En termes d'affluence, vaut-il mieux des affiches homogènes ou tapant dans plusieurs directions ? En quatre heures, la réponse de ce soir était clairement la seconde. Il y avait bien du monde. Peut-être que le beau temps avait tiré quelques indécis de chez eux, aussi. En tout cas je me faisais la remarque qu'on voit de plus en plus d'enfants aux concerts.


Cependant il fallait être à l'heure avec un tel programme, et j'arrivai pile quand HARLOTT donnait la première canonnade. J'avais vu passer le nom de ces jeunes Australiens mais je ne me souvenais pas tellement qu'il s'agissait de Thrash aussi pur. L'influence du grand Slayer est évidente, mais avec le son plus cru du live j'y voyais souvent du vieux Kreator aussi. Complices et blagueurs, ils ont envoyé pied au plancher des brûlots vite convaincants, toniques et intègres. Le t-shirt Metal Blade revêtu par le bassiste disait tout, même si quelques mouvements finaux ou solos mélodiques sentaient plus Göteborg. Goûtant favorablement l'entrée en matière, de nombreuses têtes oscillaient frénétiquement et il ne fait aucun doute que dans d'autres circonstances la fosse se serait déjà formée. Mais disais-je, plutôt que de jouer les méchants cloutés, les Aussies étaient plutôt sourire et plaisir de jouer, offrant en partant un mediator à l'un des enfants au premier rang. J'en aurais bien pris un quart d'heure de plus, ne serait-ce que pour voir si la cinquième corde de basse allait vraiment servir.


J'avais déjà vu CEPHALIC CARNAGE il y a un certain temps au feu Korigan. Cette fois ils tournaient sans album à promouvoir et malgré les changements de personnel, ça n'a pas tellement changé. Comme le résumerait le classique d'introduction '"Endless Cycle of Violence", leur Death Grind gentiment halluciné et imprévisible n'en est pas moins redoutable quand tout redémarre à fond après un passage instrumental ou samplé. La tête fêlée du groupe, Lenzig Leal, a conservé son obsession pour l'herbe ("Kill for Weed" n'a pas été oublié bien entendu), nous invitant  notamment à reprendre son slogan "Beer ! Weed !" et mélangeant souvent avec l'espagnol – probable langue de ses origines lointaines. Les samples laissaient parfois retomber la pression que met un ensemble très lourd dans ses meilleurs moments, c'était même dommage d'ailleurs par moments que certains bruitages enregistrés soient si longs et restitués intégralement comme sur album. Aussi parodiques que Cannabis Corpse il y a quelques jours, les Cephalic n'ont pas oublié leur titre parodique de Black, avec les masques de faux corpse paint et la tête de cheval, Leal attaquant dès l'annonce des vocaux aigus peu éloignés au fond de son guttural un peu Slam. Mais comme le groupe est un peu passé d'actualité faute d'album depuis un moment, il fallait se contenter d'un set assez court là encore. Vous comprenez ce qu'il resterait à faire…


Les cinq DARKEST HOUR nous emmenaient encore dans un autre style avec leur MetalCore velu. Je ne suis pas très amateur de ce courant, mais ils cultivent un son plus lourd et ont conservé d'At the Gates l'équilibre entre mélodie et bourrinage. Si bien que le temps ne semblait pas long au fil des titres. Serrés sur la petite scène en coin, les Washingtoniens ont des dégaines et l'aisance typique des groupes qui ont une certaine expérience, les t-shirts assez sobres au stand confirmant cette appartenance à l'ancienne école, à rebours des coupes courtes et des accessoires nombreux et multicolores souvent pratiqués dans cette scène. Dans le tas, une reprise expliquée de "Nazi Punks Fuck Off" plus directe encore tranchait dans l'enchaînement tant les styles sont éloignés, et sonnait un peu trop propre (pas castrée quand même). La fosse apprécia ce répertoire assez rapide et susceptible d'emballer, le temps d'un pogo, les fans d'extrême aux côtés du cœur de cible de ce genre de groupes. Sans être conquis j'ai vu pire, je reconnais.


