La pantophobie (du grec πᾶν - pan, lui-même lié à "πᾶς" - pas (« tout ») et φόβος - phobos (« peur »)), également connue sous les noms omniphobie et panophobie, est une phobie non-spécifique connue comme étant une peur de tout. Et cette définition tiré de Wikipedia, l’encyclopédie qui n’a peur de rien ni de personne résume admirablement bien notre époque de peurs. C’est la vérité, nous avons peur de tout. De dire la vérité, d’être nous-même, de faire un faux pas oral, des microbes, de la viande avariée, de la fin du monde, de manquer d’argent, de ne pas pouvoir emmener nos gosses à Eurodisney pour les vacances de printemps, d’avoir oublié notre portefeuille à la maison, et de vexer les voisins en refusant leur invitation à un barbecue. Artistiquement parlant, la donne semble la même. On préfère un conformisme confortable à un sens de l’expérimentation exposé, et on produit des trucs à la chaîne, similaires, formatés, parce qu’on sait que le public a peur d’écouter des choses qu’il n’a pas l’habitude d’entendre. Même en termes de production, on a les jetons. On favorise un son massif, global, aseptisé, qui ne risque de froisser personne, et de n’agresser aucun tympan réticent à des sonorités moins consensuelles. Mais moi, et d’autres, la peur, on l’emmerde. On l’emmerde parce qu’on a l’habitude d’écouter des trucs qui sortent de la norme, parce qu’on a entendu Beefheart, Zappa, les SHAGGS, THROBBING GRISTLE, DODECAHEDRON, les RESIDENTS, PRIMUS et John CALE. Parce qu’on aime la bizarrerie coquette des gens de talent qui mangent des croquettes avec les dents. Et par extension, moi et mes amis aimons la musique des NI, parce qu’ils ne sont ni l’un ni l’autre, mais simplement eux-mêmes. Depuis un bail maintenant. Et parce que les NI, c’est un peu le polichinelle dans le tiroir, le chien dans un jeu de quilles, le grain de sable dans la production normative actuelle. Et parce que leur premier album Les Insurgés de Romilly nous avait prouvé que ces musiciens de Bourg en Bresse étaient plus que de simples iconoclastes du Rock instrumental uniquement obsédés par la reconnaissance de leur talent. Des créatifs. Et ça aussi, même dans la pub aujourd’hui, ça fait peur.

Alors, sûrs de leur fait, les quatre instrumentistes (Anthony Béard: guitare, François Mignot: guitare, Benoit Lecomte: basse, Nicolas Bernollin: batterie) ont lancé une campagne de financement participatif pour parvenir à fixer sur bande leur second délire, qui s’attaque justement à diverses formes de phobies. On y retrouve des choses assez communes, comme la peur de la lumière, la crainte de la page blanche, mais aussi l’effroi du ridicule, la tétanie face à l’infini, la peur de la station debout, celle de l’échec, et des poulets. En gros, de quoi fabriquer un monde fait de terreur de tout et n’importe quoi, qui ose pourtant tout sans faire n’importe quoi. Présentés comme des déconstructeurs de Jazz Metal, les membres de NI sont beaucoup plus que ça. Ils sont la somme de leurs influences, mais aussi le bilan d’un parcours individuel au sein d’un collectif affranchi de toute contrainte. Ils sont les enfants du Free-Jazz des années 70, mais aussi les frères d’armes de l’expérimental alternatif des nineties. Ils peuvent citer Coltrane, mais aussi KING CRIMSON, le Krautrock allemand, Les Claypool, Steve Vaï, se comparer aux PEROPERO, à ZEUS, et puis se tirer la bourre avec les BADBADNOTGOOD, sans sonner trop barré, trop dadaïste, ou même appartenir à la sphère élitiste des jazzmen s’étant exilé dans le monde du Rock pour déformer leur solfège à loisir. Non, eux préfèrent alambiquer, bidouiller, s’amuser avec les mesures impaires et l’arythmie, et faire la nique à l’écurie Magna Carta en préférant l’audace à la grandiloquence de conservatoire. Ils pourraient en être des premiers prix, mais aiment trop la liberté pour ça. Alors, pour rester ancrés dans leur époque, ils parlent musicalement de toutes ces peurs qui nous entourent, et qui nous enferment dans une prescription médicamenteuse, un peu comme si les médias étaient les psychanalystes d’aujourd’hui. Ils utilisent la valse comme danse de Saint-guy, ils manipulent les sons pour rendre la basse plus distordue qu’un soundcheck de Lemmy, balancent des stridences avant d’égrener les notes en cocottes de guitare, jouent lourd mais voyagent léger, et unissent dans un même rêve les délires d’Oncle viande et les masques de truite, tout en payant leur tribut à une dextérité qui va en laisser plus d’un admiratif.

