Ça faisait un bail que je ne m’étais pas penché sur l’évolution de la scène Metal Indus/EBM/Induscore, mais je doutais en mon fort intérieur qu’elle ait quelque chose de neuf à proposer.

Mais lorsque le nom de K.P. RIOT BRIGADE a commencé à s’étaler sur pas mal de tablettes et autres posts de réseaux sociaux, je sentis bien qu’il fallait que j’étudie la question. D’autant plus que le projet était alléchant sur le papier…

Allait-il pour autant justifier musicalement les échos de presse qu’il avait suscités jusqu’à lors ? Bonne question, et pour le savoir, autant écouter les onze fichiers en question…

Mais d’abord, pour ceux que l’affaire n’aurait pas concernés depuis le début, plaçons un peu le contexte.

K.P. RIOT BRIGADE, c’est un peu un fantasme en solitaire. Non bande de petits pervers, rien de lubrique en soi, mais plutôt une intention un peu ambitieuse. Celle de réunir sur un même projet la crème de la scène Indus/Electronique et Metal, pour une gigantesque collaboration d’école, avec sur le tableau écrits à la craie quelques noms relativement fameux.

Derrière ce projet global se trouve évidemment une tête pensante, celle de Dana James, multi-instrumentiste et producteur fameux, qui dans un élan de créativité a décidé de s’associer à Jared Louche (CHEMLAB), au légendaire Riggs (comparse de Rob ZOMBIE), ainsi qu’à Sin Quirin de MINISTRY.

Sur cette base d’élaboration, se sont greffés d’autres individualités notables, comme Aaron Rossi et Mandi Martyr des mêmes MINISTRY, Ketil Eggum de GOTHMINISTER, Ilker Yucel de WHITE SHADOW, Jacqueline Van Bierk et Jim Robbins d’OTTO’s DAUGHTER, Evan Mitchel de MACHINES ON BLAST, Marc Olivier de CHEMLAB et Cesar Soto de…MINISTRY.

Sacré générique pour un premier album, d’autant plus que son sort fut mis entre les mains très professionnelles de techniciens comme Mark Pretor (producteur, OBITUARY, MORBID ANGEL), Patrick Burkholder (ingénieur son, POWERMAN 5000 et les moins Metal AALIYAH et Christina AGUILERA), et que le mastering fut confié à Tom Baker (NINE INCH NAILS, MANSON)…

En gros, vous l’aurez compris, K.P. RIOT BRIGADE, c’est un peu la récréation Techno Indus du who’s who interne, une façon de rester entre gens de la même famille, tout en composant et jouant un peu de musique histoire de donner à bouffer aux oreilles des fans…

Mais au-delà de cet étalage de noms plus ou moins prestigieux, le résultat est-il à la hauteur de la légende récente, construite à grands coups de messages sibyllins et de quelques lâchés de beats sur Youtube ? Vous le saurez en écoutant ce premier LP éponyme, visiblement uniquement disponible en version dématérialisé, ce qui correspond assez bien au style incarné…

 

Mais avec des indices comme la présence en tant que mentor de Dana James, et les collaborations de membres de groupes aussi illustres que MINISTRY, CHEMLAB, Rob Zombie ou OTTO’S DAUGHTER, la clé du problème ne devrait pas être trop facile à faire tourner dans la serrure du mystère pour vous, qui ne restera pas trop longtemps insoluble.

Bien évidemment, la tonalité générale reste dans les traces des références usitées, et le Techno Indus à tendance EBM de K.P. RIOT BRIGADE vous semblera très vite familier, pourvu que ce mélange de rythmiques synthétiques, de guitares agressives et de couches de chant souvent hurlés ou au contraire murmurés vous soient familiers depuis des années.

 

Parfois, l’emprunte d’un NINE INCH NAILS est patente, et même criante, même si le niveau général se situe quelques crans en dessous du génie de Reznor. On pense plutôt à une sorte de STABBING WESTWARD poussé à l’extrême du Metal, ou à un Rob ZOMBIE tombé dans les filets d’un SKINNY PUPPY, plus agressif qu’à l’habitude.

Mais le talent de Dana James est d’avoir offert une identité propre à chaque intervention, sans négliger la cohésion d’ensemble.

Ainsi, vous n’aurez donc pas le déplaisir de constater que tous les morceaux se ressemblent et pourrez choisir vos favoris en toute liberté.

Si la brutalité sombre vous attire plus que la lumière du dancefloor, « Violence With A Halo » et son groove électro hypnotique saura vous faire danser comme à la grande époque du MANSON le plus dangereux et vénéneux.

Si au contraire, vous avez la moue sensuelle et le désir dans la peau, « Sex Demon » et son ambiance pleine de stupre et calquée sur le séminal Antechrist Superstar du même révérend Manson vous fera tressaillir de plaisir tout en louchant salement sur le martinet posé à côté de la table de nuit.

La tendance générale est à l’alternance entre puissance et louvoiement pervers, comme le démontre le très sensuel « Diseased », qui permet de visualiser un Marc Almond perdu dans un univers à la ORGY, ou ce « Retaliate », quasiment expurgé de toute guitare trop abrasive et qui se contente de faire grouiller des créatures de la nuit autour de vous, pour une virée dans les bas-fonds de Tampa.

La plupart des morceaux sont courts, et respectent un esprit d’immédiateté, mais certains sortent de la norme imposée, à l’instar de cet explosif « Smiling Faces, Dirty Places », qui suggère parfois des accointances non-avouées avec Alec Empire, avant de se fixer sur un énorme beat à la MINISTRY. En gros, un passage en revue de toutes les forces Electro/Indus en puissance, avec même quelques allusions finaudes aux REVOLTING COCKS, et autres 1000 HOMO DJ’s dans les inspirations les plus coulantes et déviantes.

Si la plupart du temps, ce genre de concept « global featuring » tombe à l’eau faute de reposer sur de vraies idées et une ossature solide, K.P. Riot Brigade se montre auberge espagnole solidement ancrée dans son époque de multiculturalisme, et offre onze morceaux qui tiennent debout tout en ondulant sous les coups d’une rythmique inventive.

 Pas forcément la révélation du style, mais de quoi passer un bon moment en bonne compagnie, celle d’artistes qui connaissent leur affaire et qui ont visiblement pris plaisir à partager cette aventure en commun.


Titres de l'album:

  1. Intervals of Time (New Disease)
  2. Violence with a Halo
  3. Breathe Again
  4. Revenge of the Giant Face
  5. Sex Demon
  6. Anguish
  7. Diseased
  8. Retaliate
  9. Make It All Go Away
  10. Annihilate
  11. Smiling Faces, Dirty Places

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/01/2017 à 14:06
70 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?