Beyond the Gates of Hell

Rising Steel

18/11/2022

Frontiers Records

Mighty Music et Frontiers, beau parcours pour les grenoblois de RISING STEEL et leur Heavy Metal noble, lyrique et puissant. Mais à l’heure de passer le test sans pitié du troisième album, le quintet s’est-il donné les moyens de devenir un mastodonte de la scène Metal européenne ? Pour avoir la réponse à cette question, une écoute des deux premiers titres de ce Beyond the Gates of Hell suffit : RISING STEEL est devenu un monstre aux épaules carrées, dont la science exacte d’un Power Metal de haute volée est si précise qu’elle renvoie la concurrence dans les étoiles mortes de l’oubli.

Deux ans après le déjà très conséquent Fight Them All, RISING STEEL savoure sa victoire et contemple l’avenir avec une sérénité de circonstance. Sa maison de disques a à ce point confiance en sa suprématie qu’elle ose le comparer à des légendes comme METALLICA, ACCEPT, SAXON, GRAND MAGUS, NEVERMORE, SLAYER, et même IRON MAIDEN et JUDAS PRIEST. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il ne faut pas y voir un excès de zèle de la part de Frontiers, puisque la réalité des faits donne raison au label italien.

Emmanuelson (chant), Tony Steel & Steff Leadmaster (guitares), Stone Warrior (basse) et Steel Zard (batterie) s’en reviennent donc avec un album épique, à la croisée des chemins empruntés par NEVERMORE, METAL CHURCH, PRIMAL FEAR, SANCTUARY et tous ces fouleurs de limites entre Heavy, Power et Thrash, et nous colle une sacrée baffe à laquelle on s’attendait. En se basant sur le passé/passif des musiciens, on les savait préposés à la grandeur et aux défis relevés, mais je concède à Beyond the Gates of Hell des capacités encore plus vastes que je ne l’aurais imaginé. Et en tombant par hasard sur « Life Awaits », on se rend compte que le quintet a de quoi en remontrer aux américains sur leur propre terrain de jeu.

Production épaisse mais claire, niveau technique hallucinant, collectif soudé, tous les éléments sont en place pour faire de ce troisième album un classique moderne du relooking Heavy Metal de la NWOBHM. A l’image d’un SORTILEGE tombé dans un chaudron de potion magique, RISING STEEL titille la corde sensible des fans de Metal allemand (« Death Of A Vampire »), fait battre le cœur des hordes féroces d’un Speed Metal rosse (« Run For Your Life »), sans jamais se départir de ce sens inné de la mélodie bien placée. Et la prouesse de cet album est justement sa variété qui jamais ne nuit à l’homogénéité, comme si les grenoblois avaient trouvé la recette de la versatilité personnelle et cohérente. Belle performance, et résultat impressionnant.

Toujours aussi puissante et belle, la voix de Fabrice Cassaro domine les débats avec une assurance désarmante, posant ses lignes sur le barbelé de riffs tressé par ses deux guitaristes, toujours aussi volubiles et pertinents. Affolants en rythmique, impressionnants en solo, Antoine Portier & Stéphane Rabilloud font étalage de leur connaissance du riff historique pour résumer quarante années d’agression, et entre ces espaces négatifs apportant un peu d’air et ces saccades symptomatiques du Thrash US plaquées avec pugnacité, le duo tutoie les légendes Tipton/Downing et Harris/Smith, mais fait aussi de l’œil aux tandems Mustaine/Friedman et Hetfield/Hammett. Quant à la section rythmique formée par Florent Chartier et Steel Zard, elle fournit le carburant pour supporter les élans de la machine, et semble infatigable, même lorsque le moteur monte dans les tours.

En découle un album qui ose la variété, et qui n’admet aucun défaut. Tout au long de ces quarante-cinq minutes, l’auditeur sera trimballé d’une galaxie à l’autre, passant sans vergogne d’un Heavy travaillé et tranquillement grandiloquent (« Infinite Pain »), à une attaque thrashy en règle (« My Burning Time »), digne de MEGADETH et SANCTUARY (« Skullcrusher »). Un trip intégral donc, sans casque et en apnée partielle, pour arriver dans le mausolée rendant hommage aux plus grand héros de l’histoire, entre MERCYFUL FATE et le SAXON le plus musclé.

Evidemment, le formalisme de l’opération n’échappera à personne, mais RISING STEEL possède toujours ce don unique pour s’approprier des recettes classiques et les transformer en plats maison. En s’en tenant à la forme de l’œuvre en question, on prend conscience de sa perfection, dans un registre pourtant casse-gueule : pas vraiment old-school mais basé sur un passé plus ou moins lointain, Beyond the Gates of Hell ouvre grand les portes de l’enfer nostalgique, pour démontrer qu’il peut passer entre les flammes du conformisme trop rigide.

Et jusqu’au bout, jusqu’au dernier morceau, jusqu’à la dernière note, RISING STEEL tient fermement la barre de son destin, nous proposant même un piano sépulcral sur le final « We Are Free », qui célèbre en effet la noblesse et la force de caractère des passionnés qui ne veulent pas duper leur public avec des refontes grossières.

Pavé Heavy/Power/Thrash de cette année 2022, Beyond the Gates of Hell est une demie-surprise, puisqu’on savait les grenoblois capables de se frotter à la perfection. On se demande juste comment le monstre va négocier la suite des évènements, la barre ayant été placée le plus haut possible. Le combat s’annonce explosif.                      

          

         

Titres de l’album :

01. Beyond The Gates Of Hell

02. From Darkness         

03. Life Awaits 

04. Death Of A Vampire

05. Run For Your Life           

06. Infinite Pain             

07. Skullcrusher

08. My Burning Time         

09. Beast

10. We Are Free


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/11/2022 à 18:15
90 %    523

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49