In The Belly Of The Beast

Dead Sleep

21/05/2018

Denomination Records

Je commençais sérieusement à me demander si les suédois étaient capables de produire autre chose qu’un simple succédané d’œuvres antérieures. A force de devoir gloser sur leur cas qui en devenait un d’école, je devenais persuadé que ces sympathiques musiciens du froid étaient d’habiles manipulateurs, mais de bien piètres créateurs. En dépit de quelques références un peu plus culottées que la moyenne, celle du pays se situait dans une routine assez pénible d’emprunts et de clins d’œil plus ou moins appuyés. Mais de la cité de Malmö est donc venu un combo susceptible de me faire réviser mon jugement, sans forcément contredire tous les postulats précédents. Car autant l’avouer, les flingueurs de DEAD SLEEP ne se privent pas non plus pour piocher dans l’héritage métallique ancien, mais ils ont au moins le mérite d’y apporter un peu de sang neuf, et d’y insuffler un minimum de personnalité, ce qui de nos jours, sont des vertus assez rares pour être remarquées. Pourtant, le groupe est jeune, et ne peut pour l’instant s’appuyer que sur une maigre discographie, constitué d’un unique EP, que ce premier LP vient enrichir de sa rage et de son envie d’aller un peu plus loin qu’un simple hommage de surface. Et après une carte de visite courte-durée en 2016, éponyme mais racée, ce quatuor démené nous propose enfin quelque chose de plus concret à nous mettre sous la dent, et qui va méchamment nous rassasier de son ouverture d’esprit frondeuse, mais efficiente. Fondé en 2016, DEAD SLEEP repose sur un concept simple, et déjà rudement éprouvé, consistant à juxtaposer la crudité du Punk à la rudesse du Thrash, sans pour autant renier de fortes accointances avec la NWOBHM, qu’on devine en filigrane plus qu’on ne les remarque en flagrance. Le tout est donc agité d’une belle énergie qui ne se dépare jamais de son sens de la mélodie, et s’il est un nom que l’on évoque sans vraiment y penser, c’est bien celui magique des DETENTE.

M. Bader (guitare/chœurs), A. Wagner (basse/chant), J. Salo (guitare/chant) et P. Olofsson (batterie) se posent donc en alternative savoureuse au ronronnement national. Mené de front par une vocaliste qui affirme ses positions sans hurler comme un démon, In The Belly Of The Beast est une bien belle façon de prôner la rébellion en se tenant fermement sur ses positions, et de digresser sur les thèmes autrefois malmenés par les ARCH ENEMY, sans franchir la frontière séparant le Thrash le plus formel du Death le plus contemporain, mais en acceptant les liens unissant les deux courants conjoints. En dix morceaux et presque quarante minutes de déflagrations, les DEAD SLEEP font preuve d’une belle intelligence de composition, et pourraient même faire penser à une version plus tassée et modérée de nos FURIES nationaux, tout en cherchant plus loin de quoi alimenter leur bestiaire chafouin. Car s’il est bien question d’hommage et de révérence, le tout sonne aussi actuel que n’importe quel autre groupe en pleine crise de démence. Bénéficiant d’un son parfaitement adapté à leur approche, les suédois jouent donc le jeu de la pleine brutalité en ambivalence, et sonnent uniques au monde, sans tomber dans l’originalité déplacée. Car le tout est formel, et assez classique pour être apprécié des fans de Thrash du monde entier, mais aussi accessible à tous les amateurs de nouveauté. On se perd en conjectures, et au final, il est bien difficile d’accoler une quelconque étiquette à ces amateurs de sensations fortes, qui ne sont ni foncièrement Punk, ni totalement Thrash, mais 100% convaincants.

On pourrait presque dire qu’ils mettent en avant de beaux arguments synthétiques, jouant une vieille partition avec un éclairage nouveau. Leur musique sonne comme un résumé des exactions de ces trente dernières années, pratiqué par des musiciens qui refusent de rester bloqués dans le passé. Et le ton est donné dès l’entame « Back To Black », l’un des morceaux les plus conséquents du lot, qui se propose de vous faire valser à travers les époques, et de ressusciter les premiers élans des groupes anglais pour les faire émerger d’une sépulture moderne. On sent dans les rythmiques fluides mais percutées que l’ombre d’IRON MAIDEN flotte au-dessus des pavés, mais le MAIDEN période Di’Anno, celui qui hésitait encore à choisir entre Punk londonien et Heavy européen, le tout joué comme si les HOLY MOSES avaient entamé leur carrière par un cocktail Finished With The Dogs/The New Machine. Non que les quatre instrumentistes se la jouent prétentieux et Techno sur les bords, mais leur niveau leur permet facilement d’enquiller des plans démoniaques, et l’ensemble se place sous des auspices assez étranges, à cheval entre Thrash romance et Punk en partance, pour un ballet qui donne le tournis mais qui nous permet de garder les pieds sur terre. Guitares malicieuses à la tierce, rythmique purement crossover, pour un parfum délicatement abrasif, exhalant des cordes vocales d’une chanteuse qui reste ferme, mais intelligible. Gimmicks assez ludiques (spécialement dans les soli), arrangements sobres mais pertinents, et « Godhead » de confirmer cette tendance en appuyant du côté ENTOMBED qui fait mal (la production fait parfois penser à celle des Sunlight Studios, en version un peu fauchée), tandis que « Into The Grave » revient se lover aux creux des prémices d’un Thrash pas encore convaincu de son potentiel d’agitateur.

Toujours prompts à rebondir du côté où on ne les attend pas, les DEAD SLEEP refusent les conventions et autres astuces de facilité pour traquer le break enfumé, et nous charment de leur bestialité sous contrôle, et de leurs riffs en jeu de rôle. Ainsi, l’implacable « Walk With Me » profite d’un accouplement basse/batterie digne du meilleur OVERKILL, tandis que le reste de l’instrumental semble vouloir retranscrire la folie des DAISY CHAINSAW dans un contexte purement Metalcore. Et les moments de bravoure s’enchaînent sans faiblir, marquant parfois le pas pour détourner les codes Heavy dans un vocable Death (« Aleppo »), ou jouant le progressif humble pour mieux nous cogner d’un Heavy Punk sombre et mélodique comme une nuit scandinave (« Sleepwalkers »). Virils mais plus fins qu’il n’y parait, reconnaissants envers le legs de Lemmy et MOTORHEAD (« Rage »), et beaucoup plus pertinents que les NERVOSA lorsqu’il s’agit de domestiquer la brutalité pour causer des blessures plus infectées (« Conquer », et son lick que SOULFLY aurait pu nous refourguer), les DEAD SLEEP signent avec In The Belly Of The Beast un beau manifeste de virulence, qui parvient à tracer une ligne trouble entre moment présent et bestialité d’avant (« Hatchet Eye », le plus ouvertement violent du lot). Une réussite qui laisse bouche-bée, mais surtout, une possibilité de se rassurer, et de réaliser qu’aussi nostalgiques soient certains groupes, ils n’en oublient pas pour autant de lorgner vers un futur qui finira de toute façon par arriver. Vivement la suite !                                            

Titres de l'album:

                         1.Back to Black        

                         2.Godhead    

                         3.Into the Grave        

                         4.Walk with Me        

                         5.Aleppo        

                         6.Sleepwalkers          

                         7.Rage

                         8.Conquer      

                         9.Hatchet Eye

                        10.Bring the Knife

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/06/2018 à 14:36
90 %    858

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23