Oui, j’ai fait ma communion, mais pas sûr que ça me soit d’une grande aide pour ma chronique matinale…La cérémonie, l’aube, les sourires de convenance, la génuflexion, et enfin, l’acte de communier en lui-même, et la réception linguale de cette fameuse pastille blanche censée nous apporter sur un plateau le corps du Christ pour que nous ne fassions plus qu’un…Très joli tout ça, mais pas vraiment dans le ton sud-américain, qui préfère voir en la religion un espèce de dogme séculaire à combattre de toute son âme, par tous les moyens possibles. Et le plus efficace semble être musical, si j’en crois ce premier album tonitruant qui s’avère symptomatique d’une démarche locale basée sur la spiritualité en blasphème et brutalité…La naissance non du messie, mais des COMMUNION ne date pas d’hier, mais bien de 2008, et autant dire que les malfaisants n’ont pas chômé depuis. En presque dix ans d’existence, les originaires de Santiago du Chili ont déjà publié une kyrielle de sorties, toutes plus underground les unes que les autres, misant sur la brièveté autant que sur la quantité. Jugez du peu, cinq démos (Demo I en 2008, Demo II en 2013, Instrumental Rehearsal en 2014 et Black Metal Dagger Demo Rehearsal en 2015), un EP éponyme en 2010, un split partagé avec SEPULCHRAL en 2014, un single en 2010 (Fire Worship) et même une compilation de bon goût, regroupant trois de leurs démos en 2015.

Distribuées par la structure interne du bassiste/chanteur Deathmessiah's Proselytism, ces œuvres une fois compilées forment une symphonie paillarde assez remarquable, mais il aura pourtant fallu attendre un bon moment avant de voir le trio (Spirit Of Death – basse/chant, Spirit Of Belial – batterie, et Spirit Of The Necrologist – guitare) se frotter à l’exercice indispensable du longue-durée, ce qu’ils feront dès l’année prochaine, en lançant coup sur coup deux albums, chose assez peu banale, même à notre époque…

COMMUNION, c’est un peu une carte postale oblitérée des enfers sud-américains, tant leur musique synthétise les courants locaux avec un flair indéniable. On y retrouve cette sauvagerie impulsive, cette ambiance de messe noire dégénérée, et surtout, cette affiliation avec un Metal sauvage et sans pitié directement issu des années 80, et du courant continental de l’époque. Musicalement barbares et adeptes de la franchise rythmique, les chiliens se placent donc parmi les têtes de file représentant leur pays, qui depuis quelques années fait figure de capitale mondiale de l’extrême bestial, et ce premier effort dépassant enfin la demi-heure de jeu nous expose un combo sûr de son fait et conscient de son talent, via une poignée de morceaux sans concessions, mais aussi efficaces qu’un exorcisme inversé en lavement à la caféine. Difficile à l’écoute de The Communion de ne pas penser à certains de leurs frères d’armes, dont les CHAINSAW, FORCE OF DARKNESS, et les AMMIT sont certainement les références les plus évidentes, auxquelles nous pourrions ajouter les KRATHERION et HADES ARCHER dans une moindre mesure, et placer aussi celle de BATHORY sur le chemin, un BATHORY unissant ses forces avec le SODOM le plus primaire et urgent de In The Sign Of Evil. Comme vous le constatez, la nuance n’est pas à l’ordre du jour, et seule la violence a réussi à se faire une place sur ce premier jet fielleux, qui manipule les riffs gras et immédiats comme les prêtres l’absolution dans l’arrière-église, avec quelques enfants de chœur triés sur le volet. Pas forcément novateur, pas du tout même, et évitant de jouer au plus fin avec des influences que tout le monde connaît déjà, les COMMUNION se montrent néanmoins très convaincants dans leur rôle de silhouettes encapuchonnées, nous entraînant dans une messe noire célébrée dans une forêt le soir, et qui tient ses promesses en termes de luxure et de stupre sans usure.

Difficile de trouver le moindre point faible à cette réalisation, tant l’intensité ne baisse jamais, mis à part pendant les quelques secondes de deux intros bien placées. On le sait, le Black Thrash n’est pas genre à supporter la demi-mesure, ce que le trio a parfaitement compris, en jouant l’outrance permanente sans jamais relâcher ses efforts. Et dès l’ouverture toute en ténèbres musicales de « Glorify The Dark », on comprend que les trois musiciens ne sont pas là pour amuser la galerie, mais bien prêter allégeance au malin par l’entremise de guitares tronçonneuses, de rythmiques concasseuses, et d’un chant aux intonations vaseuses, nous ramenant directement au passé de l’extrême sud-américain des années 86/87, lorsque le continent réalisa qu’il était à même de rivaliser avec les formations internationales en termes de bestialité et de provocation cloutée. Ici, tout est raw, tout est sale, tout est blasphématoire, et la voix de démon en rut de Spirit Of Death apporte ce petit plus de méchanceté suintante qu’on est en droit d’attendre d’un tel effort. Pourtant, les natifs de Santiago n’ont pas l’air d’en faire pour instaurer un climat délétère, aidés en cela par une production parfaite, aux graves nivelés mais à la profondeur affirmée, blindée d’écho, à la distorsion abrasive et aux aspérités blessantes, histoire de vous faire saigner les oreilles sur un tapis de barbelés auditif. En gros, ça gicle, ça vomit, ça hurle, ça se démène, mais ça ne va pas nulle part, bien au contraire. Et surtout, c’est à peu près aussi efficace qu’un énorme pentagramme tagué sur le fronton d’une église abandonnée. Ça pose les bases et ça avertit. N’allez pas plus loin, vous risqueriez de le regretter.

En mixant le Thrash le plus diffus et le Black le plus ventru, The Communion joue la carte de la tradition, mais le fait pour le bon. Aucune hésitation, des thèmes qui rappelleront en plus bedonnant ceux du MAYHEM des premiers temps, avec ces guitares en lames de scie sauteuse qui traînent leur méchanceté comme un fardeau agréable à porter (« Funeral of Mercy »), accompagnés de lyrics sans équivoque qui distillent quelques conseils ad hoc (« Crush The Atheism »). Difficile de résister à l’exubérance d’un combo qui nage dans l’aisance et joue crânement son va-tout sans se demander où tout ça va l’emmener, sans doute au plus profond d’Hadès qui seront ravis de les héberger. COMMUNION propose donc avec The Communion une véritable cérémonie d’union, vous unissant à leur destin, et vous menant sur le chemin de la vilénie et de l’hédonisme sataniste sans limite, un peu comme si Anton LaVey et Quorthon vous intronisaient membre de l’église de Satan, délocalisée à Santiago du Chili l’espace d’un instant. Il n’est pas interdit d’y prendre du plaisir, même si les idées et dogmes énoncés sont connu depuis des années, puisque ici c’est l’efficacité qui prime, et rien d’autre. Inutile d’avoir de l’imagination lorsque le malin chante ses oraisons, il suffit de suivre le ton et de se mettre au diapason. Celui des chiliens est réglé sur un la un peu malsain. Mais personne ne peut se targuer de faire le malin en affirmant avoir l’oreille absolue non ?

N’oubliez pas qu’une suite va emboîter le pas, sous la forme d’At the Announcement, qui sortira le même jour. Productifs les gars quand même…      


Titres de l'album:       

  1. Intro
  2. Glorify The Dark
  3. Intro
  4. Crush The Atheism
  5. Embrace Cruelty's Flame
  6. Witching Thrust
  7. Fire Worship
  8. Funeral of Mercy
  9. Bloody Butcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/01/2018 à 14:17
74 %    247

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.