Comme ma réputation en répudiation n’est plus à faire, je vous annonce tout de go que je m’en cogne. Des moqueries, des railleries, des avis génériques et états généraux me définissant comme un sombre crétin incapable de faire la distinction entre extrême et bruit, etc…J’assume mes positions, et mieux, je les consolide en allant toujours plus loin dans la mise en abime de l’art nihiliste, qui finalement, se nourrit du grand tout pour aboutir au chaos. De nulle part au néant, le chemin est parfois biscornu et escarpé, mais de temps à autres, direct et bien tracé. Et celui reliant le point de départ et d’arrivée des indiens de KAPALA est clair. Partir d’un boucan indigeste pour parvenir à un brouet vomitif, se moquant eux aussi des divergences d’opinion quant à la pertinence de leur son. Celui-ci est absolument horrible, et relègue les premières démos de SATANIC WARMASTER au rang de cathédrales sonores aux luxuriances excessives, et les premiers lives de MAYHEM au statut de perfection sonore un peu insipide. Vous avez un peu de mal à me croire et à me suivre, je le sens, mais à vrai dire, je n’ai d’autre argument pour vous convaincre du bien-fondé de ma perception que ce premier EP des originaires de Kolkata, qui repousse les limites de l’ignominie Black Death encore plus loin que les premières vomissures de REVENGE. Admettons-le, ici, tout est laid, même horrible, on frise le non-sens à chaque plan, et la « production », puisqu’il faut bien l’entourer de guillemets, est l’une des plus atroces que j’ai pu endurer depuis les efforts les moins complaisants de GNAW THEIR TONGUES ou SEWER. Alors, toujours tentés ? Bien, continuons.

Pas grand-chose à dire sur ce trio d’infâmes (V.I - basse/chant, A.T - guitare et S - batterie) qui n’a rien sorti en amont de cet Infest Cesspool, effectivement infecté par un virus de vilénie instrumentale aux proportions dantesques. Difficile de dire si la troupe joue du Death à tendance Black ou l’inverse, tant le son de leur instrument est capté avec le moins de soin possible, un peu comme une répète dans une vieille crypte de cimetière au fin fond de Bombay, avec des micros fatigués, histoire d’être les plus raw possible. Raw, le terme est lâché, et vous aurez franchement du mal à trouver truc plus roots que ces quatre morceaux au ridicule achevé, et qui pourtant fascinent de leur patine grossière et sans compromis. Il y a quelque chose de fascinant dans cette entreprise horrifique, qui ne conçoit l’art musical que sous sa forme la plus brutale et primaire, semblant se satisfaire des sonorités les plus crades pour parvenir à son but. Vous assourdir évidemment, et se rapprocher des racines les plus profondément plantées des deux styles qu’ils semblent affectionner. Mais de là à proposer un EP qui ressemble à une vieille maquette des GOATPENIS, il n’y a qu’un seul petit pas que les KAPALA ont franchi, histoire de tremper leurs six pieds dans un marigot de Black saumâtre qui filerait la gerbe au line-up de BLASPHEMY. Je me vois mal retranscrire dans un langage soutenu les offenses que vous vous apprêtez à subir en posant vos tympans sur cet EP qui ne fait preuve d’aucune empathie pour la pratique musicale, et qui s’enrobe d’atours défraîchis, collés sur bande à l’occasion d’un concert nocturne donné en l’honneur d’un diablotin local quelconque.

Pour beaucoup, Infest Cesspool sonnera comme une infamie, comme un hallali total de jeunes branleurs en mal de sensations fortes, et incapables d’extirper de leur matériel des sons probants. Pourtant, au milieu de cette débauche d’horreur surnage un semblant d’esprit frondeur, qui se manifeste parfois avec peine, spécialement lorsque les fréquences sont torturées par un feedback envahissant que le guitariste appellerait certainement un « solo » (« A.K.S », je ne sais pas ce que les initiales veulent dire, mais de toutes façons, le morceau lui ne cherche pas vraiment à communiquer.). Heureusement pour la morale, les quatre tronçons faisant office de morceaux sont entourés d’une intro et d’une outro qui représentent les parties les plus musicales de l’ensemble, alors qu’elles ne sont qu’amalgame de sons graves et Ambient, ce qui en dit long sur l’infernale symphonie. Il semblerait que l’odyssée de ces trois indiens commencent là ou s’achève celle de Mories, qui lui-même n’aurait pas osé sortir un truc pareil, ou alors sous couvert d’un side project anonyme. A la rigueur, il serait possible de concevoir cet EP comme une tentative d’un MERZBOW bien grippé, reprenant fin saoul les premières déjections de répétition des VULCANO et autres SARCOFAGO, tout en détruisant un vieux clavier qui commençait à l’encombrer. De là, la distinction entre bruit et Noise devient très difficile à établir, et si la plupart d’entre vous préfèreront se casser une jambe plutôt que de consacrer vingt minutes à ce truc, d’autres jouiront mentalement à grosses giclées de neurones en prenant leur pied que ce BM Noisy et indocile. Je n’influence personne, mais mon choix est fait. Ceci dit, comme pour la plupart des gens, je suis un incurable taré, ça n’étonnera pas grand monde.

Et vous savez quoi ? Je m’en cogne. Mais alors sévère.


Titres de l'album:

  1. Intro (To War)
  2. Homosapiennihilation
  3. Kapalik Hellstrike
  4. Thermobarik Spear
  5. A. K. S
  6. Outro (Atrocity Cacophony)

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/01/2018 à 18:09
70 %    385

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
06/01/2018 à 18:21:48
Du Revenge avec un son à la Darkthrone... Ah vous en voulez de "l'extreme" bah vous vla servi ! Quoi ce n'est que du bruit ? oui. C'est bien ça le truc.

Ajouter un commentaire


Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Protogonos

From Chaos To Ashes

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)