Les Acteurs de l’Ombre nous refont le coup du split en triptyque après nous avoir proposé les travaux communs de HEIR, IN CAUDA VENENUM et SPECTRALE  pour une fois encore nous offrir une vision synthétique de la scène BM underground française. On connaît le principe des albums partagés entre plusieurs entités, qui fonctionne peu ou prou comme une mini-compilation nous présentant une facette de la personnalité d’un développement artistique. Certains jugent le format idoine, et propice à la diversité, d’autres le conchient justement à cause de sa formule réductrice, qui autorise parfois l’exposition des meilleurs côtés de certains groupes au détriment de leurs défauts, habilement cachés par une brièveté de circonstance. Je laisserai à chacun le droit de juger, ce qui ne m’empêchera nullement d’apprécier à sa juste valeur ce nouvel exercice en miroir déformant, qui déroule aujourd’hui le tapis noir à trois formations nationales, œuvrant chacune dans un créneau commun, aux différences palpables. Qui dit Acteurs de l’Ombre, dit Black Metal, et cette nouvelle sortie disponible en octobre n’échappera pas à la règle. Trois « acteurs de l’ombre » pour un travail commun, dans la continuité, et surtout, dans l’osmose, puisque le résultat final prend la forme d’une œuvre cohérente, assemblée de parties bien distinctes. Nous retrouvons donc au générique de ce Split Album les mystérieux BÂ’A, les impénétrables VERFALLEN, et les plus connus HYRGAL, que nombre de fans de musique sombre connaissent sans doute pour avoir exploré les recoins de leur (maigre) discographie occulte. Emballé dans un superbe artwork signé Le Chien Noir, ce split aux reflets noirs comme la nuit propose donc une parité exemplaire, avec deux titres pour chaque artiste, et se concentre bien sûr sur les aspects les plus ambitieux du BM, loin des itérations pénibles d’une scène fertile, qui parfois se contente de répéter ad-nauseam les mêmes recettes pour choquer les bien-pensants.

En ouverture, les BÂ’A, pas forcément les plus faciles à connaître, puisque malgré mon entêtement, je ne suis pas parvenu à trouver la moindre page officielle les concernant. Comme leurs compagnons de route, ils bénéficient de deux entrées, et jouent l’humilité en occupant l’espace le plus ténu sur le disque. Deux morceaux de six et sept minutes, qui font la part belle à un BM aux aspirations harmoniques mais nihilistes, pour une démonstration de brutalité qui nous renvoie aux plus grandes heures des origines. Riffs acides, chant sous-mixé qui vomit sa bile au lointain, mélodies anémiées qui tournent comme des vautours dans le ciel orageux, et l’affaire est emballée et pesée, mais qui donne envie d’en savoir un peu plus à leur sujet. On pourrait presque prendre pour base les travaux les plus indispensables de DISSECTION, bien que les français s’éloignent de leur modèle par l’utilisation d’ambiances pénétrantes et analogiques, qui n’atténuent en rien la violence du propos, bien au contraire. Le premier crescendo, « Les Terres de la Terreur » offre justement une jolie digression de véhémence, qui se voit soudainement brisée en plein vol par un break atmosphérique du plus bel effet. A peine plus longue, « La Grande Désillusion » s’imprègne d’injonctions Post pour oser l’harmonie en motif principal, avant que la lourdeur oppressante n’empiète sur la quiétude ambiante, pour faire basculer les débats sur le terrain d’un BM âpre et disputé. Le son des guitares rappelle les litanies cauchemardesques de la deuxième vague de BM canadien, alors même que les structures mélodiques rentrent en conflit avec ce constat, pour finalement offrir un quart d’heure d’ambivalence, comme une valse sans hésitation entre deux écoles de pensée.

