The Golden Age of Black Magick

Ignitor

31/10/2020

Metal On Metal Records

Le temps passe super vite mine de rien. Je m’en rends compte tous les jours en comptant les rares poils noirs de ma barbe qui jouent la résistance, mais encore plus en chroniquant des albums de groupes dont la carrière frise les deux décennies. Pensez donc, les américains d’IGNITOR fêtent cette année la sortie de leur septième album en dix-sept ans d’existence, et tout ça ne nous rajeunit pas. Mais dans le cas des originaires d’Austin, cette sensation de vieillesse annoncée se transforme vite en liesse agencée, chacun de leurs albums étant une invitation à la fête d’un Heavy Metal puissant et racé, et blindé d’influences. Et seize ans après le premier effort Take to the Sky, les texans ont effectivement tenu toutes leurs promesses et nous ont emmenés plus haut que les étoiles, nous propulsant dans la stratosphère du plaisir Metal avec un brio hors du commun. Il serait pourtant facile de réduire le quintet (Pat Doyle - batterie, Stuart Laurence - guitare, les seuls survivants du line-up d’origine, Jason McMaster - chant, Billy Dansfiell - basse et Robert Williams - guitares, arrivés en 2015) à un énième combo hommage de plus, même si leur musique emprunte évidemment des tics bien connus des eighties. Sens de l’à-propos, énergie ne se démentant pas, thèmes simples mais accrocheurs, basse proéminente à la Steve Harris, et chant suraigu. Car les américains ont ce petit plus qui leur permet de se distinguer de la masse, et qui ne réside pas seulement dans l’organe unique du légendaire Jason McMaster, ex-WATCHTOWER, DANGEROUS TOYS, DIRTY LOOKS, et trop d’autres combos s’étant disputé son talent hors-norme. D’ailleurs, depuis longtemps, Jason ne fricote plus avec les infrasons, et préfère se concentrer sur un chant plus classique, parfaitement en adéquation avec la bande-son tricotée par ses collègues. Et dans un registre de crossover entre Heavy et Power, The Golden Age of Black Magick tutoie encore les sommets, et nous assomme de huit hymnes totalement irrésistibles.

On pourrait d’ailleurs presque dire que les américains ont pris de sérieuses leçons chez leurs homologues suédois, à la différence près qu’ils existaient bien avant que les cadors scandinaves ne poussent leurs premiers cris. Et au moment de trouver une illustration nordique à la bombe « Steel Flesh Bone », je serais bien en peine. Car il semblerait que seuls les IGNITOR soient capables de jouer ainsi avec les frontières de la nostalgie, osant même fouler du pied les limites du Thrash que McMaster a autrefois franchi avec aisance. Et si « Secrets of the Ram » nous aiguille en introduction sur la piste d’un nouvel album trop nostalgique pour être créatif, la barre est vite rétablie, et le cap remis sur l’inventivité nostalgique. Et sous un artwork peint par le CEO de Metal on Metal Records Jowita Kaminska-Peruzzi (EXODUS, ATTACKER, WITCHBURNER, MIDNIGHT PRIEST, MANILLA ROAD, FORSAKEN, DECEASED, MELIAH RAGE, ARKHAM WITCH, METAL LAW) se cache donc l’album revival de cette fin d’année, le seul assez fou et débridé pour nous faire oublier qu’il puise son inspiration dans le passé. La maison de disques n’hésite d’ailleurs pas, et met le paquet au moment de comparer ce dernier né à des ensembles de légende. C’est ainsi que les noms d’ATTACKER, DIO, RIOT, SKULLVIEW, ASKA, CAGE, RAINBOW, IRON MAIDEN, PHANTOM-X, JAG PANZER et JUDAS PRIEST sont utilisés pour présenter ce septième tome des aventures des texans, et si certaines sont pertinentes, le groupe a acquis depuis assez longtemps une réelle identité pour s’en dispenser.

Ici, tout n’est qu’énergie, testostérone, allant et mordant. Les riffs sont accrocheurs en diable, les soli mélodiques mais techniques, et l’ambiance le confine au délire le plus absolu. Et si Jason a parfois un peu de mal à provoquer l’hystérie de son organe, il n’en a pas moins gardé ses prétentions festives intactes, ce qui permet aux morceaux de tutoyer la folie la plus allumée des années 80, lorsque les groupes ricains désiraient rattraper leur retard sur l’Europe en termes de Heavy Metal. C’est ainsi que l’on déguste à grandes lampées l’hymne absolu « Countess Apollyon » qui ressemble en effet à s’y méprendre à du MAIDEN repris par JUDAS PRIEST dans un local du Texas, mais c’est bien lorsque le groupe développe ses ambiances qu’il se montre le plus probant. De fait, « The Golden Age of Black Magick » agit en tant que title-track digne de ce nom, avec son lot de riffs virils, de gimmicks harmoniques en background et de déroulés de basse en nœud coulant. Il n’y a bien sûr rien de révolutionnaire dans l’attitude des IGNITOR, juste un classicisme adapté aux exigences d’une époque qui ne se contente plus de fac-similés, mais cette façon de remettre le passé en lumière en pointant les spots sur ses aspects les plus festifs à quelque chose d’irrésistible, comme si le grand ANNIHILATOR s’amusait à reprendre du RIOT dans le texte (« Hell Shall Be Your Home »). Huit morceaux, trente-cinq minutes de musique, le timing est parfait, et l’ombre du grand JUDAS PRIEST plane à côté de celle des LEATHERWOLF, ce qui permet au quintet de moduler les atmosphères pour proposer le produit le plus varié du marché.

Le Hard-Rock teinté de Heavy à la SKID ROW se taille parfois la part du lion (« Tonight We Ride »), mais les musiciens insufflent toujours à leurs morceaux ce petit plus de férocité qui les empêche de sombrer dans l’hommage pur et dur. A tel point que le terme de Power Metal pourrait être substitué par celui de Heavy Thrash, avec de sérieuses allusions à METAL CHURCH et à SATAN (« Execution Without Trial »), soit la réconciliation la plus sincère entre les Etats-Unis et l’EUROPE autour du totem Metal. Sans aller jusqu’à parler de « meilleur album », The Golden Age of Black Magick synthétise avec facilité tous les meilleurs côtés du groupe, et prouve que ses bientôt deux décennies de carrière ont été mises à profit pour sans cesse s’améliorer. Et faites-moi confiance, tomber sur un album qui accueille à la même table LIZZY BORDEN, SANCTUARY et RIOT n’est pas un plaisir auquel on a droit tous les jours (« Stoned at the Acropolis »).             

 

                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. Secrets of the Ram

02. Countess Apollyon

03. The Golden Age of Black Magick

04. Hell Shall Be Your Home

05. Tonight We Ride

06. Steel Flesh Bone

07. Execution Without Trial

08. Stoned at the Acropolis


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/01/2021 à 15:42
88 %    199

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09