Half Past Human

Cirith Ungol

28/05/2021

Metal Blade

Galvanisés par l’accueil tonitruant réservé à leur album comeback de 2020, Forever Black, les américains de CIRITH UNGOL sont de retour en 2021 pour asseoir définitivement leur réputation 2K. Il faut dire que ce fameux album avait de quoi remuer non seulement les nostalgiques, mais aussi la jeune génération, et le groupe avait alors prouvé que l’énergie ne dépend pas de la jeunesse, mais parfois de l’envie et de l’expérience. Presque trente ans après leur dernier long officiel Paradise Lost et son titre emprunté à Milton, CIRITH UNGOL faisait preuve d’une fougue juvénile pour rappeler à tout le monde quel élément pivot de la NWOAHM il fut en son temps, au travers de classiques comme King of the Dead ou One Foot in Hell. Presque de la même envergure, Forever Black nous renvoyait l’image d’un quintet bien dans sa peau et en paix avec son état civil, et c’est donc avec plaisir que nous le retrouvons avec un nouveau format moyen pour célébrer comme il se doit cette nouvelle offrande.

Toujours sur Metal Blade, les originaires de Ventura en Californie continuent donc de balancer la sauce, plus légère que d’ordinaire, et Half Past Human de prouver par riffs+rythmique que les vieux en ont encore sous le coude, et que leur prochain LP risque d’être définitif. Avec toujours dans les rôles principaux les trois leaders des années 70, Greg Lindstrom (guitare/claviers), Robert Garven (basse) et Tim Baker (chant), accompagnés comme il se doit des deux sidekicks Jim Barraza (guitare, depuis 1988), et Jarvis Leatherby (basse, depuis 2016), le quintet nous prouve en quatre longs morceaux qu’il n’a pas usurpé le concert de louanges qui lui a été chanté l’année dernière, et emballe encore un peu plus la machine, avec un apéritif de choix.

Bien évidemment, rien de très nouveau à se mettre sous la dent, et rien de plus en tout cas que ce que Forever Black nous avait fait déguster en 2020. Même guitare franche et mélodique, même énergie ne se démentant pas, même harmonies héritées de la NWOBHM, même propension à mélanger le Hard, le Heavy et le Doom dans un même creuset d’influences, et même respect de la tradition remise au goût du jour. Gros morceaux de cet EP, le titre « Half Past Human », très intelligemment placé en clôture nous donne un avant-goût du plan de bataille à venir, avec sa guitare acoustique et son ambiance mystique. Archétype du morceau évolutif que les américains affectionnent, sensible mais viril, à la basse délicate, ce title-track est une petite pépite cachée dans un tracklisting d’intérêt, et révèle le côté le plus précieux de CIRITH UNGOL, fer de lance de la seconde division américaine des eighties.

Le chant si particulier de Tim Baker est toujours aussi attractif et étrange, et met admirablement bien en valeur l’instrumental brut. Les musiciens affichent une cohésion probante, et jouent l’unité sur des morceaux qui ont la politesse de se montrer variés. Toujours allusifs à tout le répertoire en vogue il y a trente ou quarante ans, les instrumentistes nous gavent même d’un gros burner en ouverture, qui sent bon le bitume cramé et l’essence qui coule du réservoir à une vitesse déraisonnable. Ainsi, « Route 666 » évoque les longues routes de leur pays, sur lesquelles vibrent des engins sortis tout droit des enfers, et lorsque le riff principal vient tirer le coup de semonce, on est immédiatement plongé dans un Heavy Metal de premier choix, qui fait la nique à bien des jeunes loups affamés de vintage.

Dans le même élan, mais en plus concis et plus boogie, « Brutish Manchild » se met à la colle avec les souvenirs de THIN LIZZY sur son intro, avant de dégénérer en hymne Hard absolu, une fois encore dominé du chef par le timbre rauque et suraigu de Baker. Construit comme une succession de saynètes rythmiques, ce morceau est le plus catchy et punchy de cet EP, et tombe directement dans l’estomac, sans provoquer de crise de foi(e).

Evidemment, on reprochera à Half Past Human d’être un peu court tant on aurait bien pris un peu de rab, mais en tant que petit cadeau avant le gros, il fait rudement plaisir aux oreilles, et entérine le retour en force de 2020.           

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Route 666

02. Shelob's Lair

03. Brutish Manchild

04. Half Past Human


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/07/2021 à 18:21
80 %    592

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
06/07/2021, 07:23:56

Un must have comme d'habitude.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02