares très lourdes et grasses, une rythmique mouvante et coulante qui s’adapte à tous les terrains, un chant un peu goguenard mais grave qui fait le lien, et quelques mélodies disséminées sur une toile d’araignée de riffs acides et criminels.

Alors au final (déjà ?), qu’attendre de Our Contempt, premier longue durée des GENOSHA ? Un peu de tout à vrai dire, mais surtout pas n’importe quoi, puisque les larrons en foire s’y entendent comme personne pour brouiller les cartes et se montrer à l’aise dans la diversité violente.

Vous pourrez donc naviguer les oreilles bien ouvertes du Downcore/Metalcore de « It I Slap a Bear », qui vous donne quelques conseils pour corriger les plantigrades effrontés en singeant leurs cris et leur pas lourd, au Hardcore subtilement chaotique mais gras de l’ouverture « Island Nation », qui propose un riff et des lignes de basse presque Sludgecore dans l’esprit, mais résolument Hardcore dans l’envie. Le quintette a en outre l’intelligence chafouine d’agrémenter chacun de ses morceaux de chœurs collégiaux dans la plus grande tradition NYHC, ce qui confère à leur atmosphère somme toute assez lourde une empreinte street assez prononcée.

Ils ont d’ailleurs conviés quelques potes à participer à cette première aventure de longue haleine, et vous retrouverez au gré des pistes des participations plus ou moins fameuses, comme celle d’Adam Alig de SUNDRAINER sur « Cell Phone Diaries » (exercice de style Darkcore animé de très mauvaises intentions), une intervention de Garrison Case des CASE OF THE DONALDS sur le surprenant et harmonieux (dans une certaine mesure) « Irregardless », hybride Downcore/Néocore qui n’hésite pas à piquer au Post Metal ses arpèges les plus flottants, ou un coup de main donné par Palmer Gross de 3:33 sur le terrassant « Mutant Renegades », qui se permet quand même de sérieux clins d’œil Rapcore avant de sombrer dans un Sludgecore poisseux et downtuné

Mais pas d’inquiétude à avoir, les mecs savent aussi se débrouiller seuls, et avec brio et panache. Leurs lyrics gorgés d’ironie se calquent très bien sur la ligne du parti musical qui ne tolère aucune frontière, et l’ensemble dégage une ambivalence de ton assez surprenante. Si l’instrumental est résolument sombre et épais, les arrangements vocaux savent aménager des espaces de légèreté (relatifs, soyons honnête), et les cinq coreux savent de temps à autres oublier la rigueur pour se lancer dans des harangues dignes du meilleur Hardcore teigneux des années 80 (« The Sunny Side Of Corruption », genre d’AGNOSTIC FRONT passé au filtre vocoder EVERY TIME I DIE).

L’humour est donc omniprésent, comme le démontre le final « Based On A Tom Petty Song » qui dégueule d’un Hardcore pas vraiment poli ni urbain, et qui ne décrit pas vraiment les charmes de cette fameuse « American Girl » si chère au blondinet aux dents allongées. Une fois de plus, les riffs massifs changent de vision toutes les vingt secondes pour transformer le panorama et l’assombrir encore plus, comme un puzzle cinq mille pièces dont on aurait sciemment dissimulé quelques fragments.

Impossible de savoir sur quel pied on danse pendant cette gigue outrancière qui se situe d’elle-même à la croisée des chemins Core.

C’est touffu, parfois confus, multidirectionnel, mais entêté comme un âne métallique monté par un cavalier Metalcore, et je me vois bien ennuyé au moment de lâcher une conclusion fédératrice qui de toute façon ne mettra personne d’accord.

Alors admettons que les GENOSHA avec Our Contempt ont prouvé qu’on pouvait bouffer à tous les râteliers sans passer pour de gentils indécis, mais qu’il leur reste des efforts à faire pour se montrer plus concis dans l’ouverture.

En reste un album intéressant et ludique, violent mais coulant, qui utilise autant la puissance massive du Metalcore que la brutalité passive du Hardcore. Un peu down régulièrement, Fast sans le vouloir vraiment, en gros, rien de clair pour le moment.

 A vous de faire votre marché pour vous y retrouver. Ce qui n’est peut-être pas le but souhaité d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Island Nation
  2. Mutant Renegades (featuring Palmer Gross of 3-33)
  3. With Thunderous Applause
  4. If I Slap A Bear
  5. Irregardless (featuring Garrison Case of The Donalds)
  6. PHD In Prostitution
  7. Cell Phone Diaries (featuring Adam Alig of Sundrainer)
  8. The Sunny Side Of Corruption
  9. Based On A Tom Petty Song

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/11/2016 à 10:15
70 %    396

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bizarre, ce format, j'espère qu'il veillera à ce que les places ne soient pas trop chères.


J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...