Retour en arrière. J’avais traité il y a deux ans du cas éminent des allemands d’ANCST, via leur premier long publié sur Vendetta Records / Halo Of Lies / Yehonala Tapes en format divers, et j’avais cru y voir un certain avenir du Hardcore germain le plus sombre. Je tenais là un disque capable de tenir la dragée haute à bien des combos du cru, et finalement, le temps m’a presque donné raison. Il faut dire qu’à force d’affirmer leur présence, les allemands ont occupé le terrain avec insistance, multipliant les sorties et les formats pour s’imposer sur la scène nationale et européenne. Jugez du peu. Pour un groupe (re)formé en 2012 après changement de patronyme, leur production n’a d’égal que leur colère qui se manifeste toujours au travers d’une musique foncièrement violente et presque nihiliste dans l’esprit. En amont de Moloch, ce fameux premier LP édité en 2016, le groupe avait déjà pris le temps de nous proposer une démo, cinq EP, quatre splits aux faces partagées avec les HIVEBURNER, AST, SMUTECNI SLAVNOST, mais aussi une compilation, histoire de ne pas nous perdre dans la jungle de leur créativité. Et depuis ce premier long, ils n’ont pas chômé non plus, puisque 2016 et 2017 auront vu l’émergence de deux EP et splits supplémentaires. Alors, prolixes musicalement, c’est un fait, mais toujours aussi endémiques et épidermiques ? A l’écoute de ce Ghosts of the Timeless Void, le doute se dissipe assez vite, puisque les onze morceaux de ce nouveau témoignage sont au moins aussi intenses que ceux explosant sur leurs prédécesseurs, voire plus dans la majorité des cas. On y trouve toujours cette façon d’aborder toutes les digressions Hardcore d’un point de vue Black, ce qui a tendance à brouiller les frontières. Et surtout, à définir les siennes, aussi étendues soient-elles.

Du Blackened Hardcore, on connaît la propension à se fixer sur une ligne conductrice sans en dévier. Que ce Hardcore soit straight ou légèrement Crust sur les bords, c’est toujours la vitesse qui l’emporte, ou la lourdeur, et les deux s’imposent dans un climat étouffant, ne laissant que peu d’espace à l’imagination. La musique des ANCST au contraire respire et se meut, pour ne pas rester inamovible face aux possibilités de fuite en avant. Inutile donc de vous attendre à déferlement continu de violence sous couvert de dégoût d’un monde qui part à la dérive, puisque nos amis berlinois acceptent les bons comme les mauvais côtés, et ne rechignent pas à s’arrêter de temps à autres pour apprécier un maigre espoir pointant le bout de ses illusions. On trouve donc dans la musique du quintette (Stefan - basse, Tom - chant, Mirko et Robert - guitares et Mihai - batterie) beaucoup d’éléments assez surprenants, qui outre les ingrédients Crust et Black de départ, accueillent quelques réminiscences de Post Metal, de Grind, de Deathcore, pour une efficacité maximale qui évite les modes comme un homme politique les questions gênantes. Les prises de position de Ghosts of the Timeless Void sont au contraire fermes, et ne se matérialisent pas comme des fantômes perdus dans le vide du temps, vide que le groupe se plaît à combler de rythmiques toujours plus percutantes, et de riffs circulaires emprunts des dérives du Black national, l’un des plus abrupts et sombres du circuit. On se retrouve donc parfois à nager à contre-courant, s’accrochant à une bouée jetée d’un navire co-piloté par les NAILS et NAPALM DEATH (« Unmasking The Imposters », titre lâché en fusée éclairante et redoutablement efficace, crevant les icebergs de sa coque pointue et effilée), ou au contraire nous laissant porter par un flux typiquement Hardcore, presque new-yorkais dans l’esprit, mais indéniablement européen dans son cours (« Of Gallows And Pyres », qui part d’une guitare accrocheuse et presque joyeuse pour arriver vers une cascade de Grind qui ne laisse que peu de chance de surnager). En gros, de la variété dans la brutalité, mais un seul objectif. Nous bousculer, nous provoquer, et nous forcer à choisir un camp alors même que le leur n’est pas franchement le plus tranché au niveau des opinions.

