Leather and Chrome

Hell Patröl

24/02/2018

Autoproduction

Allemagne, Speed Metal. Je ne sais pas, c’est un peu comme si je disais Angleterre, Heavy Metal, ou Etats-Unis, Thrash Metal, c’est quelque chose qui semble couler de source, et être d’une logique implacable. Il faut dire que depuis les années 80, nos amis germains ont tellement fait pour la cause, et nous ont offert tant d’albums impeccables qu’il en devient impossible de leur renier la paternité d’un style qu’ils n’ont pourtant pas forcément inventé…Mais foin des batailles de racines, puisqu’une fois encore, nos voisins laissent l’un de leurs plus fiers représentants nous envahir à grands coups de blitzkrieg Metal, les clous en avant, la morale létale et l’énergie fatale, la fierté d’appartenir à une caste de puristes, et la joie de s’ancrer dans une nostalgie qui n’a de cesse de nous ramener en arrière. Nul besoin de faire le point sur la culture vintage, si vous lisez ces pages vous devriez être à jour, mais plaçons un pion de plus sur l’échiquier, une sorte de fou du roi qui peut s’autoriser tous les mouvements, mêmes latéraux, transversaux et horizontaux pour parvenir à ses fins. Les HELL PATRÖL nous en viennent donc de Heidelberg, où ils se sont formés il y a déjà cinq années, ville qui a dû subir leurs assauts live répétés, et qui depuis le début 2018 célèbre avec eux leur venue. Un premier LP qui succède donc à une mise en jambes extended-play, Front Row Speedbanging Madness, au titre évocateur qui sent bon les concerts et la sueur. Et c’est exactement l’image que les membres de ce groupe souhaitent véhiculer, eux qui n’ont d’autre idée que de nous faire headbanguer et brandir le poing clouté avec fierté. Et en l’état, Leather and Chrome peut se prévaloir de synthétiser tout ce que le Heavy/Speed germain à de plus symptomatique, depuis ses influences 70’s à la JUDAS PRIEST, jusqu’à son absence totale de finesse par intermittence.

HELL PATRÖL est donc un quatuor (Dominik "Domaniac" Sticher - basse/chant, Nico Stein & Christian Schwarzer - guitares et Florioan "Flobo" Bodenheimer - batterie), se réclamant d’influences assez précises (les premiers HELLOWEEN, RAGE et SODOM, mais aussi BLIND GUARDIAN, MOTORHEAD et AGENT STEEL), auxquelles n’importe quel auditeur attentif pourra adjoindre les noms d’ACCEPT, de HIGH TENSION pour les moments les plus béton, et sans doute une poignée d’autres assez caractéristiques de cette démarche automatique. Pas mal de Speed bouillant donc, mais aussi une grosse dose de Heavy martelant pour garder l’intensité et ne jamais laisser la pression retomber. Formels, mais sans non plus sombrer dans le versant le plus « bière et patches » du Metal allemand, les HELL PATRÖL se permettent même par intermittence des accointances plus sévères, dont l’early-VENOM fait incontestablement partie, pour cet esprit paillard de barouf gaillard. Beaucoup de riffs donc, treize à la douzaine, une rythmique performante et jamais chancelante, mais si ces critères résument à merveille toute l’entreprise, il serait injuste de résumer Leather and Chrome à quelques féroces clichés. Car les musiciens, s’ils respectent à merveille l’esprit ancien, savent aussi truffer certains de leurs morceaux de soli purement Rock n’Roll, histoire d’alléger un peu la teneur globale en alcool. Mais pas d’inquiétude à avoir, puisque ce premier album à largement de quoi vous enivrer, même s’il n’est pas exempt de défauts faciles à souligner.

D’abord, son classicisme. Inutile de tourner autour du pot, Leather and Chrome empeste la première vague de Heavy rapide germain, et cite les deux premiers RUNNING WILD dans le texte sans les mains. Mais il exhale de ses sillons un joli bouquet garni belge, avec de méchantes références aux CROSSFIRE et à ACID, ainsi que quelques réminiscences plus seventies, notamment lorsque la mélodie parvient à se faire une place dans la Speed Metal Cacophony (« Death From The Sky », qui semble prendre beaucoup de plaisir à insérer des harmonies fleuries dans un contexte WARFARE/AT WAR). En plaçant en exergue des chœurs purement allemands, qui soulignent un chant plutôt grognon et ronchon, le quatuor fait tout ce qu’il peut pour fédérer les troupes métallisées, et y parvient sans conteste, et en faisant preuve d’une indéniable adresse. Mais nonobstant ces compliments largement mérités, il convient aussi de rajouter un autre grief tout à fait justifié. Trop longs, les morceaux s’éternisent et manquent parfois de jus pour justifier leurs cinq minutes bien tassées, et on rebondit d’un riff Heavy en un plan Speed un peu téléphonés, schéma qui se répète de titre en titre, et qui se transforme même en handicap lorsque le riff de départ n’est pas vraiment du genre entêtant. On sent que les quatre musiciens ont voulu se faire plaisir sans se brider, mais avec quarante-cinq minutes pour dix morceaux, le voyage entre les âges est un peu trop étiré, et l’attention finit par décliner. Rappelons-nous qu’à la grande époque, seul MAIDEN pouvait se permettre une telle durée, et que les groupes plus classiques et aux moyens créatifs plus limités savaient se contrôler.

Ce qui ne doit guère vous empêcher d’apprécier ce serment d’honneur pour ce qu’il est, d’autant plus qu’il contient suffisamment de bravoure pour vous séduire. Et si l’entame vaillante de « Still Flyin’ » fait justement partie de ces morceaux un peu trop complaisants, sa présentation via une intro claquante met les choses au point, et étale les cartes sur la table sans jouer au plus malin. Les aveux les plus évidents sont aussi les plus mordants, tel « Millenial Speed Metal » qui s’évertue à synthétiser un courant en moins de quatre minutes, et qui caresse le souvenir de RAZOR tout en rebondissant sur un tempo que les WARBRINGER n’auraient pas renié. Tierces de guitare, ombre du HELLOWEEN le plus ancien, abattage à la LIVING DEATH des grands jours, pour dix petits tours et puis s’en vont, mais ils reviendront. Sans passer pour un manifeste absolu, Leather and Chrome profite quand même d’une production assez rêche mais dense, qui permet de distinguer chaque staccato et chaque frappe de marteau, pour s’imposer dans le cœur des fans d’un Metal pur comme un Marshall à peine déballé.   

       

Titres de l'album:

                             1.Still Flyin'

                             2.Speed Demons Rise

                             3.Don't Panic

                             4.The Gunslinger

                             5.Coming Home

                             6.Death From The Sky

                             7.Tear Down The Wall

                             8.Regicide

                             9.Millennial Speed Metal                           

                            10.Magnificent

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2018 à 14:28
75 %    387

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34