Divide and Devour

Destroyed In Seconds

24/04/2020

Autoproduction

Dans les années 80, les groupes chantaient le mal-être de la grande Amérique des années Reagan. Le Hardcore s’en donnait à cœur joie, tandis que la Pop et le Soft Rock détournaient le regard des gens vers le soleil Californien et les plaisirs hédonistes de la vie aux USA. Dans les années 90, les rappeurs, East et West coast chantaient la violence des rues, le réalisme du deal, le racisme ambiant dans la violence du LAPD, tandis que Seattle se repaissait de son propre ennui. La parenthèse Obama a permis de reprendre un peu de souffle, mais depuis l’avènement du perruqué et orangé Trump, la donne est revenue sur le tapis, plus implacable que jamais. L’homophonie, la xénophobie, les injustices, le capitalisme galopant, l’avidité, le néo-libéralisme acharné ont transformé le pays en usine à cauchemars, le peuple se scindant en deux parties : les fanatiques et les révoltés. Les premiers s’enivrent de leur propre bêtise, rechargent leur gun en se demandant sur qui ils vont tirer, tandis que les seconds se battent becs et ongles pour que la nation revienne sur les bons rails…considérant qu’elle les a déjà empruntés. Difficile de se sentir à l’aise dans une Amérique dirigée par un clown ancien animateur de télé-réalité, et entrepreneur sans scrupules se moquant de l’intégration, de la pollution, et multipliant les saillies publiques confirmant sa stupidité crasse et son sens de la formule misogyne. Dans ce contexte, pas étonnant que les artistes nationaux se retournent sur leur passé pour faire table rase d’un présent peu réjouissant, et c’est en pleine révolte que les DESTROYED IN SECONDS ont vu le jour à la fin des années 2000. Fondé en 2008 à  North Hollywood, ce quintet (Jon Tomala - chant, Bruce Reeves & Christian La Rocca - guitares, Kyle Hertz - basse et Sean Vahle - batterie) a mis à peine deux ans à publier son premier LP, Critical Failure, qui dénonçait déjà pas mal de problèmes. Deux ans plus tard, c’est Becoming Wrath qui appuyait encore plus sur la plaie de la colère, mais après quelques ajustements de line-up le groupe semblait avoir trouvé sa vitesse de croisière. Pourtant, ce furent huit années supplémentaires qui furent nécessaire à l’élaboration d’un troisième LP, et les californiens fêtent enfin en 2020 leur retour…fracassant.

En substance, la formule utilisée par DESTROYED IN SECONDS est assez simple. Se baser sur la crudité du Hardcore américain le plus véhément, et corser la trame d’une énergie D-beat à la suédoise. Le mélange est donc sacrément relevé, et fait penser à une union entre DISCHARGE, URSUT, et AGNOSTIC FRONT. Soit la quintessence de la violence Punk teintée de Metal, puisque le groupe ne rechigne pas à épaissir sa colère de riffs plus purement Thrash et Hardcore. L’application de cette recette est elle aussi très simple. Un beat de base, rapide, des influences/références respectées à la croche près (DISCHARGE, ANTI-CIMEX, VENOM, BLACK FLAG, ENTOMBED, MOTORHEAD, THE GERMS, SLAYER, WOLFBRIGADE, DISFEAR, VICTIMS, SKITSYSTEM), pour un résultat qui ne manque ni de mordant, ni de souffle. Des Américains qui apprécient l’héritage des pays nordiques, et qui troussent de petites bombes artisanales d’une poignée de minutes pour ne pas perdre en puissance. C’est ainsi qu’à l’exception d’une entame de quatre minutes et d’une clôture de trois, les titres restent toujours entre les balises de deux minutes et quelques secondes pour frapper fort et vite. C’est bien évidemment assez linéaire dans les faits, avec pas mal de titres qui se ressemblent, mais pris comme un bloc mangé en pleine face, Divide and Devour bouffe tout ce qui passe à sa portée et laisse de vilaines cicatrices. Méthode classique, des riffs qui se souviennent du legs anglais des années 80, un Jon Tomala qui beugle à s’en arracher les tripes, et une section basse/batterie imperturbable. Pourtant, de temps à autre, le quintet ose quelques idées un peu plus légères et Punk, comme ces petits licks mélodiques sur « No Respect ». De même, les BPM grimpent parfois légèrement dans les tours, pour produire des bourrasques Hardcore du plus bel effet (« Only Throats »).

Dans le fond et la forme, et malgré l’influence suédoise marquée, on a parfois le sentiment d’un Hear Nothing, See Nothing, Say Nothing réactualisé, délocalisé à Stockholm pour en accentuer la froideur brute. Et si l’ensemble dégage une énergie incroyable, on se prend à regretter que le groupe n’ait pas proposé plus de titres conséquents comme « Divide And Devour », ce qui aurait permis d’aérer un peu le tout, et proposer des plans moins systématiques. Car lorsque les musiciens se décident à jouer sur l’alternance entre la lourdeur et la vitesse, ils se montrent terriblement convaincants. Mais ne boudons pas notre plaisir et acceptons cette démonstration de force pour ce qu’elle est, un cri de révolte, un ras-le-bol D-beat de première bourre, et la constatation d’un pays fonçant droit dans une impasse mortelle. Avec ce troisième LP intervenant sur le tard, DESTROYED IN SECONDS continue son travail de sape et son entreprise de destruction de l’Amérique moderne, qui ne trouve sa grandeur que dans la mesquinerie et la bêtise.                    

