Ça faisait déjà un moment que j’entendais parler de ce projet via des posts réguliers sur Facebook et autres entrefilets sur les webzines. Sans vraiment m’empêcher de dormir, la nouvelle avait éveillé en moi un intérêt certain, de ceux qui naissent lorsque les projets Frontiers commencent à aboutir. Dans le mille, vous avez deviné, Serafino n’a pas pu s’empêcher une fois de plus de rameuter la crème des musiciens historiques pour mettre sur pied un nouveau supergroupe, dans la plus grande lignée des dernières productions de son label. Et si ce fameux concept d’union de talents du passé et du présent n’a pas toujours marché à plein régime, le célèbre label transalpin a su rétablir la tendance il y a quelques années pour éviter de nous les briser avec des egos à satisfaire sur fond de musique passéiste tout à fait dispensable. On évitera ici de reproduire sur papier virtuel toutes les opérations réussies par le facétieux et roublard CEO italien, mais autant admettre la réalité : ce nouveau concept BLACK SWAN tient admirablement bien la route, malgré des pedigrees chargés et des âges avancés. En regardant les photos promotionnelles du groupe, et en reconnaissant ces faciès fatigués, on reconnaît immédiatement des garants de la légende Hard-Rock des eighties. Avec en pivot central un Robin McAuley (GRAND PRIX, MSG) autour duquel toute l’entreprise s’est articulée, on se dit que les années passent vite, et en remarquant juste à ses côtés le visage très marqué de Jeff Pilson (DOKKEN, FOREIGNER), on comprend que les heures de gloire de ces musiciens sont loin derrière eux. Tout ceci en fait il des guerriers dépassés et plus aptes à prendre leur retraite qu’à fouler les scènes du monde entier ? Pas vraiment, puisque lorsqu’on se décide à écouter le fruit de leur collaboration, la sentence tombe, implacable. Ces mecs-là sont encore verts, et leur passion intacte. Alors oui, le projet BLACK SWAN est viable, et les chansons composées irrésistibles, dans un créneau nostalgique qui ne réfute pas quelques théories sonores plus contemporaines.

Les deux larrons n’ont pas fait le travail seul, mais en collaboration avec un autre boulimique de musique, l’infatigable Reb Beach (WINGER, DOKKEN, THE MOB, WHITESNAKE, FIONA). Une fois le trio constitué, la phase de composition pouvait commencer, et c’est une fois achevée que les trois vœux potes se sont décidés à recruter un batteur, en l’occurrence Mike Starr (BURNING RAIN, Ace FREHLEY, Mr BIG), trop heureux de se joindre à l’aventure naissante. L’homme plaqua ses rythmiques solides en quatre jours chez Jeff Pilson, et Shake the World était né. Et autant dire que ce premier album a de quoi satisfaire les nostalgiques des années 80 tout autant que les amateurs de Hard Rock classique bien dans son temps. Se situant dans la lignée de tous les supergroupes assemblés par la maison de disques italienne, ce premier LP présente donc le visage d’un groupe soudé et uni, et il n’est pas étonnant de constater l’enthousiasme de Mike Starr qui pour la première fois de sa carrière n’a pas le sentiment d’être juste une pièce rapportée. Les quatre musiciens n’ont donc pas fait semblant de s’entendre comme larrons en foire, mais ont composé une musique riche, pleine, précise et ciselée, mais avec ce naturel qui transforme les albums de commande en véritables œuvres personnelles, et les allusions répétées au passé des instrumentistes ne doit pas cacher la vérité d’un concept viable. On prend conscience du caractère authentique de l’album dès l’entame « Shake The World » qui après un gros riff bien plaqué nous entraîne sur la piste d’un Hard-Rock de haute volée, comme seuls les groupes d’il y a trente ans savaient le pratiquer. On pense évidemment aux combos dont ont fait partie les quatre musiciens, spécialement DOKKEN et MSG, mais on pense aussi à la génération précédente des DEEP PURPLE, pour cette façon de teinter de classe une sauvagerie spontanée.

Enregistré dans les studios de Pilson, Shake the World ne pâtit donc pas de la standardisation des productions Frontiers assurées par Del Vecchio. Le son est brut de décoffrage, sans artifices, et confère aux morceaux une patine réaliste qui nous dévie des trajectoires un peu trop parfaites. D’ailleurs, conscient des enjeux et des sensibilités de chacun, le bassiste a laissé de l’espace à tout le monde, sans mettre le leader naturel trop en avant. C’est pour ceci que nous pouvons apprécier la voix toujours aussi précise de Robin McAuley qui n’a rien perdu de sa verve, quel que soit le contexte. Et le contexte est multiple sur cet album, puisque les ambiances vont du boogie infernal (« Big Disaster ») à la ballade lacrymale (« Make It There »), soit le survol le plus complet d’une décennie que les protagonistes n’ont que trop bien connue. Mais loin de verser dans la nostalgie d’heures de gloire qui sont maintenant derrière eux, Robin, Jeff, Reb et Mike ont préféré se concentrer sur leur présent sans oublier leur passé, ce qui leur permet de mélanger les fragrances, et de tâter discrètement du Sleaze Rock sur certaines interventions plus musclées que la moyenne (« She's On To Us », au parfum très MÖTLEY CRÜE). Rois du Rock direct et sans trop de fioritures, les musiciens ont préféré rester eux-mêmes et lâcher les watts sans arrière-pensée, ce qui autorise à Shake the World ce mélange de classicisme et de modernismemixant la hargne adolescente et la maturité (« The Rock That Rolled Away », classique burner, mais qui fonctionne toujours). Pas de grosse surprise donc à attendre d’un disque qui prône des valeurs traditionnelles, mais une qualité tout simplement bluffante et constante, malgré la durée pouvant paraître rédhibitoire. Et les hits s’alignent, justifiant l’assurance de Pilson qui jugeait le projet « au-delà des attentes les plus folles », ce qu’un morceau aussi accrocheur que « Long Road To Nowhere » prouve de son refrain collégial.

