Leather and Chrome

Hell Patröl

24/02/2018

Autoproduction

Allemagne, Speed Metal. Je ne sais pas, c’est un peu comme si je disais Angleterre, Heavy Metal, ou Etats-Unis, Thrash Metal, c’est quelque chose qui semble couler de source, et être d’une logique implacable. Il faut dire que depuis les années 80, nos amis germains ont tellement fait pour la cause, et nous ont offert tant d’albums impeccables qu’il en devient impossible de leur renier la paternité d’un style qu’ils n’ont pourtant pas forcément inventé…Mais foin des batailles de racines, puisqu’une fois encore, nos voisins laissent l’un de leurs plus fiers représentants nous envahir à grands coups de blitzkrieg Metal, les clous en avant, la morale létale et l’énergie fatale, la fierté d’appartenir à une caste de puristes, et la joie de s’ancrer dans une nostalgie qui n’a de cesse de nous ramener en arrière. Nul besoin de faire le point sur la culture vintage, si vous lisez ces pages vous devriez être à jour, mais plaçons un pion de plus sur l’échiquier, une sorte de fou du roi qui peut s’autoriser tous les mouvements, mêmes latéraux, transversaux et horizontaux pour parvenir à ses fins. Les HELL PATRÖL nous en viennent donc de Heidelberg, où ils se sont formés il y a déjà cinq années, ville qui a dû subir leurs assauts live répétés, et qui depuis le début 2018 célèbre avec eux leur venue. Un premier LP qui succède donc à une mise en jambes extended-play, Front Row Speedbanging Madness, au titre évocateur qui sent bon les concerts et la sueur. Et c’est exactement l’image que les membres de ce groupe souhaitent véhiculer, eux qui n’ont d’autre idée que de nous faire headbanguer et brandir le poing clouté avec fierté. Et en l’état, Leather and Chrome peut se prévaloir de synthétiser tout ce que le Heavy/Speed germain à de plus symptomatique, depuis ses influences 70’s à la JUDAS PRIEST, jusqu’à son absence totale de finesse par intermittence.

HELL PATRÖL est donc un quatuor (Dominik "Domaniac" Sticher - basse/chant, Nico Stein & Christian Schwarzer - guitares et Florioan "Flobo" Bodenheimer - batterie), se réclamant d’influences assez précises (les premiers HELLOWEEN, RAGE et SODOM, mais aussi BLIND GUARDIAN, MOTORHEAD et AGENT STEEL), auxquelles n’importe quel auditeur attentif pourra adjoindre les noms d’ACCEPT, de HIGH TENSION pour les moments les plus béton, et sans doute une poignée d’autres assez caractéristiques de cette démarche automatique. Pas mal de Speed bouillant donc, mais aussi une grosse dose de Heavy martelant pour garder l’intensité et ne jamais laisser la pression retomber. Formels, mais sans non plus sombrer dans le versant le plus « bière et patches » du Metal allemand, les HELL PATRÖL se permettent même par intermittence des accointances plus sévères, dont l’early-VENOM fait incontestablement partie, pour cet esprit paillard de barouf gaillard. Beaucoup de riffs donc, treize à la douzaine, une rythmique performante et jamais chancelante, mais si ces critères résument à merveille toute l’entreprise, il serait injuste de résumer Leather and Chrome à quelques féroces clichés. Car les musiciens, s’ils respectent à merveille l’esprit ancien, savent aussi truffer certains de leurs morceaux de soli purement Rock n’Roll, histoire d’alléger un peu la teneur globale en alcool. Mais pas d’inquiétude à avoir, puisque ce premier album à largement de quoi vous enivrer, même s’il n’est pas exempt de défauts faciles à souligner.

D’abord, son classicisme. Inutile de tourner autour du pot, Leather and Chrome empeste la première vague de Heavy rapide germain, et cite les deux premiers RUNNING WILD dans le texte sans les mains. Mais il exhale de ses sillons un joli bouquet garni belge, avec de méchantes références aux CROSSFIRE et à ACID, ainsi que quelques réminiscences plus seventies, notamment lorsque la mélodie parvient à se faire une place dans la Speed Metal Cacophony (« Death From The Sky », qui semble prendre beaucoup de plaisir à insérer des harmonies fleuries dans un contexte WARFARE/AT WAR). En plaçant en exergue des chœurs purement allemands, qui soulignent un chant plutôt grognon et ronchon, le quatuor fait tout ce qu’il peut pour fédérer les troupes métallisées, et y parvient sans conteste, et en faisant preuve d’une indéniable adresse. Mais nonobstant ces compliments largement mérités, il convient aussi de rajouter un autre grief tout à fait justifié. Trop longs, les morceaux s’éternisent et manquent parfois de jus pour justifier leurs cinq minutes bien tassées, et on rebondit d’un riff Heavy en un plan Speed un peu téléphonés, schéma qui se répète de titre en titre, et qui se transforme même en handicap lorsque le riff de départ n’est pas vraiment du genre entêtant. On sent que les quatre musiciens ont voulu se faire plaisir sans se brider, mais avec quarante-cinq minutes pour dix morceaux, le voyage entre les âges est un peu trop étiré, et l’attention finit par décliner. Rappelons-nous qu’à la grande époque, seul MAIDEN pouvait se permettre une telle durée, et que les groupes plus classiques et aux moyens créatifs plus limités savaient se contrôler.

Ce qui ne doit guère vous empêcher d’apprécier ce serment d’honneur pour ce qu’il est, d’autant plus qu’il contient suffisamment de bravoure pour vous séduire. Et si l’entame vaillante de « Still Flyin’ » fait justement partie de ces morceaux un peu trop complaisants, sa présentation via une intro claquante met les choses au point, et étale les cartes sur la table sans jouer au plus malin. Les aveux les plus évidents sont aussi les plus mordants, tel « Millenial Speed Metal » qui s’évertue à synthétiser un courant en moins de quatre minutes, et qui caresse le souvenir de RAZOR tout en rebondissant sur un tempo que les WARBRINGER n’auraient pas renié. Tierces de guitare, ombre du HELLOWEEN le plus ancien, abattage à la LIVING DEATH des grands jours, pour dix petits tours et puis s’en vont, mais ils reviendront. Sans passer pour un manifeste absolu, Leather and Chrome profite quand même d’une production assez rêche mais dense, qui permet de distinguer chaque staccato et chaque frappe de marteau, pour s’imposer dans le cœur des fans d’un Metal pur comme un Marshall à peine déballé.   

       

Titres de l'album:

                             1.Still Flyin'

                             2.Speed Demons Rise

                             3.Don't Panic

                             4.The Gunslinger

                             5.Coming Home

                             6.Death From The Sky

                             7.Tear Down The Wall

                             8.Regicide

                             9.Millennial Speed Metal                           

                            10.Magnificent

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2018 à 14:28
75 %    435

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ah ouais ok j'avais zappé, mais bon ACDC était au point mort depuis 2016 donc il a rien manqué.

30/09/2020, 22:32

Jus de cadavre

Si, Cliff avait annoncé prendre sa retraite en septembre 2016, quelque temps après le départ de Brian.

30/09/2020, 21:36

Kerry King

Cliff Williams n'avait jamais quitté le groupe me semble, c'est juste Axl Rose et Chris Slade qui était en plus lors du dernier tour il y a deja 4 ans.Sinon super nouvelle de revoir les boys !

30/09/2020, 20:34

Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00