Attaquons nous à la scène italienne des années 80, qui comme tout le monde le sait n’était pas l’une des plus prolifiques d’Europe. Mais comme tant d’autres, plus anecdotique que ses homologues espagnole, anglaise et évidemment allemande, elle n’en a pas moins produit des groupes dignes d’intérêt, dont certains ont réussi à passer l’épreuve du temps, sans toutefois connaître un parcours linéaire. C’est ainsi que j’aborderai ce matin le cas éminemment particulier des originaires de Bologne de CRYING STEEL, qui de leur baptême à leur musique évoquent une frange assez précise de l’univers Metal, se cantonnant à ses aspects les plus classiques mais néanmoins efficaces. Si ce nom connoté vous dit quelque chose, c’est certainement parce que l’origine du groupe ne remonte pas à hier. Fondé en 1982, le combo est resté plus ou moins actif jusqu’en 1987, voire au début des années 90 avant de jeter l’éponge au coin du ring, par faute de motivation de certains de ses membres et autres anecdotes plus ou moins importantes. Responsables à l’orée de cette décennie passée d’un nombre conséquent de démos (quatre entre 1982 et 1985, plus une en 1986), d’un EP (éponyme, en 1985), et finalement d’un premier longue durée sur le label LM Records (On The Prowl, qui atteint depuis des sommes indécentes dans sa version CD d’origine), les CRYING STEEL ont souvent été considérés comme partie prenante de la New Wave of Italian Heavy Metal, qui se voulait plus ou moins l’équivalent transalpin de la Second Wave of American Heavy Metal, défendant des valeurs de tradition, et surtout, l’efficacité d’un Metal en fusion. Mais après des années de disette dans les nineties, les amis de Bologne ont donc remis le couvert à l’occasion de diverses invitations à des festivals, avant de se reformer de façon plus formelle, et d’accoucher d’une triplette d’albums aussi traditionnels que fantastiques.

Aujourd’hui hébergés par l’écurie allemande de Pride & Joy Music, ils nous offrent donc le troisième volet de leurs aventures post-reformation. Toujours obsédés par l’acier au point de placer le mot à chaque intervention, le quintette nous en revient donc après The Steel Is Back ! en 2007 et Time Stands Steel en 2013, plus décidé que jamais à mettre la planète Hard’n’Heavy à feu et à sang, et à tremper dans le fer leur plume pleine d’allant. Et cette fois-ci, le destin pourrait grandement leur faciliter la tâche et les sortir de l’ombre pour leur offrir une exposition au grand public, tant ce Stay Steel (décidément…) peut aisément passer pour l’un des plus grands classiques du genre signé après son âge d’or. Comptant désormais dans ses rangs le talent incroyable du vocaliste Tony Mills, que l’on a connu flamboyant au sein de SHY et TNT, CRYING STEEL s’est senti pousser des ailes et nous a troussé douze hymnes à l’électricité, se permettant de multiples clins d’œil ludiques sans pour autant perdre son identité. Au-delà de ses qualités intrinsèques, indéniables, Stay Steel se pose d’abord en postulat d’évidence. Parmi toute cette déferlante de groupe fascinés (voire obsédés) par la nostalgie et les sonorités vintage, seuls ceux qui ont connu en temps et en heure le souffle torride du Heavy Metal dominant parviennent à signer les albums les plus convaincants. Ce qui n’est pas si anormal que ça d’ailleurs, ayant baigné dans ce climat dès leur plus jeune âge, et en connaissant tous les tenants et aboutissants, sans chercher à copier, mais bien à perpétrer. Et ce quatrième longue-durée des italiens est là pour étayer cette conclusion, ne commettant aucune faute de goût, et s’autorisant même un sans-faute assez éblouissant sans chercher l’économie ou la facilité d’un pilotage automatique calé sur les souvenirs. Autant l’admettre, la prise de fonction de Tony Mills ajoute une méchante plus-value à une œuvre déjà bien solide. La voix du blondinet enflammé est toujours aussi puissante, aigue et lyrique, et lorsque toutes les composantes entrent en jeu, le festival est fameux, couvrant un spectre allant du Hard Rock le plus racé au Heavy le plus sincère et effilé. Profitant d’une production extraordinaire, gonflant les entournures sans sombrer dans la démesure, Stay Steel est un petit manuel à l’usage d’une réactualisation des standards dans un contexte contemporain, et se hisse à la hauteur des mètres-étalons du genre, tel le dernier PRAYING MANTIS qui abattait plus ou moins les mêmes cartes.

Si l’inspiration des 80’s n’a pas cédé la place à un malheureux opportunisme, on sent bien que le quintette (Tony Mills - chant, Lucas Ferri - batterie, Angelo Franchini - basse, JJ Frati & Franco Nipoti - guitares) a souhaité adapter ses vues à une modernité fort bien dosée. Et dès le classique instantané « Hammerfall », au titre cliché mais aux envolées burnées, le ton est donné, et le Heavy pur est prôné. Rythmique d’acier, riffs d’airain et chant tout en envolées, l’entrée en matière est dantesque, et évoque une translation de la magie du DEEP PURPLE des 70’s vers la furie d’un STRATOVARIUS des 90’s. On pense même à ce moment-là à une adaptation des canons du QUEENSRYCHE d’Operation Mindcrime (« Spreading The Disease » n’est jamais très loin dans les mémoires…) dans un contexte moins figé, ce que confirme immédiatement le plus posé mais pas moins concerné « The Killer Inside ». GOTTHARD, SAXON, toutes les influences y passent, mais il serait malhonnête d’oublier que les italiens étaient là eux aussi lorsque tout a éclaté, et il convient donc de rendre à César ce qui lui appartient. Le timbre de voix de Tony, toujours aussi pur, adopte les circonvolutions de Geoff Tate pour une digression sur l’un des Metal les plus authentiques, et même si l’ensemble dégage un fort parfum déjà abondamment humé, il exhale de ces premiers morceaux une telle énergie et une telle envie, qu’on fait rapidement abstraction de tout grief de répétition. Et comme pour bien marquer le coup, « Speed Of Light » durcit le ton, et se met à la colle avec un Hard-Rock typiquement allemand, développant un riff des plus entêtants, sans perdre de vue la mélodie qui permet d’alléger des parties rythmiques assez appuyées. On se dit que ce Metal ressemble méchamment à un AOR durci revenu de l’enfer, avant que le dramatique « Born In The Fire » ne vienne tempérer les débats en suggérant quelques amitiés perdues avec Ronnie James et Jorn Lande.

Variété dans les obsessions, légèreté et emphase de fond, Stay Steel refuse le statisme et évite les clichés, dominant du refrain et des couplets des citations typiquement ricaines (« Blackout »), pour mieux revenir dans le giron d’un Hard Rock carton (« Raise Your Hell » et son refrain collant et gluant comme un gimmick de TNT). Niaiserie au placard, clous au rencard, mais allégeance indéfectible qui pulse et reflue les vagues successives de Heavy intrépide (« Crank It Up », subtil mélange de radiophonie US et de puissance européenne), le tout secoué d’accès de colère (« Sail The Brave », speed comme un navire à la dérive), ou de tempérance de romance de fer (« Warriors »). C’est beau, c’est chaud, et c’est finalement un témoignage assez poignant d’une passion qui défie le temps et ne nous fait pas perdre le nôtre. Mais après tout, l’acier inoxydable reste une comparaison valable, et inutile de dire que le fer dans lequel les CRYING STEEL ne risque pas de rouiller.                     

   

Titres de l'album:

                        1. Hammerfall

                        2. The Killer Inside

                        3. Speed Of Light

                        4. Born In The Fire

                        5. Blackout

                        6. Barricades

                        7. Raise Your Hell

                        8. Crank It Up

                        9. Sail The Brave

                        10. Name Of The Father

                        11. Warriors

                        12. Road To Glory

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/06/2018 à 14:16
88 %    275

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pfiouuuu !
Et oui 20 ans...
Effectivement, album qui avait divisé (une fois de plus !) le petit monde ostracisant du Black Metal.
J'étais bien plus élitiste et "Trve" à l'époque (aaaaaahhh la jeunesse !) mais ayant déjà une certaine ouverture d'esprit, j'avais adoré cet alb(...)


Attention, étant donné que c'est un titre diffusé via DECIBEL, c'est souvent un titre qui ne paraitra pas sur un album, il faut le considérer comme un petit bonus et non une piste de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album.


Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!