D’ordinaire, ce genre d’émanations hautement corrosives nous arrive des pays Nordiques, Suède et Danemark en tête de liste.

Mais les énervés et autres agités ne connaissent pas de nationalité, et ce matin, le boucan nous vient de Bologne, Italie. L’Europe a aussi des raisons de hurler sa colère, la situation n’y étant pas franchement meilleure qu’ailleurs.

En tout cas bien moins que dans les pays Scandinaves qui ont choisi la voie du protectionnisme depuis longtemps. Alors…

Appeler les flics ? CALL THE COPS ? Pour leur dire quoi, qu’il y a le feu dans la rue ? Non, visiblement pour les traiter de bâtards, attitude un peu péremptoire en soi, mais assez révélatrice du caractère frondeur de nos anarchistes transalpins.

L’histoire de ces allumés ? Elle est simple, et résumée sur leur Bandcamp. La voici, telle quelle, pour l’amour de la formule.

« Une bande de poivrots qui sont rentrés dans un bar, se sont rencontrés et bourré la gueule en parlant de monter un truc vraiment sauvage. ».

Avec ça vous êtes fixés sur le sort qui vous attend, et les quatorze pistes hautement bordéliques et intenses de ce Bastard ne feront rien pour contredire ce postulat/biographie un peu romancée je suppose. Le leitmotiv de ces Italiens pas vraiment en phase avec leurs contemporains ? « On emmerde le fascisme, on emmerde le racisme, l’autorité, le sexisme et les enfoirés prétentieux. »

Selon eux, la vie passe trop vite pour ceux qui en refusent les contraintes, et qui refusent aussi de voir leur existence placée entre les mains de tiers qui décident à leur place.

C’est donc pour ça que les lascars ont opté pour une approche très radicale, « subtil » mélange de hardcore vraiment sauvage, de Crust qui fait des ravages, et de D-beat pas vraiment en forme d’hommage. Quoique les accointances qu’ils partagent avec la scène scandinave sont évidentes, de même que les points communs avec le NYHC et le Punk Anglais, ce qui fait d’eux un parfait résumé de la légende underground rebelle de ces trente et quelques dernières années.

Fait plus qu’étonnant, plus de cinquante labels ont mis la main à la patte pour permettre à nos tarés de sortir leur premier LP, et la liste est évidemment non reproductible en ces lignes. Leur page Facebook compte plus de cinq mille followers, ce qui pour un combo né il y a trois ans et terriblement indépendant est plutôt étourdissant, mais après écoute de leur premier effort, je crois comprendre le pourquoi de cette folie douce à leur sujet.

De fait, Bastard n’est ni plus ni moins qu’un des meilleurs albums de Raw Hardcore à tendance D-beat de l’année, sans compromis, sans accalmie, excessif sans tomber dans les excès, plein de rage et de fureur comme à la grande époque de Londres en 77 ou Boston au début des années 80.

Les textes sont bien évidemment emprunts d’anarchie, de révolte et d’ennui, et les CALL THE COPS conchient tout ce qui va à l’encontre de leurs principes, assez radicaux il faut l’avouer.

Avec une production absolument parfaite, équilibrée entre la sècheresse de guitares vengeresses et la rigueur d’une rythmique vraiment volubile, le tout survolé d’une dualité vocale absolument délicieuse de colère et de ressenti, Bastard fait le nettoyage par le vide, et évacue quelques problèmes qui gangrènent notre société, comme le communautarisme ou la montée des extrêmes en politique.

Musicalement parlant, tout ça ne fait ni dans la dentelle, ni dans le biscuit finement préparé. C’est bien évidemment terriblement bruyant, même si quelques intermèdes viennent apporter une légère bouffée d’air frais (« Ode To Riot », qui d’ailleurs rappelle un peu les escapades en acoustique de Michale Graves), sans pour autant briser la dynamique/dynamite de l’ensemble.

Un peu de Punk pur jus en mid tempo pour les afficionados de l’enclume et du marteau (« Orrizonti Di Oppressi », un peu Punk basque ou Espagnol dans l’esprit), un poil d’up tempo qui canalise la testostérone sans rendre les chanteurs aphones (« Gun ‘N’ Knife », le final « Agony Of Living », du même tonneau, mais un poil plus costaud), et l’affaire est emballée dans un body bag du cadavre d’un monde qui a trop agonisé.

Il faut dire que la plupart du temps, le pauvre macchabé est trimbalé sans ménagement, entre Crust vraiment puissant et D-beat pas vraiment rassurant, le tout enrobé dans une grosse couche de paraffine Hardcore qui je vous l’assure, ne sent pas encore le formol.

On pense un peu à la clique des URSUT,  MORAL AUTHORITY, TORSO et LESION, en gros, la crème de l’ultraviolence Hardcore qui ne rechigne pas à piocher un peu sur toutes les vignes ses raisins de la colère.

Pas de détails autres à fournir, puisque Bastard est un disque qui s’écoute et qui se vit, avec ses brutales accélérations en forme de coups de pied au cul impromptus, ses accentuations en mid tempo qui tuent, et ses arrangements vocaux qui suent.

En gros, un gigantesque premier album de Hardcore vraiment velu, qui présente un gang sur de ses moyens, et pas vraiment une bande d’alcoolos en goguette qui agitent leur braguette.

Alors de là, d’ici, d’ailleurs, de Trondheim, Stockholm, Londres, Boston ou Bologne, les Punks sont tous unis sous la même bannière et réunis autour de la même bière.

Pas certain que les flics soient enclins à la tendresse en découvrant un truc pareil, mais hurlé à plein mégaphone pendant une manif, ça fait largement l’affaire pour rebooster les troupes.

Une bolognaise bien relevée, qui brûle le palais. Tu m’étonnes que des dizaines de labels ont voulu y fourrer leur nez !

 Quelle bande de bâtards…

Bandcamp officiel

Site officiel





par mortne2001 le 22/10/2016 à 15:40
85 %    423

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


grinder92
membre enregistré
22/10/2016 à 16:00:28
ça suffit les jeunes ! on parle pas la bouche pleine et on gâche pas la bouffe !

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)