D’ordinaire, ce genre d’émanations hautement corrosives nous arrive des pays Nordiques, Suède et Danemark en tête de liste.

Mais les énervés et autres agités ne connaissent pas de nationalité, et ce matin, le boucan nous vient de Bologne, Italie. L’Europe a aussi des raisons de hurler sa colère, la situation n’y étant pas franchement meilleure qu’ailleurs.

En tout cas bien moins que dans les pays Scandinaves qui ont choisi la voie du protectionnisme depuis longtemps. Alors…

Appeler les flics ? CALL THE COPS ? Pour leur dire quoi, qu’il y a le feu dans la rue ? Non, visiblement pour les traiter de bâtards, attitude un peu péremptoire en soi, mais assez révélatrice du caractère frondeur de nos anarchistes transalpins.

L’histoire de ces allumés ? Elle est simple, et résumée sur leur Bandcamp. La voici, telle quelle, pour l’amour de la formule.

« Une bande de poivrots qui sont rentrés dans un bar, se sont rencontrés et bourré la gueule en parlant de monter un truc vraiment sauvage. ».

Avec ça vous êtes fixés sur le sort qui vous attend, et les quatorze pistes hautement bordéliques et intenses de ce Bastard ne feront rien pour contredire ce postulat/biographie un peu romancée je suppose. Le leitmotiv de ces Italiens pas vraiment en phase avec leurs contemporains ? « On emmerde le fascisme, on emmerde le racisme, l’autorité, le sexisme et les enfoirés prétentieux. »

Selon eux, la vie passe trop vite pour ceux qui en refusent les contraintes, et qui refusent aussi de voir leur existence placée entre les mains de tiers qui décident à leur place.

C’est donc pour ça que les lascars ont opté pour une approche très radicale, « subtil » mélange de hardcore vraiment sauvage, de Crust qui fait des ravages, et de D-beat pas vraiment en forme d’hommage. Quoique les accointances qu’ils partagent avec la scène scandinave sont évidentes, de même que les points communs avec le NYHC et le Punk Anglais, ce qui fait d’eux un parfait résumé de la légende underground rebelle de ces trente et quelques dernières années.

Fait plus qu’étonnant, plus de cinquante labels ont mis la main à la patte pour permettre à nos tarés de sortir leur premier LP, et la liste est évidemment non reproductible en ces lignes. Leur page Facebook compte plus de cinq mille followers, ce qui pour un combo né il y a trois ans et terriblement indépendant est plutôt étourdissant, mais après écoute de leur premier effort, je crois comprendre le pourquoi de cette folie douce à leur sujet.

De fait, Bastard n’est ni plus ni moins qu’un des meilleurs albums de Raw Hardcore à tendance D-beat de l’année, sans compromis, sans accalmie, excessif sans tomber dans les excès, plein de rage et de fureur comme à la grande époque de Londres en 77 ou Boston au début des années 80.

Les textes sont bien évidemment emprunts d’anarchie, de révolte et d’ennui, et les CALL THE COPS conchient tout ce qui va à l’encontre de leurs principes, assez radicaux il faut l’avouer.

Avec une production absolument parfaite, équilibrée entre la sècheresse de guitares vengeresses et la rigueur d’une rythmique vraiment volubile, le tout survolé d’une dualité vocale absolument délicieuse de colère et de ressenti, Bastard fait le nettoyage par le vide, et évacue quelques problèmes qui gangrènent notre société, comme le communautarisme ou la montée des extrêmes en politique.

Musicalement parlant, tout ça ne fait ni dans la dentelle, ni dans le biscuit finement préparé. C’est bien évidemment terriblement bruyant, même si quelques intermèdes viennent apporter une légère bouffée d’air frais (« Ode To Riot », qui d’ailleurs rappelle un peu les escapades en acoustique de Michale Graves), sans pour autant briser la dynamique/dynamite de l’ensemble.

Un peu de Punk pur jus en mid tempo pour les afficionados de l’enclume et du marteau (« Orrizonti Di Oppressi », un peu Punk basque ou Espagnol dans l’esprit), un poil d’up tempo qui canalise la testostérone sans rendre les chanteurs aphones (« Gun ‘N’ Knife », le final « Agony Of Living », du même tonneau, mais un poil plus costaud), et l’affaire est emballée dans un body bag du cadavre d’un monde qui a trop agonisé.

Il faut dire que la plupart du temps, le pauvre macchabé est trimbalé sans ménagement, entre Crust vraiment puissant et D-beat pas vraiment rassurant, le tout enrobé dans une grosse couche de paraffine Hardcore qui je vous l’assure, ne sent pas encore le formol.

On pense un peu à la clique des URSUT,  MORAL AUTHORITY, TORSO et LESION, en gros, la crème de l’ultraviolence Hardcore qui ne rechigne pas à piocher un peu sur toutes les vignes ses raisins de la colère.

Pas de détails autres à fournir, puisque Bastard est un disque qui s’écoute et qui se vit, avec ses brutales accélérations en forme de coups de pied au cul impromptus, ses accentuations en mid tempo qui tuent, et ses arrangements vocaux qui suent.

En gros, un gigantesque premier album de Hardcore vraiment velu, qui présente un gang sur de ses moyens, et pas vraiment une bande d’alcoolos en goguette qui agitent leur braguette.

Alors de là, d’ici, d’ailleurs, de Trondheim, Stockholm, Londres, Boston ou Bologne, les Punks sont tous unis sous la même bannière et réunis autour de la même bière.

Pas certain que les flics soient enclins à la tendresse en découvrant un truc pareil, mais hurlé à plein mégaphone pendant une manif, ça fait largement l’affaire pour rebooster les troupes.

Une bolognaise bien relevée, qui brûle le palais. Tu m’étonnes que des dizaines de labels ont voulu y fourrer leur nez !

 Quelle bande de bâtards…

Bandcamp officiel

Site officiel





par mortne2001 le 22/10/2016 à 15:40
85 %    336

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


grinder92
membre enregistré
22/10/2016 à 16:00:28
ça suffit les jeunes ! on parle pas la bouche pleine et on gâche pas la bouffe !

Ajouter un commentaire


Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

The Brink

Nowhere to Run

Crazy Lixx

Forever Wild

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?


Enormissime ce titre !! J'adore. Terrible !


Boucherie absolue !!! Oh la vache ! Trop pressé d'écouter ça en entier !


et le sujet *


Tu m'étonnes mec !!!
Et oser "Marc Dutroux national hero" pour un groupe belge… Quand tu sais le drame national que cela a été à l'époque (est le sujet "taboo" que c'est encore désormais), au delà de l'outrage, faut limite avoir de sacrées couilles au cul pour pondre un titre pareil(...)


Tel père tel fils bordel ! C'est marrant, en à peine 5 secondes tu sais que tu es dans la Bay Area...


Pas mal ce truc, connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte, mais du coup fait chier de pas avoir été les voir au ND !
Joli titres de morceaux en tout cas :,D !


Only Theater of Pain, l'ultime chef d'oeuvre.


Merci, oui c'est souvent ça.


ah cool ! j'y croyait plus !