Pourtant, avec une intro aussi puissante que « Dying Embers », distordu d’une mélodie acide, les choses semblaient claires. Grandiloquence, emphase, dramatisme mélodique, avant un énorme coup de boutoir non Crust comme on pouvait s’y attendre, mais purement Grind, affolé d’un BM utilisé comme arrangement pour accentuer la véhémence. Vilénie, puissance, exagération d’une double grosse caisse à la compression plus tassée que de raison, chant presque résigné dans sa gravité, et puis des breaks assénés comme des coups du destin, nous tassant les vertèbres comme une accolade coupable. « Shackles Of Decency », calmant un peu le jeu d’un Hardcore tirant sur le loud, confirme toutefois que la piste à emprunter ne va pas se vouloir linéaire, en faisant des références voulues ou non à l’école Néo-Death suédoise, avant une fois de plus de laisser les compteurs s’emballer en tentant de recenser des blasts étalés. Et même si « Concrete Veins » s’amuse beaucoup à singer les tics les plus évidents d’un Crust dit « à la suédoise » pour mieux les faire siens et encore plus vilains, « Revelation of Deformity » revient vite dans le giron de ce Crossover entre genres, qui sans aboutir à la genèse d’un nouveau, offre des possibilités un peu plus vastes qu’une simple crise de colère personnelle. On joue encore plus vite, encore plus fort, on pique au BM du nord ses guitares en vent qui tournoie, et on arrache au Deathcore ses tonalités triggées, pour finalement se vautrer dans une mélodie sereine…Les ANCST, parsemant leur second album de samples de dialogues, finissent par craquer et avouer que leur drapeau à eux est bien celui de la haine, via la déclaration d’intention presque Post « Republic Of Hatred », qui évidemment ne peut résister à une embardée finale encore une fois dégoulinante de BPM…

Mais en choisissant de terminer cette deuxième étape longue-durée par leurs morceaux les moins perméables et les plus étranges, les allemands ont fait le pari de l’ambivalence, comme si leur réelle identité restait cachée sous une épaisse couche de slogans violents. On la devine sur « Dysthymia », qui rampe d’une inquiétude harmonique, et qui alterne les arpèges et les stries de haine comme le faisaient certains morceaux de Moloch, sur le final de « Sanctity », qui navigue au gré des humeurs Crust et Grind, et évidemment sur le terminal « Self-Portrait », qui entre deux tirs de rafale ose un groove presque inconcevable quelques minutes auparavant, mais qui termine sa course la tête baissée pour éviter les balles en projetant les siennes.

Alors évidemment, pour beaucoup, rien de nouveau sous l’éclipse. Du Hardcore joué comme à la parade neigeuse d’un Black mi- allemand, mi- scandinave, une façon de renforcer la violence du Crust par une attitude frondeuse, et énormément de violence, qui parfois furète dans tous les sens pour y trouver les dernières parcelles de lumière à tamiser. Mais pourtant, le cheminement des ANCST sur Ghosts of the Timeless Void a quelque chose de fascinant en soi, sans que l’on puisse vraiment expliquer pourquoi. Ou plutôt si. Parce qu’il est le reflet d’une génération qui n’en peut plus de voir l’écho de sa colère rebondir sur les parois du vide de l’indifférence.


Titres de l'album:

  1. Dying Embers
  2. Shackles of Decency
  3. Concrete Veins
  4. Revelation of Deformity
  5. Unmasking The Imposters
  6. Of Gallows And Pyres
  7. Quicksand
  8. Republic of Hatred
  9. Dysthymia
  10. Sanctity
  11. Self-Portrait

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/03/2018 à 14:34
80 %    293

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes