Allemagne, Speed Metal. Je ne sais pas, c’est un peu comme si je disais Angleterre, Heavy Metal, ou Etats-Unis, Thrash Metal, c’est quelque chose qui semble couler de source, et être d’une logique implacable. Il faut dire que depuis les années 80, nos amis germains ont tellement fait pour la cause, et nous ont offert tant d’albums impeccables qu’il en devient impossible de leur renier la paternité d’un style qu’ils n’ont pourtant pas forcément inventé…Mais foin des batailles de racines, puisqu’une fois encore, nos voisins laissent l’un de leurs plus fiers représentants nous envahir à grands coups de blitzkrieg Metal, les clous en avant, la morale létale et l’énergie fatale, la fierté d’appartenir à une caste de puristes, et la joie de s’ancrer dans une nostalgie qui n’a de cesse de nous ramener en arrière. Nul besoin de faire le point sur la culture vintage, si vous lisez ces pages vous devriez être à jour, mais plaçons un pion de plus sur l’échiquier, une sorte de fou du roi qui peut s’autoriser tous les mouvements, mêmes latéraux, transversaux et horizontaux pour parvenir à ses fins. Les HELL PATRÖL nous en viennent donc de Heidelberg, où ils se sont formés il y a déjà cinq années, ville qui a dû subir leurs assauts live répétés, et qui depuis le début 2018 célèbre avec eux leur venue. Un premier LP qui succède donc à une mise en jambes extended-play, Front Row Speedbanging Madness, au titre évocateur qui sent bon les concerts et la sueur. Et c’est exactement l’image que les membres de ce groupe souhaitent véhiculer, eux qui n’ont d’autre idée que de nous faire headbanguer et brandir le poing clouté avec fierté. Et en l’état, Leather and Chrome peut se prévaloir de synthétiser tout ce que le Heavy/Speed germain à de plus symptomatique, depuis ses influences 70’s à la JUDAS PRIEST, jusqu’à son absence totale de finesse par intermittence.

HELL PATRÖL est donc un quatuor (Dominik "Domaniac" Sticher - basse/chant, Nico Stein & Christian Schwarzer - guitares et Florioan "Flobo" Bodenheimer - batterie), se réclamant d’influences assez précises (les premiers HELLOWEEN, RAGE et SODOM, mais aussi BLIND GUARDIAN, MOTORHEAD et AGENT STEEL), auxquelles n’importe quel auditeur attentif pourra adjoindre les noms d’ACCEPT, de HIGH TENSION pour les moments les plus béton, et sans doute une poignée d’autres assez caractéristiques de cette démarche automatique. Pas mal de Speed bouillant donc, mais aussi une grosse dose de Heavy martelant pour garder l’intensité et ne jamais laisser la pression retomber. Formels, mais sans non plus sombrer dans le versant le plus « bière et patches » du Metal allemand, les HELL PATRÖL se permettent même par intermittence des accointances plus sévères, dont l’early-VENOM fait incontestablement partie, pour cet esprit paillard de barouf gaillard. Beaucoup de riffs donc, treize à la douzaine, une rythmique performante et jamais chancelante, mais si ces critères résument à merveille toute l’entreprise, il serait injuste de résumer Leather and Chrome à quelques féroces clichés. Car les musiciens, s’ils respectent à merveille l’esprit ancien, savent aussi truffer certains de leurs morceaux de soli purement Rock n’Roll, histoire d’alléger un peu la teneur globale en alcool. Mais pas d’inquiétude à avoir, puisque ce premier album à largement de quoi vous enivrer, même s’il n’est pas exempt de défauts faciles à souligner.

D’abord, son classicisme. Inutile de tourner autour du pot, Leather and Chrome empeste la première vague de Heavy rapide germain, et cite les deux premiers RUNNING WILD dans le texte sans les mains. Mais il exhale de ses sillons un joli bouquet garni belge, avec de méchantes références aux CROSSFIRE et à ACID, ainsi que quelques réminiscences plus seventies, notamment lorsque la mélodie parvient à se faire une place dans la Speed Metal Cacophony (« Death From The Sky », qui semble prendre beaucoup de plaisir à insérer des harmonies fleuries dans un contexte WARFARE/AT WAR). En plaçant en exergue des chœurs purement allemands, qui soulignent un chant plutôt grognon et ronchon, le quatuor fait tout ce qu’il peut pour fédérer les troupes métallisées, et y parvient sans conteste, et en faisant preuve d’une indéniable adresse. Mais nonobstant ces compliments largement mérités, il convient aussi de rajouter un autre grief tout à fait justifié. Trop longs, les morceaux s’éternisent et manquent parfois de jus pour justifier leurs cinq minutes bien tassées, et on rebondit d’un riff Heavy en un plan Speed un peu téléphonés, schéma qui se répète de titre en titre, et qui se transforme même en handicap lorsque le riff de départ n’est pas vraiment du genre entêtant. On sent que les quatre musiciens ont voulu se faire plaisir sans se brider, mais avec quarante-cinq minutes pour dix morceaux, le voyage entre les âges est un peu trop étiré, et l’attention finit par décliner. Rappelons-nous qu’à la grande époque, seul MAIDEN pouvait se permettre une telle durée, et que les groupes plus classiques et aux moyens créatifs plus limités savaient se contrôler.

Ce qui ne doit guère vous empêcher d’apprécier ce serment d’honneur pour ce qu’il est, d’autant plus qu’il contient suffisamment de bravoure pour vous séduire. Et si l’entame vaillante de « Still Flyin’ » fait justement partie de ces morceaux un peu trop complaisants, sa présentation via une intro claquante met les choses au point, et étale les cartes sur la table sans jouer au plus malin. Les aveux les plus évidents sont aussi les plus mordants, tel « Millenial Speed Metal » qui s’évertue à synthétiser un courant en moins de quatre minutes, et qui caresse le souvenir de RAZOR tout en rebondissant sur un tempo que les WARBRINGER n’auraient pas renié. Tierces de guitare, ombre du HELLOWEEN le plus ancien, abattage à la LIVING DEATH des grands jours, pour dix petits tours et puis s’en vont, mais ils reviendront. Sans passer pour un manifeste absolu, Leather and Chrome profite quand même d’une production assez rêche mais dense, qui permet de distinguer chaque staccato et chaque frappe de marteau, pour s’imposer dans le cœur des fans d’un Metal pur comme un Marshall à peine déballé.   

       

Titres de l'album:

                             1.Still Flyin'

                             2.Speed Demons Rise

                             3.Don't Panic

                             4.The Gunslinger

                             5.Coming Home

                             6.Death From The Sky

                             7.Tear Down The Wall

                             8.Regicide

                             9.Millennial Speed Metal                           

                            10.Magnificent

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2018 à 14:28
75 %    292

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense