Les chroniques express, chapitre 529. Ah non, pas là en fait, je me suis rendu compte entre temps que l’analyse allait être plus compliquée que prévu.

Beaucoup plus même.

Alors allons-y. Les GENOSHA nous viennent donc de Virginie, où ils se sont formés sous une structure de quintette en 2014 (Joel – chant, Daniel & Travis – guitares, JP – batterie et Matty – basse), ils nous ont déjà présenté leurs condoléances pour je ne sais quelle mise en terre (EP Our Condolences, dispo gratos, 2015), et semblent jouer un Hardcore à multiples facettes et influences diverses qui s’avère assez difficile à catégoriser.

Tant mieux ? Mais absolument, un peu de nouveauté ne faisant jamais de mal dans le créneau.

Leur page Facebook présente quelques références notables, de CONVERGE (évidemment) à EVERY TIME I DIE (absolument), en passant par MISERY SIGNALS, COALESCE, THE CHARIOT ou NORMA JEAN, ce qui vous donne un panel intéressant d’influences, couvrant un spectre Chaotic Core/Metalcore/Hardcore assez large.

D’ailleurs, pour une fois, cette variété réclamée n’est pas illusoire ou usurpée, puisque la musique des Américains est assez touffue et complexe, non dans sa forme, mais dans son fond. Il semblerait que le quintette ait du mal à se fixer sur une direction en particulier, et il n’est pas rare qu’un morceau vous entraîne dans une direction complètement différente du précédent.

A la base, des guitares très lourdes et grasses, une rythmique mouvante et coulante qui s’adapte à tous les terrains, un chant un peu goguenard mais grave qui fait le lien, et quelques mélodies disséminées sur une toile d’araignée de riffs acides et criminels.

Alors au final (déjà ?), qu’attendre de Our Contempt, premier longue durée des GENOSHA ? Un peu de tout à vrai dire, mais surtout pas n’importe quoi, puisque les larrons en foire s’y entendent comme personne pour brouiller les cartes et se montrer à l’aise dans la diversité violente.

Vous pourrez donc naviguer les oreilles bien ouvertes du Downcore/Metalcore de « It I Slap a Bear », qui vous donne quelques conseils pour corriger les plantigrades effrontés en singeant leurs cris et leur pas lourd, au Hardcore subtilement chaotique mais gras de l’ouverture « Island Nation », qui propose un riff et des lignes de basse presque Sludgecore dans l’esprit, mais résolument Hardcore dans l’envie. Le quintette a en outre l’intelligence chafouine d’agrémenter chacun de ses morceaux de chœurs collégiaux dans la plus grande tradition NYHC, ce qui confère à leur atmosphère somme toute assez lourde une empreinte street assez prononcée.

Ils ont d’ailleurs conviés quelques potes à participer à cette première aventure de longue haleine, et vous retrouverez au gré des pistes des participations plus ou moins fameuses, comme celle d’Adam Alig de SUNDRAINER sur « Cell Phone Diaries » (exercice de style Darkcore animé de très mauvaises intentions), une intervention de Garrison Case des CASE OF THE DONALDS sur le surprenant et harmonieux (dans une certaine mesure) « Irregardless », hybride Downcore/Néocore qui n’hésite pas à piquer au Post Metal ses arpèges les plus flottants, ou un coup de main donné par Palmer Gross de 3:33 sur le terrassant « Mutant Renegades », qui se permet quand même de sérieux clins d’œil Rapcore avant de sombrer dans un Sludgecore poisseux et downtuné

Mais pas d’inquiétude à avoir, les mecs savent aussi se débrouiller seuls, et avec brio et panache. Leurs lyrics gorgés d’ironie se calquent très bien sur la ligne du parti musical qui ne tolère aucune frontière, et l’ensemble dégage une ambivalence de ton assez surprenante. Si l’instrumental est résolument sombre et épais, les arrangements vocaux savent aménager des espaces de légèreté (relatifs, soyons honnête), et les cinq coreux savent de temps à autres oublier la rigueur pour se lancer dans des harangues dignes du meilleur Hardcore teigneux des années 80 (« The Sunny Side Of Corruption », genre d’AGNOSTIC FRONT passé au filtre vocoder EVERY TIME I DIE).

L’humour est donc omniprésent, comme le démontre le final « Based On A Tom Petty Song » qui dégueule d’un Hardcore pas vraiment poli ni urbain, et qui ne décrit pas vraiment les charmes de cette fameuse « American Girl » si chère au blondinet aux dents allongées. Une fois de plus, les riffs massifs changent de vision toutes les vingt secondes pour transformer le panorama et l’assombrir encore plus, comme un puzzle cinq mille pièces dont on aurait sciemment dissimulé quelques fragments.

Impossible de savoir sur quel pied on danse pendant cette gigue outrancière qui se situe d’elle-même à la croisée des chemins Core.

C’est touffu, parfois confus, multidirectionnel, mais entêté comme un âne métallique monté par un cavalier Metalcore, et je me vois bien ennuyé au moment de lâcher une conclusion fédératrice qui de toute façon ne mettra personne d’accord.

Alors admettons que les GENOSHA avec Our Contempt ont prouvé qu’on pouvait bouffer à tous les râteliers sans passer pour de gentils indécis, mais qu’il leur reste des efforts à faire pour se montrer plus concis dans l’ouverture.

En reste un album intéressant et ludique, violent mais coulant, qui utilise autant la puissance massive du Metalcore que la brutalité passive du Hardcore. Un peu down régulièrement, Fast sans le vouloir vraiment, en gros, rien de clair pour le moment.

 A vous de faire votre marché pour vous y retrouver. Ce qui n’est peut-être pas le but souhaité d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Island Nation
  2. Mutant Renegades (featuring Palmer Gross of 3-33)
  3. With Thunderous Applause
  4. If I Slap A Bear
  5. Irregardless (featuring Garrison Case of The Donalds)
  6. PHD In Prostitution
  7. Cell Phone Diaries (featuring Adam Alig of Sundrainer)
  8. The Sunny Side Of Corruption
  9. Based On A Tom Petty Song

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/11/2016 à 10:15
70 %    330

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.