Dans la catégorie iconoclaste des supergroupes, je demande l’arrière-petit-fils. Bonne pioche, puisque dans la famille des assemblées de musiciens connus, le tirage au sort peut réserver de très mauvaises surprises, sauf si…Sauf si c’est la passion qui guide, et non la volonté de démonstration. Mais avec les lascars inscrits au casting de FREITOT en lettres de sang, inutile de s’en faire du mauvais. Ceux-là ne sont pas du genre à plastronner avec leur CV en boutonnière, fiers de leur parcours, mais sereins quant à leur avenir, toujours guidés par leurs impulsions et non leur raison. D’ailleurs, ils ont perdu la leur depuis bien longtemps, au sein de leurs combos « légitimes » évidemment, mais aussi à force de se côtoyer les uns les autres, dans un élan consanguin le confinant à l’amour fraternel le plus passionné. En parlant de passion, celle de ce trio n’est pas à mettre en doute, même si les néophytes les accuseront un peu trop promptement de surfer sur la vague de nostalgie actuelle. S’il est certain que ce premier album éponyme porte les stigmates d’une obsession old-school un peu trop présente ces dernières années, les privilégiés introduits au cénacle depuis le début sauront tout de suite qu’il n’est pas question de capitaliser sur une quelconque mode de fond, mais bien de se faire plaisir, et de NOUS faire plaisir par la même occasion. D’ailleurs, ces larrons qui ne manquent jamais une occasion de faire la foire et de boucler la boucle jouent franc jeu dès le départ, en citant leurs influences et leurs accointances. C’est ainsi que les terrifiants (par le talent, mais aussi par leur sourire plein d’allant) Etienne Sarthou (AqME), Arno Strobl (CARNIVAL IN COAL) et Fabien Desgardins (BENIGHTED) se situent donc dans une veine de Death de tradition, de celui qui empeste le cochon, mais qui au final est aussi fin qu’un plat de rillettes fraîches dégluties de bon matin. Vous avez dit classique ? Je ne saurais vous contredire, mais en optant pour le ENTOMBED le plus gras et grave, et le EDGE OF SANITY le plus marave, les fieffés bruitistes ont opté pour une direction artistique raisonnable, d’autant qu’ils connaissent bien et maîtrisent à la perfection leur sujet.

Sujet qui a dû inspirer les pontes de Mystik Productions, qui ont choisi de diffuser à grande échelle le fruit de leurs premières réflexions, qui a n’en point douter, en entraîneront d’autres. Comment résister en effet, à moins de faire preuve d’une extrême mauvaise foi dans le choix du morceau de foie, à ces incessantes attaques froides digne du legs le plus durable de la scène underground scandinave des sacro-saintes 90’s ? Tout ici respire l’air putride des côtes suédoises qui ont subi la corrosion des vagues mortifères des débarquements successifs de NIHILIST, DISMEMBER, GRAVE et autres porte-parole de divagations post-mortem, tout en aérant le tout d’une légère brise mélodique découlant des tempêtes locales déclenchées par les AT THE GATES et autres EDGE OF SANITY. Mais la focalisation interne ne concerne pas que les troubles de la psyché de Dan Swano et consorts, puisque le trio se permet d’accommoder sa sauce nauséabonde d’une petite touche personnelle, découlant de leur parcours individuel. S’il est toutefois difficile de relier le projet aux émanations antérieures de CARNIVAL IN COAL (trop stable et sage) ou d’AqME (trop violent et en rage), le nom de BENIGHTED et de Fabien Desgardins n’étonnera personne, tant le jeu de guitare du bonhomme se satisfait très bien de cette violence maîtrisée et de cette animosité déclarée. Et pourtant, on trouve donc de quoi étancher sa soif de riffs morbides et autres allitérations harmoniques, au travers d’une gravité de cordes digne d’une mise en terre prématurée, et de soli relativement développés. Et c’est ici qu’il faut reconnaître et louer le travail énorme fourni par Etienne Sarthou (rien à voir avec Michel Sarthou, même si son comparse Arno Strobl a obtenu son bac G au rattrapage), qui s’est considérablement éloigné de sa zone de confort pour tenter de rivaliser avec les guitaristes les plus confirmés, et qui réussit haut la main le pari de signer des thèmes qu’on croirait exhumés des Sunlight studios. Bien joué.

En partant de ce constat, il est évident que l’aspect récréatif du concept prend des airs de travail en sous-main bien fait. Loin de se contenter d’un jet primal et d’une nostalgie lacrymale, le trio a travaillé sa copie pour la rendre impeccable, mais juste assez souillée pour qu’on remarque qu’ils ont saigné. Il n’était pas question de bâcler le travail, et une écoute distraite du monumental « Father » et ses six minutes de progression maladive suffisent à s’en persuader. Construction élaborée, feeling nécrophile romantique exacerbé, pour une sarabande de l’horreur qui va plutôt piocher chez Fulci que chez Eli Roth de quoi se sustenter, et qui amène en toute logique les meurtres sur l’écran. Tenant plus du macabre analogique de Stuart Gordon que du mortifère stérile des Saw et autres The Conjuring, Freitot est le genre d’œuvre qui fait froid dans le dos, mais qui vous réchauffe les viscères avant de les faire gicler à terre. D’autant plus que les acolytes ne crachent pas sur un brin de dérision, via quelques lyrics de saison, à l’image de ce « Love Is All Around », qui empeste plus volontiers le vieux caveau que la cave remplie de Bordeaux. Et si « The Last Room On The Left » évoque à merveille la tension du repas décidément inconfortable du Last House On The Left de Wes Craven, c’est pour mieux nous émasculer d’une lourdeur et d’une oppression à nous faire vomir notre quatre heures. Son énorme, pression atroce pour une jolie symphonie de mort en suspens, suffisamment proche des racines du genre pour qu’on y croit, mais largement assez éloignée des standards pour qu’on n’ait pas le sentiment de reconnaître ce froid. Et sans prendre de gants, « Yoko » qui n’a rien de la mamie de Rose Laurens n’a absolument rien à envier aux déviations les plus rigides du ENTOMBED des premières démos, et parvient même à se hisser au niveau du légendaire Left Hand Path, sans repiquer le boulot.

Des reproches ? Pas le moindre, et n’y voyez aucun copinage, puisque malgré l’affection que je porte au sieur Strobl, c’est l’objectivité qui domine cette page. Notons d’ailleurs son implication totale et son art consommé du grognement étouffé, qui m’a ramené l’espace d’un instant à l’époque glorieuse d’un CANCER dévorant. Une performance vocale qui ajoute à la plus-value d’un chanteur décidément versatile, capable dans le privé de faire un grand écart entre EARTH WIND AND FIRE et NAPALM DEATH, et en public de couiner sa haine tout en veloutant son stupre. De ce trio improvisé est donc né un album qui va vous décoiffer, vous décalotter, et vous mettre une bonne branlée, et n’hésitons pas à affirmer que dans la masse protéiforme des rendeurs d’hommage en uniforme, FREITOT fait figure de chien dans un jeu de quille, et transforme ce phénomène de mode en chamboule-tout où tout le monde gagne. L’autosatisfaction, non, la branlette après le saucisson non. Mais la démonstration d’une passion en oraison, oui. Il n’y a aucun mal à se faire du mal en le faisant bien après tout.


Titres de l'album:

  1. The Human Drawer
  2. Mission
  3. ...And Your Enemies Closer
  4. Father
  5. Love Is All Around
  6. Lost In Meaning
  7. The Last Room On The Left
  8. Yoko

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/04/2018 à 15:10
85 %    474

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


totoro
@83.157.179.222
12/04/2018 à 14:07:42
Chouette texte qui donne envie ! La qualité de tes chroniques me met sur le cul mortne2001. D'autant plus que tu es prolifique ! Chapeau et merci ! Pour Freitot, le son en fin de chro' me plaît bien. Un line-up étonnant pour un album que je situe dans la lignée des premiers Bloodbath. Quand le Death est brutalement mélodique. Et Arno Strobl qui continue d'impressionner son monde avec sa versatilité... Du tout bon !

mortne2001
membre enregistré
13/04/2018 à 19:36:54
Merci pour ton commentaire. Disons que si j'arrive à donner envie aux lecteurs de tendre une oreille sur ce que j'aime, alors j'ai accompli ma mission. ;)

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)