Despair

Mefitis

19/07/2019

Autoproduction

Nous connaissions une poignée de groupes de BM japonais, dont SIGH évidemment, nous avions aussi dans notre caddie affectif une bonne livraison de de BM symphonique de Taïwan avec les albums de CHTHONIC, mais les ensembles chinois semblaient se faire plus réticents à laisser passer les influences noires et extrêmes…Nul ne connaît par cœur l’underground d’un pays, pas même ce pays lui-même, mais réjouissons-nous de découvrir les pérégrinations d’un nouveau concept originaire de Beijing, trio iconoclaste se répandant en effluves d’une agressivité sombre et nauséeuse. Nauséeuse mais pas seulement, car les MEFITIS semblent cumuler les influences et les inspirations, pour insuffler à leur musique un délicat parfum Crossover, qu’ils se plaisent à décrire comme progressif, ce qui n’est pas totalement faux. Fondé en 2017, cette association de trois musiciens (Darian Kocmur - batterie, Rexko - chant, et Alien Darling - tout le reste) a déjà publié un premier EP en 2017, Nascence, qui posait les bases de ses conceptions. Mais aujourd’hui, c’est Despair qui nous intéresse au plus haut point, avec ces quatre nouveaux morceaux débordant de haine, de créativité, de colère mélodique, et d’une versatilité qui fait honneur à ses concepteurs. Difficile donc de classer les MEFITIS dans un créneau particulier, puisqu’ils semblent prendre un malin plaisir à arracher toutes les étiquettes, mais en simplifiant le tout à l’extrême, on pourrait dire que leur BM s’enivre de Heavy classique, de psychédélique light, de Progressif un peu tortueux, et que le rendu n’en perd pas pour autant en efficacité. Et l’intérêt majeur de ce second EP est de proposer quatre titres aussi forts et individuels les uns que les autres, sans que la cohésion d’ensemble n’en pâtisse.

Sous un artwork dessiné par la charmante hurleuse Rexko, et avec un mastering signé par Austin Minney aux All Aces Studios de Denver, Colorado, Despair est donc un bouillonnement créatif ininterrompu, qui se permet de mixer la grandiloquence d’un DIMMU BORGIR, les déviances en stridences de VOÏVOD et VIRUS, l’expérimentation en version plus modérée de DEATHSPELL OMEGA, le tout dans une atmosphère nimbée de mystère et sous couvert d’une technique très aiguisée. Le leader des débats, Alien Darling, a donc peaufiné ses options pour les rendre imperfectibles, et nous entraîne dans un monde bizarre, fait de Black Metal aux ambitions notables, de Heavy mélodique en filigrane, et d’un sens de la liberté patent. On remarque tous ces points dès la découverte de « Cetus », qui en tant qu’intro fonctionne à merveille en mettant les éléments en place sans attendre la moindre seconde. Pas d’intro pompeuse ni perte de temps, les blasts déboulent immédiatement, accompagnés d’un déluge de riffs en contradiction. Et si le tempo ne se stabilise jamais complètement, les couplets en mid permettent d’apprécier la voix très acide et criarde de Rexko, parfaitement à l’aise dans ce magma de colère musicale qui cède parfois à l’efficacité d’un riff appuyé. Aussi efficace que culotté, le BM des chinois a su tirer parti de tous les enseignements antérieurs, de l’approche technique et évolutive américaine jusqu’au purisme nordique des années 90, et pourrait même suggérer une démarcation moins putassière d’un CRADLE OF FILTH expurgé de tout son barnum pitoyable.

On retrouve cette vision des choses sur le surprenant « Desecrate », qui calme les ardeurs des BPM pour plomber l’ambiance, et la rendre encore plus délétère, via une guitare qui décidément n’est pas prête à s’agenouiller devant les riffs les plus faciles. Les dissonances sont donc alors au rendez-vous, et le climat s’assombrit, pour un trip en immersion, dérangeant, plutôt insistant, en méthode hypnotique qui autorise quand même des cassures, des stoppées dans l’avancée, pour mieux nous prendre à revers comme les meilleurs acteurs de la scène expérimentale mondiale. Expérimental, MEFITIS, mais jamais trop pour ne pas sombrer dans l’élitisme, et garder un pied solidement ancré en terre d’efficience, ce qui a le don de transformer ce BM en musique brutale plus généraliste, à l’image d’un VOÏVOD et d’un DODECAHEDRON croisant le fer tout en acceptant le legs de la scène Thrash asiatique des années 90. Mais tout n’est pas bizarre et déformé sur cet EP, bien au contraire, et lorsqu’il montre un visage plus avenant, le groupe n’en est pas moins dangereux pour autant. En témoigne le plomb en fusion de « Ecdysis », qui vous brule les chairs tout en amadouant vos oreilles de quelques licks assez séduisants. On sent le groupe capable de synthétiser toutes les fragrances pour élaborer son mélange, et se montrer aussi perspicace que torturé, ce qui ne sera pas pour déplaire aux amateurs d’exotisme cruel. Il est certes facile en vingt minutes d’expurger son inspiration de toute scorie encombrante, mais on sent sous-jacentes des capacités énormes, qui pourraient permettre d’élaborer un longue-durée assez unique en son genre. On espère que le jour venu, les tendances exprimées sur « Lotophagi » seront toujours présentes, ce final se posant en épilogue parfait pour une œuvre trouble et vénéneuse, qui de son chant prouve son allégeance au BM, mais qui de sa musique s’amuse beaucoup à en déformer les dogmes.

Une belle réussite donc qui nous vient de Chine, et qui n’a rien d’une contrefaçon, bien au contraire. MEFITIS, un groupe original qui ne brade pas son identité pour séduire les masses, et qui avec Despair se fraie un joli chemin vers la reconnaissance dans un style plus qu’encombré, mais toujours prompt à laisser quelques espaces à des musiciens qui ne bradent pas son image.    

   

Titres de l’album :

                            1.Cetus

                            2.Ecdysis

                            3.Desecrate

                            4.Lotophagi

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/10/2020 à 17:38
82 %    770

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19