Beyond the Gates of Hell

Rising Steel

18/11/2022

Frontiers Records

Mighty Music et Frontiers, beau parcours pour les grenoblois de RISING STEEL et leur Heavy Metal noble, lyrique et puissant. Mais à l’heure de passer le test sans pitié du troisième album, le quintet s’est-il donné les moyens de devenir un mastodonte de la scène Metal européenne ? Pour avoir la réponse à cette question, une écoute des deux premiers titres de ce Beyond the Gates of Hell suffit : RISING STEEL est devenu un monstre aux épaules carrées, dont la science exacte d’un Power Metal de haute volée est si précise qu’elle renvoie la concurrence dans les étoiles mortes de l’oubli.

Deux ans après le déjà très conséquent Fight Them All, RISING STEEL savoure sa victoire et contemple l’avenir avec une sérénité de circonstance. Sa maison de disques a à ce point confiance en sa suprématie qu’elle ose le comparer à des légendes comme METALLICA, ACCEPT, SAXON, GRAND MAGUS, NEVERMORE, SLAYER, et même IRON MAIDEN et JUDAS PRIEST. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il ne faut pas y voir un excès de zèle de la part de Frontiers, puisque la réalité des faits donne raison au label italien.

Emmanuelson (chant), Tony Steel & Steff Leadmaster (guitares), Stone Warrior (basse) et Steel Zard (batterie) s’en reviennent donc avec un album épique, à la croisée des chemins empruntés par NEVERMORE, METAL CHURCH, PRIMAL FEAR, SANCTUARY et tous ces fouleurs de limites entre Heavy, Power et Thrash, et nous colle une sacrée baffe à laquelle on s’attendait. En se basant sur le passé/passif des musiciens, on les savait préposés à la grandeur et aux défis relevés, mais je concède à Beyond the Gates of Hell des capacités encore plus vastes que je ne l’aurais imaginé. Et en tombant par hasard sur « Life Awaits », on se rend compte que le quintet a de quoi en remontrer aux américains sur leur propre terrain de jeu.

Production épaisse mais claire, niveau technique hallucinant, collectif soudé, tous les éléments sont en place pour faire de ce troisième album un classique moderne du relooking Heavy Metal de la NWOBHM. A l’image d’un SORTILEGE tombé dans un chaudron de potion magique, RISING STEEL titille la corde sensible des fans de Metal allemand (« Death Of A Vampire »), fait battre le cœur des hordes féroces d’un Speed Metal rosse (« Run For Your Life »), sans jamais se départir de ce sens inné de la mélodie bien placée. Et la prouesse de cet album est justement sa variété qui jamais ne nuit à l’homogénéité, comme si les grenoblois avaient trouvé la recette de la versatilité personnelle et cohérente. Belle performance, et résultat impressionnant.

Toujours aussi puissante et belle, la voix de Fabrice Cassaro domine les débats avec une assurance désarmante, posant ses lignes sur le barbelé de riffs tressé par ses deux guitaristes, toujours aussi volubiles et pertinents. Affolants en rythmique, impressionnants en solo, Antoine Portier & Stéphane Rabilloud font étalage de leur connaissance du riff historique pour résumer quarante années d’agression, et entre ces espaces négatifs apportant un peu d’air et ces saccades symptomatiques du Thrash US plaquées avec pugnacité, le duo tutoie les légendes Tipton/Downing et Harris/Smith, mais fait aussi de l’œil aux tandems Mustaine/Friedman et Hetfield/Hammett. Quant à la section rythmique formée par Florent Chartier et Steel Zard, elle fournit le carburant pour supporter les élans de la machine, et semble infatigable, même lorsque le moteur monte dans les tours.

En découle un album qui ose la variété, et qui n’admet aucun défaut. Tout au long de ces quarante-cinq minutes, l’auditeur sera trimballé d’une galaxie à l’autre, passant sans vergogne d’un Heavy travaillé et tranquillement grandiloquent (« Infinite Pain »), à une attaque thrashy en règle (« My Burning Time »), digne de MEGADETH et SANCTUARY (« Skullcrusher »). Un trip intégral donc, sans casque et en apnée partielle, pour arriver dans le mausolée rendant hommage aux plus grand héros de l’histoire, entre MERCYFUL FATE et le SAXON le plus musclé.

Evidemment, le formalisme de l’opération n’échappera à personne, mais RISING STEEL possède toujours ce don unique pour s’approprier des recettes classiques et les transformer en plats maison. En s’en tenant à la forme de l’œuvre en question, on prend conscience de sa perfection, dans un registre pourtant casse-gueule : pas vraiment old-school mais basé sur un passé plus ou moins lointain, Beyond the Gates of Hell ouvre grand les portes de l’enfer nostalgique, pour démontrer qu’il peut passer entre les flammes du conformisme trop rigide.

Et jusqu’au bout, jusqu’au dernier morceau, jusqu’à la dernière note, RISING STEEL tient fermement la barre de son destin, nous proposant même un piano sépulcral sur le final « We Are Free », qui célèbre en effet la noblesse et la force de caractère des passionnés qui ne veulent pas duper leur public avec des refontes grossières.

Pavé Heavy/Power/Thrash de cette année 2022, Beyond the Gates of Hell est une demie-surprise, puisqu’on savait les grenoblois capables de se frotter à la perfection. On se demande juste comment le monstre va négocier la suite des évènements, la barre ayant été placée le plus haut possible. Le combat s’annonce explosif.                      

          

         

Titres de l’album :

01. Beyond The Gates Of Hell

02. From Darkness         

03. Life Awaits 

04. Death Of A Vampire

05. Run For Your Life           

06. Infinite Pain             

07. Skullcrusher

08. My Burning Time         

09. Beast

10. We Are Free


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/11/2022 à 18:15
90 %    121

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51