Serafino Perugino est un genre de parrain en fait. Non, pas celui libidineux qui vous a fait sauter sur ses genoux lorsque vous étiez enfant, mais plutôt celui que l’on craint, assis à son bureau, le barreau de chaise à la bouche lippue, qui essaie de dénouer l’écheveau des liens familiaux. Celui qui a fait évoluer et grandir son empire, et qui constate avec fierté que tout le monde lui voue un respect sans failles, teinté de méfiance. Il règne sur son label depuis des années maintenant, décide de qui va jouer avec qui, qui va enregistrer avec qui, qui va pardonner à qui et collaborer avec, enfin, le bon patriarche qui n’a cure des petites luttes intestines mais qui les entretient quand même un peu pour asseoir son pouvoir. Qui serait capable aujourd’hui sans s’appuyer sur les connaissances du net de recenser tous les projets mis sur pied par le président, les réunions fortuites ou provoquées, les associations d’anciens combattants, les rabibochages, les remises sur les rails, les formations all-star-cast et autres side-projects de stars en manque de reconnaissance ou en rupture d’emploi du temps ? Difficile de se faire une idée, tant les siennes, pas toujours géniales il faut le reconnaître se sont accumulées depuis des décennies, aboutissant aujourd’hui à un contrôle de qualité bien plus sévère permettant d’écrémer les plans les plus foireux ou opportunistes. Mais j’aime ce mec, parce que finalement, il fait tout ça par amour et par passion. Il n’y a pas vraiment de malice derrière ses plans (ou juste un peu), et comme le résultat de la concrétisation est souvent excellent, on lui pardonne quelques écarts de conduite ayant mené à des projets désastreux. Il y a quelques temps d’ailleurs, il avait poussé d’anciens/actuels partenaires à remettre le couvert sous couvert d’un nom différent, et c’est ainsi que nous avions pu savourer les retrouvailles entre d’anciens et actuels DANGER DANGER, réunis sous la bannière THE DEFIANTS. Derrière ce nom se cachaient donc Bruno Ravel (basse), Rob Marcello (guitare) et Paul Laine (guitare, chant), soit trois instrumentistes étant passés à des périodes différentes dans les rangs de ce groupe mélodique mythique…

Un premier album qui avait quand même laissé pas mal de monde sur le cul, tant il retrouvait l’impulsion eighties de son modèle d’origine, en la propulsant dans un contexte plus moderne, sans perdre de vue la nostalgie. Aujourd’hui, les trois comparses se retrouvent donc autour de leur second effort, très justement baptisé Zokusho (le chapitre suivant en VF), qui ne fait que confirmer l’excellente impression dégagée du premier LP, la transcendant même de ses harmonies magiques et de son énergie tantrique. Non, les mecs n’ont pas perdu la main, loin de là, celle qui tient leur instrument mais aussi celle qui manie la plume, puisque la composition s’est mise à la hauteur de l’interprétation, pour accoucher du meilleur album de Hard Rock mélodique de l’année à n’en point douter. Un peu trop tôt encore cependant pour souligner cette assertion, mais il est certain que Zokusho est proche de la perfection dans son créneau, et que chacune de ses chansons a été peaufinée sans perdre de sa spontanéité. Rien de nouveau sous le soleil de la légende, mais il semblerait que le but avoué du trio de tête ait été de s’approcher le plus possible de la perfection dans le genre, ce que cette sublime pochette et cette sémillante production prouvent de leur brillance. On retrouve évidemment tout ce qui a fait la réputation de ces musiciens au passé légendaire, ces mélodies qui restent dans la tête, cette énergie de jeunes loups qui n’ont jamais vraiment vieilli, mais aussi cette volonté de s’ancrer dans un présent sans oublier sa propre histoire. C’est évidemment notable dès l’entame de « Love Is The Killer », aux claviers malins en support, qui multiplie les séquences de chœurs collégiaux sur fond de riff quasiment Heavy Metal, mais c’est remarquable surtout sur la durée, puisque malgré cinquante minutes bien tassées, le groupe tient le rythme, aidé en cela par le formidable batteur Steve West, qui appuie de sa frappe solide des compositions bien épaisses à la base.

Des hits, des clins d’œil, des harmonies, des refrains en or, et du rêve en sillons, tel est donc le programme de ce Zokusho qui multiplie les soli homériques de Marcello, instrumentiste au talent énorme. Osant synthétiser tout ce que la scène mélodique nous a offert de meilleur ces trois dernières décennies, THE DEFIANTS jouent le jeu d’un AOR viril transpirant des aisselles d’un Hard-Rock à la testostérone, et n’hésitent jamais à piocher dans leur propre héritage, mais aussi dans celui des WINGER, TYKETTO, soit la crème de la crème du Hard Rock US de la fin des années 80. Le son, très actuel lui, porte la trademark des productions Frontiers les plus léchées, et entre un morceau fondamentalement classique comme « Standing On The Edge », ou une petite perle mid tempo de la trempe de « It Goes Fast », on ne sait plus où donner de la tête ou des oreilles tant le trio a fait le tri dans ses idées pour ne retenir que les meilleures. Ce tri nous permet de déguster des douceurs comme « Stay », archétype de Hard mélodique rehaussé d’une sensibilité Classic AOR, sonnant comme le tube qu’il aurait du être entre 1988 et 1990. Si l’ensemble évoque évidemment les plus grandes heures de DANGER DANGER, avec cet équilibre parfait entre la puissance et la romance, certaines poussées de fièvre nous permettent de constater que l’âge n’a aucun impact sur la passion indéfectible des musiciens, se présentant sous leur jour le plus agressif pour contenter les moins sensibles (« Allnighter »). Et on a beau chercher, on a beau fouiller, on a beau user et abuser de subjectivité et de parti-pris, on ne parvient pas à déceler la moindre faiblesse dans cet édifice érigé à la gloire du Hard Rock le plus pur et nuancé.

Quelle que soit l’approche choisie, la concrétisation est toujours parfaite et enrobée dans un velours auditif délicieux, que l’ambiance soit plus tamisée et eighties (« Hold On Tonite »), en paroxysme de Hard Rock harmonieux et ouvragé (« U X'd My Heart »), ou médium mais festive (« Drink Up! », le hit que BON JOVI cherche en vain à reproduire depuis Keep The Faith). Sorte de synthèse globale le confinant au génie, Zokusho convoque les stars intemporelles dans leur habit de lumière d’hier, et toise de sa superbe les DEF LEPPARD, FIREHOUSE et autres gloires d’antan, pour leur prouver que la recette fonctionne toujours, pour peu qu’elle soit appliquée avec honnêteté et sincérité. Et à force d’attendre en vain le faux pas, on se rend compte que cette musique simple mais plus intelligente qu’il n’y parait les évite tous avec brio. Des poncifs transformés en charme éclatant, des figures de style en trademark de génie, et un second album qui doit certainement rendre très fier le parrain Serafino, une fois de plus satisfait de constater que sa famille est unie et heureuse sous son règne.       

   

Titres de l’album :

                       1. Love Is The Killer

                       2. Standing On The Edge

                       3. Hollywood In Headlights

                       4. Fallin' For You

                       5. Hold On Tonite

                       6. Allnighter

                       7. U X'd My Heart

                       8. It Goes Fast

                       9. Stay

                       10. Alive

                       11. Drink Up!

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/09/2019 à 14:53
90 %    106

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !