Grind Against Trump

Various Artists

02/09/2017

Posers Inc.

Un album de Grind qui dépasse les quarante minutes ? Diantre, le style aurait-il changé au point de s’éterniser ? Pas de crainte à avoir, puisqu’il s’agit là d’une compilation, assemblée par un passionné, qui célèbre là la première sortie de son label, que je vais m’empresser de vous présenter. Ben, vingt-deux ans, vivant dans l’Iowa et l’Illinois, collectionneur et nerd ultime, qui amasse cassettes, compiles, disques, jouets, VHS et tout autre artefact, et accessoirement leader Metalcore d’ARTORIAS. Mais cette propension à accumuler n’a rien à voir avec le but de cette entreprise, qui au travers de ses trente-trois pistes se veut saine réaction de haine vouée à l’administration Trump, qui n’en finira donc pas de déclencher des réactions hostiles à son sujet.

Et quel choix plus pertinent que celui du Grind, style qui contient un nombre non négligeable d’activistes, toujours prêts à se fendre d’une implication pour exposer leurs convictions. Ils sont sur tous les fronts, du véganisme à l’écologie, en passant par la défense des droits des citoyens, alors pas étonnant de retrouver leur nom au sein d’un collectif bien décidé à prendre les instruments pour lutter contre l’émergence évidente de cette faction « nouvelle droite », qui, décomplexée par les agissements d’un président favorable à leur sens de la ségrégation silencieuse, se montrent à visage découvert, persuadés d’avoir été adoubés…

L’histoire se répète ? Inévitablement, et c’est pour cette raison que l’expression et la dénonciation restent des actions indispensables, pour ne pas retomber dans le piège tendu il y a quelques décennies, et qui avait privé des millions de citoyens américains de leurs droits les plus fondamentaux. Et quel meilleur vecteur que le Grind pour faire un maximum de bruit histoire d’éveiller les consciences ?

C’est exactement ce que Ben s’est dit en proposant cette cassette faite maison, dont soixante-dix pour cent des bénéfices seront reversés au SPLC (Southern Poverty Law Center), histoire de montrer à Trump et à ses alliés que le peuple n’est pas décidé à se courber et obéir sans broncher. Les récents évènements tragiques de Charlottesville prouvent qu’une telle entreprise se justifie d’elle-même, d’autant plus qu’elle a été particulièrement soignée, et se présente sous forme de sampler bourré ras la gueule de cris et de blasts, permettant à la crème de l’underground bruitiste US de jouer sa carte, au service de la communauté. Avec un ou plusieurs titres chacun, les groupes présents sur ce tract bénéficient donc d’une exposition non négligeable, et se présentent armés de violence jusqu’aux dents, pour témoigner de la bonne santé de la scène Hardcore/Grind d’outre Atlantique. Les initiés et les habitués ne manqueront pas de remarquer quelques ensembles bien connus, dont mes petits chéris de CLOSET WITCH, les inévitables CLOUD RAT, ACxDC bien évidemment, DEAD CHURCH incontestablement, les BEAR BONG, WVRM, et tant d’autres dont j’ai abordé les cas dans les colonnes de Metalnews. A leurs côtés, d’autres habitués, comme les PIZZAHIFIVE qui bénéficient d’une tribune de quatre morceaux, les SICK-TIRED avec trois segments, mais aussi FALSE LIGHT, LIVID, FALTER, NOXIOUS GHOUL, STOIC, WAKE, SUNLIGHT’S BANE, VERMIN WOMB, VAN HAGAR, THE CAMBODIAN HEAT, CRYSTAL METHODIST, GOOLAGOON, TERMINAL NATION, TRIAC, TO THE POINT, et le groupe de Ben himself, ARTORIAS.

Je vous laisserai vous orienter vers les pages officielles de chacun des groupes cités, sinon, cette chronique finira par ressembler à une synthèse des pages plus ou moins déclarées de chaque faction. Mais outre le caractère engagé et philanthropique de cette compilation Grind Against Trump, c’est sa qualité qui force l’admiration, puisque outre un son à décoiffer le postiché pastiché, chaque groupe se donne de toute ses forces pour vous inciter à acquérir le produit en question, qui n’en est pas un, mais plutôt un acte de rébellion assez sain. Dès lors, chacun décidera de sa tranche de violence préférée, mais il est utile de préciser que toutes les facettes du Hardcore le plus virulent sont présentées, ce qui confère à cette réalisation la variété dont elle avait besoin pour fédérer.

Inutile donc de s’appesantir au cas par cas, chacun des ensembles possédant déjà un catalogue assez fourni qui sera plus représentatif qu’un morceau ou deux isolés. Mais ce panachage de références vous permettra sans doute de vous tenir à la page, et de rester en phase avec une des scènes extrêmes les plus productives, sans avoir besoin d’une bouée pour surnager. Mais en tant que spécialiste de la chose, je ne doute pas de votre curiosité, qui vous attirera sans doute dans les filets des combos les plus méritants et emblématiques, qui loin de se vautrer dans la facilité d’un bruit sourd et soutenu, proposent des pistes vraiment novatrices qui méritent votre attention. De plus, un pdf joint vous permettra de glaner quelques tuyaux pour en savoir plus, et même de dévorer quelques textes pas piqués des vers.

Une compilation dont l’intensité sur la durée se veut exutoire d’une rage non dissimulée, et orientée vers une gouvernance qui n’en est que de nom, mais qui a permis de constater que la lutte est loin d’être terminée. La version dématérialisée est disponible en NYP, ce qui vous permettra de la télécharger en offrant ce que vous voulez, alors que la version tape est vendue au prix très modique de six dollars sur le site du label, et soyez sûrs qu’elle les vaut amplement. Beaucoup de violence, mais aussi de l’assurance, et de la conscience, un cocktail haut en brutalité qui replacera les choses dans leur contexte, de la consistance, pour un assaut sonique de plus de quarante minutes qui accompagnera à merveille des manifestations anti-Trump, qui fleurissent de chaque cote du pays, mais aussi sur la toile, qui commence à en avoir vraiment ras-le-bol de cet enfant gâté, qui confond politique et télé-réalité, et qui aimerait bien rendre l’Amérique « grande à nouveau », sous-entendu riche et blanche, et débarrassée de ses « immigrés » qui pourtant constituent l’essence même de sa pluralité culturelle.

Alors, allez-y, gueulez, hurlez, vitupérez, l’occasion vous en est donnée. Et remercions Ben pour sa lucidité, son engagement, et son bon goût en termes de groupes beuglant. Mais quelle plus belle façon de le remercier que d’acheter cette cassette que votre lecteur va dévorer. Du Grind, du bon, bien tassé, et bien corsé. C’est toujours ça balancé dans la gueule d’un abruti qui n’a pas fini de nous faire trembler.

Bandcamp album

Bandcamp label



par mortne2001 le 26/09/2017 à 14:02
80 %    401

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33