Comme Cephalic, j'avais déjà croisé HAVOK au Korigan, il y a moins longtemps, parmi plusieurs groupes du même tonneau emmenés dans les bagages de Suffocation (!). Ce n'est pas franchement ma formation préférée dans la vague Néo-Thrash. Après de longues balances, le cri de guerre déjà utilisé l'autre fois parut toujours autant incongru : "It's time to rock n' roool !" en parlant de Thrash, ça ne colle pas. Au cours du set le plus long de la soirée, les passages rapides donnaient de bonnes montées malgré le chant de David Sanchez bien mixé en avant, qui rappelait celui de Matt Harvey, potable mais pas fascinant dans la durée. Les gimmicks de batterie réguliers ne font pas très Metal non plus. Le bassiste était celui de Cephalic Carnage (les deux groupes sont de la même ville, Denver) et utilisait cette fois un instrument avec des diodes vertes entre les frettes. Au fil des titres, une certaine parenté avec le Punk HC Crossover à roulettes se laissait voir, un je ne sais quoi entre ces rythmiques au galop, ces quelques chœurs, et une attitude de braves jeunes américains qui font du bruit et un peu de spectacle pas bien méchant… La majorité du public n'en avait cure et profitait d'une musique incontestablement efficace au-delà des réserves que je peux émettre. Un rappel de quatre titres fut accordé à un public largement conquis, le mosh-pit en première ligne. La reprise de "TNT" pouvait surprendre, mais en disait long encore sur les repères réels du groupe avant de finir sur des titres bien à eux malgré quelques défections dans les derniers rangs.


Sans être le concert de l'année, les petits regrets accumulés n'ont pas empêché de profiter de quatre groupes de bon niveau.



par RBD le 25/04/2018 à 07:30
   284

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
25/04/2018 à 07:41:04
"En tout cas je me faisais la remarque qu'on voit de plus en plus d'enfants aux concerts."
Je trouve aussi ! Et même parfois tout devant à quelques centimètres du pit... Bon... après les papa veillent certainement au grain, mais ça fait drôle.

Nubowsky
@81.64.175.10
26/04/2018 à 10:14:09
oui c'est clair que les enfants dans un lieu comme la Secret, ça surprend toujours ! d'autant plus que le son était particulièrement fort ce soir la :-)
merci pour le report !

Aelys
@90.113.118.136
30/04/2018 à 21:15:07
Pourtant il y a très souvent des jeunes metalheads à la Secret Place car la config des lieux leur permet de sortir et de jouer dehors tout en profitant de la musique et en permettant aux parents de boire une pinte avec des potes.

L'enfant en question (le mien ^^ et celui de Seb Kickass) est équipé d'un casque spécial et fréquentait les concerts bien avant de pousser son premier cri puisque j'ai eu le plaisir d'assister en moyenne à 1 concert par semaine durant ma grossesse. Il aura ainsi été bercé in utero par Deep Purple, Napalm Death, Septicflesh... et Rammstein.

La relève commence par là.

Aelys
@90.113.118.136
30/04/2018 à 21:16:24
@jus de cadavre : les mamans aussi peuvent veiller au grain ;)

Ajouter un commentaire


Lynn

Saint

Tug Of War

Soulfire

Midnight Priest

Aggressive Hauntings

Mortals' Path

Feast of Maggots

Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Merci beaucoup for this very nice review :)

Liebe Grüße (kind regards)
Martin
Vocalist of Mortals' Path


Je souscris à mort à tout ce que dit mortne2001 et ce qu'ajoute Necrokosmos.
Un seul réel bémol : La pochette.
Mon dieu quelle horreur quoi... ... ...


du modern thrash sans saveur particulière sur les extraits


Tu confonds avec autre chose.


Bah merde, plus de Chritus...


Ça fait un moment que Destruction n'a pas sorti d'album fort. Ce serait bien que ça se passe avec celui-ci


J'adore le logo façon "haie de troenes"
:-)))))))))))))))


Oui très très dur de rivaliser avec le feeling unique de Chritus...


Les limites du DIY ! ;)


Surpris et forcément déçu que Chritus ne soit plus de la partie au niveau vocal.
A voir donc ce que vaut l'actuel remplaçant.
Cela va tout de même être très dur de rivaliser hein...


A creuser ce groupe à creuser... (comme sa tombe ?)


C'est le festival du moche pour de récentes pochettes de heavy allemand !


ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...