VERFALLEN se pose beaucoup moins de questions, et se veut moins cryptique dans sa présentation. Projet solo mené par Emmanuel Zuccaro, VERFALLEN a l’honnêteté de ses arguments, et reste fidèle à une démarche individuelle qui respire la franchise. Son géniteur prend même le soin de préciser qu’en aucun cas il n’a « la prétention de révolutionner quoi que ce soit, juste apporter ma contribution et mon point de vue à la musique sombre avec le plus de sincérité, d'intégrité et d'authenticité possible.. ». Dont acte, et deux titres pourtant ambitieux qui accentuent encore plus la sensation de claustrophobie instaurée par BÂ’A. Ne rien révolutionner est un fait, faire avancer les choses sur le terrain de la qualité en est une autre. Certainement frustré de n’avoir pas pu mener à bien le projet CHAOS CONTINUUM, le musicien trouve un exutoire parfait en la pluralité de son nouveau concept, et ose les vingt minutes d’occupation à lui seul, ce qui en fait le plus long contributeur du projet. Mais en écoutant une perle de la valeur de « Derelictus », qui ose une brisure impromptue en son centre, comme une césure à l’hémistiche improbable sous la forme de guitares hispanisantes, on se dit qu’en termes de poids artistique, Emmanuel apporte une gigantesque plus-value à ce split, d’autant qu’il se lâche complètement sur l’homérique et sinueux « La Valeur des Ténèbres ». Plus de dix minutes agencées avec flair et vilénie, pour une introduction qui elle aussi rappelle le séminal Storm Of The Light’s Bane de DISSECTION, tout comme les travaux de DODECAHEDRON, dans une moindre mesure. C’est lent, presque processionnel, mais surtout riche, et truffé d’accélérations, de hurlements au lointain, de chœurs nocturnes, et d’une ambition qui permet de dessiner un avenir pavé de mauvaises intentions pour ce projet unique, qui en deux morceaux seulement incruste son ADN dans le terreau fertile de la scène BM européenne.

Le cas HYRGAL est bien évidemment le plus facile à solder, puisque Serpentine est encore dans toutes les mémoires depuis l’année dernière. Réédité par les Acteurs de l’Ombre, cet album unique avait fait grand effet sur les fans d’un BM pur et authentique, et c’est avec plaisir que nous prenons acte de la présence du trio sur ce split, venu nous ramener dans son giron. Deux morceaux pour eux aussi, et deux chapitres qui continuent le travail entrepris depuis 2007, pour une promenade tout sauf tranquille dans les arcanes d’une musique maladive et oppressive. « Césure », qui justement provoque une cassure en prônant des théories de lourdeur et de monotonie harmonique, et « Sicaire », le plus long morceau de tout l’album, qui semble prendre plaisir à amplifier tous les aspects déjà énoncés par les deux groupes précédents, sans pour autant se départir de son optique habituelle. Une fois encore, le BM de tradition est roi, et se voit incarné par des rythmiques évolutives, refusant la facilité du chaos, pour mieux maîtriser une sorte de Black progressif, pas forcément d’avant-garde, mais suffisamment risqué pour ne pas se contenter d’une étiquette générique. Chant à la limite de l’apoplexie, guitares qui souffrent de ne jamais pouvoir s’extirper de médiums enserrés, batterie qui joue parfois l’économie en se fixant sur des percussion sentencieuses, pour un final orgiaque nous ouvrant les portes d’enfers personnels dans lesquels nous n’avons pas forcément envie de pénétrer, au regard de la schizophrénie vocale incantatoire…

Une pause dans la longue avancée de production des Acteurs, une transition, une façon de garder le contact avec les forces créatives de la scène ? Un peu tout cela, mais même en prenant en compte ces facteurs, ce Split Album est surtout à considérer comme un disque à part entière, et non un vulgaire sampler pour contenter les masses grouillantes. Une musique, trois groupes, trois approches. Quel reflet sera le vôtre dans le miroir des ténèbres ?              

 

Titres de l'album :

                            1.Bâ’a - Les Terres de la Terreur

                            2.Bâ’a - La Grande Desillusion

                            3.Verfallen - Derelictus

                            4.Verfallen - La Valeur des Ténèbres

                            5.Hyrgal - Césure

                            6.Hyrgal - Sicaire

Verfallen Facebook

Hyrgal Bandcamp

Hyrgal Facebook


par mortne2001 le 30/09/2018 à 17:24
80 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.