Oui, j’ai fait ma communion, mais pas sûr que ça me soit d’une grande aide pour ma chronique matinale…La cérémonie, l’aube, les sourires de convenance, la génuflexion, et enfin, l’acte de communier en lui-même, et la réception linguale de cette fameuse pastille blanche censée nous apporter sur un plateau le corps du Christ pour que nous ne fassions plus qu’un…Très joli tout ça, mais pas vraiment dans le ton sud-américain, qui préfère voir en la religion un espèce de dogme séculaire à combattre de toute son âme, par tous les moyens possibles. Et le plus efficace semble être musical, si j’en crois ce premier album tonitruant qui s’avère symptomatique d’une démarche locale basée sur la spiritualité en blasphème et brutalité…La naissance non du messie, mais des COMMUNION ne date pas d’hier, mais bien de 2008, et autant dire que les malfaisants n’ont pas chômé depuis. En presque dix ans d’existence, les originaires de Santiago du Chili ont déjà publié une kyrielle de sorties, toutes plus underground les unes que les autres, misant sur la brièveté autant que sur la quantité. Jugez du peu, cinq démos (Demo I en 2008, Demo II en 2013, Instrumental Rehearsal en 2014 et Black Metal Dagger Demo Rehearsal en 2015), un EP éponyme en 2010, un split partagé avec SEPULCHRAL en 2014, un single en 2010 (Fire Worship) et même une compilation de bon goût, regroupant trois de leurs démos en 2015.

Distribuées par la structure interne du bassiste/chanteur Deathmessiah's Proselytism, ces œuvres une fois compilées forment une symphonie paillarde assez remarquable, mais il aura pourtant fallu attendre un bon moment avant de voir le trio (Spirit Of Death – basse/chant, Spirit Of Belial – batterie, et Spirit Of The Necrologist – guitare) se frotter à l’exercice indispensable du longue-durée, ce qu’ils feront dès l’année prochaine, en lançant coup sur coup deux albums, chose assez peu banale, même à notre époque…

COMMUNION, c’est un peu une carte postale oblitérée des enfers sud-américains, tant leur musique synthétise les courants locaux avec un flair indéniable. On y retrouve cette sauvagerie impulsive, cette ambiance de messe noire dégénérée, et surtout, cette affiliation avec un Metal sauvage et sans pitié directement issu des années 80, et du courant continental de l’époque. Musicalement barbares et adeptes de la franchise rythmique, les chiliens se placent donc parmi les têtes de file représentant leur pays, qui depuis quelques années fait figure de capitale mondiale de l’extrême bestial, et ce premier effort dépassant enfin la demi-heure de jeu nous expose un combo sûr de son fait et conscient de son talent, via une poignée de morceaux sans concessions, mais aussi efficaces qu’un exorcisme inversé en lavement à la caféine. Difficile à l’écoute de The Communion de ne pas penser à certains de leurs frères d’armes, dont les CHAINSAW, FORCE OF DARKNESS, et les AMMIT sont certainement les références les plus évidentes, auxquelles nous pourrions ajouter les KRATHERION et HADES ARCHER dans une moindre mesure, et placer aussi celle de BATHORY sur le chemin, un BATHORY unissant ses forces avec le SODOM le plus primaire et urgent de In The Sign Of Evil. Comme vous le constatez, la nuance n’est pas à l’ordre du jour, et seule la violence a réussi à se faire une place sur ce premier jet fielleux, qui manipule les riffs gras et immédiats comme les prêtres l’absolution dans l’arrière-église, avec quelques enfants de chœur triés sur le volet. Pas forcément novateur, pas du tout même, et évitant de jouer au plus fin avec des influences que tout le monde connaît déjà, les COMMUNION se montrent néanmoins très convaincants dans leur rôle de silhouettes encapuchonnées, nous entraînant dans une messe noire célébrée dans une forêt le soir, et qui tient ses promesses en termes de luxure et de stupre sans usure.

Difficile de trouver le moindre point faible à cette réalisation, tant l’intensité ne baisse jamais, mis à part pendant les quelques secondes de deux intros bien placées. On le sait, le Black Thrash n’est pas genre à supporter la demi-mesure, ce que le trio a parfaitement compris, en jouant l’outrance permanente sans jamais relâcher ses efforts. Et dès l’ouverture toute en ténèbres musicales de « Glorify The Dark », on comprend que les trois musiciens ne sont pas là pour amuser la galerie, mais bien prêter allégeance au malin par l’entremise de guitares tronçonneuses, de rythmiques concasseuses, et d’un chant aux intonations vaseuses, nous ramenant directement au passé de l’extrême sud-américain des années 86/87, lorsque le continent réalisa qu’il était à même de rivaliser avec les formations internationales en termes de bestialité et de provocation cloutée. Ici, tout est raw, tout est sale, tout est blasphématoire, et la voix de démon en rut de Spirit Of Death apporte ce petit plus de méchanceté suintante qu’on est en droit d’attendre d’un tel effort. Pourtant, les natifs de Santiago n’ont pas l’air d’en faire pour instaurer un climat délétère, aidés en cela par une production parfaite, aux graves nivelés mais à la profondeur affirmée, blindée d’écho, à la distorsion abrasive et aux aspérités blessantes, histoire de vous faire saigner les oreilles sur un tapis de barbelés auditif. En gros, ça gicle, ça vomit, ça hurle, ça se démène, mais ça ne va pas nulle part, bien au contraire. Et surtout, c’est à peu près aussi efficace qu’un énorme pentagramme tagué sur le fronton d’une église abandonnée. Ça pose les bases et ça avertit. N’allez pas plus loin, vous risqueriez de le regretter.

En mixant le Thrash le plus diffus et le Black le plus ventru, The Communion joue la carte de la tradition, mais le fait pour le bon. Aucune hésitation, des thèmes qui rappelleront en plus bedonnant ceux du MAYHEM des premiers temps, avec ces guitares en lames de scie sauteuse qui traînent leur méchanceté comme un fardeau agréable à porter (« Funeral of Mercy »), accompagnés de lyrics sans équivoque qui distillent quelques conseils ad hoc (« Crush The Atheism »). Difficile de résister à l’exubérance d’un combo qui nage dans l’aisance et joue crânement son va-tout sans se demander où tout ça va l’emmener, sans doute au plus profond d’Hadès qui seront ravis de les héberger. COMMUNION propose donc avec The Communion une véritable cérémonie d’union, vous unissant à leur destin, et vous menant sur le chemin de la vilénie et de l’hédonisme sataniste sans limite, un peu comme si Anton LaVey et Quorthon vous intronisaient membre de l’église de Satan, délocalisée à Santiago du Chili l’espace d’un instant. Il n’est pas interdit d’y prendre du plaisir, même si les idées et dogmes énoncés sont connu depuis des années, puisque ici c’est l’efficacité qui prime, et rien d’autre. Inutile d’avoir de l’imagination lorsque le malin chante ses oraisons, il suffit de suivre le ton et de se mettre au diapason. Celui des chiliens est réglé sur un la un peu malsain. Mais personne ne peut se targuer de faire le malin en affirmant avoir l’oreille absolue non ?

N’oubliez pas qu’une suite va emboîter le pas, sous la forme d’At the Announcement, qui sortira le même jour. Productifs les gars quand même…      


Titres de l'album:       

  1. Intro
  2. Glorify The Dark
  3. Intro
  4. Crush The Atheism
  5. Embrace Cruelty's Flame
  6. Witching Thrust
  7. Fire Worship
  8. Funeral of Mercy
  9. Bloody Butcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/01/2018 à 14:17
74 %    356

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !