Muerto por Dentro

Sinmas

08/05/2020

Rock Estatal Records

Originaire de Bilbao, ville la plus importante de la communauté autonome du Pays basque et du Nord de la péninsule Ibérique, SINMAS est un groupe dont les origines remontent à l’orée des années 2000 alors que son nom n’était pas encore clairement défini. En effet, le quatuor a d’abord officié sous le patronyme d’EL PERRO VERDE, avant d’opter pour un baptême moins étrange, mais en gardant toutefois cette idée pour sa première démo officielle. Né sur les cendres de plusieurs ensembles locaux (T.F.P., H.K.M., NORAEZEAN et BIOK), SINMAS fait partie de ces groupes qui ont pas mal ramé pour rester en vie, et a dû affronter de nombreux changements de line-up durant sa carrière. Mais fort de quelques longue-durée témoignant de son acharnement, Sinmas (2004), Fieles (2005) et 4 Clavos (2008), le combo s’est accroché aux branches, avant de connaître une nouvelle période transitoire le confinant au silence pendant quelques années. De retour en 2014 avec un nouveau casting et un album surprenant de franchise (Desesperación), la formation pensait sa trajectoire remise sur les rails, avant de devoir ronger son frein jusqu’à pouvoir présenter à son public le nouveau tome de ses aventures. Et c’est donc en 2020 que les musiciens s’en reviennent plus remontés que jamais, renouant avec leur style d’origine, ce Metal aux contours purement Thrash qui respecte la tradition tout en acceptant le métissage qui a fait la renommée du groupe. Muerto por Dentro est donc un nouveau comeback pour les espagnols, qui je l’espère galèreront moins à l’avenir, et se montre très persuasif dans sa démarche, certes classique, mais forte en gueule et en décibels.  

Enregistré, produit, mixé et masterisé au Chromaticity Studio, ce cinquième album de SINMAS est donc une affaire solide et très professionnelle. Chanté en espagnol natal, ce nouvel LP est du genre musclé, en convergence de plusieurs optiques, Thrash évidemment, mais ne refusant pas la fluidité du groove de PANTERA (« Corazón Podrido »), la rudesse du Hardcore ibère, et la folie des chœurs du Punk national. Très capables, les musiciens font preuve d’une osmose palpable, et d’un sens de l’à-propos très viril. On s’en rend compte dès le très SEPULTURA post-split « Tierra Quemada » qui cavale d’un bon rythme Hardcore pour mieux imposer un énorme riff Crossover du plus bel effet. Avec un chant rauque, le groupe peut se targuer d’une crédibilité Punk, et l’énergie dispensée par l’ensemble est assez ébouriffante. On note de ci de là quelques répétitions assez symptomatiques du Metal Industriel, mais le tout fait bloc, dispose d’un son énorme qui fait rugir les graves, et il est assez difficile de résister à cette débauche de puissance qui prend immédiatement à la gorge. Bien sûr, pas grand-chose d’original à attendre, mais une conviction sans failles, et un sens de la persuasion très affuté. Très convaincant en terrain lourd, SINMAS lâche de petites bombes faisant pas mal de dégâts, et trouve toujours des ambiances confinées devenant rapidement explosives, à l’image de ce terriblement moite « Juicio Final », aux contretemps accrocheurs et au refrain fédérateur. Semblant unis comme jamais, les musiciens font front pour défendre leur steak, et nous délivrent un message véhément, utilisant la puissance du Thrash pour mettre en relief l’accessibilité d’un Heavy très mélodique. Plus en retrait que leur précédent album en terme de folie, Muerto por Dentro est un concentré de puissance qui semble revenir aux plus jeunes années, et qui ose une fusion en convergence probante.

Ajoutant quelques effets épars à leurs intros, pour mieux nous écraser d’un tempo démoniaque juste après, le groupe utilise toutes les armes à sa disposition, jouant la séduction tribale harmonique pour mieux imposer un mid tempo rageur, toujours appuyé par des couches vocales superposées avec flair (« Bullet Day », illustré d’une lyric vidéo assez sympathique). Morceaux courts, mais truffés d’idées, Muerto por Dentro pourrait bien incarner le sommet d’une approche très personnelle, qui réconcilie la nuance scandinave et la méchanceté sud-américaine des années 90, avec toujours au premier plan ces changements de rythme qui dopent un instrumental clairement solide (« Juego De Tronos »). Ne refusant pas de temps à autres à se réfugier dans le giron d’un Metal plus classique et abordable, SINMAS joue donc la variété, sans perdre de son originalité rythmique, avec un « Entre Las Calles » à l’ambiance Punk mais à la fluidité purement Metal. Le chant en espagnol a ce coulé qui rend les transitions encore plus efficaces, et les harangues plus venimeuses. Toujours prompt à la Fusion la plus globale, le groupe n’est pas contre un assombrissement soudain pour alourdir l’avancée, et « Last Frontier » d’appuyer sur la pression pour claquer un beat pesant encore plus aplati par des multitudes de voix se réunissant dans la protestation. Beaucoup de pertinence donc dans ce nouvel effort qui se plaît à rester honnête tout en adoptant les tics de son époque, et l’empreinte de SEPULTURA est toujours aussi valide en fin de parcours, avec un claquant « Gato Negro ». Basse brillante, guitares qui s’activent sans relâche, recherche de bifurcations pour provoquer la variété, ce nouvel LP est un exemple de stabilité dans le louvoiement, et un mid tempo aussi teigneux que « Turno Nocturno » est une petite pépite simple et directe. En quarante-cinq minutes, les espagnols prennent leur revanche sur le destin, et il est certain que ce nouvel effort mérite plus qu’un simple succès d’estime. Certes, tout n’est pas réussi, et certaines approches sonnent encore un peu trop populistes (« Oyes Voces »), mais avec un final comme « Muerto Por Dentro », Muerto por Dentro nous laisse sur une excellente impression.

Un album et un groupe à découvrir, qui sans bousculer l’ordre établi se font une petite place dans l’actualité, sans jouer la nostalgie ou l’avant-gardisme.          

             

Titres de l’album :

01. Tierra Quemada

02. Juicio Final

03. Un Día Más

04. Corazón Podrido

05. Bullet Day

06. Juego De Tronos

07. Entre Las Calles

08. Last Frontier

09. Gato Negro

10. Turno Nocturno

11. Oyes Voces

12. Muerto Por Dentro


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/11/2022 à 17:47
75 %    304

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49