              

Titres de l’album :

                      01. Divide And Devour

                      02. The Tower

                      03. The Badge

                      04. Wraiths

                      05. Disarm

                      06. American Carnage

                      07. World War When

                      08. No Respect

                      09. Only Throats

                     10. Buzzards

                     11. Sulfur

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/09/2022 à 18:20
78 %    47

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

MALEMORT: les fantômes d'Hérouville.

mortne2001 27/09/2022

Interview

Obscura + Persefone + Disillusion

RBD 26/09/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : CARDIAC CEASE

Jus de cadavre 25/09/2022

Vidéos

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 4

mortne2001 04/09/2022

La cave

MOTOCULTOR 2022 / XIII édition

Jus de cadavre 30/08/2022

Live Report

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous
Concerts à 7 jours
The Vintage Caravan + Volcanova 08/10 : Espace Solana, Chalons-en-champagne (51)
Cult Of Luna + Caspian + Holy Fawn 11/10 : Stereolux, Nantes (44)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

cool ! je connais maintenant 2 groupes Bulgares ! pour ceux qui connaissent pas, ya Terravore qui fait du bon thrash ;)

06/10/2022, 10:49

NecroKosmos

Le seul intérêt de ce concert, c'est la première partie. RAVEN : un groupe fantastique sous-estimé.

06/10/2022, 05:51

Satan

C'est terrible... Et puis, quel groupe d'exception, ça me fait mal au cœur pour eux.

05/10/2022, 21:22

Arioch91

Un concept album sur un écrit de Lovecraft ? Ok je prend direct !

05/10/2022, 20:41

VonDerKrieg

A noter que tout vient du compte twitter d'un certain "Alex", qui après avoir envoyé au maire de la ville de Bessancrout plusieurs messages publiques remplis de conclusion hâtives et de liens à l'emporte piéce quant au passé de certains(...)

05/10/2022, 18:36

Gargan

Je m'attendais à du très bon, tout sauf déçu. J'espère qu'ils vont percer au-delà de l'hexagone, car ils le méritent amplement.

05/10/2022, 09:18

Sadam Mustaine

Le reproche que je fais a Metallica c'est de vivre sur ses lauriers depuis 30 ans et de vivre sur 10 grandes années de carrière pour depuis faire des albums de la qualité d'un groupe qui remplirai tout juste des petites salles 

04/10/2022, 23:31

Adolpho Ramirez

L'orga qui réagit comme des grosses pédales en chouinant sur Internet et en faisant une cagnotte (qui a été supprimé LOL), au lieu d'aller directement confronter le cuck soyboy à l'origine de l'annulation. Finalement, si ça peut(...)

04/10/2022, 22:00

Alex fan

Magnifique retour aux sources de ma jeunesse 

04/10/2022, 19:17

Jus de cadavre

Le type à l'origine de ce merdier est un gars de la scène. Qui en son temps fut pris en photo avec des tshirts tendencieux de BM. Le monsieur veut sans doute se racheter ?Pathétique.

04/10/2022, 14:11

Jus de cadavre

Metallica n'oublie clairement pas d'ou ils viennent. Les premiers mecs / roadies du fan club recoivent encore aujourd'hui des invitations pour les concerts dans leurs villes.Juste mega respect.

04/10/2022, 14:06

Simony

Pseudo-nazi de ce que j'ai compris.

04/10/2022, 11:17

Humungus

Et l'hurluberlu dénonçait quoi exactement ?Une imagerie satanique ou une accointance pseudo-nazi ?

04/10/2022, 10:12

Humungus

Bordel !Avant de lire ton commentaire Simony, c'est exactement ce que je m'apprêtais à poster...METALLICA = Le groupe que l'on ne peut pas complétement détester.

04/10/2022, 10:08

Simony

On peut dire ce que l'on veut sur ce groupe que je ne suis plus depuis de nombreuses années mais c'est encore un des rares à faire ce qui leur chante et avoir ce genre d'attention envers ceux qui les ont aidé et leurs fans, musicalement ça ne me parle pl(...)

04/10/2022, 09:10

Simony

Pression d'un illuminé sur la localité qui accueillait l'évènement quand à la présence d'un groupe de Black Metal. Je ne sais pas quel groupe était visé par cette action remplie de courage mais il a eu gain de cause puisque le(...)

04/10/2022, 09:07

Humungus

Tout cela ne me donne toujours pas les raisons de l'annulation...

03/10/2022, 23:41

Simony

Pour ceux que ça intéresse, opération d'ANTIQ LABEL en soutien au festival,SPECIAL SALE / VENTE SPECIALEEn soutien au

03/10/2022, 22:34

Satan

Et après on dit que l'extrême-droite est le danger suprême, alors que l'extrême-gauche est en train d'installer en sous-pente la dictature. Taake et ensuite ça.... on n'est pas dans la merde avec des pignoufs pareils.

03/10/2022, 22:22

Orphan

Ils n'ont qu'à faire un "RAP FEST" avec l'idéologie nauséabonde qui va avec.

03/10/2022, 14:16