Archetype Asylum

Exodus To Infinity

08/01/2021

Autoproduction

Faire du Rock/Metal Progressif n’est pas si compliqué que ça finalement. Il suffit de posséder un bagage technique conséquent, de savoir s’entourer de musiciens du même pedigree que vous, et d’avoir un minimum de culture musicale. Etre ouvert d’esprit, connaître le Jazz, le Rock, la Pop, le Metal, les progressions harmoniques, les cassures rythmiques, les polyrythmies, arranger les chœurs de façon intelligente, et avec tout ça en tête, vous êtes à peu près à même d’enregistrer un bon album. Mais pour enregistrer un excellent album de Rock/Metal Progressif il faut de l’imagination, du culot, un brin de folie (un bouquet garni même), et se démarquer de la masse des autres groupes par une excentricité à-propos, et un sens de l’instrumentation hors normes. Choper les bonnes mélodies, trouver les accroches idoines, et métisser sa musique sans perdre de vue l’objectif original : la faire sonner suffisamment agressive pour s’éloigner des rivages autrefois abordés par GENESIS, YES, IQ, sans tomber dans l’avant-gardisme osé de KING CRIMSON ou le dadaïsme de Frank ZAPPA. Avec tout ça en tête, tout est possible, spécialement si votre imagination ne supporte aucune limite, ce qui est visiblement le cas des américains d’EXODUS TO INFINITY. Nom bizarre né d’une blague qui finalement aura défini avec acuité les contours du projet, EXODUS TO INFINITY existe depuis des années, non sous cette forme, mais sous celle du parcours de ses membres, au passif hétéroclite et à l’avancée pour le moins incongrue.

On retrouve au CV des membres des participations à des chorales, et des prix gagnés lors de championnats régionaux, des assemblages Pop, Rock et Indie, des apprentissages sur le tard de la guitare en admirant Hendrix, et finalement, un résultat se trouvant à cent lieues des obsessions de départ. Avec un batteur talentueux devenu guitariste, un chanteur de Glee Club qui se découvre une passion pour le Rock, des amis de lycée qui fondent des entités viables, EXODUS TO INFINITY est l’archétype du groupe bricolé de toute pièce, qu’on n’attendait pas forcément à ce stade de qualité. Mais pourtant, il faut l’admettre, ce premier album a largement de quoi se faire une place au panthéon des œuvres progressives majeures du nouveau siècle, et surtout, l’une des plus grosses révélations de cette année 2021 à peine entamée.

Archetype Asylum est comme son titre l’indique un asile de fous qui enferme dans ses chambres capitonnées les musiciens les plus créatifs et débridés de l’histoire. Une sorte d’hôpital un peu fou dans lequel traine encore l’esprit dérangé de Devin Townsend, le calme relatif de Neal Morse, des effluves des FLOWER KINGS, en gros, un endroit où il fait bon délirer, pour peu que la démence soit envisagée comme un processus créatif comme un autre et non une pathologie grave. Et les héros du jour souffrent pourtant de multiples affections mentales et musicales. Schizophrénie créative, audace inconsciente des influences, agencement des idées aléatoire, pour un résultat unique en son genre qui se pose en musical improbable qui ne sera jamais joué sur le Broadway classique, mais qui trouvera une bonne tribune en passant à travers les enceintes des passionnés. Et pour apprécier cet OVNI à sa juste valeur, il convient d’abandonner ses idées reçues à propos du Progressif moderne. Oublier qu’il est la plupart du temps un prétexte à des flatteries d’égo insupportables, à d’interminables digressions sur des mélodies connues, et une façon d’intellectualiser la musique au point de la rendre trop élitiste pour le peuple. Ici, la facilité est de mise, et le seul but avoué est de distraire et plaire à l’auditeur, qui se perdra avec délice dans ce labyrinthe de mélodies sublimes, d’arrangements ludiques et d’atmosphères complètement dingues qui relèvent autant du dessin animé que de l’œuvre sérieuse et élaborée. Il faut dire que le premier morceau place la barre très haute. « King Other », sorte de cabaret de l’impossible pour grands enfants amateurs de Bip-Bip et du Roadrunner, des mangas et des albums instrumentaux de Marty Friedman au Japon, il incarne l’intro parfaite pour ce genre de démesure qui n’accepte ni le formalisme, ni l’académisme poussé. On est ici pour s’amuser, pour composer des hymnes à la douce folie, et pour prouver au public que le genre peut se passer de flagornerie pour se montrer accessible et populaire.

En huit morceaux et quarante-cinq minutes de musique, Archetype Asylum fait le dos rond, court soudain pour choper la boule de laine, s’arrête pour se lécher la couenne, et repart de plus belle à la chasse aux souris imaginaires. Véritable chat perdu dans un jeu géant, le concept de cet album mérite une affection particulière. Parce qu’il refuse toutes les facilités du Progressif moderne pour se rapprocher d’une Fusion globale des genres, amalgamés dans un chaudron de malice. Amusant autant qu’il n’est crédible et solide, ce premier long s’autorise à peu près tout, du phrasé Rap diabolique du Hip-Hop de l’orée des années 90 (« Shadow Self »), jusqu’aux dérives Funky des Stevie Salas et autres FFF.

Très, très loin du sérieux usuel, ce disque est une petite merveille de Rock, de Jazz, de Pop, de Funk, dirigé par des compositeurs hors normes et joué par des musiciens aux moyens techniques illimités. On pense évidemment au séminal Flex-Able de Steve Vaï pour ce côté fourre-tout irrésistible, mais aussi à FREAK KITCHEN, aux RED HOT, ANIMALS AS LEADERS, THE NUMBER TWELVE LOOKS LIKE YOU, Devin évidemment, mais aussi au Hard californien, et finalement, plus simplement, à une musique affranchie de tous les codes et qui donne le sourire pour la journée (« The Body, the Drive, and the Dreamer », assez FNM dans l’esprit, mais moins ironique et plus rieur). Et son avantage majeur réside dans sa capacité de variation dans la stabilité et la cohérence. Malgré le fait que les chansons soient toutes méchamment différentes, le fil conducteur n’est jamais brisé, et nous ne nous perdons jamais dans la galerie des glaces. Parfois salement agressive (« Trickster »), ou Jazzy pour intermède dansant (« Plaza Thursday »), de temps à autre Soul, Funk et Soul encore, avec cette patine Disco qui ne vous lâche pas les pieds (« Right Now »), la musique est riche, pleine et trouve son aboutissement dans le long final évolutif de « Second Innocence », sorte de mini-opéra survolant trente ans de musique populaire en un quart d’heure synthétique avec un talent hors du commun.

Voilà donc la recette pour enregistrer un excellent album de Rock progressif et métissé, qui laisse un souvenir vivace dans la mémoire et un gigantesque rictus sur le visage. Ce qui prouve qu’avec les bons ingrédients et l’imagination affutée, on peut toucher du doigt l’impossible. Ah, et à propos, juste pour le détail. Cet album a été composé, enregistré, mixé, produit et interprété par un seul homme, Danny Mulligan. Ça fout les jetons non ?

            

               

Titres de l’album:

01. King Other

02. Shadow Self

03. Just Like Us (feat. Dr. Gabor Maté)

04. The Body, the Drive, and the Dreamer

05. Trickster

06. Plaza Thursday

07. Right Now

08. Second Innocence


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/02/2021 à 14:21
88 %    75

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09