Sans forcer leur talent, les mecs déroulent, en profitent pour placer quelques interventions soulignant leur talent intemporel, et signent parfois des manifestes Melodic Rock proches de l’AOR, mais toujours suffisamment puissants pour ne pas sombrer dans la guimauve (« Sacred Place »). Et au fil des chansons, on se rend compte que Shake the World n’a pas grand-chose à envier aux classiques des groupes mythiques dont les musiciens ont fait partie, ce qui est tout de même assez incroyable. On sent des réminiscences seventies, les mêmes que Robin et Jeff mettaient en exergue au début de leur carrière (« Unless We Change »), des traces profondes d’eighties brillantes, mais aussi de l’émotion (« Divided/United »), soit à peu près tout ce qu’on attend d’un album de ce calibre. Belle démonstration de plaisir collectif, ce premier album du projet BLACK SWAN est une vraie réussite, et un disque qu’on réécoute avec plaisir, finissant par oublier qu’il a été composé par des hommes aux années accumulées. Si la jeunesse du corps n’est pas éternelle, celle de l’esprit défie parfois le temps.                

                

Titres de l’album :

                       01. Shake The World

                       02. Big Disaster

                       03. Johnny Came Marching

                       04. Immortal Souls

                       05. Make It There

                       06. She's On To Us

                       07. The Rock That Rolled Away

                       08. Long Road To Nowhere

                       09. Sacred Place

                       10. Unless We Change

                       11. Divided/United

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/02/2020 à 17:36
82 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Trepalium m'accompagne depuis que j'écoute du metal. Album après album et sur scène, des claques.
Ils ont su conjuguer une rage instinctive avec le regard décalé du jazz. Il fallait les avoir bien accrochées pour se lancer là-dedans et y parvenir.
Mais cet album, je ne sais pas. J(...)


Impossible de voir ce canard crever des dommages collatéraux du con-vide 19.

Je déteste leur mode de notation des skeuds, mes achats sont assez espacés, mais soutien malgré tout ! (et c'est quand même d'un autre niveau que Metallian, que j'ai racheté hier par hasard et dont pas ma(...)


Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.


Ah pour moi, si ! The Gathering et Demonic même !


Ce n'est pas en Suède mais en Norvège! ^^


Et The Gathering, non?


Même si nous attendons tous impatiemment de reprendre une vie de concerts normale le plus vite possible, la sortie du confinement risque d'être progressive, plus lente que la manière par où nous y sommes arrivés, et avec peut-être même des retours ponctuels en arrière de quelques jours.


Il reste une faible possibilité pour que ce ne soit pas lui et on va attendre les conclusions de l'enquête... Si le déroulement des faits est conforme aux apparences, c'est une épouvantable histoire qui va effectivement retomber sur l'image du Metal, au moins en France. J'ai quand même une pens(...)


TESTAMENT, c'est 'The legacy' et 'The new order'. Point final.


Matt Pokora et plein de machin on reporté leur concert en juin.

Nîmes avec Deep purple et Nightwish maintenu en juin.

Pourquoi le hellfest peut pas ? Dommage.

Je pense que c'est a cause des groupes étrangé et qu'il y a beaucoup d'étranger soit.


"Mortel désolé pour la faute


Cette album est mortelle je l écoute tout le temps en ce moment et très bonne chronique sur l'album


Purée les dernières phrases de l'article : adieu professionnalisme, bonjour sensationnalisme... °_°


@Jus de Cadavre : complètement d'accord avec toi (même si me fait putain de chier) et la lecture de l'article en question ne fait que confirmer cela. RIP Hellfest 2020...


Ce n'est pas encore l'annulation officielle mais c'est tout comme...
https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/crise-du-coronavirus/info-ouest-france-coronavirus-pourquoi-le-hellfest-2020-se-prepare-un-report-d-un-6799786


Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.


La voix me fait penser à Runhild Gammelsæter dans le projet Thorr's Hammer avec les mecs SunnO)))


J'avoue belle découverte, c'est lourd et massif.


Putain c'est chaud quand même là, je sens déjà certains venir vomir leur haine du métal, en criant au loup.


@Simo, jettes une oreille là-dessus si c'est pas déjà fait !