Ex-Cathedra

Creature

26/06/2020

I, Voidhanger Records

En tant que chroniqueurs, nous recevons chaque jour des dizaines de mails promo nous arguant du caractère indispensable de certaines sorties. Il convient évidemment de faire le tri pour séparer le grain de l’ivraie, mais certaines signatures attirent plus notre attention que d’autres. Ainsi, j’accorde toujours un intérêt particulier à des labels n’ayant jamais trahi ma confiance, pour des raisons artistiques diverses. Ainsi, Frontiers est assuré de ma fidélité depuis des années, mais d’autres ont gagné mon affection en m’offrant la possibilité de découvrir des artistes et groupes méritant du temps et de l’énergie. De fait, lorsque je souhaite fouiller dans les arcanes de l’underground, je sais pertinemment vers qui je peux me tourner. Quelques noms surnagent, dont Blood Harvest, Svart Records, et évidemment I, Voidhanger, qui à chaque fois me comblent de la pertinence et du culot de leur choix. Aujourd’hui, c’est ce dernier label qui est à l’honneur, avec une sortie plus qu’originale, et qui plus est nationale. L’argument de la nationalité n’a pas beaucoup d’importance en soi, mais découvrir un artiste solo breton qui navigue dans les sphères de l’avant-gardisme et du progressif travaillé est quelque part une fierté, sachant quand même que notre scène française est l’une des plus en vue en terme d’expérimental osé. Un nom vient donc s’ajouter à la longue liste des chercheurs fous, celui de CREATURE, qui cache celui beaucoup plus personnel de Raphaël Fournier. Raphaël Fournier, en substance, est en quelque sorte un équivalent négatif et plus introverti de notre cher Gautier Serre, un touche à tout de génie, un solitaire qui partage sa folie musicale avec un public d’initiés, cénacle de privilégiés qui savent apprécier l’originalité, la fusion des genres, l’absence d’étiquettes, et plus généralement, une musique riche et inspirée, qui n’a cure des barrières et qui ignore le sens du mot « impossible ». Entendons-nous bien. Les deux hommes n’ont en commun que leur audace un peu décalée, puisque stylistiquement, malgré quelques rapprochements possibles, leur univers est relativement différent. Mais on ressent chez ces deux artistes un besoin de s’éloigner des normes, et une vraie envie de proposer quelque chose de neuf.

Raphaël Fournier lui, s’épanouit dans le Black Metal progressif, évolutif, baroque, démesuré, et osons-le terme, symphonique. Déjà auteur de deux longue durée en autoproduction, l’homme bénéficie aujourd’hui du soutien de I, Voidhanger pour propager sa bonne parole, et en profite donc pour nous livrer une nouvelle version des faits, sous la forme d’un troisième album aux ambitions énormes et au rendu bluffant. C’est ainsi qu’après Inquiétudes en 2018 et Contes Funèbres en 2019, Raphaël découvre cette année le troisième tome de ses réflexions avec Ex-Cathedra, qui pourrait bien être son œuvre la plus aboutie et surprenante. Avec sa tête de premier de la classe et de développeur, Raphaël se fond dans la masse physique, mais ne vous fiez pas à son minois charmeur ou à son sourire enjôleur. L’homme connaît la violence, connaît les musiques, et sait les associer dans un ballet combinant brutalité, harmonies, arrangements luxuriants, et interprétation hors-normes. Puisant son inspiration dans tout ce que les nineties ont pu nous offrir de plus symphonique (EMPEROR, ARCTURUS), Raphaël se tourne aussi vers les répétitions hypnotiques de l’Industriel, les arabesques classiques, la musique traditionnelle, pour produire un mélange unique en son genre, entre Black Metal, extrême plus généraliste, et Néo-Classique progressif. Lettré, l’homme accompagne ses musiques de textes fouillés, chante, joue de la guitare, de la basse, programme, arrange, enregistre et mixe, se charge de l’artwork de ses albums, pour se présenter comme un artiste complet. Accompagné ponctuellement sur Ex-Cathedra par quelques guests (Perrine Neulet - flute, Maria Grigoryeva - violon sur "Atlantis", Alexis Bertran - chant sur "Le Roi Zogue"), Raphaël via CREATURE sort une fois de plus le BM de son ghetto bruyant pour en faire un art à part entière, déviant constamment entre traditionalisme et anticonformisme, pour parfois proposer des pistes tenant plus de la bande originale de film gothique que de Metal à proprement parler. Ainsi, impossible de résister à la grandiloquence de « Neo Habilis », sorte de soundtrack impossible d’un giallo d’Argento passé à la moulinette d’Insahn, déroulé impressionnant de maîtrise, à l’orchestration baroque et riche qui nous entraîne dans un rêve éveillé, drapé dans des tentures de velours lors d’une nuit d’orage. Bien souvent, lors de ces tentatives classiques, les compositeurs ont tendance à négliger le son, sombrant dans les approximations synthétiques Bontempi qui ruinent leur créativité. Tel n’est pas le cas ici, puisque les chœurs célestes et la guitare partagent un espace conséquent, et même si la batterie programmée sonne parfois un peu trop comme tel, le mixage est étonnant, et rapproche l’auteur d’une version diabolique du Devin TOWNSEND le plus débridé.

Attention toutefois au piège du découpage. Ex-Cathedra est en effet évolutif en partie, mais aussi en son tout. Chaque morceau se base sur une idée qui évolue et mute, mais l’album in extenso résulte lui aussi d’un désir d’avancer vers un univers final différent du point de départ. Si les trois premières compositions sont les plus ouvertement violentes du lot (tout en contenant des idées reprises ultérieurement, plus développées), dès « Involution - Expectations », le panorama et l’ambiance changent, pour s’orienter vers un développement plus classique, déviant, souvent instrumental, et ponctué de chœurs dramatiques. Inutile de trop chercher les comparaisons, leur accumulation serait une insulte au travail titanesque de Fournier, et si chaque piste est d’un intérêt majeur, j’avoue avoir été sidéré et happé par le long et atmosphérique « Atlantis », et ses douze minutes d’immersion. En cumulant l’absence de scrupules du CELTIC FROST d’Into the Pandemonium, la grandiloquence de Verdi, et la puissance d’EMPEROR, CREATURE parvient à construire un décor grandeur nature, imbrication de Black avant-gardiste, d’extrême perméable au classique opératique, et plus généralement, de Metal en fusion, osant les riffs les plus complexes et les rythmiques les plus changeantes. Difficile de s’accrocher à un thème en particulier, tant ils s’entrechoquent en permanence, et pourtant, on sent l’album cohérent, loin d’un fourre-tout pseudo génial destiné à flatter l’ego d’un artiste en mal de reconnaissance. Certes, le tout est excentrique, beaucoup auront du mal à accrocher au concept, à adhérer au parti pris, mais en terminant son parcours sur le très trouble « Ethernellement », Ex-Cathedra anesthésie nos sens, dévie notre perception, fausse notre jugement en transformant la linéarité en sinuosités, empilant les soli, les ruptures rythmiques, les signatures complexes, les couches de clavier, sans perdre de vue sa propre logique. Du cor, des violons, des nappes, d’énormes cordes, du toucher, de la grâce aussi, de la force, et de quoi étancher votre soif d’ailleurs. Un monde très particulier, auquel seront hermétiques les plus conventionnels, mais en soixante-deux minutes, CREATURE prouve que le Black Metal a toujours beaucoup de choses à dire, pourvu que son langage soit parlé par ceux qui en respectent la poésie la plus sombre.       

                                                                                                  

Titres de l’album :

                        01. Fugue en Sol Mineur

                        02. “zÑ5♦mı

                        03. L'Odyssée Hyperpropulsée

                        04. Involution - Expectations

                        05. Note Anticosmique

                        06. Neo Habilis

                        07. Le Roi Zogue

                        08. La Brièveté de l'Aphélie

                        09. Atlantis

                        10. Ethernellement

Bandcamp officiel

"Neo Habilis" - I, Voidhanger Bandcamp


par mortne2001 le 22/06/2020 à 16:45
90 %    499

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
23/06/2020, 14:03:09
Chronique excellente et très juste, comme toujours ! Et sinon un homme, un disque et un projet qui prouve que la scène vannetaise connait un souffle inespéré en ce moment ! Ne manque plus qu'un lieu digne de ce nom pour accueillir tout ce beau monde...

Hubra
@176.158.56.18
28/06/2020, 00:16:00
Perso, je pense que je tiens là mon album de l'année. Album incroyable, époustouflant et sans cesse surprenant. Chef d'oeuvre absolu! (je ne suis pas la mère de Creature, juré!)

Orca
@82.123.85.85
17/07/2020, 08:54:27
Idem que le copain du dessus, album fabuleux qui me marque et continuera de le faire comme peu y parviennent. Du grand art.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06

POMAH

Hum je te comprends 

26/09/2020, 04:18

LeMoustre

Un certain côté Toxik/Realm, pour sûr. Ca speede bien sur ce titre. Curieux de découvrir ce groupe qui m'a l'air intéressant, pas bien loin d'un Sacral Rage, tiens.

25/09/2020, 20:38

Hammer Pils

15 pesos c’est pas donné, même si je comprends qu’ils doivent remplir la gamelle à la fin du mois surtout dans leurs pays où tu n’a ni assurance santé, ni chômage.... Mais à la limite plutôt qu’un streaming qui sera vite(...)

25/09/2020, 19:08

Sphincter Desecrator

"Trois concerts en "live stream" filmés en studio"... Sauf que pour moi, s'il n'y a pas de public, ce n'est pas un concert. CQFD.Ceci dit, le contexte est particulier, et je comprends cette recherche d'un nouveau format, s(...)

25/09/2020, 18:54

Moshimosher

Perso, en ces temps difficiles, ça ne me choque pas... Maintenant, faut voir les conditions du streaming, les difficultés du groupe et des individus qui le composent, et l'impact que ça peut avoir sur tout ce qui n'est pas ce streaming mais se rapporte au groupe... (...)

25/09/2020, 18:27

Kairos

@satantu te trompe je pense, c’est bien les bonnes prestations de cradle qui se compte sur les doigts d’une main. je ne les ai vu que 2 fois sur scene mais je confirme que cradle en live, c’est problématique.Cradle a été conspué pend(...)

25/09/2020, 17:44

Oliv

oui c’est   plus un soutien au groupe qu’autre chose car des lives d’Obituary , t’en a un paquet sur YouTube 

25/09/2020, 17:29

Buck Dancer

Oui, bien cool !! 

25/09/2020, 16:29

Jus de cadavre

Pareil je trouve ça trop cher. Mais attention ce sont des ricains donc :- business is business (oui même pour du Death Metal)- aux États-Unis tu taf pas, t'a pas de revenu c'est pas comme chez nous... (pas de statuts d'intermintents là-bas) (...)

25/09/2020, 16:27

Simony

Merci Wolf88, bien vu !

25/09/2020, 15:58

Simony

L'objectif est d'en faire une mensuellement, donc oui ça devrait revenir.Merci et content que ça vous plaise.

25/09/2020, 15:48