Tail End Of A Hurricane

Trucker Diablo

07/05/2021

Bad Reputation

Vous avez déjà entendu parler de ces albums qui parviennent à convaincre à la force du poignet. Ces disques enregistrés par des musiciens passionnés, qui n’ont cure de l’originalité à laquelle ils préfèrent l’efficacité, au risque de passer pour des brutes épaisses ou de simples suiveurs sans personnalité. On aime ces albums, en sachant pertinemment pourquoi : parce qu’ils donnent envie de boire un verre avec des potes, de lever le poing sur des refrains fédérateurs, et de partir en virée sans connaître la destination. On pourrait parler d’AIRBOURNE évidemment, d’AC/DC, mais aussi de milliers d’autres combos moins connus qui jouent le Hard et le Heavy comme il a toujours été joué, avec les tripes et le cœur, et pas le cerveau. Les irlandais font partie de cette caste de musiciens qui n’ont ni inventé ni fabriqué la poudre qu’ils font exploser, et qui pourtant parviennent à séduire de nouveaux fans à chaque sortie. Il faut dire que les TRUCKER DIABLO ont toujours clairement affiché leurs convictions. Du nom de leur groupe à leur look, de leurs chansons à leurs tournées, ils ont toujours prôné l’honnêteté et la sincérité sur l’expérimentation fausse et déviante. De fait, aucune surprise que leur cinquième album ne propose…aucune surprise et qu’il se contente d’un Rock costaud joué Hard. Et autant dire que malgré la prévisibilité de la chose, Tail End Of A Hurricane remporte encore la palme de l’album le plus jouissif et enthousiaste du mois.  

Tom Harte (guitare/chant), Simon Haddock (guitare), Terry Crawford (batterie) et Jim McGurk (basse) ne vendent rien qu’ils ne possèdent. Ils connaissent leur stock d’idées, assez sobre, et y piochent de quoi agrémenter notre quotidien en bonafide et gasoil de premier choix. A l’image de cette pochette au camion rutilant et légèrement impressionnant, ce nouvel album fait la part belle aux riffs gras, mais aussi aux mélodies vocales malignes. Après avoir tourné avec des artistes comme les FOO FIGHTERS, BLACK STONE CHERRY, RICKY WARWICK, THUNDER et quelques autres pas moins importants, les irlandais ont appris par cœur la recette du hit musclé instantané, sans passer pour des bourrins, ou des camionneurs en mal de reconversion facile. Certes, en entamant les hostilités par un « BTKOR » (Big Truck Keeps On Rollin), TRUCKER DIABLO joue la franchise, et admet immédiatement son parti-pris. Une musique de bouffeur de bitume, le bras à la fenêtre, la bière à portée de main, la main sur le volant, et les oreilles gorgées de décibels. Du Hard à l’australienne, franc du collier, mais qui n’a pourtant pas oublié les concessions des années 80, lorsque le plan était d’introduire le genre sur les ondes.

Ainsi, entre deux charges bourrues, à la poignée de main virile, les irlandais nous proposent des choses plus faciles d’accès, et plus accessibles aux physiques plus fluets. Ainsi, la sensibilité rétro du tube parfait « Rock Kids of the 80's », proche d’un BACKYARD BABIES du week-end permet de ne pas considérer la chose uniquement en termes de consommation de carburant, mais aussi de voyage dans le temps pour retrouver des sensations adolescentes. Collection de riffs à faire pâlir les frères Young, Tail End Of A Hurricane confronte la tradition THE ALMIGHTY au réalisme Rock des FOO FIGHTERS, et se pose en jonction parfaite des époques comme une intersection qui peut vous emmener vers ailleurs, mais aussi vous laisser ici. « Tail End of a Hurricane » démontre que le quatuor n’est pas que graisse et chiffons sales, jurons et bière tiède. Passés maîtres dans l’art de combiner la puissance et la modulation, les quatre irlandais nous offrent une suite de voyage digne de ce nom, un voyage qui passe de la lumière du levant à la demi-pénombre des chiens et des loups, et qui ne transige pas entre la sensibilité et la fougue.

Epais mais léger, ce cinquième tome sait parfaitement quand il doit s’emballer pour rejoindre temporairement le camp des punk-rockeurs les plus débridés (« Insects », du BAD RELIGION survitaminé dans le texte), avant de célébrer la fin d’une longue journée sur fond de guitare nostalgique et d’harmonie sensible (« The Edge of Tonight »). Playlist parfaite d’un trip qui traverse de nombreuses régions pour livrer sa cargaison, Tail End Of A Hurricane vous laisse donc les yeux embrumés dans le rouge des feux arrière d’un camion qui sait dépasser les limites de vitesse quand il le faut mais aussi ralentir pour admirer le paysage.  

J’ai toujours apprécié l’authenticité de ces artistes qui savent de quoi ils jouent, et qui le jouent sans détour, mais avec un certain nombre de nuances. Des artistes capables de sinuer entre les divers sentiments suscités par la vie sur la route, qui savent se montrer fragiles quand il le faut, sans en avoir honte. Des mecs qui ne font pas que foncer dans le tas, et qui proposent un Hard Rock de première classe, allusif à toutes les décennies traversées, sans jouer l’opportunisme, ou la séduction putassière à outrance. Ainsi, lorsque le lourd et emphatique « The Trade » passe d’un Post-Grunge à un Hard-Rock de première bourre, le cœur s’emballe et les pédales s’écrasent au sol. Des chœurs unanimes qui jouent fermement la radiophonie, quelques mid tempi pour attirer les plus modérés, mais avec une basse lourde et ronde (« This Burning Heart »), et un sacré talent pour trouver systématiquement LE riff qui s’incruste dans la mémoire bien après l’arrêt pipi de rigueur (« Woodstock to Vietnam »).

Entre burners burnés et tradition adaptée, ce cinquième album pourrait bien être le plus ouvert et équilibré de la bande, et en tout cas, l‘une de leurs plus grandes réussites. Malgré ses cinquante minutes bien tapées, et son riff final à la BLACK SABBATH, Tail End Of A Hurricane fascine, passionne, fédère, et s’impose comme le disque le plus honnête de ce premier semestre. Alors si ces mecs veulent bien vous prendre en stop, ne vous faites pas prier. Le voyage sera agréable, subtilement perturbé, mais vous laissera des souvenirs impérissables d’humanité et de valeurs.

 

                                                 

Titres de l’album:

01. BTKOR

02. I Am Still Alive

03. Rock Kids of the 80's

04. Don’t Hold on to Hate

05. Set the Night on Fire

06. Tail End of a Hurricane

07. Insects

08. The Edge of Tonight

09. The Trade

10. This Burning Heart

11. Woodstock to Vietnam

12. Slow Dance

13. Bury the Ocean


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/06/2021 à 15:14
85 %    169

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23