La peur de tout donc. Pantophobie, pour justifier d’une audace qui n’a peur de rien, une envie bravache de ne pas se contenter d’enregistrer des odes à la technicité, et parfois, de s’embarquer dans des envolées progressives à rendre dingues les maniaques de l’école de Canterburry ou de Berklee. Et comme en plus, les mecs ne manquent pas d’humour, ils nous accueillent avec précaution, pour quinze minutes de silence dédiées à tous les phonophobes de l’histoire. Drôle non ? D’autant plus que le reste de leur capharnaüm a de quoi faire tourner fou ces mêmes allergiques à tout bruit. Et ce qu’ils aiment par-dessus tout, c’est surprendre, ce qu’on devinait déjà, mais qui trouve souvent des illustrations contraires. Ainsi, en opposant la « Catagelophobie », la peur du ridicule et la « Athazagoraphobie », cette crainte démesurée d’être oublié, ils jouent sur tous les tableaux, mais le font avec malice et beaucoup d’intelligence, puisque loin d’être de simples appellations, ces intitulés décrivent aussi le contenu de leur partition. Ainsi, « Catagelophobie » joue sur les copié/collé ludiques, sorte de pastiche travestissant Stravinsky en clown Noisy-Rock-Jazz au nez rouge et aux blagues salaces, plus bruyant qu’un troupeau d’éléphant barrissant leur déboires, alors que « Athazagoraphobie » joue sur la nostalgie et les mélodies un peu passées, souvenirs d’une époque où les gens vous aimaient et prenaient le temps de vous le faire savoir. C’est donc à une véritable étude de cas à laquelle nous avons droit, où les sujets abordés ne sont pas que de simples prétextes à la gaudriole instrumentale, mais de réels sujets d’étude pour musique concentrée sur le calme et les turpitudes. Dans le même ordre d’idée, « Kakorraphiophobie » et sa peur de l’échec, montre un groupe explorant les complexités de la psyché qui doit faire face à cette terreur de ne pas réussir. Ambiance sombre et multiples, arythmie, riffs qui s’entrechoquent, breaks inopinés, silence exploité comme hantise ultime, et progression aux limites de la folie pour un trip de sueur et de peur.

« Lalophobie », peur de parler, suit plus ou moins le même tracé, et se pose en métonymie ultime. Le Rock instrumental non par peur de chanter, mais parce que l’expression ne revêt pas qu’un seul costume. Tourbillon de notes qui restent bloquées dans la bouche comme des mots qui tournoient sans trouver la porte de sortie, cauchemar sonore, toutes les images sont possibles du moment qu’elles soient vraies et concrètes. Jazz parce ces constructions en équilibre de gigogne nous y rattachent de facto, Rock, eut égard à la puissance globale, Free parce que décidément, les limites ne sont pas admises, drôle parce que sérieux sans l’être vraiment, ce second album des NI est un nid de poule géant sur lequel nous passons sans arrêt, niquant nos pneus moraux, nos amortisseurs émotionnels et nos suspensions traditionnelles, et surtout, une façon d’emprunter des chemins de traverse qui évitent les autoroutes de la création aussi chiantes que payantes. Mais ce Pantophobie dans les faits, risque de déclencher une autre phobie une fois ingéré et digéré. L’Atélophobie. Peur de l’imperfection que la production artistique mondiale normative peut déclencher chez les amoureux de l’art à n’importe quel moment.            


Titres de l'album :

                      1.Phonophobie

                      2.Héliophobie

                      3.Alektorophobie

                      4.Lachanophobie

                      5.Leucosélophobie

                      6.Catagelophobie                    

                      7.Athazagoraphobie

                      8.Kakorraphiophobie

                      9.Lalophobie

                     10.Stasophobie

                      11.Apérophobie

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 20/04/2019 à 17:58
85 %    196

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.